undrgrnd Cliquez ici RentreeLitteraire nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_WSHT16 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Bijoux en or rose

Commentaires client

5,0 sur 5 étoiles
3
5,0 sur 5 étoiles
5 étoiles
3
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
Format: CD|Modifier
Prix:9,99 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Avec Hall Of The Mountain King (1987), Savatage, formation de heavy américaine, sortit LE disque qui lui permit de se faire un nom et révéler le potentiel aperçu sur les disques des débuts (Sirens, Power Of The Night...) mais pleinement exploité cette fois-ci. Le gang mené par les frères Oliva (Jon au chant, Criss à la guitare) quitta donc son statut de combo prometteur pour entrer dans la cour des groupes confirmés. Après un tel album, l'attente des fans et la pression allaient être plus importantes... il ne fallait pas se louper ! Toujours sous la houlette du producteur providentiel Paul O'Neill, et avec un second guitariste en renfort en la personne de Chris Caffery (qui, bien que crédité dans le livret, n'a pas vraiment participé à l'écriture ou à l'enregistrement mais fut bien présent lors de la tournée), Savatage donna naissance à Gutter Ballet en 1989... et le moins que l'on puisse dire est que ces messieurs n'ont pas raté leur coup, bien au contraire.

Gutter Ballet est grand... et à plusieurs titres. Il est non seulement la confirmation éclatante du talent d'écriture de ses géniteurs mais aussi la déclaration sans équivoque de musiciens ambitieux décidés à faire évoluer leur son et à ne pas se répéter en ne proposant qu'un Hall Of The Mountain King bis. Car oui, c'est bien avec Gutter Ballet que Savatage commence à devenir le groupe qu'il sera dans les années 90, à savoir un combo qui laisse s'exprimer dans sa musique des influences plus variées, progressives diront certains, plus proches d'un certain type de hard symphonique ou opéra rock en tout cas. L'ensemble est donc plus peaufiné et la partition déployée fait preuve de plus de nuances et de sophistication qu'auparavant. Mais (et c'est là où l'album est très fort) en même temps que cette mue s'opère, les frères Oliva restent pleinement ancrés dans le heavy metal et n'ont pas rangé leurs guitares ou leur rage au vestiaire.

Puisqu'on parle de rage, prenez-vous donc Of Rage And War (qui ouvre l'album) dans la tête, ça fait du bien ! Jon Oliva est en colère et son chant fait bien ressortir toute sa hargne. De son côté, le frangin Criss décoche un super riff et un solo enflammé qui scotchent. Voilà, ça c'est pour ceux qui avaient peur que Savatage se soit mis au metal pour fillettes (toute proportion gardée, évidemment, on parle de heavy... pas de metal extrême) ! Mais dès le deuxième morceau, Gutter Ballet lui-même, l'évolution de Savatage est bien plus flagrante avec, notamment, l'apparition d'un instrument que l'on retrouvera sur tous les albums suivants : le piano. Le titre est en adéquation avec l'illustration de l'album, avec un côté opera rock très bien exploité (Jon a écrit cette chanson après avoir vu la comédie musicale Phantom Of The Opera). Et que dire du solo absolument magique de Criss ? Fabuleux.

Le piano reste encore le temps de quelques pistes (l'instrumental grandiloquent Temptation Revelation, la mélancolique ballade - registre dans lequel Savatage excelle - When The Crowds Are Gone) mais sait aussi se faire oublier quand le groupe ressort la grosse artillerie avec des compos plus heavy comme She's In Love (ne vous laissez pas abuser par le titre, il s'agit bien d'un titre rapide et hargneux qui aurait pu figurer sur Power Of The Night ou Hall Of The Mountain King), la pesante et ensorcelante Hounds, l'enlevée The Unholy ou l'inquiétante et torturée Thorazine Shuffle. Au fur et à mesure que l'on progresse dans l'écoute de cet opus, on constate à quel point il est équilibré. Tous les ingrédients sont savamment dosés. Le groupe a progressé dans son écriture, il a gagné en finesse. Les paroles sont plus travaillées... tout comme le chant de Jon Oliva (tour à tour intimidant, poignant, agressif, fragile) plus expressif que jamais. On ne passera évidemment pas sous silence le jeu de guitare de Criss Oliva qui fait preuve de flamboyance tout au long de ce disque.

Gutter Ballet est une oeuvre phare dans la discographie de Savatage. Un album abouti, impressionnant, novateur et qui a même connu un certain succès (notamment grâce aux vidéos de Gutter Ballet et When The Crowds Are Gone diffusées sur MTV à l'époque). Il s'agit toujours de heavy metal... mais qui a gagné en classe et en profondeur. Le changement amorcé ici n'allait évidemment pas rester sans lendemain et c'est ainsi qu'après la tournée de rigueur, le groupe s'attela à la production de son projet le plus ambitieux jusqu'alors : son premier concept album intitulé Streets - A Rock Opera. Mais ceci est une autre histoire...

Retrouvez cette chronique (et bien d'autres) sur le webzine auxportesdumetal.com
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
De Savatage, deux albums Edge of Thorns (1993) et celui-ci, Gutter Ballet (1989), sortent pour moi du lot.

La comparaison de ces deux albums est d'ailleurs intéressante sur l'évolution du groupe et du metal à cette époque. Avec Gutter Ballet, Savatage effectue un changement de style et se lance dans le metal progressif. Pourtant la musique est encore très marquée Hard Rock, et on entend les nettes influences de Led Zeppelin dans les riffs et de Van Hallen dans les soli de guitare de Criss Oliva. Le style est aussi marqué dans le chant de Jon Oliva.

Edge of Thorns est résolument plus metal, et Zach Stevens a remplacé Jon à la voix.

A qui s'intéresse au metal et au metal progressif, je recommande vivement l'écoute de ces deux albums, très différents.
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
superbe album sur lequel savatage développe l'emphase dramatique grâce à l'emploi du piano et surtout avec un chant habité (superbes when the crowd are gone, hounds et gutter ballet).
le chant rocailleux de jon oliva sied bien aux orchestrations qui penchent beaucoup vers le classique (thèmes musicaux, structure des morceaux), et cette alchimie marche plutôt bien.

gutter ballet est une belle réussite artistique mêlant donc heavy metal de grande classe (dans le sens joué par des musiciens de talent et ayant un background très large) et inspiration venant aussi de la musique classique, portée par un groupe au top de sa forme et de sa créativité, il s'agit là du line-up classique et le plus performant du groupe, qui sortira encore un album (streets) puis connaitra l'arrivée de zakk stevens au chant pour le non moins excellent edge of thorns.
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles


Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)