Cliquez ici Cliquez ici cliquez_ici. NEWNEEEW Cloud Drive Photos En savoir plus cliquez_ici nav_WSMI18 En savoir plus Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici B075S63QSH Jeux Vidéo

Commentaires client

4,8 sur 5 étoiles
8
Learning to Crawl [Sacd] [Import allemand]
Format: CD|Modifier
Prix:45,13 €+ Livraison gratuite avec Amazon Prime

le 14 septembre 2006
Pour bien comprendre ce disque, il faut rappeler les événements qui l'ont précédé. Fin 1981, alors qu'ils enchaînent les albums et les tubes depuis 1979, les Pretenders disparaissent pendant deux ans. D'abord, Chrissie Hynde délaisse plusieurs mois le groupe pour cause de maternité. Mais surtout, plus tragiquement, James Honeyman Scott et Pete Farndon décèdent (overdose) en 1982 et 1983. On imagine donc le poids qui pèse sur Chrissie Hynde qui doit gérer, fin 83, la composition de nouvelles chansons, la pression due aux deux ans d'absence, la douleur liée aux décès de ses musiciens et l'intégration de leurs remplaçants. Dans ces conditions, on ne peut même pas dire que les Pretenders s'en sortent bien avec « Learning to Crawl », mais bien qu'ils réussissent un miracle en sortant leur troisième chef-d'oeuvre d'affilée. Pour commencer, ils réitèrent le coup du morceau d'ouverture qui déchire tout avec le dément « Middle of the Road ». Le son du groupe a changé : le petit nouveau Robbie McIntosh a beau être un fameux guitariste (écouter ses extraordinaires interventions sur « Time the Avenger » et « Watching the Clothes » notamment), son style est plus classique que celui d'Honeyman Scott. Du coup, c'est bien surtout sur la fabuleuse qualité de ses compositions que tient « Learning to Crawl » qui pour la dernière fois avant dix ans offre ce mélange unique de rocks costauds, de pop songs irrésistibles et de ballades sublimes (le groupe réussissant même les deux mid-tempos qu'il avait ratés sur « Pretenders II »). Un incroyable rétablissement et un fantastique album de rock comme on n'en fait quasiment plus !
0Commentaire| 12 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ? Signaler un abus
le 30 mai 2017
Pour beaucoup, le disque majeur des Pretenders est leur premier. Mais pour moi, "Learning To Crawl" est leur véritable grand œuvre. On parle là d'un disque quasi parfait, excitant du début à la fin, explosif et inspiré, sans une seule seconde à jeter. Un genre de feu d'artifices comme finalement assez rarement en rock pour l'un des meilleurs albums de la décennie (les honnies 80). Le groupe a perdu la moitié de ses membres depuis le premier album, overdoses à gogo, mais va se relever et brille de mille feux dans ce disque vengeur et conquérant, toisant la destinée avec toute l'arrogance et la morgue nécessaires. Si le second album manquait de compos fortes, ce troisième opus ne contient que des réussites. Dès l'énergique et vitupérant "Middle Of The Road", on est happé par la puissance du groupe et son abattage: de l'allant, l'envie d'en découdre, le feu. Le titre est puissant mais également fredonnable à fond. Je m'explique: la grande force de ce disque invincible, c'est de proposer un son très électrique et accrocheur, voire rageur, vrombissant, mais sans que jamais les mélodies ne soient absentes et noyées sous la reverb, un son qui leur permet, toujours, de passer en radio. Un bel équilibre qui est l’œuvre de l'immense Chris Thomas qu'on ne présente plus, qui fournit ici l'un des ses plus beaux boulots de producteur. Et si la forme est pleinement réussie, le fond est bien là avec des compositions sensationnelles. C'est bien simple, le petit plus ici, par rapport à avant, c'est aussi que Chrissie Hynde s'accepte, ne refoulant plus ses origines américaines. Et de fait les compos sont plus personnelles et sonnent donc plus vraies, plus justes. Preuve en est cette nouvelle allégeance à la soul: "Back To The Chain Gang" est un sublime hommage à Sam Cooke tandis que la reprise de l'album n'est plus de Ray Davies, c'est celle d'un petit standard soul, "Thin Line Between Love And Hate" (The Persuaders) et ça colle parfaitement. Les paroles de "My City Was Gone" démontre une fois de plus la nouvelle attitude de Hynde, plus en phase avec elle-même, voire plus mature et sereine. Là-dessus, elle enchaine les rocks endiablés implacables, "Time The Avenger", puissant, "Watching The Clothes", rockabilly sous perfusion punk (ou est-ce l'inverse), "Thumbelina", pétaradante et endiablée, ainsi que deux tourneries obsédantes, "My City Was Gone" et le dantesque, infernal, énorme "I Hurt You" qui n'en finit plus de vous happer et de vous hanter encore longtemps après écoute. De grands moments organiques où la guitare est reine et envoie de belles giclées abrasives toujours bien placées. OK, James Honeyman Scott était un sacré guitariste mais le nouveau Billy Bremner n'est vraiment pas manchot tout en évitant