undrgrnd Cliquez ici RentreeLitteraire nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos Rentrée scolaire Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Cliquez ici Bijoux en or rose

Commentaires client

4,2 sur 5 étoiles
6
4,2 sur 5 étoiles
Format: CD|Modifier
Prix:21,58 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Alors que Stone Roses et Happy Mondays venaient l'année précédente de fusionner pop et dance pour le plus grand bonheur des teufeurs mancuniens, Primal Scream reprenait en 1991 le rock là ou l'avait laissé New Order en y incorporant des influences stoniennes ainsi que des collages sonores parés des multiples couleurs du dub, de l'acid house et même du trip hop avant l'heure, pour un résultat époustouflant qui allait illuminer les dance floors de la perfide Albion ! (Shuffle si tu m'entends....).

L'édition 20ème anniversaire de 2011 que voici comprend deux CD. Le disque original de 11 titres parmi lesquels on retrouve le long et groovy "come together", véritable appel à l'extase des sens et du corps et "Loaded", adaptation pour dance floor du "Sympathy For the Devil" des Stones, titre qui donne un aperçu de ce qu'auraient pu devenir nos glimmer twins s'ils avaient survécu aux années 80...Le second disque comprend quatre titres supplémentaires tout à fait dans l'esprit du premier et notamment les très stoniens "Movin' on up" et "stone my soul" (le clin d'oeil est à peine appuyé !). J'avais déjà le très bon "Give out but don't give Up", paru en 1994, mais celui ci lui est très largement supérieur, même s'il partage les même influences.

