undrgrnd Cliquez ici Litte nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Rentrée scolaire Cliquez ici Acheter Fire Acheter la liseuse Kindle Paperwhite cliquez_ici Bijoux en or rose

Commentaires client

4,4 sur 5 étoiles
254
4,4 sur 5 étoiles
Format: Blu-ray|Modifier
Prix:19,71 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 19 août 2014
On a déjà tout dit concernant ce bijou nous contant la rédemption d'un homme via l'arène où se côtoient la violence tant physique que morale. On a tout dit également sur la précédente édition bluray qui était catastrophique . Sur cette nouvelle édition ( différentiable par l'ajout d'une notification de compatibilité avec l'application pocket blu au verso) on voit un tout autre film !!! Les collures et autres salissures ont quasiment disparu, le relief est saisissant dans les détails et très peu grain est à déplorer. Le son en VO est superbe et pour finir le boîtier steelbook est très beau. Un bluray à se procurer de toute urgence. Ce fut long mais ça en valait la peine!
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 19 septembre 2015
Ridley Scott fascinent toute une générations en réintroduisant le Peplum au gout du jour et même si cela a pris quelque année aujourd'hui le Peplum est a la mode avec dernièrement "Pompei" ou des séries a succès comme "Rome" produit par J.Milius réalisateur du très épique "Conan, le Barbare"(1981). Un genre qui avait été presque oublié repris par un réal de films d'horreur dont le nom parle pour lui-même 'Légionnaire", mais est passer aussi par des cases adaptations Comics comme avec "300" ou plus Dark Fantasy comme avec le remake de "Conan" du même réal que les Indiens et les Vikings de "Pathfinder"(Marcus Nispel). Accompagner d'une musique tantôt superbe tantôt pompeuse signer Hans Zimmer (la trilogie "Dark Night" dont le niveau est hautement supérieur) qui as heureusement travailler avec Liza Gerrard pour donner a ce film des scènes ou les larmes sont prêt a couler sur le sable du colisé maculer de sang. Un grand film, en version courte comme en version longues, un film qui n'a pas vieillie, Russel Crowe dans son meilleure film (et ça ! ca risque de le rester), des décors magnifiques (ex: le colisé, très bon mélange de réalisme et de 3D) et surtout un remake tirée de personnages réels : "La Chute de l'Empire Romain" dont ces 2 films parlent du dernier véritable César "Marcus Auriélus" (Marc Aurel en V.F), dont le fait qu'il as été assasiner est plus que probable. Quand la fiction se joint a la réalité pour une histoire de vengeance épique et dont les acteurs ne sonnent jamais faux, ainsi que les combats plus que réel dans leurs découpages et montages final. Un must pour les cinéphiles !
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Paru en édition limitée pour le 100e anniversaire d'Universal, ce coffret « Gladiator » présente l'avantage d'offrir toutes les images disponibles autour du film mythique de Ridley Scott. La présentation est celle d'un livre : les deux Blu-ray trouvent leur place au dos de la couverture alors qu'un livret tout en couleur d'une trentaine de page présente le film en feuillet central. Le disque 1 propose la version cinéma du film (qui correspond en fait à la version « Director's Cut ») et une version longue qui intègre toute les scènes coupées au montage. On retrouve ces mêmes scènes sur le disque 2 entièrement consacré aux bonus, avec en autre un making-off, un reportage sur les décors et les costumes du film, un autre sur les combats ou encore un dernier qui présente les magnifiques musiques composées par Hans Zimmer et Lisa Gerrard pour Gladiator.

On ne présente plus le grand classique qu'est devenu « Gladiator », 15 ans seulement après sa sortie en salle. L'histoire, qui se situe à la fin du règne de Marc-Aurèle et celui de son fils Commode, s'attache au destin du grand général victorieux Maximus Decimus, devenu esclave puis gladiateur par la volonté de Commode jaloux de sa gloire. Le scénario joue essentiellement sur le duel terrible que se livre bientôt les deux hommes, par personnes interposées puis directement. C'est par choix que Commode, qui aime se donner en spectacle se retrouve dans l'arène où Maximus se retrouve sous la contrainte, puis par un implacable désir de vengeance. Russel Crowe et Joaquin Phoenix y trouvent tous les deux des rôles à la mesure de leur immense talent.

Malgré quelques inexplicables libertés avec la trame historique (notamment l'aspiration d'un retour à la « République ») que l'on pardonne facilement, le film de Ridley Scott restitue le Haut empire romain avec un réalisme satisfaisant. La grande bataille d'ouverture entre les légions romaines et les Germains du Danube est sans doute à ce jour la meilleure reconstitution de combat antique à grande échelle que l'on ait pu voir à l'écran. De la même manière, les nombreuses scènes de gladiateurs dans le Colisée sont à couper le souffle. En renouvelant le genre du Péplum, en racontant avec brio le destin d'un homme épris de liberté, de fidélité et de droiture, « Gladiator » s'inscrit dans la courte liste des grands films historique de ce début de XXIe siècle. Cette merveilleuse édition limitée lui rend un bel hommage en HD.
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Having been brought up in the classics, naturally anything that has to do with ancient Greece or Rome will catch my attention. Whether it holds it for very long or not is another matter; fortunately, Gladiator, for all of its shortcomings, did.
This is a work of fiction, and must be approached as such. I have seen numerous reviews that criticise the film for its lack of authenticity and historicity -- this is perhaps an unfair criticism. It is as unfair as if to say Star Wars is unhistorical, or the events portrayed on Spin City didn't really happen historically -- of course they didn't. This is what fiction is all about. Of course, there will be some grounding in reality (do we really want to divorce fiction completely from reality so that every city becomes Metropolis and every proper name must be changed?). Once I realised that this movie was intended to be a work of fiction, and not a dramatically-charged documentary, I relaxed and had an enjoyable time.
There was an emperor Marcus Aurelius, who was rather effective in a Machiavellian way early in his reign, and later turned to a more philosophical bent; his collected thoughts have been published in many forms, including as part of the great Harvard set of great thinkers. His son Commodus did in fact succeed him, though not after suffocating him on the German frontier, and was an emperor of a fair inferior stamp; he played to the mob, not necessarily more than previous emperors had (and, in fact, Marcus Aurelius had not suspended the games in Rome--no wise ruler would risk such a thing), but rather more than the elite classes of Rome would prefer.
Commodus in fact had (as did many emperors before and after) love affairs with relatives, friends, and strangers. He was ruthless (this much the movie kept true), but not quite as clever at intrigue as even the movie (in which he finally gets his come-uppance) suggests.
The character of Maximus is a complete fiction. An honourable man for whom Semper Fi would be the appropriate appellation; he is charged by his beloved emperor Marcus Aurelius essentially to save the empire and restore the Republic (how odd that he receives assistance from a character played by Derek Jacobi, who played the Republican-minded Claudius in I, Claudius); alas, the end of the film leads one to believe that with the death of Commodus, the Republic will be restored.
The Republic was never restored. The Empire fell, and anarchy took its place. The Dark Ages in the West ensued, and the Eastern Empire became the Byzantine Empire, leading a decadent and slowly-crumbling existence for another thousand years.
But, heroic tales owe nothing to political realities (as most who discern the truth behind modern political campaigning will inform you!) -- this is a tale of honour and the triumph against great odds of virtue.
Russell Crowe does an admirable job as Maximus, the Spaniard general turned slave by betrayal, who finally wins his dignity back in the arena in Rome. Joaquin Phoenix does an interesting job as Commodus, both weak and manipulative while being determined and ruthless. Derek Jacobi turns in his usual good acting job, though perhaps he is the wasted element in this film.
The cinematography is choppy, particularly in the battle sequences; this is, I am sure, meant to convey the disarray and distraction of battle. I am not sure it succeeds. The dream sequences and 'floating' periods are rather strange, with camera trickery more akin to a music video than an epic film. There are some very well done pieces, though, including the use of colouration to show vibrancy or gloom on the well-done modeling of Rome and the Colloseum.
The battle sequences that open the film are well done and realistic with regard to tactics and conditions of the Roman fight against the Germanic tribes. Unlike movies like Spartacus, which highlight some of the marching tactics, or Cleopatra, which shows use of the turtle formation, but do so in relative isolation from surrounding conditions, in Gladiator we get both a sense of the discipline and tactics of the Roman army as well as the difficult conditions under which they were fighting. As one Marine commentator told me, the Romans were often outnumbered by the ferocious Germans, but the discipline and battle tactics of the Romans usually won out because there was unit cohesion and command structure that looked at the larger battle as a whole; whereas the Germans at this period were independent, individual warriors who each, while brave and fierce, saw himself as a leader, and thus did not work together. The Celts often had the same problem.
Of course, on the other hand, there were bits of reality that were omitted from the film -- gladiators did indeed become superstars in Rome, more popular than the rulers (of course, that situation happens in modern times, too, where athletes and film stars are often far more popular than political leaders). Gladiators went so far as to endorse products and do much that modern celebrities do, but this was considered 'over the top', and left out of the screenplay.
Some judicious editing might make this a great film; as it is, it is a very good film, one that sets a new standard in what was considered a dead (or at least comatose) film genre.
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 17 avril 2001
Franchement je n'ai pas grand chose a reprocher a ce film la reconstitution de la Rome antique est vraiment tres bien faite mis a part une ou deux erreurs typiquement américaine. L'histoire est super et le jeu des acteurs vraiment spectaculaire surtout pour Russel Crowe mais aussi pour tout les acteurs. La musique tient egalement une place importante et il faut dire qu'elle est vraiment génial. Je vais m'arreter la et vous conseiller d'acheter ce film.
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 9 octobre 2005
J'avais déjà vu la version courte qui m'avait laissé une impression mitigée: scènes de combat très réalistes et impressionantes mais profondeur du scénario plutot limite (il tue ma famille je le tue) Cette version longue corrige ce défaut en nous présentant les personnages secondaires et les intrigues politiques. Bref un film plus intéressant et non plus une sucession de combat
0Commentaire| 33 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 4 septembre 2003
Si le scénario demeure conventionnel (le moteur de l'histoire est la vengeance), Ridley Scott le sert avec brio par des trouvailles intéressantes : l'introduction en germanie sous la neige, l'entrainement de Maximus en Afrique etc...De plus le réalisateur manie sa caméra avec adresse, ce qui, associé à un montage bien rythmé, ne gache rien à notre plaisir. Les scènes de bataille et de combat sont très bien tournées...attention aux âmes sensibles, c'est quelque fois violent !
Il fallait un acteur aux épaules larges pour porter ce fim d'action : Le choix de Russell Crowe, en très grande forme, dans le rôle de Maximus s'impose...rien à redire sur sa performance d'acteur.
Si vous cherchez à retrouver l'ambiance kitch des péplums d'antan, vous serez peut-être déçus, car on retrouve dans "Gladiator" une façon de tourner et de traiter l'image très actuelle. Mais ne boudons pas notre plaisir, c'est un très bon film, bien maitrîsé qui tient le spectateur en haleine jusqu'au bout !
0Commentaire| 6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 3 décembre 2010
Les doléances (et plaintes) ont été entendues par l'éditeur qui a donc corrigé le tir avec cette version parue en 2010. Là on en prends plein les yeux et plein les oreilles :-)
0Commentaire| 14 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Tout simplement génial!

C'est le meilleur film des dix dernières années car il est super bien bien réalisé par un Ridley Scott qui a osé prendre un acteur australien , quasi inconnu à l'époque, comme premier rôle pour un film à très gros budget.

Tout y est vraiment super bon, les images, l'histoire, les acteurs, les costumes, les effets spéciaux...j'arrête la liste.

Ce film que je revois très fréquement, et notament lorsque je change de matériel hifi, a trouvé un coffret à sa hauteur avec plein de petits compléments très sympa.
La version longue a en plus le mérite d'ajouter une dimension encore plus grave au film.

Pas d'hésitation à offrir ou pour se faire plaisir, le coffret Gladiator est le poid lourd de votre dvdthèqte.
0Commentaire| 11 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 3 octobre 2009
Que dire de plus sur ce film que tout le monde connait.Ce blu ray est un chef d'oeuvre dans tous les domaines je ne comprend vraiment pas les critiques sur la definition de l'image pour moi rien a redire a part qu'il doit absolument faire partie de la videotech d'un cinephile.
0Commentaire| 7 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)