undrgrnd Cliquez ici Litte Cloud Drive Photos cliquez_ici Rentrée scolaire Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Bijoux en or rose Cliquez ici

Commentaires client

3,8 sur 5 étoiles
16
3,8 sur 5 étoiles
Format: CD|Modifier
Prix:9,44 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 20 juillet 2011
Incubus, que j'écoute depuis 2000 et dont j'adore la musique et la démarche vient enfin de nous honorer d'un 7ème opus. il est différent c'est certain. j'ai leur âge, j'ai grandi avec eux, et je pense qu'il était temps à 34 ans de poser un peu les valises de la hargne adolescente et criarde qui nous faisait tant vibrer avant. nous avons grandi, évolué, accepté, fait des compromis et la vie fait que aujourd'hui Incubus me ressemble encore plus qu'avant. c'est exactement le genre de musique reposante, vibrante, planante et réfléchie que j'attendais. ça manque parfois d'un peu plus de gras et de lourd, mais ils la maitrisent bien aussi cette musique. et pour ceux qui dénigrent l'album solo de Boyd, écoutez le à nouveau, c'est un chef d'oeuvre. il a tout créé seul et il s'en est vachement bien sorti ! chapeau messieurs et merci pour mes oreilles ;) vive le rock !
0Commentaire| 7 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 21 août 2011
La photo de l'album est très bien choisie...le nouvel album d'Incubus se jouait à quitte ou double. Soit ils continuaient sur la lignée de Light Grenade et c'en était fini, soit ils se réinventaient. Ils ont choisi la bonne option, même si (et heureusement) ils ne sont pas allé jusqu'à la réinvention totale. C'est un album qu'il faut écouter en s'affranchissant de tout préjugé, bon ou mauvais, car il mérite d'être non pas entendu mais écouté. La musique et la voix d'Incubus ont beaucoup gagné en maturité. Ce qui permet d'ailleurs à leurs fans de la première heure, c'est à dire au moins des trentenaires, de continuer leurs bouts de chemin avec Incubus comme fil (musical) d'Ariane. "If not now, when", fait partie des rares albums qui vous passent par les tripes. Et la voix de Brandon Boyd, un vrai shoot d'endorphine depuis toujours, n'y est pas pour rien.
0Commentaire| 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 27 septembre 2013
Je n'ai pas toute la discographie d'Incubus mais 5 albums, dont la compilation que j'avais achetée pour découvrir ce groupe EXCELLENT.
Que dire... l'album n'est pas mauvais, loin s'en faut. Ce serait un premier album, j'aurais mis 4 étoiles. Mais il manque quelque chose. Pas de l'énervement ou de la folie, car je peux comprendre que le groupe évolue et ne répète pas indéfiniment la même musique. Pas besoin de refaire un album complètement barré comme Science !
Mais je ne retrouve pas cette dynamique et surtout cet équilibre extraordinaire entre les musiciens. Je ne dirai jamais que Ben Kenney n'est pas un bon bassiste, ce serait être atrocement injuste, mais je me trouve à regretter l'ancien, Dirk Lance, avec ses lignes plus élaborées, même sur les morceaux calmes, obligeant Einziger à plus de créativité, d'inventivité, de variations. Pasillas n'avait aucun problème à se mettre à l'unisson.
Là, on réalise que Brandon Boyd est très présent... car les autres musiciens sont sur une intensité moindre.
Ils doivent en être conscients car on a quelques fois des sonorités d'anciens albums qui apparaissent de temps en temps, un peu comme des gimmicks, ce qui est dommage.
En résumé, bien dans l'absolu mais... à la vitesse où ce disque (que j'ai écouté plus de 15 fois) a quitté ma tête, j'ai peur qu'Incubus ait un peu perdu de sa magie.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 27 juillet 2011
Avant de crier au blasphème,sacrilège ou autre trahison de l'univers néo-métal, rappelons-nous du fossé entre l'intouchable "S.C.I.E.N.C.E" et l'intersidéral "Make Yourself"...Reconnaissons aussi qu'Incubus a depuis toujours montré un penchant pour les ballades et autre rock émotionnel en agrémentant ses albums de morceaux plutôt calmos mais bien faits: "Drive", "I miss you", "Mexico", "Here in my room" "Talk show to the mute" allant jusqu'à composer un album mixte "Light Grenades" où les explosions et les accalmies sentant bon la plage de Floride en Novembre, se partageaient équitablement la galette. Surpris de voir le groupe évoluer dans un registre planant...sincèrement pas des masses. Certes, le changement est radical et un peu déconcertant au premier abord, mais comme toujours avec Incubus, groupe créatif par excellence, composé de membres au talent artistique indiscutable et influencés par mille tendances musicales (métal, rock, hip hop...)la sauce, même douce, finit par prendre, car lorqu' Incubus prend une direction, il assume et va au bout de son choix. Et franchement, il serait décevant en y réfléchissant à deux fois, qu'un groupe si inventif se fige dans l'une où l'autre de ses facettes. En jetant un oeil à leur discographie, on se rend vite compte que la richesse du groupe c'est cette diversité qui le hisse aux côtés d'un Pearl Jam. Que dire alors de ce nouvel opus à part qu'il joue sur la corde émotionnel et atmosphérique à l'image de sa très belle pochette , et nous emporte dès le premier titre vers les terres d'un Joshua Tree (pire comme référence!)...Que même en prenant ce pari risquer de se frotter au son des 80's, Incubus s'applique et s'améliore (Brandon n'a jamais aussi bien chanté!). Qu'Incubus sait encore pondre des tubes "Promises,promises" , "Thieves", "Isodora" et composer des morceaux expérimentaux envoûtants "The compagny of wolves"...mais aussi revenir a des choses plus connues "Switchblade".
Plus on écoute ce nouvel opus, plus on reconnaît sous l'apparente métamorphose la pâte du groupe qui a accompagné notre vie...Incubus avait créé un son stellaire sur "Make Yourself" , océanique sur "Morning view", rock progressif avec "A crow left the murder"...Des tendances convoquées ici sur un fond plus onirique et feutré...L'évolution s'explique donc et force est de constater qu'elle est bien réfléchie et maîtrisée..Oui, elle laissera les auditeurs, dont le compteur s'arrête à la période 95-97, au bord du chemin...(Serions-nous satisfaits d'un retour à un son bien gras et binaire porté par un chant hip hop obselète...j'en doute) Par contre ce nouvel opus emportera loin, ceux qui prendront le train en marche...Et ceci, grâce au boulot et à un savoir-faire indéniable...Pour les autres, 1 public de perdu, 10 de retrouvés! Incubus n'a plus rien n'a prouvé,rien ne lui ressemble en étant tout à la fois. Il est libre et par cela parvient à nous libérer, en nous épargnant les formules réchauffées, et c'est tant mieux!
0Commentaire| 4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 19 décembre 2011
Comme écrit plus bas, au départ on est interloqué par la simplicité de certaines lignes mélodiques et/ou rythmiques, mais on se rend vite compte que ce sont les arrangements qui font que cet album restera parmi les plus "beaux" d'Incubus.
On reste surpris par la puissance de la voix de Brandon.
Le morceau In Company of Wolf est vraiment un bijou.
C'est vrai qu'à la première écoute on se dit que c'est mou, que ça "n'envoie pas". Mais ce n'est pas le but recherché sur cet album. Je pense que les messages peuvent aussi se transmettre en douceur, même si malgré tout on reconnait la patte de José et Ben pour la rythmique, à la fois groovy et précise.
A écouter plusieurs fois, comme le bon vin, il se bonifiera avec le temps!
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 7 octobre 2013
Je ne suis jamais déçu quand incubus sort un album. Celui la est très sympa à écouter quand on veut être au calme.
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 18 septembre 2011
Voilà une évolution assez violente pour ce groupe mais moi j'aime. Les gens oublient rapidement de réécouter les anciens albums, en fait ce groupe à toujours fait évoluer son style entre 2 albums. Ici cela devient plus planant mais c'est vraiment très abouti et agréable à l'écoute.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 21 janvier 2012
un album assez calme par rapport à ce qu'ils ont déjà fait, mais on aime.
après tous les gouts sont dans la nature! nous, on ne regrette pas cet achat!
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 26 décembre 2015
Mon homme est fan mais il a été surpris par le style très "pop" par rapport à d'habitude... Pour ma part, je préfère avant...
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 11 juillet 2011
Les Incubus ont le sens de se faire attendre, c'est le moins que l'on puisse dire. Bientôt 5 ans depuis leur dernier album Light Grenades. Ce sera donc leur 7ème album studio.
Cet album a été enregistré pour partie à Nashville, au Blackbird Studio et également au Henson Studio de Los Angeles. Leur producteur est resté le même, Brendan O'Brien.
Venons en au fait: les morceaux ,la musique , le style.
11 morceaux de grande recherche, d'une approche globale beaucoup moins rock, que certains comme moi pourront regretter, mais au delà de cette déception, cela reste du bon, voir parfois du très bon Incubus, avec des arrangements très soignés, portés par la très belle voix de Brandon Boyd, le tout enrobé dans une très belle production.
Un style quelque peu différent mais au final c'est plaisant, recherché, approfondit.Bref de la belle musique,tantôt planante, tantôt rebondissante, fait par un groupe pas ordinaire. Cette album n'est qu'une évolution de style...
Prenez votre ticket et maintenant laissez vous emmener dans les flots lyriques et acoustiques des Incubus.
0Commentaire| 6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

7,00 €

Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)