Cliquez ici undrgrnd Cliquez ici RentreeScolaire Cloud Drive Photos cliquez_ici. Cliquez ici En savoir plus Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo

Commentaires client

3,9 sur 5 étoiles
32
3,9 sur 5 étoiles
Format: Blu-ray|Modifier
Prix:3,47 €+ Livraison gratuite avec Amazon Prime


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 25 avril 2017
NEW REVIEW in 2017

It was a nostalgic film in 2006 when the wars started by George W. Bush in Afghanistan and Iraq were turning stale and sinking in the quagmire of all colonial and imperialistic wars. It was of course a comment on these wars like when Edward Wilson says “We are trying to make wars small.” That is sure right if we can say so without sounding sarcastic, even at the time. They were in the process of getting their fingers into Vietnam after the defeat of the Bay of Pigs and Cuba. Of course far worse was to come, precisely Afghanistan and Iraq. They financed Al Qaeda in Afghanistan against the Soviet who pulled out rather fast. And now the USA have to face them and some dissidents or alternative factions in the fields George W. Bush decided all by himself and like a big boy to invade.

That was a time when intelligence was important against Hitler but they met with Soviet spies in Germany and they did not necessarily have the upper hand. In fact, they were infiltrated very early after the war and in spite of what the film implies, that was not the cause of their lack of success and their future failures. They failed because the objective was wrong: they wanted to manipulated governments and states in other countries, hence their objective was imperialistic and that went against the grain of history that was witnessing the fall of all big colonial empires and the withering of any kind of imperialistic ambitions. They also went against the grain of the new phase of our human development that was and still is based on economic growth and welfare state policies.

But the film shows far too well that the life of such spies is not a human life. Far from home, far from wives and children, entangled in all kinds of affairs and constantly the target of rival spying factions that try to get some information and leverage over you by getting something about you that should not become public (blackmail) or by menacing your spouses or your children.

The film is well performed by seasoned actors though the shifting in time is at times difficult to follow in spite of the places and dates given now and then, though not all the time (where is the scene in Africa: Ivory Coast or Congo Kinshasa?). The most difficult problem was simply Matt Damon who was running in the film from the late 30s to the early 60s and he really was the same man not looking in anyway younger when necessary and older when needed. It is surprising because nowadays the make-up department of any studio can do a better job.

At times here and there we have some extremely arrogant and irritating remarks that are supposed to be pieces of humor like the following:

Richard Hayes: I remember a senator once asked me. When we talk about "CIA" why we never use the word "the" in front of it. And I asked him, do you put the word "the" in front of "God"?

That’s the arrogance of George W. Bush who was pushed aside by Obama for eight years in 2008 who in his turn tried to have diplomacy prevail, though he was obsessive and obsessional about cyber security and cyber intelligence and had everyone in the world eavesdropped upon by the CIA. Note I must be old fashioned and from outside the institution because I do say THE CIA, but also THE FBI and a few others.

The film will tell you how foolish of Trump if he were to start another front somewhere in the world. But there is no one more foolish than, a populist politician or a circus clown. The difference is that when the populist politician falls on his face it is in the midst of maximum destruction and mass killings, whereas a clown falls on his face to make children laugh. Sooner or later Trump will be the monster in the closet that will come out “if you do not go to sleep immediately.” How many lateral, bilateral and collateral victims will you count in six months? Already several thousands in just a few weeks.

Dr. Jacques COULARDEAU

OLD REVIEW, MANY YEARS AGO

This is an essential film to understand where the world stands and where it is going in the present period. De Niro signs here a severe and ruthless denunciation of the methods of the US government in the world since they started the CIA at the end of the 30s. A young man, the son of a dead-by-suicide officer of some sort, is recruited by the FBI to find out the identities of the members of a fascist group that is in fact in the hand of an American agent unknown of the FBI. He will then become an essential agent in London during the war and in Berlin after the world, covered as a commercial agent, and it is trade and nothing else, to exchange some fascist scientists who are not too important for the Jewish scientists the Soviets are getting rid of.

This will lead the main character who is the head of the office in Berlin to recruit a KGB agent into his service. What is very strange is that the CIA does not find out this agent is being recruited under the name of another KGB agent (the CIA was un-informed on the subject which means they did not cover the whole world and had weak points, just like the Soviet should not have used the name of another KGB agent) and it is done with the complicity of an English agent. This man will become the mole in the CIA when Cuba becomes communist and when the US tries to organize the re-conquest in the Bay of Pigs.

The failure is so enormous that they decide that there must have been a mole. And they start looking for it. The Soviet then start playing cat and mouse with the main character and manage to compromise his son in the business by making him fall in love with a woman in Africa, or at least have a sudden desire for the woman that turns into love but this woman is one of their agents. That titillates the man and he really digs out what he can dig out and finds out the real mole by some simple action: to check a book that was offered to that mole by some English agent when he was finally recruited by the CIA.

That book should have been checked and was not. Negligence and non-professionalism. And this ex-KGB agent is never the object of the slightest doubt even when another KGB agent arrives and pretends he is the man carrying the name the ex-KGB agent has been recruited under. It is the son who will pay, and pay dearly, for the amateurish caper, indirectly for sure since the woman will be eliminated. So much for love among spies. But what is left after this action is finished, a tremendous action with numerous intertwined though clearly identified flashbacks over the whole period from the 1920s to the mid 1960s?

First that this CIA was born in super-patriotic and super-nationalist secret groups in the US, groups that ignore democracy and in a way human dignity, since the new members have to go through a fight in the nude, in mud and with the older members eventually pissing on them. These circles and groups are dangerous. What's more they are so closed up onto themselves that they lose somewhere the necessary objectivity and a negligence becomes possible and a double agent can infiltrate the whole system. The second lesson is that this CIA is supposed to reshape the world in conformity with what the US wants.

This is also very dangerous, and there the film is totally idealistic: the CIA can do what they want they can only slow down change in the world, not reverse it, Latin America being the best case ever. It has never been so nearly unanimously on the left, dark and deep pink if not completely red, and only as a reaction to the US's use of the CIA to manipulate people. These agents are also extremely inhuman. They have to forget all links with family, friends, relatives, or any acquaintances.

They must be ready to betray all these in the name of their mission and purity and kill every time it is necessary. They are kept under constant surveillance either by the other side or by people on the US side that no one knows. The film finally gives you one example of the El Ghraib torturing methods and that really makes you shudder and shiver. And the tragic end will be all the more pathetic when we know the victim was right and telling the truth. A film you must see absolutely.

Dr Jacques COULARDEAU
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 6 juin 2017
Bravo à Monsieur de Niro pour ce film qui ne tombe ni dans la facilité ni dans le documentaire un peu ardu. Une excellente réalisation avec des acteurs au-dessus de tout soupçon et qui montre comment un service né de la guerre contre l'Allemagne nazie a su se développer pour faire barrage (avec plus ou moins de succès, c'est vrai) dans cette guerre qui ne dit pas son nom depuis 1945 dans laquelle la (les) concurrence(s) internationale(s), mercantile(s) et militaire(s) ont joué un rôle qui n'a jamais cessé, d'ailleurs.
Monsieur de Niro a choisi la difficulté et c'est une réussite parfait grâce aussi à des acteurs également parfaits.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
J'ai failli abandonné au bout d'une heure gagné par la torpeur...
Mais en fait le cinéma ne sait nous envoyer qu'une certaine vision peu réaliste de l'espionnage : soit tragicomique (James Bond), soit fondée sur des prouesses de cascadeurs et de gadgets pyrotechniques.
Ce film nécessite une bonne connaissance des affrontements idéologiques et des conflits du 20ème siècle pour être lisible de tous. Son rythme, lent, montre que les services secrets sont des lieux de calculs, d'intrigues où chaque fait n'aura souvent un effet boomerang que des années plus tard, C'est l'univers du mensonge, de la trahison lente de soi-même et de toute forme d'éthique et je ne parle même pas de morale.
Robert De Niro réussit ce pari difficile de nous faire partager toute la vie d'un personnage en fait incapable de toute forme d'amour ou de compassion. Chez ces gens là, l'amour affiché de la mère patrie américaine ne se nourrit que de la haine des autres cultures !
Matt Damon (dialogue volontairement proche du mutisme : aucun état d'âme) est glaçant dans ce rôle et est fort bien entouré. La photographie est magnifique.
Mais je peux comprendre tout à fait que ce film, ni documentaire ni thriller, ennuie à mourir certains spectateurs.
0Commentaire| 18 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Basé sur l'histoire véritable des débuts de l'agence mondialement connue pour ses "nettoyages", précédemment nommée les services secrets, ce film nous fait entrer dans le coeur du complot et de la paranoïa. Nous atérrissons en plein dans le vif du sujet. De nombreux flash-back dans différentes années nous poussent à être attentif sinon l'histoire nous passe sous le nez. La vie de Wilson se ressent comme une tragédie. Il débute par l'université de Yale, d'où il intégre la trés pompeuse socièté secréte : "Skull and Bones" et se renforce dans sa solitude. CIA le remarque et l'embauche dans ses rangs, et il donnera sa vie à son pays. Le seul amour qu'il ait connu va se briser par une erreur qu'il a faite et, en bon gentleman, il se mariera pour honorer la femme d'un moment, l'aventure qu'il se croyait permis. Son mariage est une immense erreur et Wilson vouera sa vie à son pays, dans un monde où chacun suspecte l'autre et où on se fait descendre pour peu de chose. On assiste éberlué aux différentes affaires traitées, plus macabres les unes que les autres, mais le summum reste la scène de l'avion vers la fin. CIA ne s'embarrasse d'aucun principe et quand elle veut quelque chose, CIA l'obtient, quitte à donner un choix machiavélique à ses agents. Wilson en fera les frais et sa vie dépendra de son choix.
CIA ? tiens, pourquoi pas n'y a t'il pas "la" devant ? N'aurais-je pas fait attention ? Non, bien sûr que non. La réponse est dans le film et elle glace les os.

Le film en Blu-ray, n'apporte rien de plus qu'un simple dvd, pas de décors grandioses, pas de plan rétractible, et aucun bonus... Dommage !
0Commentaire| 8 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
De Niro réalise avec ce film une des oeuvres les plus réalistes sur le monde opaque de l'espionnage, depuis la création de "CIA" ; CIA y est en effet nommée par les espions comme un "dieu" et non une agence.La mécanique tordue des raisonnements manipulateurs y est démontée avec une belle éloquence.La perversion et la froideur de ces gens, dépourvus de sentiments qui sont pour eux de la "faiblesse", est bien soulignée, de même que l'exploitation malsaine de ceux ci chez les autres.On y voit aussi comme les sociétés secrètes et opaques influent sur la vie d'un pays, dans la paranoia la plus totale.Excellent pour se documenter sur le sujet, mais exigeant, ce qui est bien normal.
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 12 avril 2012
Attention : petit souci au niveau de la V.O. Celle-ci est complètement décalée à plus d'une demi-heure de la fin.
Ça gâche un peu l'histoire !!!
0Commentaire| 7 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 25 janvier 2016
ce 2nd film de Robert De Niro après "Il était une fois le Bronx" est un long récit qui s'étale de la fin des années 30 (un peu avant le début de la 1ère guerre mondiale) au début des 60's. Pour Edward Wilson, seul témoin du suicide de son père et membre de la Skull and Bones Society à l'Université de Yale, l'honneur et la discrétion sont des valeurs primordiales. Ce sont ces qualités qui poussent la CIA, l'agence gouvernementale qui vient d'être créée, à le recruter. Il se montre de plus en plus suspicieux, et l'isole de plus en plus de sa famille au fur et à mesure qu'il monte en responsabilités dans ce service.
Il règne tout le long du film un climat de paranoïa où tout le monde a des choses à cacher, où personne ne peut faire confiance à personne et où les amis peuvent devenir ennemis et inversement. Le scénario d'Eric Roth rend brillamment compte de ce climat oppressant et la mise en scène sert bien son propos, elle est discrète mais soignée au niveau de la photographie. L'ensemble n'a quelques longueurs, il faut s'accrocher pour suivre tous les rebondissements et le film est cependant passionnant avec un très bon casting, Matt Damon en tête, parfait dans son rôle d'homme taiseux dévoué aux Etats-Unis.
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
On me dit que c'est déjà le second film de de Niro. En tout cas, c'est plutôt une réussite et, sur toute cette longueur, on ne s'ennuie guère. Un froid et taiseux technocrate de l'espionnage, et surtout du contre-espionnage, qui sur fond de manipulations à la sauce retournements, faisant apparemment brillante carrière aux Etats-Unis, perdra tout dans un monde glacé : son idéal, ses illusions, l'idée qu'il avait eu de son père, l'amour de sa vie, sa femme, son fils, ses amis, la moindre confiance humaine... Cela dit, je préfère encore franchement l'espionnage donc loin en terrain ennemi, genre derrière ce bon vieux rideau de fer d'antan, dans le genre romans encore plus retors et glauques de John le Carré (où le chef d'oeuvre absolu est le Smiley de la série de la BBC, avec Alec Guinness et Ian Richardson).
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 19 janvier 2008
Raison d'etat est une oeuvre passionnante. Maitrisée de bout en bout,la tension du film ne se relache jamais en dépit de sa longueur.Cela on le doit à une mise en scène certes sans surprises mais d'une extrême sobriété faisant ainsi la part belle à un scénario brillant et malin en diable.Les acteurs sont convaincants et Matt damon en soldat stoîque de la guerre froide est admirable.
Sans aucun doute une excellente surprise .La compléxité du sujet n'en aucune façon impressionné un Robert De niro pourtant novice en tant que réalisateur.Ce qui laisse augurer une seconde partie de carrière des plus prometteuse...
0Commentaire| 8 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 22 septembre 2010
comment l'OSS, ancêtre de la CIA, s'est calquée sur les méthodes de MI6 en Grande Bretagne pendant la seconde guerre mondiale, avec une CIA naissante, qui évolue avec des ressources technologiques une plus avancée et où l'homme semble peu à peu être broyée plus par la méthodologie que par ses ennemis. Oeuvre très documentée et très rigoureuse dans les implications psychologiques
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles


Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)