Cliquez ici undrgrnd Cliquez ici RentreeScolaire Cloud Drive Photos nav_BTS17CE Cliquez ici En savoir plus Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo

Commentaires client

4,0 sur 5 étoiles
9
4,0 sur 5 étoiles
Format: CD|Modifier
Prix:9,07 €+ Livraison gratuite avec Amazon Prime


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 25 avril 2013
Voilà un album qui réabilite (comme les Strokes il y a quelques années) le son garage, assumé et vivant. On entend bien ici qu'il ne s'agit pas d'une posture, mais plutôt d'un manifeste à un rock débridé, sans artifice, sans fard. Les morceaux sont d'une enthousiasmante urgence et cela fait du bien d'entendre des gutares saturés en plein revival synthétique casse bonbon (à de trop rares exceptions). Oui périodiquement, on annonce un nouveau groupe sauveur de l'humanité rock, qui explose généralement en vol quelques mois après son avènement. Le deuxième album tend à prouver que ces gars la ont de la suite dans les idées et plus d'un tour dans leur housse de télécaster.
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 28 juin 2017
CHRONIQUE DE BRIAG MARUANI MAGAZINE ROCK&FOLK
555 DISQUES, 1954-2014 SOIXANTE ANS DE ROCK'N'ROLL (Rock & Folk HS n° 30 décembre 2014-janvier 2015) - Page 186
Tout est allé trop vite pour ce quatuor londonien, premier groupe à apparaître dans l'émission de référence Later...
With Jools Holland, sans même avoir sorti, un single. Une couverture du NME suit peu après. Ses concerts affichent complets, sont courus par tout le gratin du rock anglais. L'album sort et se place à la quatrième place des charts britanniques. C'est le disque le plus vendu pour un nouveau groupe en 2011. Durant l'été il se produit dans tous les festivals de la terre. Pourtant, si son deuxième opus se vend bien et atteint la première place à sa sortie en Angleterre, la hype est retombée comme un soufflet. On peut désormais affirmer avec le recul, que l'excitation générée par ce premier enregistrement était totalement justifiée, car les Vaccines ne feront peut-être jamais mieux. Dès l'ouverture, "Wreckin Bar (Ra Ra Ra)", single sorti plusieurs mois avant le LP, l'identité sonore du quatuor est définie. Des chansons simples sur le modèle béni des années cinquante. On trouve rarement plus de trois accords, et les titres ne sont guère plus longs qu'un solo de guitare de David Gilmour. Pete Robertson ne chipote pas à la batterie. Il joue entre une dynamique punk classique à la Ramones, et celle d'un girl band spectorien. Ce qui fait le son du groupe est la réverbération exagérée sur la voix du Justin Hayward-Young, qui vient sans doute de son amour pour les débuts mythiques d'Elvis chez Sun. Pendant que le guitariste Freddie Cowan peint quasi systématiquement une toile de fond de ses staccatos exagérés par le delay (formule évidente sur "If You Wanna"). Les textes jouent sur l'ambiguïté avec les mélodies au romantisme très adolescent. "Je ne veux pas te croiser avec un autre mec mais ça risque d'arriver/ C'est ce que me disent les amis que je n'apprécie pas autant que toi". A chaque fin de couplet cette phrase revient comme le chagrin qui empêche de vivre sans l'autre. La voix immense résonne dans un hall de lycée. On danse un slow rempli de tendresse ("Wetsuit"), puis un rock ultra speed en hommage à un mannequin (Amanda "Norgaard"). On se croit à la fête de prom' dans "Grease". Et soudain, on se rend compte que le chanteur parle de la culpabilité qui naît du sexe après une rupture. Mon Dieu, on ne parlait pas de ça dans les chansons des fifties !
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 18 novembre 2011
C'est très rock et très anglais. C'est super d'intensité, de maîtrise, avec un son fort, une voix parfaite (grave, assurée, juste), sur des mélodies imparables comme on dit, et le tout est un court concentré de dynamite - une petite douzaine de pépites - qui ne peut laisser indifférent. Et là on se dit qu'ils sont forts, très forts. Ils ont leur son, rien n'est pompé, mais on entend (et on adore) un héritage rock qui synthétise l'histoire de cette petite île qui sait générer, au-delà de la hype dont les autres critiques parlent (moi je suis tombé dessus sans rien avoir lu ou entendu) ce type de groupes qui ont tout bon, et surtout de très bonnes chansons.
0Commentaire| 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Ce "debut Lp" des Vaccines a le ramage et le plumage d'une téméraire tentative de réaliser quelque chose d'aussi significatif et remarquable que le premier album des Strokes, 'Is This It', il y a 10 ans. Avec un son trempé d'écho cathédralesque, des mélodies qui évoquent souvent des années 1960 de rève et des compositions qui dépassent rarement les 3 minutes, The Vaccines ont produit un classique qui peut être considéré, avec le recul, comme au moins aussi bon que 'Is This It'. Alors 'What Did You Expect' annonce-t-il, comme ce fut le cas d''Is This It', toute une nouvelle vague de sons et de groupes ? Probablement que non. Mais peut-être, contrairement aux Strokes, que les prochains albums de The Vaccines seront aussi bons sinon meilleurs que ce premier essai. *** & 1/2.
22 commentaires| 4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 19 juin 2011
"Never mind the hype, here's the vaccines " Voici la couverture du très respecté NME britannique qui offrait sa première page à l'un des groupes londonien les plus en vue du moment , les Vaccines. Alors bien sur la planète Musique et en particulier la France ont appris à se méfier de cette manie anglaise de vouloir trouver des sauveurs a tout et à rien. Alors oui c'est vrai les Vaccines sont au coeur d'un phénomène ( qui les dépasse) certainement exagéré et non les Vaccines n'ont rien inventé ( et ne prétendent d'ailleurs pas le contraire ). Mais à part le fait qu'il suscite une hype phénoménale dans la capitale londonienne, quels autres reproches à leur adresser ?

Ces quatre gars là n'ont pas l'intention de changer le monde et alors ? Justin,Arni,Pete et Freddie sont 4 mecs bien anglais, bien propres sur eux et qui font du bon rock britannique qui fait terriblement de bien ! On s'en fout de la tornade médiatique puisque la vrai tornade elle est dans les 11(+1) tracks de" What did you expect from the Vaccines ?"( titre ironique choisi pour se décharger de la pression médiatique qui pèse sur leur jeunes épaules. On a là le tout premier effort d'une formation qui à déjà tout d'une grande avec des tubes en puissance , une maîtrise totale au niveau musical , un chanteur bien sympathique avec un joli minois et une voix d'enfer , un son de qualité et relativement atypique car proche du live et une efficacité redoutable pour des "chansons qui appartiennent à tout le monde" comme ils le disent eux-mêmes. En bref, 36 minutes ( c'est ( trop? )court !) de pure bonheur qui donne juste envie de sauter partout et de remuer la tête sans besoin de se demander si le buzz en question et mérité ou pas ! Wreckin' bar (RA RA RA) est une bombe atomique qui réveillerait un mort tout comme sa petite jumelle Norgaard. Du côté des singles pire qu'addictifs on retrouve If You Wanna, Blow It Up et l'incontournable Post Break up Sex qui a conquis le coeur ( mélancolique ? ) de nos amis anglais qui vous arrachera peut être une petite larme de remord à vous aussi qui sait... Mais les quatre Vaccines ne s'arrêtent pas là et nous signent quelques jolis morceaux différents mais pas moins réussis qui mettent d'avantage la voix quasi crooner et tellement sexy de Young avec Family friend,Somebody else's child la balade au piano pour conclure( en bonus ) à vous filler des frissons et surtout la petite pépite magistrale au coeur de l'album, Wetsuit.

Bref, ces Vaccines là sont le remède à n'importe quel coup de bourdon avec un album qui laisse espérer des live bien sympathiques à venir , si l'on se décide enfin à voir et à considérer le groupe pour sa musique et non pas pour la couverture médiatique dont il dispose outre Manche et pour les laisser conquérir enfin la France. En bref, laissez vous tentez par le charme d'un pur produit british sans vous posez plus de questions que ça !
0Commentaire| 4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 10 juin 2011
Titre malin, histoire de se dégager élégament de la hype "new Strokes" générée par la presse anglaise. Mais aussi titre piégé, parce qu'il nous faut bien admettre que nous n'attendons plus rien des "dernières merveilles du rock" ! Ce qu'on entend ici, sur cet agréable et court album, c'est une étonnante diversité de styles, comme une visite guidée plutôt sympathique de plus de 30 ans de rock'n'roll : surf music à grand renfort de fuzz, citations amusantes des Ramones, clins d'oeil à The Jesus And Mary Chain,... jusqu'à une dernière partie du disque - pas la plus mauvaise, d'ailleurs - qui revient curieusement chasser sur les terres de la new/cold wave anglaise, de Editors à White Lies. Il est difficile de critiquer ce disque, si ce n'est au niveau des textes, d'un niveau régulièrement consternant, et on est prêt à parier que chacun y pêchera l'une de ses chansons favorites pour l'année 2011. Ce qui n'est déjà pas si mal, non ?
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 21 octobre 2011
Le NME aime l'emphase, le NME aime faire d'un groupe qui semble être choisi au hasard dans un chapeau "le nouveau truc trop cool du moment", bon c'est tombé cette année sur les Vaccines. A la clef un buzz énorme, et à l'arrivée? un disque sympathique mais transcendant.

Certains titres tirent bien leur épingle du jeux, souvent les plus punky et débiles, là on croirait entendre des Ramones du 21ème siècle, sur les délicieusement courts et efficaces Norgaard ou Wreckin' Bar, en revanche je trouve que le groupe se prend le tapis quand ils font un bien vulgaire "post-break up sex" morceau sans aucune magie...

Voilà je suis pas trop convaincu par ce disque, c'est pas une bouse pour autant, mais j'ai quand même le sentiment qu'on a monté la mayonnaise un peu trop rapidement, et surtout même si la scène anglaise est moribonde il y a quand même mieux que ça chez les britanniques à essayer de nous refourguer. Leur jeunesse n'explique pas tout, en revanche les liens de parenté avec les Horrors donnent des indices sur les raisons du buzz...
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 13 octobre 2012
Cela faisait un moment que je n'avait pas trouvé un album avec une telle pèche !
Il a fallut quelques écoutes avant de l'assimiler pleinement, mais maintenant je l'écouterais pratiquement en boucle !
Ca file la banane dans la bagnole, même si il y a un bouchon.
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 20 juin 2011
un premier album typique rock british "nouvelle vague"(wombats;miles kane;last shadow puppets;voir foals & franz ferdinand)a ne pas louper.une vraie energie;dommage que le lp ne soit pas plus long!on en redemande
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

21,71 €
6,99 €
7,00 €

Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)