undrgrnd Cliquez ici RentreeLitteraire nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos Rentrée scolaire Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Bijoux en or rose

Commentaires client

4,8 sur 5 étoiles
9
4,8 sur 5 étoiles
5 étoiles
7
4 étoiles
2
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
Prix:20,99 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Honneur au pionnier, les sonates de Scarlatti c'est d'abord Scott Ross, c'est une certitude, et puis, à force d'écoute, on se demande si le piano ne siérait pas à ces petites pièces tour à tour graciles, mélancoliques ou nerveuses. La première fois que j'ai entendu Marcelle Meyer, ça a été la révélation, il y a une interprétation possible au piano ! et puis j'ai découvert le cd de Pogorelich, majestueux, et puis et puis.. Zacarias...

Voila ici un petit coffret regroupant tous ses enregistrements absolument délicieux, il ouvre de nouvelles perspectives, Scarlatti se fait tout à coup plus grand, plus vaste. Chaque sonate sonne comme un chef d'œuvre à part entière. Sous les doigts de Zacharias, chaque sonate devient un monde, les secrets de l'architecture complexe de ces bijoux apparaissent clairement, Meyer avait ouvert le passage, Zacharias s'y engouffre et les magnifie (notamment dans la K531 qui annonce le romantisme).

Voila une interprétation fabuleuse dont la qualité acoustique ajoute encore, s'il en était besoin, à la beauté. Il est regrettable que ce pianiste n'en ai pas encore enregistré d'autre, s'il existe ici et la des tentatives d'intégrales, elles n'ont pas la brutale légèreté de cet enregistrement unique. A ce prix là, c'est incontournable !

Notez que le quatrième Cd est uniquement consacré à la sonate K55 jouée inlassablement en bis à chaque concert avec de subtiles variations suivant l'humeur : fascinant !

Ah j'oubliais, Horowitz à laissé quelques enregistrements de sonates qui restent légendaires, mais si peu...
33 commentaires| 36 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 21 février 2011
Ceux qui, comme moi, préfèrent Scarlatti au piano, connaissent la difficulté de trouver une anthologie dépassant la grosse douzaine de sonates, et la frustration qui en découle... Au mieux, on trouve des ensembles avoisinant la vingtaine, mais, sur les 555 dont il existe plusieurs intégrales au clavecin, ça fait bien peu... Et dans le cadre restreint des versions pour piano, Marcelle Meyer et Vladimir Horowitz ont, à ce jour, proposé les anthologies les plus belles, avec un niveau d'interprétation d'exception... Du coup, lorsque, connaissant la qualité du jeu de Christian Zacharias, et appréciant son sens de l'équilibre, de la nuance, sa finesse (dans Mozart ou même Beethoven), on tombe sur ce coffret promettant 4 CD de sonates de Scarlatti au piano, formant un ensemble de taille exceptionnelle, on se précipite. C'est ce que j'ai fait, et je suis enthousiasmé par la qualité de l'interprétation et le choix des pièces, d'où les 5 étoiles, mais souhaite, avant d'en parler, pousser un petit coup de gueule sur le contenu du coffret...
En effet, découvrir que seulement trois CD sont bourrés de sonates, et non le 4ème, est tout de même décevant. Et si le 4ème CD n'est consacré qu'à la sonate 55 jouée en bis dans différents concerts, il faut savoir qu'il y en a quand même 20 versions, ce qui n'a à peu près aucun intérêt, dès lors qu'on veut entendre du Scarlatti, et non 20 interprétations de Zacharias d'une sonate qui est d'ailleurs loin d'être la plus passionnante. Bref, si vous ne dormez pas dans une chambre tapissée de posters de Chritian Zacharias, si vous ne collectionnez pas la moindre de ses apparitions, vous conviendrez que ça relève d'une imposture éditoriale... On aurait tant aimé avoir sur ce 4ème CD un autre ensemble de 16 ou 17 sonates différentes, comme c'est le cas pour les trois autres, plutôt que 20 fois la même...

Donc, considérons que ce coffret a seulement trois disques plus un bonus de peu d'intérêt. Coffret à l'aspect d'assez mauvais goût, d'ailleurs, entre un rouge criard et un masque vénitien qui n'a rien à voir avec le caractère très espagnol de la musique de Scarlatti (bien qu'il fût italien), mais ça n'a pas une grande importance, étant donné le prix économique de cette édition. C'est rattrapé par le fait qu'il contient un fascicule de présentation en français, avec des extraits éclairants de Kirkpatrick (l'homme qui a dressé le catalogue des œuvres de Scarlatti) sur les problèmes que pose l'interprétation de ces sonates au piano. C'est bref mais utile.

Pour ce qui est de l'interprétation, elle est globalement excellente. En effet, on retrouve l'intelligence et l'équilibre qui caractérisent Zacharias. Tout est dosé, chaque sonate fait l'objet d'une lecture adaptée à sa nature, lui donnant toute sa densité, son caractère, sa personnalité, et la démarquant des autres. On n'a jamais l'impression qu'il enchaîne les pièces en série, et il évite l'uniformité. C'est fin, subtil, et il prend soin de ne pas romantiser Scarlatti, notamment en maintenant une régularité du tempo, et en limitant les écarts dynamiques, mais sans renoncer évidemment aux nuances et à la délicatesse permises par le piano. Bref, il obtient un très bon compromis et met magnifiquement en valeur la plupart des sonates choisies. Je dis "la plupart", mais pas la totalité, car il a parfois des partis pris discutables, comme une extrême lenteur pour les sonates K380 et K426, par exemple, ce qui leur ôte de la vie, et peut parfois rendre certaines pièces un peu monotones, par excès de régularité... L'ensemble est néanmoins d'excellent niveau et très musical, parmi ce qui se fait de plus beau dans ce registre, et, finalement, à ranger aux côtés des grands prédécesseurs Horowitz et Meyer, tant la finesse et le goût exquis de Zacharias s'imposent avec évidence.

Pour ce qui est du choix de sonates, il est globalement très bon, et on retrouve, parmi les plus belles pièces, les K3, 87, 109, 132, 141, 162, 183, 208, 213, 247, 296, 322, 380, 426, 427, 434, 466, 481, 532, 544... Il y a 50 sonates jouées au total, mais je cite ici celles qui sont pour moi les plus belles. Par contre, je déplore l'absence des K1 (manque très malheureux), 9, 27, 30, 52, 58, 61, 69, 77, 98, 106, 126, 197, 206, 234, 283, 474, 531.... pour celles que je préfère, mais chacun a évidemment son avis... Et puis, 50 sur 555, il y a forcément des manques...

Cela fait de cette grosse anthologie une excellente affaire, qui comblera ceux qui veulent Scarlatti au piano, très bien joué, très bien choisi, sur 3 disques comportant chacun 70 minutes de musique variée, nuancée, riche, vivante, et belle...
0Commentaire| 46 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
On avait déjà ces disques séparément, mais quelle affaire à ce prix, pour ceux qui vont découvrir! Zacharias est la référence absolue aujourd'hui (alors que l'habituellement excellent Tharaud a raté son coup), après Horowitz et notre chère Marcelle Meyer (mais une autre pionnière femme là-dedans fut Clara Haskil, sur Westminster, plusieurs fois depuis dispo en CD). Contrairement à ce qui est dit dans un autre commentaire ci-contre, si on est vraiment horowitzophile et qu'on a tous ses disques, on s'aperçoit finalement qu'il a enregistré BEAUCOUP de sonates de Scarlatti (il y en eut d'ailleurs un coffret économique spécifique CBS/RCA en réédition compil). Et contrairement encore à ce qui est dit, notre cher Scott Ross ne fut pas pionnier en soi à jouer Scarlatti : mais pionnier à en enregistrer (Erato, avec aussi un excellent et abondant livret) l'intégrale sur clavecin, nuance. Je me souviens qu'au préalable, il en distilla une sonate par jour sur France-Musique... et finit même par en rajouter une de son cru pour rire, ce dont personne ne s'aperçut. Au fait, de Zacharias, ne pas rater non plus sa nouvelle intégrale en cours sur MDG des concertos de Mozart.
0Commentaire| 8 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 28 décembre 2013
Une écoute, un touché inégalable, une précision sans défaut, un jeu imaginatif et toujours au plus haut niveau musical. A ce prix, c'est cadeau.
0Commentaire| 4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 2 mai 2016
Nous avons le choix au clavecin avec Scott ROSS et Blandine VERLET. Le premier avait consacré une intégrale chez ERATO et au piano le légendaire Vladimir Horowitz avait très souvent affectionné pour ces petites pièces courtes mais d'une grande difficulté, notamment lors de ses bis en récital. Ce n'est pas une intégrale que nous avons ici . Mais un large aperçu de l'oeuvre pour clavier de SCARLATTI. Je trouve l'interprétation de Christian ZACHARIAS très intéressante même si par moment elle me semble un peu trop germanique. Dans un autre registre, il me semble que l'interprétation de Ivo PPOGORELICH chez DGG soit plus rayonnante. Mais c'est affaire de goût, car nous sommes à un tel niveau d'interprétation qu'il peut paraître présomptueux de la part du profane que je suis d'exercer un tel point de vue.
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 16 octobre 2011
Oui ces 4 CD sont cultissimes.

Petite revue de presse

« [Avec Chritian Zacharias, Scarlatti devient] concentré de vie, de couleurs et prend un poids, une rudesse de ton qu'on ne trouvait pas chez les pianiste qui ne voyaient en lui qu'un pourvoyeur en « bis » élégants, et dont les tous de passe-passe sont goûtés de tous les publics. Les éclats, les humeurs, en un mot la monumentale « dimension » qu'il trouve ici sont de ceux qu'on pourait faire supporter à une sonate de Beethoven. Enfin, Scarlatti prend une carrure et une intelligence ; ce n'est pas trop tôt. » (Etienne Morea, Diapason n° 369 p. 156 - mars 1991)

« Zacharias nous propose cette anthologie excellemment structurée, variant avec brio les caractères gais ou emportés et les pages plus méditatives. Son jeu très classique et presque austère recrée avec un rare bonheur l'univers kaléidoscopique de Scarlatti. Chaque sonate est campée avec franchise et justesse de caractère. Le ton reste toujours élégant et d'une précision remarquable. » (Michel Laizé, Répertoire n° 35 p. 60 - avril 1991)

« [Christian Zacharias] joue avec distinction, certes, mais comme entre deux eaux : toujours entre le forte et le piano, comme tiraillé entre la volonté de jouer sobrement et la tentation de ne pas sous-employer son instrument, avec le risque que cela comporte de basculer dans un univers sonore résolument romantique. Cela dit, grâce a sa technique excellente et notamment sa belle indépendance des deux mains, il nous donne quelques sonates particulièrement réussies : La Sonate en sol majeur K 454 et surtout la Sonate K 455, elle aussi en sol majeur, d'une vélocité fulgurante. » (Jean-Marie Piel, Diapason n° 247 p. 65 - février 1980)

« Grace à une sonorité capiteuse, une « digitalité » souveraine (ses détachés, ses croisement de mains), [Christian Zacharias] peut aligner des trilles d'une surprenante beauté, arborer une volubilitéaccrocheuse (K 96), tisser une texture pianistique d'une rare densité (K 512 ou quatre mains semble parcourir le clavier). S'il n'est pas toujours captivant dans certaines sonates lentes (L 545 ou K 466 en raison de la (très) relative monotonie de sa palette sonore, on trouvera savoureuse la lenteur calculée, avec ses rubatos (effets de rythmes et de tempo) insensés, de la célèbre Sonate K 380. » (Jean-Luc Macia, Compact n° 61 p. 56 - février 1991)
0Commentaire| 7 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 10 février 2016
SUPERBE EST BIEN LE MOT CONCERNANT CES INTERPRETATIONS. A CE PRIX LA SURTOUT IL NE FAUT PAS HESITER UNE SECONDE.
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 3 juin 2013
A mon avis, le meilleur interprète de Scarlatti. Sensibilité et technicité font un mariage heureux au profit de l'auditeur qui peut se laisser porter sans la moindre résistance.
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 1 décembre 2011
le 'ème CD comprend 12 versions de la m^mee sonate ce qui est un peu lassant, mais dan les autres quelques unes des sonates sont assez raraes.
11 commentaire| 4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

6,99 €

Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici