undrgrnd Cliquez ici Litte nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Rentrée scolaire Cliquez ici Acheter Fire Acheter la liseuse Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Bijoux en or rose

Commentaires client

3,3 sur 5 étoiles
44
3,3 sur 5 étoiles
Format: Téléchargement MP3|Modifier
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 4 septembre 2013
Je n'interviens que très rarement dans ce type de commentaires sur Internet, mais là, j'y suis bien obligé à cause de la description du produit qui est proposée ici pour "The King of Limbs". Non seulement je suis en profond désaccord avec l'auteur (ce qui, en soi, ne mériterait pas de commentaires), mais je trouve cette description profondément stupide (ce qui est plus problématique), et pour l'intérêt commun, il me semble important de remettre les choses au clair, en procédant dans l'ordre. Ainsi, les acheteurs potentiels pourront sortir de l'obscurité dans laquelle cette description est susceptible de les plonger.

1) La première phrase "il y a belle lurette que Radiohead n'envoie plus uniquement de signes musicaux" n'a aucun sens, grammaticalement et du point de vue du sens. Un groupe de rock alternatif n'est pas censé envoyer des "signes" mais produire des oeuvres d'art, quand il lui plaît, en se permettant de faire des pauses.
2) Jusqu'à "The King of Limbs", Radiohead n'a cessé de produire des albums avec des intervalle inconstants de 1, 2, 3 ou 4 ans. On ne voit vraiment pas où l'auteur veut en venir.
3) "Creep" est sans conteste la chanson la plus connue de Radiohead, mais la référence à "Exit Music for a Film)" est très étrange. Cette dernière n'est jamais sortie en single et n'est certainement pas leur deuxième chanson la plus connue, dépassée par "Karma Police", "Paranoid Android", "Fake Plastic Trees", "No Surprises", "15 Step" et d'autres encore. La question de savoir quelles sont les meilleures, c'est tout à fait autre chose et il faut pour cela connaître tout Radiohead, ce qui n'est manifestement pas le cas de l'auteur.
4) Qualifier "Creep" et "Exit Music" de chansons "attachantes", c'est stupide. Ces chansons sont excellentes, marquantes, inoubliables... mais elles ne sont pas "attachantes" comme pourrait l'être une chanson des Beatles dans leurs années juvéniles, car ce sont des chansons graves voire déprimées. "Exit Music" en particulier est un chef d'oeuvre, mais est très noire, on ne s'y attache pas facilement. Pour moi, c'est un peu comme si on disait qu'une tragédie racinienne est "distrayante". En outre, ces deux chansons n'ont rien à voir l'une avec l'autre musicalement (l'une est très rock et de structure classique, l'autre est d'essence acoustique et progressive), et les mettre dans le même panier est très hasardeux.
5) Comparer un album de rock au plafond de la chapelle Sixtine, c'est assez inutile. Au public d'apprécier lui-même l'art architectural, on laissera Radiohead en dehors de tout ça, même si certaines de leurs chansons ont des résonances de cathédrales. Et puis, le fait de considérer ce plafond comme un chef d'oeuvre n'exclut pas qu'un album de Radiohead puisse aussi avoir le statut de chef d'oeuvre, de toute façon.
6) Il faudrait que l'auteur précise à quels albums il pense en parlant de "trois album talentueux", car cela ne va pas de soi. Personnellement, je décompte huit albums talentueux, et parmi eux il y en a cinq qui atteignent tous un degré ultime ("The Bends", "OK Computer", "Kid A", "Amnesiac", "In Rainbows"), et si deux de ces cinq-là ne sont pas "talentueux", je n'y comprends plus rien. Ceci est un jugement très personnel, bien entendu, mais de manière générale aucun "Top 3" ne fait l'unanimité parmi les fans de Radiohead.
7) Refuser le statut de "chef d'oeuvre" à certains albums de Radiohead, c'est une grave faute de goût. Rien que "OK Computer" est un chef d'oeuvre, indéniablement (on pourra preuve pour preuve n'importe quelle critique élogieuse de cet album). Il a été classé meilleur album de tous les temps par beaucoup de spécialistes y compris le magazine Q, avis que je partage. Par conséquent, cela reviendrait à dire qu'un album de musique rock ne peut en aucun cas être un chef d'oeuvre, ce qui est très gênant comme posture. Si l'auteur n'apprécie pas Radiohead à sa juste valeur, qu'il fasse preuve d'humilité et qu'il développe un peu plutôt que d'asséner des jugements hâtifs.

Stop. Voilà, en à peine une ligne, tout ce que j'ai relevé d'inepties dans cette description, et je ne vais pas perdre mon temps à continuer jusqu'au bout. Le commentaire serait beaucoup trop long, et d'ailleurs, je n'ai pas pris la peine de tout lire attentivement. Les clients potentiels peuvent donc se passer de lire cette description et se diriger vers des critiques plus sérieuses.

Quant à mon opinion sur "The King of Limbs", puisqu'il faut quand même en parler un peu, la voici (elle n'est pas forcément très utile et risque de changer avec le temps) : J'ai eu énormément de mal à rentrer dedans, et certaines passages me laissent toujours sceptiques ("Bloom", "Feral"... contiennent des sonorités franchement peu agréables à entendre). Cela n'a rien à voir avec le sublime chef d'oeuvre qu'était "In Rainbows", mais on atteint quand même parfois une forme de transcendance. Le chant est toujours aussi beau ("Lotus Flower"), c'est parfois entraînant ("Morning Mr. Magpie"), et l'expérimentation a la part belle sur cet album-OVNI, qui est donc intéressant à écouter même si ce n'est pas toujours agréable. Radiohead ne se repose jamais sur ses lauriers et cherche toujorus à aller plus loin, et on peut leur pardonner quelques ratages pour cela, car souvent cela aboutit à des chefs d'oeuvre et un relatif échec artistique est tolérable. Enfin, je tiens à mentionner "Give Up the Ghost", chanson sublime, poignante, profonde, délicate, passionnante, unique en son genre, qui est à mon avis tout simplement la plus belle chanson de la décennie pour le moment.

Ce commentaire m'a pris plus de temps que je ne le souhaitais, mais il me semblait vraiment nécessaire. En espérant qu'un effort sera fait pour que les descriptions d'albums soient davantage faites par des personnes compétentes pour cela.
11 commentaire| 18 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
A défaut d'être au sommet de sa forme créatrice, Radiohead continue d'être un groupe qui cherche et renouvelle régulièrement son écriture. Les aventures solitaires de Jonny Greenwood et Tom Yorke, dont on perçoit ici l'influence, ont probablement contribuées à pousser encore un peu plus le groupe dans ses retranchements, on ne s'en plaindra pas.

Ce n'est donc pas le Radiohead en état de grâce que nous retrouvons sur ce 8ème long-jeu. Contrairement à In Rainbows - précédent opus et déclaration d'indépendance d'une formation refusant désormais tout adoubement à un label quel qu'il soit et album étonnamment proche des cannons d'excellence jadis affichés (The Bends, OK Computer) - The King of Limbs est un net retour vers l'expérimentation parfois absconse de Kid Amnesiac, l'effet de surprise en moins.

Pareil parti-pris est risqué étant donné qu'on ne peut que comparer le groupe de 2000/2001 à celui d'aujourd'hui et que la comparaison n'est pas franchement au bénéfice de l'actualité. Ainsi, si les idées fourmillent tant au niveau des textures développées que des arrangements, tout ici n'est pas la pleine réussite qu'on aurait souhaité entendre. Il y a tout de même quelques quasi-perles (Little by Little, Lotus Flower, Codex), et l'ensemble du court album s'écoute sans déplaisir, mais une réticence demeure devant des morceaux ni vraiment assez accrocheurs ni tout à fait assez prospectifs pour pleinement contenter les fans du groupe.

Alors, certes, un album de Radiohead est, traditionnellement, très au dessus de la mêlée des laborieux mais, comme on dit, qui aime bien châtie bien. Pour le coup, Radiohead semble carrément donner le bâton pour se faire battre avec un opus correct mais éparpillé (un comble vu sa longueur) d'une formation dont on attend toujours mieux qu'un simple satisfecit (ce qu'on a ici). En bref, quatre ans pour ça, c'est beaucoup trop et on espère que la suite nous rassurera.
0Commentaire| 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Forcément un nouvel album de Radiohead, c'est une énorme attente, et donc une grosse pression... enfin, à l'écoute de King of Limbs, on se rend compte que la pression, elle a surtout été pour les auditeurs, parce que le groupe, lui, ne semble pas se l'être mise, tant il semble avoir fait ce qu'il voulait en toute sérénité.
Après la première écoute, que ressort-il de cet album? A vrai dire, pas grand chose. La première chanson offre quelques notes de piano introductives très belles, mais dès que la rythmique se met en place, le son ressemble bougrement à une chanson comme Pull/Pulk the revolving doors, soit rien de grandement excitant. Par la suite, Little by little vient légèrement se graver dans la mémoire auditive, ainsi que le single Lotus Flower et Codex, la chanson façon Pyramid Song de l'album.
A la deuxième écouté, on se dit que l'album ressemble à l'album solo de Thom Yorke (the Eraser), avec un côté plus organique et plus vivant, mais la production est assez proche.
Mais après plusieurs écoutes et une certaine maturation, l'album finit par s'implanter, et c'est en ne l'écoutant plus qu'on se rend compte qu'il nous manque. Car finalement, s'il n'y a pas toujours de grandes lignes mélodiques, il y a tout de même une unité, une ambiance, quelque chose qui transporte l'auditeur dans un univers assez éthéré, paradoxalement à la fois calme (nappes de musique) et speed (les rythmiques). Visiblement très inspiré par le mouvement dubstep (comme l'indique le morceau Feral), le groupe a livré un album qui se conçoit comme peut se concevoir un album de Burial: à la première écoute, on retient surtout une ambiance, mais au fil des écoutes, on découvre un nombre de détails impressionnants qui finissent par éveiller la curiosité et rendent l'album assez passionnant.
Il n'en demeure pas moins que, pour une fois, Radiohead n'a ni innové (comme sur l'excellent double volume Kid A/Amnesiac), ni fait un album de chansons mélodiques (comme sur le non moins génial In Rainbows), livrant ici un très bon album, mais pas une perle.
Bref, un peu déçu, on finit par s'y retrouver et on a finalement peut-être pas fini d'écouter cet album qui se dévoile petit à petit.
55 commentaires| 28 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 29 avril 2013
The King Of Limbs est sans aucun doute l'album le plus distant de Tom York et sa bande. Les compositions et la production de l'ensemble sont plus froides en encore que Kid A ou Amnésiac qui avaient pour eux d'être des albums climatiques et inspirés. Ici, on écoute une déambulation tribale, là, une balade neurasténique. Un mélange pour lequel on a connu le groupe plus prolixe, et en qualité et en quantité. Les fans s'y retrouveront sans problème. Pour les autres, ce disque pourra paraitre hermétique, froid. Mais il fait partie intégrante de l'identité de Radiohead et à ce titre, il mérite tout le respect dû à ce groupe fantastique.
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Jetant à bas mes préjugés (Radiohead étant pour moi victime de mégalomanite aigüe) sur cet album plutôt court (8 titres, 38 minutes), c'est mi-figue mi-raisin que j'ai procédé aux premières écoutes de cet électro-pop désormais assumé, et j'avoue avoir été peu à peu hypnotisé par l'animal Yorke et toujours cette damnée voix plaintive qui fout des frissons, même si j'ai été (une fois n'est pas coutume) fort déçu par la présence rachitique de la guitare.

Il y a du très bon, avec « Good Morning Mr Magpie », pour le coup arythmique en diable et digne de ce que l'on attend de Radiohead. Puis, « Little By Little », exceptionnelle mais relativement convenue pour qui connaît bien le groupe. Ne crachons pas dans la soupe, elle est sublime, avec une belle progression. Le très jazzy « Lotus Flower » introduit joliment le très beau « Codex » qui enchaîne avec panache et piano.

Le reste est -sans être mauvais- très anecdotique, une curieuse impression de déjà entendu (surtout après avoir écouté le projet solo de Yorke « The Eraser »), et quelques ratés, mais aussi quelques éclairs de génie. Du coup, même si cette (im)posture médiatique de Yorke commence à me courir sur le haricot, je mets 3,5 étoiles, pour la qualité indéniable des instrumentations, les 5 étoiles sont réservées à d'anciennes productions du groupe.
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 11 décembre 2014
Je met 3 étoiles par principe ... mais non ... c'est plus ça ... et pourtant fan de la première heure, Radiohead est pour moi le plus grand groupe de tous les temps (oui, au dessus des Pinks Floyd à leur époque, même pas peur ! ;-)) Le tournant Kid A aura été le truc le plus incroyable passant d'un sublime à un autre ... mais voilà ... c'est fini ...
Quand on imagine 1 seconde ce qu'ils auraient pu faire en continuant à évoluer, avec les moyens et les sons d'aujourd'hui ... quel gachi.
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 1 avril 2016
En mars 2011, après le chef d'oeuvre "In Rainbows", Radiohead avait la très lourde tâche de nous proposer un successeur à la hauteur. Cette fois les guitares ont quasiment complètement disparu au profit d'un style électro magnifique. Les cordes et la boucle rythmique de "Bloom" sont sublimés par la voix toujours excellente de Thom Yorke, "Lotus flower" donne envie de danser comme dans le clip, "Codex" et ses cuivres sont beaux à pleurer et "Give up the ghost" nous emporte dans des paysages paisibles. La seule déception réside dans la durée de l'album (38 minutes), d'autant plus que 5 ans après, sa suite (Dawn Chorus ?) n'est pas encore arrivée.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 29 avril 2011
Un disque dur à apprivoiser (comme toujours avec Radiohead). Il faut abandonner nos préjugés, nos attentes...
Mais lorsqu'enfin on lâche prise et on se laisse emporter, on part loin, très loin, c'est magique. Un album génial, comme tous leurs albums depuis Ok Computer. Hautement recommandé!!!
0Commentaire| 8 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Après être revenus à des compositions plus terriennes sur 'In Rainbows', Radiohead remet les voiles et se remet à écrire des titres aux allures beaucoup plus éthérés. Pour cela, la voix de Thom Yorke s'y prête toujours autant et le groupe décide plus que jamais de privilégier les ambiances et les triturations sonores au détriment de l'écriture. Néanmoins, ce qui pouvait sembler nouveau il y a 10 ans l'est beaucoup moins aujourd'hui. Reste quelques moments de bravoure et la qualité du groupe qui fait surnager cet album au-dessus du pack mais ne suffit pas à en faire un grand album de Radiohead.
0Commentaire| 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 15 septembre 2011
Aux premières écoutes j'ai franchement été rebuté par ce nouvel album. Ça change clairement du Radiohead que l'on connaissait, mais finalement cette évolution est aussi logique que remarquable. Un conseil: laissez-lui sa chance, écoutez le encore et encore aux moments les plus appropriés, et il s'ouvrira à vous. Un album peut-être un peu trop intellectualiste certes, mais d'une grande créativité.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

9,99 €
9,99 €

Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)