undrgrnd Cliquez ici RentreeLitteraire nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos nav_WSHT16 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Bijoux en or rose

Commentaires client

4,6 sur 5 étoiles
18
4,6 sur 5 étoiles
Format: Blu-ray|Modifier
Prix:13,89 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Etonnante histoire que celle de Julie Bertucelli (née en 68, fille du réalisateur Jean-Louis Bertucelli -'Docteur Françoise Gailland'-, elle est dotée d'une maîtrise de philosophie) : réalisatrice de documentaires pour la télévision, assistante-réalisatrice au cinéma (aussi bien de Krzysztof Kieslowski que d'Otar Iosseliani, de son père que de Bertrand Tavernier) et finalement réalisatrice d'un premier long-métrage en 2002, 'Depuis qu'Otar est parti', traitant déjà de la difficulté de vivre après la mort d'un proche, elle a décidé à un moment donné d'adapter le livre de 2003 de l'australienne Judy Pascoe (c'est d'ailleurs parce qu'une productrice australienne avait déjà acquis les droits d'adaptation du roman que le film dut se tourner en Australie en coproduction) traitant lui aussi de ce même sujet et c'est alors qu'elle en écrivait l'adaptation que son époux, Christophe Pollock (1954-2006), directeur de photographie (qui avait d'ailleurs signé les images du premier long-métrage de son épouse), qui était malade, est mort... Du coup, ce long-métrage sur le travail de deuil n'est sorti qu'en 2010...

Simone (8 ans), l'une des quatre filles de Charlotte Gainsbourg vient de perdre son père mort brusquement au pied d'un extraordinaire figuier à côté duquel la famille a sa maison. Persuadée que l'esprit de son père s'est installé à l'intérieur de celui-ci, elle y trouve refuge et surtout lui parle, faisant ainsi très lentement son travail de deuil. Sa maman, atterrée, mettra elle aussi plusieurs mois pour arriver à retrouver un semblant de goût de vivre ; mais, obligée de trouver un travail afin de pouvoir faire vivre sa petite famille de quatre enfants au total (un grand, un moyen et un plus jeune fils en sus de la petite), elle rencontre Marton Csokas (un néo-zélandais vu dans 'Le Seigneur des anneaux' et 'Kingdom of heaven' notamment) et trouve à son contact la tendresse dont elle a besoin pour arriver à refaire surface. Mais évidemment, cette liaison est considérée comme une trahison par Simone... et l'arbre... qui devient agressif envers la maison...

Doux film poétique sur le travail à priori toujours impossible du deuil, 'L'arbre' est une magnifique métaphore du trajet qu'accomplit à partir du moment de la mort du mari et père toute la petite famille de celui-ci. Si vous-même avez besoin d'aide pour arriver à rester debout après un tel malheur, vous pourrez probablement la trouver au travers de ce long-métrage paisible et lent, une sorte de fable presque fantastique, tournée à hauteur de cœur : 'L'arbre' est une œuvre universelle et intemporelle dont l'impact est à la fois imperceptible et néanmoins décisif, qui vous touchera par sa 'force tranquille' et sa profondeur et vous bouleversera par ses non-dits !
0Commentaire| 6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 31 octobre 2013
Dommage que ce merveilleux film n'ai pas été plus diffuser lors de sa sortie en salle, car il est merveilleux et touchant. Grâce au DVD j'ai pu le voir en Français, non pas en sous titré comme en salle et pour moi c'était un vrais bonheur. j'ai pu enfin concentrer toute mon attention sur les merveilleuses images et les détails.
Charlotte Gainsbourg est parfaite dans le rôle principale, les enfants jouent merveilleusement bien et l'Arbre nous en dit long... Bravo
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 18 juillet 2014
J'ai été happée par ce film, superbe, si bien filmé, tout semble tellement naturel. Paysages superbes en Australie. C'est un film tellement actuel, juste et vrai, la fore d'une femme et son équilibre porté par ses enfants.
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 12 mars 2013
A VOIR UNE FOIS POUR LA PRESTATION DES ACTEURS. BELLE PEINTURES DES DIVERS SENTIMENT FACE A LA DISPARITION D'UN ETRE CHER. PAYSAGES SUPERBES MAIS RYTHMES LENT ET SCÉNARIO QUELQUE PEU BANCAL. IL MANQUE CE PETIT QUELQUE CHOSE POUR DONNER L'ENVIE DE LE REVOIR
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Adaptation du livre de Pascoe L'arbre du père, présenté hors compétition au Festival de Cannes 2010, ce film est un vrai et grand film au sens noble du terme. Poétique, juste et parfaitement joué, il ne lui manquait qu'une belle édition bluray pour nous en mettre plein la vue, voilà qui est fait !

Effectivement, l'image réalise un sans faute. Les couleurs sont magnifiques, les contrastes parfaits et le piqué tout à fait convaincant. C'est beau, c'est de la vrai HD et c'est en parfaite harmonie avec le film.
Pour le son, VO et VF en DTS HDMA 5.1 sont toutes deux pleinement satisfaisantes. L'immersion est réussie, l'amplitude bonne. Bien sur il n'y a pas d'effets sonores à vous faire vriller les tympans, simplement des ambiances et des dialogues extrêmement bien restituées et c'est l'essentiel.

Coté bonus :

* A l'ombre de l'arbre (SD 30 minutes) > making of
* Scènes coupées (SD 8 minutes)
* Galerie de photos (HD 6 minutes
* Bande annonce VOST (HD 2 minutes)

En bref, une édition bluray superbe pour découvrir ou redécouvrir un film d'une grande sensibilité.
44 commentaires| 7 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 14 janvier 2012
Ce conte oscillant entre poésie et fantasmagorie a des côtés attachants sans nul doute. On ne peut rester sans s'émouvoir de la petite Simone qui fait le transfert de son papa mort vers un figuier majestueux mais un brin dévastateur. La réalisation est toutefois entachée de clichés un peu énervants, ruisselant de bons sentiments écologiques, qui confinent parfois à la niaiserie. Dans le genre, Charlotte Gainsbourg met la dose et n'y contribue pas peu. Le message n'est en définitive pas très clair et la fin apocalyptique, peu crédible, clôt de manière navrante ce film trop déroutant pour emporter vraiment l'adhésion.
0Commentaire| 5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 13 janvier 2013
Habituellement je ne trouve pas que Charlotte joue de façon particulièrement bien mais là je la trouve exceptionnelle, elle arrive à faire passer les émotions de cette femme qui a perdu son jeune mari, la difficulté de s'occuper de ses 4 enfants et sa difficile reconstruction. Belles images sur ce BD tourné en Australie, le son est très bon et permet de bien profiter de la musique et des dialogues. Vous l'aurez compris, pas besoin de s'étendre dessus, l'histoire tourne autour d'un énorme arbre qui va incarner le père perdu pour les enfants et finalement pour la mère éplorée.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 11 décembre 2014
J'en sors à l'instant. Magnifique et mystique. Comment se raccrocher à la vie sous une autre forme. Le long parcours d'une épreuve en famille, chacun avec sa sensibilité, ses doutes, ses forces et ses faiblesses. La petite "Simone" est extrêmement touchante et Charlotte Gainsbourg excelle dans ce rôle tout en fragilité. La bande son vient parfaire ce qui l'est déjà par le scénario. Le morceau "To build a home" de "The cinematic orchestra" devrait vous faire dresser ce qu'il vous reste de vos origines simiesques sur les bras... Merci Julie Bertuccelli.
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 3 octobre 2013
C'est sans aucune prétention que la réalisatrice nous propose son film pourtant sélectionné hors compétition au festival de Cannes : doux, sensible, touchant, mais aussi très fort, L'Arbre ne vous laissera pas insensible. En effet, il fallait un certain courage pour aborder le sujet du veuvage chez une jeune femme trentenaire australienne. Pourtant c'est sans aucun effet, sans principe poussif que Charlotte Gainsbourg parvient à incarnée cette jeune mère paumée entre ses enfants capricieux - l'un d'entre eux pensant que l'arbre près de leur maison est la réincarnation de son père disparu, l'autre essayant de prendre la place de son paternel et le petit ne dégoisant pas un mot alors qu'il a deux ans. Un joli très film aux images somptueuse et au scénario très fin, ou les non-dits, les regards, les situations parlent d'elles-mêmes.
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
FABLE POUR GRANDES PERSONNES CET ARBRE AUSTRALIEN EST VRAIMENT MAGNIFIQUE A REGARDER ET LE FILM SE LAISSE DECOUVRIR...ON EST UN PEU SURPRIS AU DEBUT ET PUIS COMME LA PETITE FILLE ON SE LAISSE ENVOUTER...CHARLOTTE GAINSBOURG EST TRES BIEN ...LES ENFANTS AUSSI..UNE REUSSITE.
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

12,99 €
19,71 €

Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)