toute faute de goût. Aucun solo trop long et vain ici, juste de saines salves décochées avec fougue et panache. Les deux faces (du vinyle, à la base) se concluent ensuite de manière plus délicate: l'onctueuse "Show Me" pour la face A et le divin, merveilleux, angélique "2000 Miles" pour la B, cloturant le disque de toute beauté, le titre n'étant rien moins que l'un des plus beaux dédiés à Noël. Quand je vous disais que Hynde s'acceptait et acceptait son histoire, sa culture, son background, une certaine tradition. Car elle pond ici un disque rock totalement classique, dans la grande tradition, justement, sans aucun autre artifice (pas de synthés), en reprenant le flambeau de toute une histoire avec juste ce qu'il faut de brio. Par-dessus tout ça, la voix de panthère noire si sexy de Chrissie domine les débats (les ébats ?) et transforme ce déjà gigantesque album en un état de grâce et de transe terminales. Fièvre. Le pire, c'est qu'à l'époque, on pouvait allumer la radio et tomber sur "Middle Of The Road" ou l'addictif "Back On The Chain Gang". Pas si moche que ça, les années 80, finalement. Chrissie Hynde poussera un peu trop le bouchon soul et funk sur le prochain disque et puis le phénoménal batteur Martin Chambers, incendiaire et colossal tout du long ici, manquera cruellement. Mais "Learning To Crawl", mieux qu'une brasse de poche, vous envoie très loin et irradie longtemps. C'est dingue mais je possède ce disque depuis qu'il est sorti et il procure toujours les mêmes frissons. Magique.
1414 commentaires| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ? Signaler un abus
1000 PREMIERS REDACTEURS D'AVISle 1 octobre 2017
je ne sais pas si c'est le meilleur album des Pretenders mais c'est mon préféré. Les chansons y sont sublimes (je devrais toutes les citer mais je me contenterais de citer mes préférées "Middle of the road", "Back on the chain gang", "Thumbelina" et "2000 miles"), les guitares de Robbie McIntosh sont fluides, tranchantes et majestueuses (écoutez l'écho en reverbération sur "I hurt you"), Chrissie est une chanteuse inégalable dont la voix hyper sensuelle ne peut laisser indifférent toute personne normalement constituée et la production de Chris Thomas est un chef d'oeuvre de précision. Billy Bremmer aux guitares, Tony Butler à la basse et Paul Carrack au piano et au chant sont venus donner un coup de main au groupe pour ce qui constitue un des meilleurs albums de 1984.
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ? Signaler un abus
le 1 février 2009
J'ai suivi Pretenders depuis le début, et s'il y a un album que je peux écouter comme au premier jour, avec toujours autant de plaisir: c'est celui-là. Dans "Middle of the Road", il y a tout ce qui se fait de mieux dans le rock'n roll, le rythme, la voix, les guitares, et surtout un solo d'harmonica délirant, et une batterie lourde et claire en même temps...
Ce cd traversera le temps aussi bien qu'un best of des Beatles, car le rock, quand il est aussi épuré ne peut pas vieillir.
Un essentiel, donc, que je conseille avec le "best of", pour ceux qui veulent se faire une idée de la force créatrice de Chrissie Hynde, l'égérie de ce groupe.
0Commentaire| 6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ? Signaler un abus
le 10 juin 2009
si vous connaissez PRETENDERS : foncez, c'est leur meilleur.
SI vous n'avez jamais entendu la voix sensuelle et unique de Chrissie HYNDE, c'est le moment de découvrir un des groupes pop les plus jouissifs qui soient : des compos punchy, rythmés et super bien arrangés, aucun titre de "remplissage" des musicos efficaces et virtuoses. que du bonheur. seul bémol : les bonus ne sont pas indispensables ( achetez la version standard, c'est largement suffisant)
0Commentaire| 4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ? Signaler un abus
le 21 mai 2015
aprés quelques mésaventures, le renouveau des pretenders, un groupe homogéne , de bonnes compositions , que demander de plus ! ca fait du bien aux oreilles (en ces temps de miévrerie rock and rollienne) de bons live dans les bonus un dvd un peu pale des genoux dommage
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ? Signaler un abus
le 3 février 2013
Un bijou qui reprend ici des couleurs malgré quelques nouveaux mixages pas toujours des plus heureux. Peut-être l'oreille est-elle aussi, depuis trop longtemps habituée aux originaux ? Néanmoins à posséder dans toute discothèque respectable.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ? Signaler un abus
le 26 janvier 2010
J'adore, quelle pêche et quel talent, plus la voix de Chrissie Hynde... Très, très bon !
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ? Signaler un abus


Les client ont également visualisé ces articles

Pretenders
3,65 €
Greatest Hits
18,00 €
The Singles
4,99 €

Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici