undrgrnd Cliquez ici Livres November Stockage illimité pour les photos et bien plus encore cliquez_ici Cliquez ici Acheter Fire En savoir plus cliquez_ici Jeux Vidéo

Commentaires client

4,3 sur 5 étoiles
15
4,3 sur 5 étoiles
Format: Téléchargement MP3|Modifier
Prix:10,99 €
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Pour ce quatrième album réalisé en 1975, Christian Decamps et sa bande (c'est-à-dire à l'époque Francis Decamps aux claviers, Daniel Haas à la basse, Jean-Michel Brézovar aux guitares et Guénolé Biger, dont cela devait constituer l'unique prestation au sein du groupe, à la batterie) sont allés puiser leur inspiration dans la campagne de leur Franche-Comté natale, et ont rencontré un vieux maréchal-ferrand qui leur a conté au coin du feu des histoires et des légendes à l'origine de ces chansons très prenantes et envoûtantes.
Une inspiration moins moyen-âgeuse que sur l'album précédent, et un ton (et un son) un peu plus dur aussi, comme sur "Bêle, bêle petite chèvre" ou "Ego et Deus" et même "Le nain de Stanislas" et son solo de guitare final très rock. Mais on retrouve également des climats acoustiques enchanteurs comme sur les sublimes "Sur la trace des fées" et "Jour après jour", enrichis des claviers magiques de Francis Decamps (en particulier les synthétiseurs) aux sonorités aussi subtiles qu'imaginatives et qui n'appartiennent qu'à lui.
"Aurélia" (l'une de mes chansons préférées du groupe) est une pure merveille, qui commence doucement puis qui s'élève très haut (avant de finir comme elle a commencé), avec des paroles qui touchent au génie ("Aurélia, à tes pieds de rivière, je m'abreuve doucement" (...) "Ta nuit dirige mon âme, à frôler ton échine / Qui reste la seule route, atteignant l'Eternel !" Incroyable) et un pont constitué d'un fantastique solo de synthétiseur; "Le marchand de planètes" est un joyau tant au niveau des textes que de la musique, étrangement cosmique dans ce contexte plutôt terrien, et "J'irai dormir plus loin que ton sommeil" est étrange à souhaît, avec son atmosphère inquiétante de cimetierre surréaliste... Enfin, "Ode à Emile" est certainement l'une des meilleures chansons du groupe, une belle envolée épique dotée d'un court mais grandiose solo de guitare électrique.
Un album de Ange particulièrement coloré et attachant, sans le côté glacial de "Caricatures" et du "Cimetière des arlequins", mais également beaucoup plus dense musicalement voire violent même parfois qu'"Au-delà du délire".
Mon album préféré des francs-comtois avec "Par les fils de Mandrin" (également les deux meilleurs avec "Guet-Apens" selon moi), aux peintures et illustrations de Philippe Huart particulièrement réussies (voir le vinyl). Juste derrière, je place "Au-delà du délire" et "Le cimetière des arlequins" ex-aeco (pour ne citer que les disques des seventies, tous indispensables).
A quand des rééditions en paper-sleeve de tous ces albums merveilleux ???
44 commentaires| 10 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 15 décembre 2009
Emile Jacotey, paru en 1975, est le quatrième album studio du groupe de rock progressif français Ange. Le titre de l'album, en hommage à un maréchal-ferrant, est un élément-clé pour la compréhension du disque : si les albums précédents d'Ange étaient des collections de chansons indépendantes, Emile Jacotey, lui, a tout ou presque de l'album conceptuel, le genre d'albums que l'on retrouve souvent dans le rock progressif (The Lamb Lies Down On Broadway de Genesis, Animals de Pink Floyd, Tales From Topographic Oceans de Yes...). Au moment de l'enregistrement de cet album, Ange est constitué du chanteur/claviériste Christian Décamps, de son frangin Francis (orgue, claviers divers), du batteur et percussionniste Guenole Biger (aussi guitariste), du bassiste Daniel Haas et du guitariste Jean-Michel Brézovar.

Emile Jacotey ne marque pas vraiment un pas en avant comparé à Au-Delà Du Délire (le précédent album). On y retrouve les mêmes ingrédients : paroles poétiques (qui, parfois, sont un peu beaucoup kitsch : Bêle, Bêle, Petite Chèvre me fait rire, c'est embarrassant), musique progressive et souvent d'ambiance médiévale, comme le Genesis de la période 1970-1973...Le Nain De Stanislas se finit à peu près pareil que Si J'Etais Le Messie (de l'album précédent), par une déclamation, et pas mal de titres de l'album ramènent à l'ambiance magico-médiévale, assez heroïc-fantasy tout compte fait, comme dans Aujourd'Hui, C'Est La Fête De L'Apprenti-Sorcier (sur l'album Le Cimetière Des Arlequins) : Sur La Route Des Fées (magique), Le Marchand Des Planètes...

