undrgrnd Cliquez ici Livres de l'été nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Rentrée scolaire Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Bijoux en or rose

Commentaires client

4,3 sur 5 étoiles
58
4,3 sur 5 étoiles
Format: Téléchargement MP3|Modifier
Prix:9,99 €
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 15 décembre 2010
En ce qui concerne la musique, j'ai aimé et pourtant je déteste Daft Punk, à chacun de se faire son avis... Toutefois, Il faut bien garder à l'esprit qu'il s'agit d'une BO de film et non pas du nouvel album de Daft Punk (j'ai l'impression d'enfoncer une porte ouverte mais apparemment, tout le monde ne sait pas lire une jaquette).
Par contre, attention au contenu bonus très très décevant (on n'achète pas un album pour ça, mais c'est bon à savoir avant de passer à la caisse):
Le 2° CD comporte 5 titres pour 12Min de musique au total, et 3 vidéos d'une résolution plus que lamentable de 354X266 !! En plus, elles sont très courtes, toutes en anglais non sous titré ( "vehicles behing the scene" > 1:52 / "the world of tron" > 3:47 / "Trailer" > au nombre de 2 pour environ 4:00). Bien sur, on ne doit pas s'attendre à de la HD sur un CD, mais le pire, c'est que cette pauvreté n'est pas une question de place, puisque seulement 187Mo sont utilisé sur le disque (un CD basic, c'est 650 ou 700 M0 !!). Il n'y a simplement eu aucun effort de fait sur la qualité du contenue.
Et le 1° CD nécessite un accès internet pour profiter de ses contenus bonus (au moins vous êtes prévenu), mais le plus ennuyeux est encore que pour le voir, il nécessite un compte Twitter, ou un compte facebook, ou la création d'un compte en donnant votre adresse email (je ne vous fait pas un dessin).
Bref, tout ça est quand même un peu déplorable. Moi qui suis un grand défenseur du CD face à ces cochonneries de mp3, il faut avouer que là, on a affaire à une "Edition limitée" qui ne vaut pas 18euros
Encore une belle manière de nous vendre le CD beaucoup trop cher !!!
0Commentaire| 30 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 25 juillet 2011
Oeuvre "phara-tronique", cette bande-originale donne une texture à l'image clinique du dernier blockbuster high-tech des studios Disney. Très proche de la BO de Inception signée par Hans Zimmer dont il s'agit ici d'une variante électronique (attention, celle des Daft Punk était achevée bien avant la sortie du film de Christopher Nolan, il ne s'agit donc nullement d'un plagiat), cette invitation à l'univers de Tron est indéniablement l'un des moments musicaux les plus forts de cette année 2010. Elle est déjà saluée par la critique américaine qui, dans les premiers papiers consacrés au film, souligne son excellence.

Thomas Bangalter et Guy-Manuel de Homem-Christo ont composé une oeuvre symphonique sombre et inquiétante: la rencontre entre Jean-Michel Jarre, les Tambours du Bronx et un orchestre philharmonique. Daft Punk fait à nouveau sa révolution : il se met au classique !
0Commentaire| 5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 15 janvier 2011
Je ne connaissais pas ce groupe avant. Après avoir adoré la musique de la bande d'annonce, je me suis jetée su le cd. Et j'ai été agréablement surprise. Daft Punk réussit avec ce cd un ambitieux mélange de musique électronique et classique. Certains passages sont trop répétés à mon goût. Dans le film, ils se remarquent à peine, mais sans l'image... Par exemple dans Outlands, chaque accord arpégé est répété plus de cinq fois avant d'être renversé... Cela peut finir par devenir lassant. C'est certain, d'après moi, je me concentre sur le seul cd de cette musique entraînante et originale, que j'ai déjà écoute des vingtaines de fois. Merci Daft Punk....
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 31 décembre 2010
Cette bande originale du film "Tron : The Legacy" introduit un profond changement dans le style habituel qui doit beaucoup à Danny Elfman, Hanz Zimmer, Mark Isham, Steve Jablonsky (entre autres). Le thème central de la musique n'est qu'en filigrane et bien souvent absent de certaines pistes.

La "patte" de Daft Punk, bien qu'elle soit très sensible dans "dereezed" ou "the game has changed" n'est pas omniprésente. On la sent, mais elle n'est pas là ^^.

Mais qu'est-ce qui rend cette B.O.F. si irrésistible ? Je crois qu'elle est déroutante parce qu'elle bouleverse tous les codes. La relative absence de thème central ne nuit pas à l'unicité, à l'homogénéité. La patte de Daft Punk n'écrase pas tout sous son style électro (adagio, nocturne, CLU) mais elle donne satisfaction aux afficionados par moments.

