Cliquez ici undrgrnd Cliquez ici Levy Cloud Drive Photos cliquez_ici. Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo

Commentaires client

5,0 sur 5 étoiles
3
5,0 sur 5 étoiles
5 étoiles
3
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
Format: CD|Modifier
Prix:12,34 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

En 1993, le quintette suédois Necrophobic sortait progressivement de l'anonymat avec la réalisation de quelques démos et surtout d'un EP intitulé "The Call".
Leur premier album, "The Nocturnal Silence", sort l'été 1993 et est produit à l'instar de leur EP par Tomas Skogsberg au studio Sunlight, extrêmement prisé par la scène suédoise (Entombed, Grave, At the Gates, Dismember, Therion, Carnage) déjà à l'époque et d'autant plus depuis.

Le groupe suédois compte à l'époque dans ses rangs Tobias Sidegard au poste de bassiste, Joakim Sterner aux fûts, tous deux encore présents aujourd'hui, Anders Strokirk au chant qui a quitté le groupe après quelques concerts pour son projet Blackshine (du Power Metal, dans lequel il officie encore actuellement), et enfin le ténébreux David Parland, guitariste et compositeur principal.

Le registre de Necrophobic se situe à la croisée entre un Death Metal suédois en pleine explosion depuis les cultes "Left Had Path", "Into the Grave", "Dark Recollections" et "Like an ever flowing Stream" -respectivement Entombed, Grave, Carnage et Dismember- pour ne citer qu'eux, et un black metal renaissant, comptant dans ses rangs un certain nombre de formations norvégiennes inspirées des Darkthrone, Burzum, Mayhem et consorts, et quelques suédois comme Marduk avec son deuxième album "Those of the Unlight" cette année-là et Dissection et son "The Somberlain", tous deux assez inspirés par le Death Metal.

Musicalement parlant, Necrophobic part donc sur une base Death Metal tout en ajoutant cette atmosphère black créée par des riffs très mélodiques en aller-retour, des passages plus aérés en son clair, quelques envolées épiques, une production plus légère que celle des albums floridiens classiques. La voix d'Anders se situe dans un registre plus black, moins guttural et plus arraché.
David Parland est véritablement un génie de la composition, chaque morceau est un hymne Death/Black, parfois ponctué de solos mélodiques montrant une certaine dextérité. Je retiens particulièrement "Unholy Prophecies" et sa dizaine de riffs différents, ces alternances de tempo rendant chaque écoute passionnante et qui tient largement ses promesses sur ces 5:41 ; un passage préfigure même un certain "My dark Desires"...
Une ambiance malsaine plane tout le long du disque, y participent les thématiques blasphématoires et occultes, l'artwork simple mais efficace et les photos du groupe sur lesquels ils arborent cuir, clous, balles, pentagrammes.

Un classique du Death/Black suédois aux côtés des premiers Dissection et des autres groupes qu'ils inspirèrent.
La suite de l'histoire, on la connaît: David Parland, après avoir encore largement composé les titres de l'album suivant, part rejoindre Dark Funeral sous le nom de Blackmoon et participe à l'un des plus grands chefs-d'œuvre de Black Metal de tous les temps, "The Secrets of the black Arts", après le culte mini-album éponyme.

N.B. en featuring, on retrouve Micke Jansson (Unanimated) sur "Father of Creation" et Richard "Daemon" Cabeza (Dismember, Unanimated) sur "Where Sinners burn" ; en outre, les illustrations à l'intérieur du feuillet et le design graphique sont l'œuvre de Sebastian Ramstedt qui deviendra guitariste à partir du deuxième album.
0Commentaire| 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 1 février 2017
Groupe Swedish, Necrophobic sort (à la base en 1993) "The Nocturnal Silence" chez Black Mark records, et ici réédité chez Hammerheart rec. Ce groupe ne ressemble à l'époque à aucun autre, car une ambiance particulière se dégage de cet opus, une aura de cérémoniale. Du death/thrash puissant, mais coupé à un chant parfois black, des riffs parfois black metal, des mélodies sombres et simples mais qui sortent d'une autre dimension, des solo typiquement "heavy metal", des plans de clavier/synthé.

Un titre comme "Before The Dawn" (d'ailleurs le fameux groupe Finnois Before the Dawn, mais dans un registre plus Death mélodique), peut évoquer un Immortal sur "At the Heart of Winter" avec son riffs mid-tempo épique. Sur "Unholy Prophecies" et précisément sur le riff rapide principal, on sent bien qu'un groupe comme Toxic Holocaust à du passer les oreilles par cet opus de Necrophobic. Sur un titre comme "Sacrificial Rites", on sent bien que Vader et Decapitated sont passés par là également, c'est indéniable. Sinon, il y a aussi l'aura du 1er album de Deicide globalement tout au long de l'opus qui plane.

Et oui, cet album ne renferme que très peu de traces des groupes Suédois de la même époque, à savoir Grave, Unleashed, Dismember, Entombed, Necrophobic étant musicalement plus varié et un peu plus évolué, plus sombre aussi que ces groupes précités.

Bref, un album qui a du influencer une tripoté de groupes metal en tout genre. Du death, du black, du thrash, de l'épique, des mélodies superbes, des passages sombres, de magnifiques solo très "heavy", on y trouve un peu de tout dans ce "The Nocturnal Silence".

Une référence !!!
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 31 octobre 2015
Cet album est une perle de la scene death metal des annees 90' un incontournable pour tout les fans du genre
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

14,11 €

Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)