Cliquez ici undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW Cloud Drive Photos cliquez_ici. nav_BTS17CE Cliquez ici En savoir plus Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo



Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 12 avril 2017
Fan de la première heure, je me suis procurer Crisis? What Crisis, Even In The Quietest Moments, Crime Of The Century et Breakfast In America.
Ca fait du bien dans mes oreilles !
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 5 mai 2017
Au delà du meilleur album qu'ils ai fait (pratiquement que des tubes) en plus du vinyle picture j'aurais aimé avoir une pochette pour le vinyle et non un plastique transparent...
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 1 janvier 2016
Très mauvaise qualité de l'enregistrement avec du souffle et craquements,cela n'est pas un plaisir d'écouter cette galette à part sur un mange disques.
22 commentaires| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 14 mai 2017
J'avais gardé presque tous mes vinyles, mais je n'ai pas pu résister à acheter ce Supertramp avec la photo insérée dans le disque
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 28 novembre 2016
1 blu ray vendu à prix dépassant la raison.
Universal Music France a lancé le blu ray audio au prix de 19,90 € pour que ce format soit accessible au plus grand nombre.
il est scandaleux que des vendeurs particuliers basés hors zone Europe puissent vendre des objets en pratiquant une spéculation excessive sans qu'Amazon n'intervienne pour réguler le juste prix.
Les maisons de disques ne vendent absolument pas directement leurs stocks de disques à des vendeurs particuliers, il est d'ailleurs très surprenant que des vendeurs particuliers revendent sans autorisation de ces maisons d'éditions des supports audio très au delà du prix normal.
Ces prix escessifs affichés par des vendeurs particuliers pertubent complètement le marché.
Ces prix excessifs en question, étant 1 véritable frein à l'achat d'1 disque au prix juste et raisonable.
Toutes ces pratiques de spéculations non contrôlées incitent au piratage de la musique sur internet, cela est 1 vrai fléau qui a des répercussions néfastes sur tout le marché de l'industrie musicale.
0Commentaire| 4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 21 octobre 2010
Je me lance dans la critique de cette nouvelle édition 2CD du Breakfast In America puisque personne ne l'a encore fait. Il faut savoir que les fans des Superclochards (dont je fais partie) sont toujours à l'affût de tout ce qui concerne le groupe : des lives, des "remastering", des "bootlegs", des démo, des "unreleased", des bout de tout petits bouts de n'importe quoi qui s'écoute, pourvu que ce soit signé Hodgson et Davies (parce que après Supertramp sans eux, c'est... autre chose). Le problème avec les fans c'est qu'ils connaissent déjà tout ce qui existe et que bien souvent ils ont trois fois le même album sur trois ou quatre supports différents (K7, Vinyle, CD, MP3.....) sans compter les non-officiels à peine audibles parfois, mais "on est content parce que on l'a!!". Le rêve pour le fan pur et dur étant d'avoir la version (enfin!) complète du live au Pavillon de Paris (le "Paris" de 1980) et le sommet du sommet, le "Saint Graal" qui pourrait enfin nous permettre de quitter ce monde l'âme en paix serait d'avoir sous nos yeux (cernés par l'âge et probablement déjà atteint de myopie) la version DVD de ce même live. Elle existe puisque on en parle sur tous les forums de fans (et tant pis si c'est une légende urbaine, on aime bien y croire). On la suppose, on l'attend, on la sent arriver, on la voit presque, elle est là, on en est certain!!! En attendant, les maisons de disque (qui aiment bien torturer les fans) nous proposent cette version "Deluxe" du B.I.A qui comme son nom ne l'indique pas, est une jolie "boite en carton dépliable" (ou "Digipack" pour les moins vieux d'entre nous) avec deux CD, dont une version remastérisée (l'original est de 79) avec le même son qu'avant, mais remastérisé pas comme avant (?!) On notera juste un spectre sonore un soupçon plus brillant. Peut être moins chaleureux finalement....c'est selon votre matos et vos oreilles. Un remaster tout relatif donc, puisque l'original était déjà exceptionnel au niveau du mixage (quand je disais de 79, je parlais de 1979, pas de 79 ans). Pour faire une petite parenthèse, je vous conseille la version SHM-CD du Breakfast In América qui est incroyable au niveau des voix et des pianos. Juste avant de rentrer dans le vif du sujet, on peut s'attarder deux secondes sur le livret, totalement nouveaux, plein de petites photos inédites (pas toujours très réussi au niveaux de la maquette à mon goût mais on y trouve de superbes NetB des musiciens) avec un bon gros texte en anglais qui nous fait une bio du groupe et de sa démarche artistique. C'est fort intéressant, surtout si vous êtes anglais (ou américain, c'est selon mais on va pas chipoter). Alors j'ai assez fait durer le suspens et je vous parle enfin de ce second CD live inédit qui est la vraie nouveauté de ce bel objet. C'est bien un Live. Enfin, plutôt un assemblage de live de la tournée "Breakfast Tour de 1979". On y trouve des morceaux enregistrés à Wembley, à Miami et 6 morceaux manquant du "Live In Paris" (je crois qu'ils y sont enfin tous). Le son n'a rien à voir avec le son du double live "Paris" de 80. On est plutôt proche d'un son propre et sec "sortie de table de mixage". Superbe version de "Another Man's Woman" et étonnante version dépouillée de "Even In The Quietest Moments". Un "Child Of Vision" un peu en dessous de l'original studio (surtout sur le chorus piano de fin) mais pour le reste, du plaisir d'entendre enfin des inédits live de la grande époque du groupe ("Downstream", "Oh Darling " "Give A Little Bit"...). On aimerait tant que ça continue, que ça recommence, que ça dure encore, que ce groupe se reforme enfin, qu'un nouvel album soit en vente, ressentir les même émotions que la première fois, tenir cette grande pochette dans nos mains, que nos cheveux repoussent et pourquoi pas, prendre enfin un petit déj' en Amérique..... Ah, nostalgie quand tu nous reviens en pleine tronche !!
0Commentaire| 57 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
quelle deception en cherchant dans les menus le 5.1,rien! super stereo c'est vrai,mais pour ca un mp3 bien encodé,ou encore bien mieux,le vinyle que j'ai revendu a l'epoque (je sais....) faisait bien mieux l'affaire,ce qui me chagrine ici aussi c'est l'emballage,on se croirait a la prehistoire,menu fixe,aucun supplement,de lien internet (je sais je reve!) arreter de nous vendre des produit pas chere,et qui n'on aucun interet
0Commentaire| 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 27 décembre 2013
Voilà je l'ai écouté pour la première fois cet après-midi.
Je possède plusieurs versions de cet opus, le vinyl d'origine, le vinyl "remasterisé", le cd hsm, et maintenant le bluray audio
Comme il a déjà été dit sur ce dernier support inutile de l'acquérir si c'est pour l'écouter sur une chaîne "normale" le gain qualitatif ne sera pas audible.
je l'ai écouté sur des b&w805d, ampli marantz pm11 et lecteur oppo105 avec connexions xlr
je pense connaître cet album en profondeur tant je l'ai écouté (et les autres du groupe)
J'ai découvert des sonorités qui ne ressortaient pas des autres supports et comme l'a très bien dit un autre acheteur jamais ce petit déjeuner n'a eu autant de saveur.
Je doute que le support perdurera mais peut-être que des éditeurs comme mofi ou audio fidelity qui se sont enfin mis au sacd envisageront quelques sorties sur ce fabuleux support.
0Commentaire| 8 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 5 juillet 2017
CHRONIQUE DE THOMAS CAUSSE MAGAZINE ROCK&FOLK
555 DISQUES, 1954-2014 SOIXANTE ANS DE ROCK'N'ROLL (Rock & Folk HS n° 30 décembre 2014-janvier 2015) - Page 099
Supertramp ça commence comme un pari de fin de banquet, un millionnaire hollandais qui se construit son groupe en piochant chez les pointures de studio british à la fin des années 60. L'affaire tourne vite au vinaigre mais deux des recrues, Rick Davies (claviers) et Roger Hodgson (basse) font monter la sauce Supertramp. Une poignée de disques plus loin — Crime of the Century (1974), Crisis ? What Crisis ? (1975) et Even In The Quietest Moments (1977) — le groupe est prêt à servir son plat de résistance Breakfast In America. Sur Breakfast..., Supertramp affine la recette qui lui a déjà valu quelques succès (les singles Dreamer ou Give A Little Bit) : pulsation rock tranquille, voire jazzy, harmonies de voix haut perchées entre Davies et Hodgson, mélodies pétillantes souvent rehaussées par les parties du saxophone John Helliwell et sur le fond des propos aux saveurs douces-amères sur des crises amoureuses ou économiques. The Logical Song découpe la société dans toute sa largeur (ou sa bassesse ?) du liberal (un libertaire) ou vegetable (un légume). Sous ses airs tranquilles de blues électrique, Take The Long Way Home pose la question de l'appartenance, au couple, au groupe, à la société en démontrant que l'enfer commence souvent chez soi. Et sous son clinquant, le single-titre Breakfast In America raconte la morne existence des jeunes anglais (Roger Hodgson himself) rêvant d'Amérique, son soleil, ses filles et ses petits dej'XXL ! Aussi autobiographique que soit le titre Breakfast In America, il deviendra tout bonnement prémonitoire pour Supertramp : puisque le groupe va percer aux USA avec plus de 4 millions d'exemplaires écoulés là bas. Le groupe est récompensé d'un Grammy Award pour la pochette de l'album : cette vue d'avion sur un New York fait de tasses de café de fourchettes en plastiques et de salières avec en premier plan une certaine Libby, Statue de la Liberté relookée en serveuse de dinner plantureuse ! Breakfast... ouvrira l'appétit des programmateurs de radios FM sur toute la planète mais c'est en France, pays de fines-gueules, que Supertramp viendra s'en payer une bonne tranche : l'album figure encore aujourd'hui dans le top 10 des plus grosses ventes de l'histoire et c'est à Paris que Supertramp viendra enregistrer son premier album live en 1980.

Dans ce numéro de R&F nous aurions aimé lire la (les) chronique(s) de (1979) :
AC/DC - Highway To Hell
Castelhemis - Mots Croisés
Iggy Pop - New Values
Judas Priest - Unleashed In The East
Kiss - Dynasty
Point Blank - Airplay
Rory Gallagher - Top Priority
Thin Lizzy - Black Rose
UFO - Strangers In The Night
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 13 avril 2014
L’album le plus accessible de Supertramp, ou le moins progressiste si l’on veut. Mais il reste les pompes des claviers, le saxophone inattendu, les mélodies tenaces, les harmonies vocales astucieuses, les arrangements somptueux, les textes sensés, et un style inimitable maintenu à travers tout le répertoire. C’est déjà beaucoup! En plus, il se dégage de cette musique un optimisme qui s’estompera quand le différent entre Hodgson et Davies, encore indécelable à l’époque, rendra leur collaboration impossible. Quoiqu’il en soit, les tubes sortiront de cette rondelle comme d’un ancien 33 tours des Beatles et quelques uns le critiqueront pour ce côté pop jugé trop envahissant. Les autres profiteront à satiété de ce Déjeuner en Amérique qui, avec The Wall, contribua à l’extinction du disco en devenant l’un des albums les plus vendus au monde. Quant à la pochette avec son World Trade Center en porcelaine, elle est le symbole d'une époque heureuse aujourd'hui dynamitée.
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus


Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)