Incontestablement un disque précurseur, toujours surprenant et qui met le feu encore aujourd'hui !
1212 commentaires| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 8 septembre 2003
Bon sang ! Cet album m' a foutu une claque monstrueuse en me rappelant avec brio une période de notre histoire que j' avais complètement oublié , celle de la dance underground qui avait frappé l' Europe au début des années 90 ...
Et avec le recul , le plus grand exploit dont on peut créditer Screamadelica , ce n'est pas tant de représenter ce genre avec distinction en le fusionant avec le rock , mais plutôt d'avoir su habilement éviter tous les clichés qui ont fini par venir à bout de ce mouvement (les perpétuels "Boom-tchacks" sur une pop niaiseuse).
Maintenant objectivement , les chansons fonctionnent plutôt bien et le tout est très diversifié.
Seulement voilà , Screamadelica n' a pas été composé pour plaire aux critiques de rock , mais plutôt pour enflammer les bals dansants de nos petites canailles !
Certaines pistes paraissent alors terriblement répétitives pour la simple et bonne raison que vous n' êtes pas destinés à les écouter là , bien sobre dans votre canapé , mais plutôt complètement (...) et définitivement perdus dans une usine abandonnée (vous voyez ce que je veux dire) .
Indéniable charme ou gros défaut , ca dépendra de vous , mais le fait est que Screamadelica est difficilement écoutable de bout en bout à cause de ces petites longueurs (5 minutes de ... trucs bizarres avant la phase "We are together" de la piste 6) .
Mais bon ... franchement , vous rateriez vraiment quelque chose si vous faisiez l' impasse sur cet album .
0Commentaire| 10 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Primal Scream, c'est le groupe de Bobby Gillespie, et la musique produite permet de suivre l'évolution du bonhomme. Fan des Rolling Stones, Gillespie a commencé sa carrière au milieu des années 80 comme batteur minimaliste des Jesus & Mary Chain (mélodies de sucre sur fond de guitares saturées). Parti du groupe des frères Reid avant leur (relatif) succès, il va monter Primal Scream, groupe de rock « dur » dont les premières parutions passeront inaperçues.
Le tournant aura lieu quand Gillespie à la toute fin des années 80 va prendre les mouvements naissants de musique électronique (la house notamment) en pleine poire. C'est l'époque des premières raves et en Angleterre la grande épopée Madchester avec les débuts des Happy Mondays, Stone Roses et consorts ... Autant intéressé par la musique que par les nouvelles drogues (l'ecstasy) que Gillespie consomme en quantités industrielles, « Screamadelica » va se retrouver à la conjonction de ses obsessions stoniennes et de la nouvelle culture dance.
Côté Rolling Stones, Gillepsie va faire fort, en sortant on ne sait trop comment d'on ne sait où, rien de moins que Jimmy Miller, le producteur des meilleurs disques signés Jagger - Richards (de « Beggars Banquet » à « Exile ... »), et aux manettes de ce « Screamadelica » pour une paire de titres. Et il faut plaindre ceux qui n'entendraient pas avec « Movin' on up » qui ouvre ce disque des choses déjà remarquées au temps de « Sympathy for the Devil » ou « Gimme shelter ». De même « Damaged » peut raisonnablement être envisagé comme un petit frère des 90's de « Sister Morphine » ou « Dead horses ». Deux titres qui regardent résolument vers les années 70 et leurs sons analogiques.
Pour le reste des titres, Primal Scream fera confiance aux dompteurs de microprocesseurs et autres charmeurs de circuits intégrés, The Orb pour un titre et surtout Andy Weatherall, producteur de toute la hype dance anglaise des 90's, Björk en tête. Sans toutefois que l'on sente que la maîtrise du projet échappe à Gillepsie. Avec des résultats variables, qui doivent dépendre de la couleur des pilules ingurgitées ... Car « Screamadelica » est un disque de drugs songs et des déjantes sonores qui vont avec, dans la lignée par exemple du « Playing with fire » (tiens, encore les Stones) des Spacemen 3 sorti quelques mois plus tôt. On a l'impression d'être sur le dancefloor de l'Hacienda, le mythique club de Manchester dès l'intro de « Slip inside this house », comme du Happy Mondays en encore plus éclaté ... « Don't figth it, ... », c'est une plongée en apnée dans la house music avec belle voix de diva invitée (Denise Johnson). Il y a de grands titres dans ce disque. « « Come together » (no Beatles song), le plus sophistiqué, le plus original, mélange soul, gospel, house, pop, ... dans un grand patchwork sonore. « Higher than the Sun », assez planant (rien que le titre ...), catapulte le Floyd dans les années 90, « Inner flight » et ses flonflons de fête foraine sous ecsta, est un quasi instrumental réussi, avec choeurs façon Beach Boys de « Pet sounds », la ballade titubante « Shine like stars » qui clôt le disque sur une bonne note ...
Il y a aussi quelques choses moins essentielles, la ballade défoncée aux sonorités world (« I'm coming down »), la version « dub » de « Higher the the Sun » avec le cramé bassiste original de PIL Jah Wobble, le « Loaded » qui mélange rythmique à la Stone Roses et guitares à la Rolling Stones pour un résultat quelque peu mitigé ...
Au final, ce disque quelque peu improbable réalisé par un groupe sur lequel pas grand-monde aurait misé, est devenu emblématique de sa période et un classique des années 90. Alors que le prétexte de la commémoration des 20 ans de sa sortie donne lieu à des rééditions « expanded », il faut quand même constater qu'il a pas mal vieilli au niveau sonore, trop ancré qu'il était dans un phénomène de « mode ». Et finalement aujourd'hui, les titres qui passent le mieux l'épreuve du temps sont plutôt les classic rocks produits par Miller, par définition indémodables, que ceux en phase directe avec l'actualité musicale de sa parution (le son de Madchester est aujourd'hui quelque peu oublié et dépassé ...)
33 commentaires| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 30 mars 2004
Un des meilleurs albums de la vague acid house anglaise, des rave parties de manchester; un bon mélange de pop et de dance et d'ambient, avec des grands dj producteurs, toujours en activité (Andy Weatherall, The Orb avec le tube de l'époque 'Loaded' imparable sur un dancefloor
0Commentaire| 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
TEMPLE DE LA RENOMMEE #1le 12 septembre 2001
Ce disque est le plus abouti de Primal Scream. C'est aussi le plus surprenant. Les amateurs de danse, de psyché et de nuit en rave ne seront pas déçus.
0Commentaire| 4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 14 septembre 2014
Je suis asse déçu par cet album, considéré comme un classique du genre ...
Enfaite je trouve que ça a pris un sacré coup de vieux! Les années 80 ont pour beaucoup
d'albums pris un sacré coup dans la tête! Bizarrement, car les années 60 et 70 a coté s'écoute
comme des chansons d'aujourd'hui , et même encore mieux!
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

19,99 €
19,25 €
7,00 €

Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici