undrgrnd Cliquez ici RentreeLitteraire nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos nav_WSHT16 Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Bijoux en or rose

Commentaires client

4,3 sur 5 étoiles
3
4,3 sur 5 étoiles
5 étoiles
2
4 étoiles
0
3 étoiles
1
2 étoiles
0
1 étoile
0
Format: CD|Modifier
Prix:17,84 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Dans la carrière de João Gilberto et dans l'histoire de la Bossa Nova, le triptyque musical Chega de saudade (1959), O Amor, O Sorriso e A Flor (1960) e João Gilberto (1961) est une pièce essentielle voire fondamentale. O Amor, O Sorriso e A Flor, à l'image des deux autres albums, est marqué par un très haut niveau de composition (Antônio Carlos Jobim principalement, mais également aux arrangements). L'interprétation vocale toute en douceur de João Gilberto se superpose parfaitement à son jeu subtil de guitare. Issu de l'album, le single ""Samba de Uma Nota Só" deviendra rapidement un succès commercial. Plus homogène, à mon goût, que Chega de saudade, O Amor, O Sorriso e A Flor distille à la fois de la douceur avec les subtils "Doralice" de Dorival Caymmi e "Corcovado" d'Antônio Carlos Jobim, mais aussi de la légèreté avec le facétieux "O Pato" qui raconte les déboires d'un canard qui veut chanter la Samba. Un excellent album qui témoigne de la vivacité de cette Bossa Nova naissante et qui s'avère d'une très bonne qualité pour un disque enregistré en cinq jours au Studio Odéon à Rio de Janeiro. Incontournable (bossa-normandie.over-blog).
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Dans la carrière de João Gilberto et dans l'histoire de la Bossa Nova, le triptyque musical Chega de saudade (1959), O Amor, O Sorriso e A Flor (1960) e João Gilberto (1961) est une pièce essentielle, voire fondamentale. O Amor, O Sorriso e A Flor, à l'image des deux autres albums, est marqué par un très haut niveau de composition (Antônio Carlos Jobim principalement, mais également aux arrangements). L'interprétation vocale toute en douceur de João Gilberto se superpose parfaitement à son jeu subtil de guitare. Issu de l'album, le single "Samba de Uma Nota Só" deviendra rapidement un succès commercial. Plus homogène, à mon goût, que Chega de saudade, O Amor, O Sorriso e A Flor distille à la fois de la douceur avec les subtils "Doralice" de Dorival Caymmi e "Corcovado" d'Antônio Carlos Jobim, mais aussi de la légèreté avec le facétieux "O Pato" (en lien) qui raconte les déboires d'un canard qui veut chanter la Samba. Un excellent album qui témoigne de la vivacité de cette Bossa Nova naissante et qui s'avère d'une très bonne qualité pour un disque enregistré en cinq jours au Studio Odéon à Rio de Janeiro. Incontournable (bossa-normandie.over-blog).
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 16 avril 2013
Ouais.....ça s'écoute.Je vais pas raconter n'importe quoi,mais en fait et devant l'affluence de musiques brésiliennes on a un peu l'impression d'un fourre-tout.
A écouter en voiture au fil des kilomètres.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

13,99 €
20,57 €
18,00 €

Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)