undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Rentrée scolaire Cliquez ici Acheter Fire Acheter la liseuse Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Bijoux en or rose

Commentaires client

5,0 sur 5 étoiles
3
5,0 sur 5 étoiles
5 étoiles
3
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Affichage de 1-3 sur 3 commentaires(5 étoiles). Afficher tous les commentaires
le 26 juin 2011
Autant vous le dire, je suis blasé : tellement de logiciels testés en 25 ans - déjà! -, tellement de déceptions ! Et puis, j'ai essayé Lightroom (version 3.4)... Ce produit est tout simplement prodigieux ! A tel point, que je surmonte ma paresse désabusée pour écrire cette chronique.

D'abord l'indexation et le cataloguage : c'est le principal intérêt du produit. Toute une série de fonctions bien pensées qui vous permettent de saisir et copier les mots clés sur un grand nombre de photos. La courbe d'apprentissage est très pentue (comprenez : on apprend vite tellement que cela devient intuitif) et pour ma part, j'ai pu reprendre un historique de 9000 photos en un mois environ, chose que je n'avais jamais voulu entreprendre avec des outils classiques.
Les vieux de la vieille - genre planche contact et rangement par date et thème dans des tiroirs ou boîtes à chaussure - pourront commencer à travailler comme avant, et découvrir progressivement les charmes de l'indexation.

Le développement : si vous possédez comme moi le logiciel maison du fabriquant de votre appareil (en l'occurence Nikon et Capture NX), l'intérêt de Lightroom sur ce point est moindre, mais Dieu que cela est bien conçu et ergonomique ! Lightroom peut remplacer sans problème le logiciel de votre fabricant. Si vous n'avez pas ce dernier, achetez plutôt Lightroom qui offre aussi l'avantage d'être multi-marques.

Autres fonctions (diaporama, Web, impression) : plus classiques, mais vraiment bien pensées, notamment le module impression.

Documentation : le manuel du produit (200p, en PDF uniquement, mais imprimable) est complet et clair mais gagnerait à être un peu plus didactique notamment pour commencer. Sinon, vous trouverez sur Internet et en librairie une documentation abondante (et chère). Comme d'habitude, celle-ci est d'une qualité extrêmement faible et se borne le plus souvent à plagier le manuel - qu'il faudra lire de toute façon - en ajoutant des illustrations.(Mon conseil : regarder plutôt le site d'Adobe, et notamment le blog d'Eric Scouten, l'un des concepteurs du logiciel)

Conclusion : merci à Amazon de nous fournir ce logiciel à un prix très compétitif (189 euros contre près de 300 au prix catalogue), achetez le logiciel, conservez un éditeur classique comme Photoshop Elements si vous voulez faire du graphisme, et jettez le reste.
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 23 juin 2011
Connaissant déjà Lightroom 2, je découvre avec bonheur les améliorations de cette version 3, notamment qualité du dématriçage, gestion des corrections de l'objectif, ajout de fonctionnalités comme outil tampon etc..., meilleure convivialité, organisation plus claire des menus, tous critères conduisant à une productivité exemplaire.
Initialement focalisé vers d'autres logiciels de retouche photo(DPP de Canon et Nikon Capture), mon choix s'oriente définitivement vers une utilisation intensive de Lightroom car celui-ci me propose, en plus de ses capacités de retouche, une fonction de gestionnaire de fichiers des plus performantes.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 31 mai 2011
Une dizaine de jours ont passé depuis l'installation de Lightroom sur mon Mac (dix jours, dont six consacrés à tout autre chose, car il m'arrive aussi de travailler). Je confirme aujourd'hui ma première impression, toujours excellente au demeurant. Lightroom est très intuitif et se maîtrise facilement. la première étape, "bibliothèque", permet de sortir la collection de fichiers sur laquelle on veut travailler. On peut faire apparaître tout le contenu de l'ordinateur et celui de tous les disques externes: on peut avoir sous les yeux, en une seule manipulation, le travail photographique de plusieurs années.
La deuxième étape, "développement", permet de choisir et d'isoler le ou les fichiers que l'on corrigera. Je ne citerai que les opérations les plus courantes (et utiles): amélioration de la définition, qu'il convient d'effectuer conjointement au travail de "lissage" par lequel on corrigera progressivement l'apparition du bruit et autres parasites. Quand le fichier d'origine n'est pas "pourri", le lissage ne se fait pas forcément au détriment de la définition, et l'on arrive à quelque chose d'assez proche de la perfection.C'est un plaisir que de déplacer les petits curseurs et de voir l'image "obéir" avec une extraordinaire docilité. La capacité de lissage est cependant telle que l'on doit veiller à ne pas donner à un nu, par exemple, l'allure d'un mannequin de vitrine ou d'une vieille dame outrageusement "liftée". Mais à chacun de faire son choix: Lightroom donne toutes les libertés.
Citons quelques unes des autres fonctions: le traitement des couleurs est parfaitement précis grâce à l'autonomie de chacune des fonctions "saturation", "luminance" et "teinte": il suffit d'avoir la main légère, et l'oeil toujours attentif. quoi qu'il en soit, chaque fichier se dédouble dès la première opération, de sorte que l'on possède toujours un témoin de l'état initial de l'image et que l'on peut constamment le comparer au travail en cours. Cette qualité est vraiment essentielle.
Pour faire vite, enfin, un mot sur ce que Lightroom, pour autant que je sache, ne fait pas. Le principale lacune (à mon sens) est l'absence de la fonction "fluidité" ce merveilleux institut de beauté qui fait disparaître sans douleur ni cicatrices doubles-mentons et plis du ventre. Je ne parle évidemment pas des truquages que permet Photoshop, comme de déplacer un élément d'un fichier vers un autre fichier, acrobatie pour laquelle Lightroom n'est pas fait. toutefois, Ligthroom ne demande qu'à se marier avec Photoshop ou Photoshop Elements. Dans ce dernier cas, pour à peine plus de deux cent cinquante euros, l'on dispose d'un laboratoire de retouche très complet et largement suffisant pour les photographes les plus exigeants. Avec Photoshop CS3 (ou CS5, évidemment), on devient le maître du monde, notamment en 3D. Mais est-ce bien nécessaire? En conclusion toute provisoire, après cette nouvelle prise en main encore incomplète, je répète purement et simplement que l'on ne peut pas entrer dans lightroom sans être pris, happé, enlevé par ce merveilleux instrument.
review image review image review image review image review image review image review image
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Avez-vous des questions ? Obtenez des réponses rapides d'autres clients.

Veuillez vous assurer que vous avez saisi une question valable. Vous pouvez publier votre question directement ou la modifier par la suite.
Veuillez vous assurer que vous avez saisi une donnée valide.

Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)