La face B était occupée dans sa quasi-totalité (17 minutes sur les 21 ou 22 minutes qu'elle durait) par une suite intitulée Ego Et Deus. Cette suite a été scindée, en CD, en 4 parties (rendant son écoute plus pratique, mais tuant un petit peu sa fonction, justement, de suite musicale). Si la troisième partie, Aurealia, est décevante, Les Noces et J'Irai Dormir Plus Loin Que Ton Sommeil sont de très bons moments. Mais bon, dans l'ensemble, le meilleur de cet album est sur la face A : Ode A Emile, Jour Après Jour, Sur La Route Des Fées sont franchement parmi les meilleurs titres d'Ange. Un groupe dont je ne suis vraiment pas fanatique, soit dit en passant, mais Emile Jacotey est, avec Par Les Fils De Mandrin, un des rares albums d'Ange que j'aime. Un disque quasiment conceptuel sur la paysannerie et le terroir, par ailleurs !
0Commentaire| 5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 3 août 2006
Groupe merveilleux, c'est le cas de le dire. Mon père écoutait cet album dans sa jeunesse, mais aujourd'hui je reprend la relève. Certes Sir Decamps à pris un coup de vieux mais ce n'est pas le cas pour Ange.

Ce disque nous emporte en un monde magique, ancestrale, un album envoûtant, magique... à la rencontre de légendes rurales ("Les gens avaient peur de la chèvre..."), de notre enfance oubliée ("Sur La Trace Des Fées", qui au passage est doté d'un arpège magnifique !)...

Un album qui restera un classique de la scène française...

A découvrir et à redécouvrir donc !
0Commentaire| 15 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Deuxième disque d'or pour Ange, via Au-delà du Délire. Le groupe des confins de Belfort trône définitivement en tête des formations de rock françaises. Il n'est pas prêt d'en être déloger, en dépit du départ du batteur Gérard Jelsh (remplacé par le futur Négresses Vertes, Guinolé Biger), en conflit avec les autres membres, suite à l'accident affectant bêtement Christian Descamps et privant Ange de travail pendant plusieurs mois. Qu'à cela ne tienne, le public de fidèles grossit à vue d'aeil. A leur retour, début 1975, Ange les gratifie d'un quatrième LP, plus vrai que nature : Emile Jacotey, personnage bien réel et tout ce qu'il y a de vivant à l'époque des faits, vieil homme façonné par la dure terre franc-comtoise, maréchal-ferrant de son état (un certain Emile Jacquottet repose au cimetière de Saulnot en Haute-Saône). Cet album a deux têtes : l'une est bien faite, l'autre, bien pleine. Vous saisissez la nuance ? La première face, imaginée pendant les tournées, est cohérente, bien menée et très alléchante (le superbe Ode à Emile, Sur La Trace Des Fées, Jour Après Jour, l'extravagant Nain de Stanislas, l'humoristique Bêle Bêle Petite Chèvre, plus rock) ; la seconde, moins imaginative et écrite dans la hâte pour terminer le travail dans les temps, montre quelques signes de relâchement (Les Marchands de Planètes, Ego et Deus). Aurealia, J'irai Dormir Plus Loin Que Ton Sommeil et Les Noces échappent toutefois à ce constat. Mais Descamps reste Descamps, inimitable chanteur théâtral, la verve brillante et enchanteresse, voire ensorceleuse, compositeur toujours aussi prolifique et expressif. Et la musique, dans tout ça ? Elle se met au service de ces magnifiques textes légendaires, dans le même esprit moyenâgeux que celui qu'Ange tisse depuis trois albums. L'Ode à Emile, c'est du produit exclusivement de notre terroir. Une marque nationale, belle simple, éternelle. Même en étant un peu en deçà du sémillant Au-Delà Du Délire pour les raisons évoquées quant à sa deuxième phase, Emile Jacotey reste une aeuvre majeure et attachante. Qu'elle ait été dédiée à un personnage aussi affectueux que le vieil Emile montre l'énorme et respectueux attachement d'Ange à la terre de leurs aïeuls. Emile Jacotey restitue, de la meilleure manière qui puisse être, l'idée du livre des légendes de Franche-Comté, qui tenait tant à Descamps. Mieux, il donne à ces contes de coin d'âtre, une grandeur supplémentaire. Ange a tapé en plein dans le mille ou dans l'Emile, vu du côté de Saulnot.
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 11 décembre 2015
J'écoute Ange depuis bien des années avec plus ou moins de bonheur ... J'ai lâché un peu le groupe pendant sa période " Caroline Crozat " même si parfois il y avait de bonnes choses ....
Finalement , " Emile Jacotey " est le disque de Ange auquel je suis le plus attaché , celui vers lequel je reviens toujours . Les passages racontés par le vieux maréchal ferrant sont assez émouvants . Ils servent parfaitement ce superbe disque qui contient de merveilleux titres qui en font probablement le meilleur album d'Ange , enfin je pense ....
" Jour après jour " , " Ode à Emile " , " Sur la trace des fées " (sans doute le meilleur titre de l'album) ou encore " Les Noces " sauront vous émouvoir grâce à une atmosphère hors du commun .
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 24 mars 2009
ange se surpasse techniquement là pour nous délivrer enfin un enregistrement digne de reveler toutes les nuances et subtilités de leur musique.
parfait pour se plonger les yeux fermés mais les oreilles grandes ouvertes pour apprécier les hurlements de christian comme de la guitare du fantastique brézovar d' entrée de jeu. on poursuit sur une belle légende locale présentée par Emile lui_meme et interpretée en douceur par le groupe. puis on se retrouve en bouffon des temps médiévaux, théme cher au groupe.
on est aux anges devant la beauté de l' hommage fait à émile par christian, tout comme devant la déclaration à aurélia.
on passe donc de titre en titre en divers lieux à travers les temps jadis le plus naturellement du monde, et c' est un véritable tour de force de cet album particulièrement.
par contre je suis perplexe devant " j'irais dormir..." et " le marchand ", dont la musicalité, l' orchestration meme, me font plutot penser à des " chutes" mises là pour combler la face B du vynil.. d' ou 4 étoiles " seulement ", désolé, je me dois d' etre intransigeant avec mes idoles par soucis de sincérité.
33 commentaires| 6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 4 avril 2014
c'est avec plaisir que j'ai retrouvé les chansons de mon adolescence, surtout Aurélia j'adore cette chanson et j'ai prénommé ma fille ainsi. Dommage que le son ne soit pas terrible.
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Après "Caricatures" en 1972, "Le Cimetière des Arlequins" en 1973 et "Au-delà du délire" (disque très médiéval) en 1974, les frères Francis et Christian Decamps sortent ce magnifique album en 1975.
"Emile Jacotey" qui est le nom d'un vieux maréchal-ferrant est encore plus construit que le précédent et se base sur des contes et légendes du Territoire de Belfort.
Sur ce disque on trouve de vraies perles que j'écoutes avec autant de plaisir presque 40 ans après.
Citons bien évidemment "Sur la trace des fées", chanson très onirique nous promenant dans les forêts profondes peuplées de fées en robes blanches ou encore "Jour après jour", l'histoire d'une chasseresse au destin irréel.
Bien sur il y a "Emile Jacotey" qui au début du morceaux nous dit quelques mots et qui restera à jamais le symbole du vieux patriarche transmettant par oral tous les anciens mythes, fables et traditions.
Ce concept-album se poursuit avec tout un folklore comme "Bêle, bêle petite chèvre", "Le nain de Stanislas" ou encore "Aurélia".
Pourtant, point de vue personnelle, il y a deux ou trois titres qui sont en deçà comme "Ego et Deus" ou "Le marchand de planètes".
On à un peu l'impression que le groupe s'est relâché.
En tout cas ce groupe de rock progessif Français nous a concocté quelques merveilleux albums comme "Au delà du délire" déjà cité, "Par les fils de mandrin" et bien sur celui là qui est une véritable ode à la paysannerie française et qui est de loin mon préféré.
Pour l'anecdote Emile avait à l'époque 85 ans et le groupe lui offrira le disque.
Pour terminer cette chronique voici un extrait de "Sur la trace des fées":

Jadis, avec Pierre et Gladys
On les voyait passer en robe blanche
Au ruisseau qui traînait nos rêves
Vers un écrin de joie
Nous suivions la trace des fées
C'était au mois de mai.

Et un autre de "Jour après jour":

Assis au bord de la fontaine
Au lointain j'aperçus Pharaon
Le chien courait à perdre haleine
Les cailloux fuyaient sous ses bonds.

Le comte priait au presbytère
Les écuyers vantaient fausses prouesses
Soudain le silence envahit la terre
Quand s'approcha belle chasseresse.

Cela vous donne un bon aperçu de l'ambiance de ce disque. N'oublions pas non plus les claviers fabuleux de Christian Decamps.
Adanson Marco.
PS: Ca n'a rien à voir avec cette chronique mais RIP Lou Reed.
44 commentaires| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 16 octobre 2015
un très bon album du groupe ange, que j'ai réécouté avec délice, il y a toujours une bonne énergie musicale comme autrefois.
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 20 juillet 2014
Le CD correspond à ma commande est marche tout à fait bien mais la boîte est arrivée casser par le transport je suis déçu
11 commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles


Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici