undrgrnd Cliquez ici RentreeLitteraire nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos Rentrée scolaire Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Bijoux en or rose

Commentaires client

3,5 sur 5 étoiles
4
3,5 sur 5 étoiles
5 étoiles
0
4 étoiles
2
3 étoiles
2
2 étoiles
0
1 étoile
0

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Je trouve rafraîchissant ces petits nouveaux issus de l’auto-édition, ils ne respectent rien. Ils ne savent pas que tel domaine est jugé « has-been » ou obsolète, donc ils s’y lancent quand même et fond (très rarement) parfois mouche mais avec le nombre ils réussissent forcément !
C’est Cinquante nuances de Grey, Anthony Ryan, Larry Correia, John Scalzi, Hugh Howey, etc… Je crois que vous en verrez de plus en plus maintenant.

En SF le ebook certainement le mieux et le plus noté sur amazon.com est bien ce livre qui fait exactement le contraire de ce qu’on doit faire aujourd’hui en SF. Le livre est petit (260 pages), dynamique, ne s’attarde pas sur les détails superflus (sans être inexact) et met en scène un héros « tout-puissant ». C’était la recette des romans de SF vintage des années 60 et 70 d’une SF populaire, et bien ça marche toujours, jusqu’à un certain point cependant.

Le roman débute sur les chapeaux de roue, notre héros est un professeur d’université dans le domaine scientifique et technique mais habite et exploite également une ferme dans laquelle il vit avec ses deux grands ados.
Or une nuit des cris le réveillent et il fait face au cauchemar classique des films d’invasion extra-terrestre stupide : une soucoupe volante au-dessus de sa ferme d’où émerge un long bras métallique qui vient enlever successivement ses deux enfants … pour les libérer quelques minutes plus tard, éviscérés : séquence émotion.

Quand vient le tour de Kyle Riggs d’être attrapé par la soucoupe, son monde s’est écroulé et il n’a réellement plus rien à perdre, ce qui lui permet d’accéder à une sorte d’hyper-rationalité propre à défaire la série de défis que lui lance la soucoupe volante.
Car cette dernière ne cherche pas à tuer de façon indiscriminée, elle est simplement à la recherche d’un nouveau Commandant ! Ce que deviendra Kyle avec, paradoxalement, comme mission la défense de la Terre d’une invasion imminente d’un autre menace, les Macros. ...

Des centaines de ces soucoupes reconfigurables, appelées Nanos par Kyle, écument donc notre planète pour sélectionner les humains les plus à même de commander un vaisseau spatial dans les combats à venir. Sauf que leurs critères sont drastiques, et les conséquences de l’échec souvent … désinvoltes et mortelles.
Hélas pour le désir de vengeance de Kyle, celui-ci comprend rapidement qu’il n’y a personne dans l’avion, euh le vaisseau spatial, à part une I.A. pas très futée appliquant des règles codées par de lointains aliens.
Tandis qu’apparaissent effectivement les redoutés Macros, nous suivons la lutte contre la montre de Kyle pour comprendre le mieux possible cette machine. Car il semble bien qu’on ne puisse pas compter sur les autres Commandants, ceux-ci ayant plutôt des profils d’aventurier psychopathe que de Penseurs !

Nous sommes donc en face de ce type de roman où le Héros est à la source de tout. Sauf que le contexte justifie correctement la chose, au moins pour les premiers romans. Bien vu.
Deux autres personnages encadrent cependant le Héros et garderons une importance considérable tout au long de la série (j’ai tout lu, j’avoue) : Il s’agit de la jeune et sexy Sandra, sauvée par Kyle et qui fera office d’intelligent faire-valoir pendant toute la série et le très mégalomane Crow qui n’aura de cesse que de prendre le pouvoir sur la flotte spatiale naissante.

Vous comprendrez qu'il ne vous pas vous attendre à une étude de caractère, d'ailleurs ce qui m'a le plus choqué est l'absence des enfants de Kyle dans ses pensées après les tous premiers chapitres.
D'un autre côté peut-être n'a-t-il pas le temps !
Car Kyle ne cessera de sauver la planète … avec les dents, allant jusqu’à appliquer les étonnantes propriétés des Nanos au combat terrestre et à y participer. D’ailleurs son sens tactique inné y fera merveille ;-)
Je taquine, mais au total nous avons un roman sans autre ambition que de vous distraire, c’est déjà beaucoup !
1414 commentaires| 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Swarm est une petite histoire écrite sans prétention, qui comporte assez de mystère pour qu'on la lise d'une traite. J'ai même lu les deux tomes suivants dans la foulée, mais ce qui était gênant dans le premier tome est devenu pathologiquement gênant par la suite, sans que rien ne vienne relever le niveau. J'ai donc arrêté sans avoir de réponse aux mystères extra-terrestres.

Reprenons depuis le début. Qu'est-ce que cette histoire? C'est l'histoire d'un père de famille qui une nuit voit sa Terre envahie par des vaisseaux extraterrestres venus "pomper" des humains et les rejettant en miettes rapidement après. C'est ce qui va arriver à sa famille. Lui-même va finir par être capturé, et à l'issue d'épreuves intrigantes... va être sélectionné pour être le Commandant du vaisseau. Je n'en dirai pas plus.

Côté qualités du récit: c'est très intriguant (ambiance à la "Cube" pour ceux qui connaissent), voire prenant, haletant, habilement rythmé, avec beaucoup de suspense. Il y a pas mal de scènes de batailles dans le dernier tiers du livre (elles deviennent même prédominentes dans les tomes suivants), mais même si ce n'est pas ce qui m'attire le plus, je ne les ai pas lues en diagonale. Côté qualités des personnages, le héros est "geek" normal devenu une sorte de super héros, cela fait toujours rêver.

Hélas, le livre a aussi beaucoup de faiblesses. Les personnages sont inconsistents et la relation avec Sandra est insupportable de machisme à mon sens, avec un personnage qui n'est d'ailleurs que du joli vide. Plus globalement, il y a un manque général d'ambition qui finit par gêner aux entournures. L'auteur avait des pistes notamment pour creuser certains aspects politiques (la "piraterie" par exemple) mais finalement en peu de pages bascule directement sur les "charmes" masculins de l'armée, avec ses grades, ses uniformes, ses décorations, ses grosses armes etc.

Au final cela donne un récit "jouet", pendant masculin des romans à destination d'un public féminin (romances, bit lit et autres), et pour lequel l'auteur semble avoir écrit pour lui-même plutôt que pour un public. Remarque importante: c'est un roman auto-édité, ceci explique sans doute en partie cela.
11 commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 3 décembre 2014
C'est de la pure SF à l'ancienne, c'est vrai, c'est pas mal écrit, c'est vrai, c'est facile à lire, c'est vrai.
Les scènes de combat sont très bien écrites, c'est un des points forts de l'auteur.
Un auteur que je connaissais déjà, pour avoir lu les trois premiers tomes de sa série plus récente, à savoir l'excellente série Undying Mercenaries, que je ne saurais trop conseiller aux amateurs de Space Opéra Pop.
Swarm est inférieur à cette série à tous points de vue. C'est à dire que c'est à peu près la même chose (du space opéra à la limite de la caricature) mais avec de gros défauts en plus :

- Swarm nous fait avaler de très grosses couleuvres, avec au premier rang le vaisseau spatial kidnappeur. Alors certes, c'est très probablement du second degré, mais c'est tout de même à la limite de l'acceptable en dehors d'une pochade.
- Swarm est trop ambitieux, en cela que son personnage (un professeur d'informatique) devient quasiment le chef des forces armées mondiales avant la fin du livre. Outre ses décisions parfois contestables, il ne pose pas les bonnes questions à sa soucoupe, ce qui donne un mystère totalement artificiel au livre puisque la plupart des réponses sont potentiellement très faciles à obtenir. C'est bourré de petites bêtises dans ce genre qui sont essentiellement liées au fait que le personnage est le point central de l'univers du livre.
- Le dénouement final est particulièrement ridicule. (Très marrant, ceci dit.)
- Swarm manque surtout de crédibilité au niveau de la psychologie des personnages. On y voit par exemple un père, dont les deux enfants adolescents viennent d'être éventrés et balancés dans le vide comme des poubelles par une soucoupe volante, en plein flirt avec une étudiante de 22 ans dans les heures qui suivent. La partie "romance" du livre est d'ailleurs un pur fantasme de geek. C'est navrant, donc hilarant, mais c'est pas fait exprès.

C'est donc un premier livre très maladroit, plein de bonnes intentions, mais globalement un peu too much à mon gout. Quitte à me répéter je trouve la série suivante beaucoup plus convaincante et beaucoup plus drôle.
77 commentaires| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 16 août 2012
This is an interresting starting point for a series. This book is setting the story and context with quite huge ground battles. (Next books contain also space battles.) Humanity is facing extinction and has to adapt and make difficult decisions to survive. I quite enjoyed all 5 books released so far, even if i could find some inconsistencies here and there, but this is nothing that much anoying as long as you like big guns and big machines.
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles


Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici