undrgrnd Cliquez ici HPALLL nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_WSHT16 Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

4,5 sur 5 étoiles
27
4,5 sur 5 étoiles
Format: Téléchargement MP3|Modifier
Prix:11,99 €
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 18 mars 2015
Titres accrocheurs, qui attirent à la première écoute et qui séduisent encore longtemps après plusieurs passages!
Les compositions sont collées à la personnalité de chaque chanteur (Ian Astbury, Ozzy Osbourne, Fergie, Iggy Pop et les autres super invités du Maître...).
La virtuosité de Slash est toujours utilisée à bon escient, au service des mélodies et pas pour se mettre en avant de façon prétentieuse!
Album séduisant pour les vieux amateurs de Guns N' Roses (comme moi) mais aussi pour les petits jeunes qui poussent! ;)
Un grand moment de Rock joué Hard!
Foncez!
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 2 mars 2014
L'un des meilleurs album du genre avec " appetite for destruction " , excusez du peu ! Je m'explique : SLASH à réussi la performance exceptionnelle de tirer le meilleur de chaque artiste en leurs composant à chacun une sublime mélodie propre au talent de chacun ; ainsi avec OZZY il fait un tube à la sauce OSBOURNE, il fait de même avec IGGY POP, il sublime FERGIE en terrible rockeuse, il signe un des meilleurs morceaux de " MOTORHEAD " avec Lemmy et fait de même avec tous les artistes avec qui il collabore, notament 2 magnifiques chansons, l' une avec CHRIS ROCK l'autre avec ADAM LEVINE. Bref 12 tubes sur 14 chansons !!! A posseder absolument pour tout rockeur qui se respecte !
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Pour son dernier essai solo, Slash a choisi les multiples collaborations. Ainsi on y retrouve Ian Atsbury (The Cult), Ozzy, Fergie (Black Eyes Peas), Myles Kennedy (Cosmic Dust, Citizen Swing, The Mayfield Four, Alter Bridge), Chris Cornell (Soundgarden, Audioslave), Andrew Stockdale (Wolfmother), Adam Levine (Maroon 5), Lemmy (Hawkwind), Dave Grohl & Duff McKagan (pour l'unique instrumental), Shadows (Avenged Sevenfold, groupe de Metal Core californien), Kid Rock, Rocco DeLuca (artiste coincé entre un Rock Alternatif et un Blues Rock évoquant Jeff Buckley, Chris Whitley et Plant), et Iggy Pop.
Donc beaucoup de monde, parfois d'horizons disparates, pour un album qui prend parfois des allures de patchwork.
Slash, de son côté, malgré tout, évite les travers de la rock-star mégalo et/ou égocentrique, en s'abstenant de tirer la couverture à lui, afin de ne pas gâcher les compositions. Les soli ne sont mixés trop en avant (pas plus que de raison), et sont relativement courts, afin garder l'efficacité, et la musicalité. Ce qui n'empêche pas à ses LesPaul d'avoir, en toute logique, une place primordiale ; et une écoute au casque permet de découvrir un travail avéré du guitariste. Les chansons sont bien le résultat de coopérations à part entière. Ce qui donne ainsi une palette relativement variée, avec pour fil conducteur, bien évidemment, le Heavy-Rock incendiare de Saul Hudson. L'inconvénient, c'est que l'ensemble manque parfois de cohésion, en partie à cause de quelques titres moyens, et un ordre de chansons pas toujours très judicieux.

Paradoxalement, ce sont les titres avec les invités les moins illustres, ou les plus surprenants, qui s'avèrent être les plus aboutis, les plus intéressants ; car la plupart des collaborations les plus alléchantes sur le papier (Ozzy, Wolfmother, Grohl, Iggy) n'ont pas porté leurs fruits (trop standarisé, notamment pour Iggy et Ozzy).
Ainsi, les plus réussis sont, dans l'ordre chronologique :
- « Ghost », avec Atsbury, dans un style, sans surprise, entre les Guns et The Cult (très bonne entrée en matière) ;
- « Beautiful Dangerous », avec Fergie, pas renversant, mais un mix intéressant entre un Black Sabbath, Kid Rock, Ratt, et quelque chose du The Cutt de Paul Shortino (pourrait faire un hit aux USA) ;
- « Back from Cali », avec Myles Kennedy, (dont le timbre peut être similaire à celui de Chris Cornell), gros et puissant Hard-Rock US ;
- « Promise », avec Cornell, délivre un bon Heavy-rock mélodique, aux intonations mélancoliques, pouvant rappeler le 2sd Audioslave ;
- « Gotten », avec Levine, superbe ballade Pop-rock désenchantée, avec section de cordes discrètes.
- « Hold On », avec Kid Rock, ballade Heavy-Rock modestement appuyée, entre Aerosmith, Great-White et Little Caesar (certaines intonations de Rock sont ici très similaires à celle de Ron Young). Petit bémol sur le solo qui rappelle un des Guns ;
- « Starlight », encore avec Kennedy (le chanteur de la tournée de Slash, et qui devrait prochainement incorporer Velvet Revolver), entre Nü-Metal et Heavy-Rock mélodique et puissant, .
- « Saint is a sinner too », avec Deluca, titre acoustique marchant sur les terres de Jeff Buckley, avec néanmoins plus de retenu au niveau du chant.
Les deux titres avec Kennedy sont assez proches de l'album « One Day Remains » d'Alter Bridge.

Un disque qui semble avoir été fait, juste pour le plaisir d'enregistrer avec des potes de la côte californienne. D'ailleurs, dans le livret, les noms des collaborateurs sont bien plus voyant, que les titres des compositions.

Un disque qui divisera certainement ; certains crieront au génie, d'autres lui tomberont dessus à bras raccourcis, alors que d'aucuns se disputeront pour défendre leurs titres préférés. Un disque qui, a priori, a fait fi des obligations commerciales (aucun formatage télé ou radio - certains mentionneront "Gotten"), ce qui lui confère donc une sympathique sincérité.
Attention, quelques écoutes sont nécessaires pour l'apprécier à sa juste valeur.
(3,5 / 5)
2020 commentaires| 14 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Après son départ de chez les Guns (pour ce qu'il en restait !), un album de l'éphémère Snakepit, puis ça volonté de remonter durablement un vrai groupe avec le Velvet Revolver, Slash a compris une bonne fois pour toute qu'on n'était finalement jamais aussi bien servi que par soit même.

Pour cette nouvelle aventure sous son propre nom, Slash c'est ainsi fait plaisir. D'abord en écrivant un chapelet de très bons titres, puis dans un deuxième temps, en conviant quelques unes de ses connaissances a venir poser leurs voix sur des morceaux proches de leur univers musical respectif. Et si on se trouvera en terrain connu du côté de certaines sommités telles que Lemmy, Iggy Pop, Ozzy ou encore Kid Rock, plus incroyable aura été de voir apparaître sur un tel disque des noms tels que celui d'un Adam Levin (Marroon 5) ou encore Fergie (des Black Eyeds Peas). A l'écoute de ces derniers, leurs travaux sont ici si réussi que j'en viendrais presque a regretter que le guitariste n'est pas choisi d'être a ce point plus audacieux dans le choix de ses invités tout au long de ce disque. Quoi qu'il en soit, ce premier album solo de Slash est un plaisir et une réussite intégrale. Sachant que la qualité sur toute la durée d'un album n'est pas si fréquente de nos jours, et vous saurez ce qu'il vous reste a faire avec ici.

17/20
33 commentaires| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 7 décembre 2010
Voila,

le genre d'album, première écoute pas top. Puis je me dis écoute le une deuxième fois, tiens cet air je l'avais pas capté, et la c'est la porte qui s'ouvre.Je ne comprend pas les autres commentaires négatifs, malgré que je les respecte, ont-ils vraiment écouté l'album? Cet album de slash est très hétérogène certes ; normal, vu les stock d'invités, mais quelle joie de voir de si belles écritures. Gotten est une ode à la ballade, saint is a sinner too est une bombe, touche slash avec un fond led zep et une touche gratte année surf guitar. Ghost ouvre l'album sur une note qui renvoie à son premier opus. I hold on vire dans les airs Tesla pour les connaisseurs...Straight, le titre renvoie bien à la gratte qui avoine pour du slash niveau rythmique. Promise a un riff de gratte excellent et grave entrainant. Avec crucify the dead, ca sent l'ozzy et l'aAlice cooper a fond les ballons. Un ou deux morceau sont plus classiques, mais ca passe crème comme on dit aujourd'hui. Puis Slash sort la wah wah sur By the sword...

Bref un petit plaisir à ne pas manquer. A fond dans casque AKG dans le métro, Ca coule.
Ce mec se fait plaisir et il me fait plaisir.
0Commentaire| 6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
15 ans qu'on attendait de retrouver Slash dans un album à son image.
Certes, on pourra discuter du bien fondé de certaines interventions issues de la pop ou du hard FM (Fergie, Adam Levine, Kid Rock...), mais cet enregistrement est incontestablement une réussite et tous les intervenants apportent leurs touches.
On retrouve Slash en pleine maîtrise et le résultat sur scène sera très certainement à la hauteur de ce que l'on peut en attendre.
Du très léger "Gotten" au très lourd "Nothing to say", cet album est un pur moment de plaisir. Et par les temps qui courrent, hé bé faut pas bouder son plaisir!!
On en prend plein les feuilles et ça fait du bien.
Pas de titre à préférer, ça s'écoute, se réécoute, se réréécoute sans cesse ou en alternance avec Airbourne pour varier les plaisirs!!
Rock'n'Roll is not dead!!!
Merci encore Slash!
0Commentaire| 7 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 14 avril 2010
Retour de Slash, mais qui en fait n'était jamais vraiment parti. Il a plutôt pas trop trainé même.
L'album et un peu patchwork, Slash y aborde plusieurs styles. Il a écrit des 'ziqs qu'il n'aurait jamais pu jouer en étant dans un groupe avec un style dédié, il s'est tout simplement fait plaisir. il a contacté le chanteur qui lui semblait le mieux pour chaque compo. Et au final cet album est une réussite.
Pour ceux qui attendent du Guns, c'est pas de Guns, pour ceux qui attendent du gros son qui envoi, c'est pas ça non plus. Pour ceux qui veulent des descentes de manche à grande vitesse juste pour montrer que c'est moi le plus rapide, c'est pas ça non plus (attention, il y a de super solo pas de méprise). Ceux qui attendent ça non rien compris au personnage qui veut simplement se faire plaisir en composant du bon rock et faire plaisir aussi à ses fans en leurs donnant de la bonne 'ziq, et ça s'entent à l'écoute (qu'il se fait plaisir).
C'est du rock tout simplement, du Slash. Certaines participations pourront surprendre. Adam Levine de maroon 5, mais faut avouer qu'il est à sa place sur cette chanson, et qu'il a vraiment la voix qui va bien (c'est pour une ballade).
Kid Rock, pour une chanson au son rock sudiste, certains trouveront ça un peu trop US classique, mais la chanson est vraiment bien, ça donne envie de monter le son, ça donne la bonne humeur et fait venir le soleil (bon ok j'exagère pour le soleil) ;).
Et celle avec Fergie, on pourrait se demander "mais que fout-elle là?". Ben franchement elle envoie du bois.
Un très bon album rock de Slash, ou il se fait plaisir en sortant du carcan d'un groupe et nous dévoile un peu plus de sa personnalité au travers des styles de musique qui le touche.
On pourrait penser que ce manque d'unité entre les chansons peu desservir l'album. Je ne trouve pas, au contraire, cela permet de ne pas s'ennuyer, de ne pas avoir l'impression comme c'est souvent le cas, d'écouter quelques chansons et d'arriver à la fin de l'album en ce disant. Mince c'est déjà fini, j'ai pas fait gaffe au autres 'ziqs. Zut.
0Commentaire| 6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Slash... le seul et unique, réussi le tour de force de rassembler sur une seule galette une brochette effarante d'invités prestigieux, de Iggy Pop à Ozzy en passant par Lemmy ou encore Ian Astbury, Chris Cornell, etc.

Sans toutefois perdre son âme face aux grands noms qui l'accompagnent, il appose la patte inimitable de sa Les paul incisive à chaque titre et se fond dans l'univers vocal de chaque invité en mettant un pied dans son monde, et à la fois en délivrant des riffs qui rappellent fougueusement le regretté GNR.

Pur hard rock relativement classique et pas prise de tête comme il sait en faire, l'allure générale du disque renvoie aussi bien à son groupe phare qu'à Velvet revolver, mais aussi à son précédent effort solo, le Slash's snakepit. Avouons que Saul Hudson, de son vrai nom, n'est pas à proprement parler un génie de la mélodie instantanée, mais il a un véritable sens du riff et sait tirer le meilleur de sa 6 cordes enflammée, qu'il malmène à sa façon si unique.

Les 2 grands mérites de ce disque sont donc, outre un son moderne et dantesque (évidemment, comment aurait-il pu en être autrement à notre époque et avec une telle brochette sur le menu ?... la major a du se frotter les mains et débloquer le portefeuille !) d'entendre cette attaque sans pareille à la Slash, et aussi de pouvoir le faire en compagnie de grandes voix, le tout ne sonnant pas comme une superposition de talents, mais plutôt comme un fusion réussie.

Mention spéciale pour le 1er titre (avec Ian Astbury de The Cult) qui envoie du bois... si tout l'album était comme ça, ça ferait mal ! Par contre, quelques titres un peu "sucrés" tirent plutôt le disque vers le bas, mais bon, nul n'est parfait !

La 5ème étoile sera pour le jour où Slash enverra des morceaux à graver à jamais dans le marbre du métal, ce qui n'est pas encore le cas sur cet opus, mais en prend la direction.

Démarche honnête, talents en pagaille, galette qui envoie du bois... c'est déjà très bien !
22 commentaires| 6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 7 avril 2010
...que cet album "solo" de Slash. Solo entre guillemets puisqu'il s'agit de collaborations avec des amis et artistes appréciés du guitar hero.
Le risque forcément avec ce type de disques, c'est le manque d'homogénéité, et c'est exactement dans cet écueil que Slash est tombé.
Le spectre des artistes invités est extrêmement large, des "légendes" telles Ozzy ou Iggy Pop, jusqu'à des plus jeunots tels Adam Levine de Maroon 5 ou Fergie des Black Eyed Peas.
Si cette dernière s'en tire plutôt honorablement (j'en suis le premier étonné), en revanche enchaîner une ballade chantée avec la voix lisse d'A. Levine avec un rock bien gras craché par Lemmy, ça fait un peu bizarre...

De mon point de vue, les morceaux avec Lemmy et Myles Kennedy (embauché pour assurer les parties vocales de la tournée) sont les plus intéressants. Ma grosse déception: le featuring de Dave Grohl et Duff McKagan, je m'attendais à un puissant duo vocal, finalement c'est un instrumental peu inspiré, avec Dave à la batterie et Duff à la basse, qui est servi.
Pour le morceau de clôture, chanté par Iggy Pop, on est en droit de s'attendre à un truc qui envoie, surtout avec un titre comme "We're all gonna die", et... même pas...

Et Slash dans tout ça me demanderez-vous ? Ben on l'a connu plus en verve, on est loin des soli rageurs de Snakepit ou Velvet Revolver.

Tout juste 3 étoiles donc, car ça reste pas désagréable à écouter, même si c'est un peu mollasson. Vivement le Velvet nouveau tout de même...
0Commentaire| 7 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 7 janvier 2013
Excellent album, chaque titre est un tube potentiel.
On voit ici quelle est la part de contribution de Slash au sein de GNR.
Cet album nous permet également de découvrir des artistes connus sous un nouvel angle (Adam Levine, Fergie)
Et de découvrir aussi un chanteur qui aurait toute sa place dans GNR, en la personne de Myles Kennedy
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

6,59 €

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)