Le choix par les studio Disney du groupe français est très judicieux. Leur marque de fabrique est en effet la remise au goût du jour de rythmes liés aux dessins animés des années 80(Albator) mixés à un fond sonore électro très particulier et identifiable. L'électro sert ici à merveille l'ambiance artificielle du film (qui a pour lieu de l'interface entre ordinateur et être humain).

Mention spéciale au titre "The grid" qui comporte le seul passage vocal (belle voix de basse de Jeff Bridges) et une envolée de synthé plutôt lyrique qui vous fait dresser les poils sur les bras (pour les glabres, ce seront les cheveux. Si vous êtes chauve ET glabre, le synthé vous tirera des larmes de bonheur).

Résultat des courses : j'ai apprécié et j'apprécie encore en la réécoutant.
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 8 avril 2011
Personnellement, j'ai trouvé le film scénaristiquement proche du degré zéro de l'écriture, on y retrouve les mêmes scènes que dans le 1 avec la surprise en moins, des dialogues nullissimes et aucune innovation.

Heureusement, le design est incroyable, tout comme l'est la musique où pour moi rien n'est à jeter. Définitivement Tron Legacy entre au panthéon des B.O.F. cultes, je peux l'écouter en boucle sans me lasser. L'hommage à Vangelis et Wendy Carlos est appuyé et non dissimulé, on sent bien l'inspiration des maîtres qui ont créé les musiques de Bladerunner et Orange Mécanique (ainsi que du premier Tron) tout en portant la patte Daft Punk de façon légère.

Le mélange électro-symphonique est extrêmement bien dosé. De plus, marque des grands comme John Williams ou Dany Elfman, il y a un thème principal très fort, immédiatement reconnaissable et qui dans l'imaginaire collectif restera associé à Tron tout comme l'est celui d'Indiana Jones ou celui des premiers Batman...

Pour les connaisseurs, la piste Nocturne me fait beaucoup penser à Starcraft.
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 30 janvier 2011
Une belle symbiose entre musique symphonique et musique électronique.

Je n'ai jamais été fan de Daft Punk, et pourtant j'écoute cette B.O. régulièrement.

Certes à la première écoute, elle peut sembler un peu décevante, car seuls quelques morceaux se détachent spontanément, les plus rythmés évidemment ("End Of Line", "Derezzed", "Tron Legacy (End Titles)").

Mais l'erreur à ne pas commettre est d'écouter cette B.O. comme si c'était un album. Ce n'est pas un album, et encore moins le nouvel album de Daft Punk : c'est une B.O. de film. Et présentée comme telle, force est de constater que le travail est admirable. Car rarement une musique de film aura autant collé aux images et à l'atmosphère particulière qui se dégage du film en lui-même. Il faut avoir vu le film, quelles que soient ses qualités (principalement visuelles) et ses défauts (d'ordre scénaristique et narratif), pour apprécier cette B.O. à sa juste valeur et pour voir à quel point images et musique fusionnent à la perfection.

"Overture" nous présente le thème principal de Tron Legacy, de manière symphonique et assez pompeuse il est vrai, à la manière d'un grand péplum.

A lui seul, le thème "The Grid", bien que très court, nous propulse instantanément dans l'univers de Tron. A l'instar du thème de Blade Runner ou de celui de Terminator (des références en tant que films de science-fiction sombres), tout y est : l'atmosphère mélancolique de l'univers de Tron, le son électronique rétro, l'émotion du thème principal de Tron Legacy... L'ajout de la voix off de Jeff Bridges m'a dérangé au début, tant j'aurais voulu écouter ce thème sans voix off, et pourtant au final je trouve que cela ajoute à l'émotivité et l'intensité du thème.

"The Son of Flynn", passé totalement inaperçu lors de la première écoute, accompagne à merveille le "ride" en moto de Sam Flynn, le fils de Kevin.

"Recognizer", le thème des fameux "reconnaisseurs", est une sorte de version d'accompagnement du thème principal, sans la mélodie donc. L'utilisation répétitive des cordes et des cuivres, certes peu originale, est pourtant d'une redoutable efficacité dramatique et émotionnelle.

"Armory" nous présente un thème calme, qui peut faire penser à celui qu'on pourrait trouver pour une salle de sauvegarde ou d'équipement dans un jeu vidéo. Le thème colle donc parfaitement à la scène du film.

Les percussions de style tribal d'"Arena" et "Rinzler" soulignent bien l'aspect "combat de gladiateurs dans une arène".

"The Game Has Changed", thème intelligemment utilisé pour une bande annonce, accompagne avec efficacité dans le film la course de "lightcycles", avec de nouveau l'emploi de cordes et de cuivres, mais aussi ici de sons et percussions électroniques aux accents rétro.

Viennent ensuite "Outlands", "Adagio for Tron" et "Nocturne", des compositions orchestrales beaucoup plus classiques, dans la tradition des musiques de films habituelles, mais néanmoins très agréables à écouter, surtout "Adagio for Tron".

Arrive enfin un "beat" avec "End of Line", le thème du club du même nom, qui n'est pas d'une grande originalité et est un brin répétitif. Il est néanmoins efficace, avec l'utilisation sympa de sons "chip" bien rétro style Commodore 64.

Vient ensuite le fameux "Derezzed", qui avait été mis en lumière en avant-première sur un montage de scènes du film, qui devrait emporter la faveur des aficionados de Daft Punk mais qui, pour ma part, ne m'emballe pas particulièrment, sans doute parce que justement, à la base, je ne suis pas fan de leur style de musique. Un morceau néanmoins particulièrement efficace et qui se justifie pleinement dans le film.

"The Fall" souligne très bien l'une des scènes du film, tout comme le thème planant "Solar Sailer", qui accompagne idéalement le voyage avec le véhicule du même nom.

"Rectifier", sorte de thème dramatique aux accents de marche impériale, utilise avec grandiloquence cordes et cuivres dans un grand crescendo.

"Disc Wars" mélange à nouveau sons électroniques et percussions tribales pour accompagner au mieux l'action.

"C.L.U.", thème de l'avatar informatique de Kevin Flynn du même nom, est un thème dramatique de facture orchestrale plus classique.

"Arrival" nous propose un thème apaisant, avant "Flynn Lives", un thème qui accompagne une scène chargée en émotion, grâce à l'utilisation crescendo de cordes et instruments à vent sur le thème principal.

Vient enfin l'excellent thème du générique de fin, "Tron Legacy (End Titles)", qui reprend cette fois le thème principal, non plus dans un emballage orchestral, mais bien dans un ensemble complet du style de Daft Punk, en faisant du coup un morceau à part entière.

"Finale", comme son nom l'indique, clôture cette belle B.O. de manière symphonique.

Je recommande donc cette B.O., qui ne donne sa véritable dimension qu'après avoir vu le film.
0Commentaire| 10 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 23 juillet 2012
Comment souvent répété, cette nouvelle production du célèbre duo masqué n'est pas un album. Enfin si, mais pas dans le sens commercial du terme. Il faut plus le voir, enfin l'écouter, comme un exercice de style pour les deux compères. Un passage à la musique de film réussi avec brio, même s'il faut parfois un peu de temps pour apprivoiser certains thèmes et en saisir toute la charge émotionnelle. Parfois entrainante, parfois touchante, en tout cas souvent passionnante, cette nouvelle étape dans la carrière de Daft Punk prouve encore une fois toute l'étendue de leur génie musicale...
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 21 décembre 2010
La preuve est que depuis que je l'ai acheté, j'ai tendance à l'écouter encore et encore.
C'est très entrainant, avec des titres phares comme derezed, arena ou rinzler.
Je ne connaissais pas daft punk, mais bien sur Tron le premier (vu à l'époque de sa sortie et j'ai le DVD).
Sa musique électronique était étrange à l'époque, mais bien intéressante.
Je pense que Daft Punk a fait du bon travail pour rester dans l'esprit de Tron du début des années 80.
Je recommande ce CD pour les amateurs de films de SF.
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 16 août 2013
Cette bande son magnifique colle parfaitement au film avec un ambiance électronique magnétique ! Des morceaux combinant orchestration classique avec des instruments électronique pour donner un mariage à la fois détonant et émouvant. En voyageant gracieusement entre la mélodie et la puissance, nous pouvons dire sans risque que par cette oeuvre, les Daft Punk montrent qu'ils sont dignes d'être nommés "compositeurs" ! Vive la France !
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 13 décembre 2010
TRON LEGACY est à la fois une tentative ultime et quasiment suicidaire de tout construire sur des motifs répétitifs et en même temps de délivrer un thème fort et reconnaissable dans la tradition des musiques ambitieuses de Hans Zimmer (lui-même étant influencé par Wagner ou Vangelis). Ce thème est esquissé dès l'ouverture puis repris dans un élan épique dans « The Grid » après quelques mots de Jeff Bridges (seul moment vocal du score), puis repris tout au long de la partition à la manière d'un leitmotiv hollywoodien. Ainsi le disque est à l'évidence un peu schizophrène, pour notre plus grand plaisir, car il navigue constamment entre le minimalisme le plus abscons et la grandiloquence la plus débridée. Mais tous les morceaux ont un point commun : une parfaite maîtrise du rythme. Les Daft Punk en connaissent un rayon dans ce domaine et ça s'entend : que l'on ait affaire à des sonorités synthétiques ou à l'orchestre, le rythme est parfait : le score est toujours en mouvement, en progression, tantôt saccadé, tantôt accéléré, tantôt charcuté, pour mieux se reconstruire et éclater dans un orgasme final.

Au détours de près de 30 morceaux disponibles sur les deux éditions CD et à l'achat sur certaines plates-formes de téléchargement (iTunes ou Amazon), Daft Punk délivre plusieurs morceaux d'anthologie tels que « The Son of Flynn » (qui rappelle certains morceaux de DISCOVERY), « Rinzler » (dont l'influence de Zimmer est évidente), « Outlands » et son final de cuivres digne d'un Elliot Goldenthal, « Rectifier » et ses cordes virevoltantes digne d'un péplum. Sans compter une série de pures pistes électro (« End of Line », « Castor », « Derezzed ») qui nous rappellent avec légèreté la grande expérience de clubbing des Daft Punk. « Solar Sailer », « Sea of Simulation » (très beau morceau exclusif à Amazon) et l'énorme « Disc Wars » achèvent de nous convaincre des trouvailles mélodiques et sonores du duo au travers de progressions stupéfiantes. Les sonorités solaires et mystérieuses qui nous enveloppent contribuent de faire de TRON LEGACY un authentique score de science-fiction tel qu'on pensait ne plus jamais en entendre. D'ailleurs, à défaut d'une chaîne hifi d'excellent niveau, l'écoute au casque est particulièrement recommandée pour s'immerger dans cet univers musical et apprécier l'extraordinaire travail sonore effectué sur ce score aussi bien au niveau des sonorités que du mixage.

Pour finir, les « End Titles » qui terminent le disque avant le morceau « Finale » sonnent comme un brillant hommage à BLADE RUNNER de Vangelis, qui délivrait un authentique thème de SF héroïque sur le générique de fin sans en avoir utilisé la mélodie auparavant sur les images. Référence des références dans le genre des BO atmosphériques et électroniques, BLADE RUNNER hantait déjà la partition d'INCEPTION signée par Zimmer (autant que le film de Scott hantait celui de Nolan). Dans un genre atmosphérique, le morceau « Arrival » délivre des sonorités qui trompent l'amour immodéré des Daft Punk pour les ambiances créées par Vangelis pour le film de Ridley Scott en 1982, année de sortie (curieuse coïncidence) du film TRON premier du nom. Dans le genre épique, Daft Punk fait du Daft Punk dans « End Titles » autant que Vangelis faisait du Vangelis dans le générique de fin de BLADE RUNNER, et c'est totalement jouissif. L'impression de retrouver un vieil ami (pour ceux qui ont connu et aimé les Daft à la fin des années 90) mais autour d'un thème de musique de film puissant et grandiose, dont l'immense qualité est sa profonde mélancolie. C'est à l'évidence aussi cela le plus touchant dans ce score : malgré ses excès, son ambition, son rythme effréné, TRON LEGACY est une musique de film profondément désenchantée, qui éclate au vol en pleine jouissance. C'est ce qu'on en retient finalement. Composée sur le mode mineur (comme aime le faire Zimmer lui-même), la musique de TRON LEGACY suggère lourdement tristesse et nostalgie, sentiments qui paraît-il dominent également le film (que nous n'avons pas encore vu). C'est d'ailleurs ici la limite de cette chronique qui ne peut pas évoquer le rapport à l'image, naturellement décisif pour avoir une vision globale de ce projet musical. Un paragraphe sera donc ajouté au présent texte pour compléter cet article dès lors que nous aurons vu le film.

Une chose est sûre : la musique de TRON LEGACY est une claque. Le travail du duo français a cette immense qualité de ne correspondre ni aux attentes des fans de Daft Punk (hormis les morceaux électroniques et les « tubes » que comportent le CD, la plupart reconnaissent que l'orchestre les emmerde), et ne plaira pas non plus aux amateurs de BO orchestrales qui trouveront que l'orchestre est utilisé comme un générateur de samples bouclés. La frustration et les critiques fusent déjà. Pourtant, le plaisir de l'écoute et l'émotion l'emportent. Cette musique prend aux tripes et est porteuse d'une fibre épique et d'une certaine prise de risque dans sa radicalité. Malgré le côté illogique qu'il y a d'écouter ce score sans avoir vu le film, on reste longtemps hanté par la partition de Thomas Bangalter et Guy-Manuel de Homem-Christo comme on l'a été auparavant par celle de BLADE RUNNER. Est-ce que la musique de TRON LEGACY traversera les décennies avec la même élégance que l'illustre partition de Vangelis ? En attendant que l'avenir nous le dise, c'est la BO de l'année avec celle d INCEPTION de HANS ZIMMER
0Commentaire| 4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

4,69 €
6,99 €

Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici