undrgrnd Cliquez ici RentreeLitteraire nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos Rentrée scolaire Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Bijoux en or rose

Commentaires client

4,5 sur 5 étoiles
61
4,5 sur 5 étoiles
Format: CD|Modifier
Prix:15,00 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 8 février 2016
CHRONIQUE DE PAUL ALESSANDRINI MAGAZINE ROCK&FOLK DECEMBRE 1970 N°47 Page 82
5° Album 1970 33T Réf : Harvest SHVL 781
Ce que laissait pressentir "Umma Gumma", mais surtout, déjà, "More" se confirme : le Pink s'éloigne de la folie interspatiale du premier disque pour épurer le son, assumer le dandysme anglais. Une Angleterre sublimée, celle du rite, des cérémonies : thé, breakfast. Déjà la pochette qui est une célébration de la douceur de la campagne anglaise, des pelouses vertes.
La folie Syd Barrett est maintenant bien absente. Reste un désir d'élargir le son, d'amplifier la plénitude : ici, c'est l'adjonction du trombone, des choeurs. Si l'on s'éloigne de toute violence, de toute définition satisfaisante de la pop music, reste un charme fascinant, mais de ceux qui semblent couler, apaisants. Ce n'est pas un monde fragile, ou incandescent, mais une sorte d'alchimie des parfums de l'Angleterre : dandysme, humour, distinction, mais aussi repli, silence. Il nous semble assister à une cérémonie au lyrisme ample et sans passion, un voyage qui n'est plus total, sidéral, mais qui est comme une promenade à travers la campagne anglaise peuplée de ses silences, de ses chuchotements, de ses bruits avortés. Une musique qui se referme, ne s'offre plus mais se satisfait d'elle-même de son propre sommeil, de son charme irrésistible.
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 4 avril 2007
Les hasards de la vie ont fait que j'étais resté près de trente ans sans réécouter ce chef d'oeuvre... Quelle vie gâchée! Je crois qu'on s'enferme dans un débat un peu verbal quand on accole à ce titre l'étiquette de "psychédélique", compliment empoisonné le plus souvent. La "soul music" n'est pour les Floyd qu'un terreau, une base de départ. Planera qui voudra, moi ce CD me fait penser à Joyce, que je découvrais d'ailleurs à la même époque: même féroce nostalgie, même rage de l'expression, absence superbe et délibérée de tout "message", c'est le lyrisme à l'état pur, induit à partir des bruits les plus banals de la vie quotidienne et organisé autour de la recherche d'un sens qui se dérobe... Jamais les Floyd ne cèdent à la tentation de la virtuosité pour la virtuosité, ni à celle de l'emphase. Je crois qu'il faut prendre très au sérieux le titre, qui suggère la recherche d'une sorte de matrice originelle dont tous nos rêves et de tous nos fantasmes, ou du moins beaucoup d'entre eux, seraient issus. Confrontés au vertige de la régression, les Floyd s'en sortent brillamment, grâce à leur umpressionnante palette de moyens musicaux, leur capacité de distanciation et aussi cette pointe d'humour qui est comme leur marque de fabrique. Vraiment un sommet.
0Commentaire| 18 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 2 mars 2007
Voilà un album de Pink-Floyd qui est assez différent de tous les autres par son atmosphère.On dirait parfois une bande son d'un film d'aventure mais il s'en dégage une impression de tristesse et de mélancolie. Il n'empèche que c'est un excellent album et que les chansons "IF" et "Summer 68" sont, à tort, trop méconnues.
0Commentaire| 7 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
A tomme heart mother a souvent été comparé par ses dé-tracteurs à une grosse bouse... Tant pis pour eux, laissons-les ruminer car il n'y a pas de quoi en faire un fromage! Pour leur cinquième LP les Floyds n'ont pas mis les deux pieds dans le même sabot et sans avoir transgraissé l'étable de la loi ils ne s'en laissent pas comté et rockent fort.

La première face est une longue suite à s'envoyer d'une seule traite, cul sec. Co-composée par Ron Geesin sur la base d'un boeuf informel du Floyd , Atom Heart Mother restera longtemps la cloche de division au sein du groupe et de ses fans. Pink Floyd barattera froid à Ron Geesin, minimisant sa participation, pis il n'est même pas cité sur la pochette! Cette suite fait pourtant partie de la crème des épics des seventies, une munster-piece dans la discographie du Floyd.

Sur la seconde face de l'album, pas encore sous le joug despotique de Roger Waters, chaque membre du groupe s'autorisera une production de son cru. Sans avoir définitivement trouvé le veau d'or, le Floyd ne restera pas sur la paille avec cet album et fera même pas mal de beurre avec.

Mais foin de ces considérations hautement culturelles, Pink Floyd continuera ses explorations zootechniques, en passant par les chiens et les moutons pour finir en beauté avec les cochons volants.

Avec cet album, je panse qu'une page, que dis-je un feuillet, est tourné. Les fans continueront encore un temps à boire du petit lait avant que tout cela ne tourne à l'aigre et aille droit dans le mur.
11 commentaire| 5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 15 juillet 2003
Parfait tout simplement parfait....
Ceci n'est que le deuxième album des floyds sans Syd mais c'est déjà une référence...
On lance le CD et directement on tombe sur elle: Atom Heart Mother, surement la plus belle chanson écrite par le groupe, qui nous permets de voir l'étendue des connaissances musicales du groupe.
Alliance parfaite entre les bases classique cambridgienne et la fougue de la jeunesse anglaise de l'époque, cette chanson est à l'image du groupe une somptueuse alliance entre classicisme et folie de la jeunesse.Quasi 25minutes de pur bonheur ouvre ce CD et le reste est du même niveau.
Deuxième volet de la symphonie psychédélique, on comprend vraiment avec ce CD pourquoi symphonie...Ummagumma nous donne l'autre réponse, pourquoi psychédelique...
Un indispensable.
0Commentaire| 9 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Il aura fallu deux albums, MORE (une musique de film) et UMMAGUMMA (mi-live mi-studio), pour que Pink Floyd devienne une institution, et celui-ci, ATOM HEART MOTHER, scellera définitivement ce statut.
Constituée d’un seul morceau en 6 parties, la première face - co-écrite avec le compositeur d’avant-garde Ron Geesin - est une œuvre grandiose. Passant d’un grand orchestre classique à une section chorale, puis au format quatuor de base, les passages se succèdent sans relâcher l’intérêt de l’auditeur. Tantôt épiques, inquiétantes ou apaisantes, les parties qui constituent cette œuvre ont des qualités de composition de haut vol, rendant unique ce vrai tour de force musical. Peu de groupes sont parvenus à un tel alliage de l’emphase et du rock avec autant de réussite, sans tomber dans d’évidents poncifs pompiers.
La deuxième face, constituée de quatre morceaux au format standard, est également une grande réussite. Proposant un morceau de chaque compositeur du groupe (tous trois différents et excellents), elle se conclut sur un ALAN'S PSYCHEDELIC BREAKFAST collégial aux effets plus datés et moins passionnant que le reste, mais par contre plus léger et plus drôle aussi. Un album magnifique à la pochette devenue mythique, qui ne se dévoile totalement qu'après maintes écoutes. Un disque à ruminer, quoi !
Tops : ATOM HEART MOTHER, IF, SUMMER ’68, FAT OLD SUN
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 7 octobre 2002
Atom Heart Mother est très certainement la musique la plus visuelle qui n'est jamais existée. Non pas qu'il rabaisse une oeuvre de 23 minutes à la clairvoyance mais dans le sens où chacun y verra un parcours personnel fait de rebondissements. La profusion des idées qu'il amène dès le début donnera à chacun l'envie de réaliser un film sur ce qu'il a perçu. Hélas les Pink Floyds sont malins; ils nous assènent d'idées tellement nombreuses qu'il nous faudra une éternité pour réécouter la première partie. La réflexion qui est faite sur la première partie de 23 minutes nous fatigue physiquement tellement elle est intense. Et pourtant il nous est impossible ensuite de raconter ce qu'on a vu! Les 4 derniers titres nous invitent à calmer notre esprit avec des musiques qui agissent plutôt sur nos sens. Atom heart mother est à écouter seul et d'un seul trait car il est réflexion puis détente. Il apporte un sentiment de vivacité d'esprit et est tellement nostalgique qu'il vous fera oublier vos tristesses.
0Commentaire| 8 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Expérimentations créatives, et essais sonores, etc. Incontournable dans la discoraphie de Pink Floyd, la 3Vache" n'a pas trop vieilli. La masterisation et le Mp3 ne trahisse pas le son de mon vynile (les craquements en moins)
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 3 septembre 2015
AHM est un album fantastique, un chef d'œuvre ! J'ai du mal à comprendre pourquoi cet album fait parti des moins aimé alors qu'il est juste étonnant et fantastique ! AHM (chanson) sur l'album 33T tenait la face A entière, des cuivres, de la symphonie, une chorale c'est magnifique ! Et la piste Alan's psychédélique Breakfast est vraiment originale, coupler des bruits de la vie quotidienne petit-déjeuner a de la musique est superbe ! Bref un album que j'adore car unique et qui ne ressemble à aucun autre ! Cet album c'est comme un bon vin qu'on décante pour faire exploser les arômes...décantez AHM vous verez comme c'est un délice !
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 28 octobre 2012
J'ai écouté la version de Emi 1970. Je ne sais pas si ça fait une différence. Mais cette musique m'a émue et vous êtes 32 à expliquer Pink Floyd, donc je m'exprime avec des émotions seulement, Au début, cette musique me donnait des frissons d'angoisse, et je me disais, mais celui qui a composé ça était un genre artiste en folie! Puis j'écoutais de mieux en mieux, et je me disais, ça c'est de la Musique grand M. Il y a des moments de silence, on entend les voix (des musiciens?) on croit que le cd est déjà au bout, mais non, ça reprend, des morceaux très tendres aussi, envoutants, puis silence, des voix, et ça reprend et ça dure ça dure. J'avais déjà écouté Atom Heart Mother il y longtemps, mais pas de la même manière. Peut-on appeler cette musique expérimentale? A présent, je pense que non, c'est de la musique tout court, qui vole très haut, une oeuvre particulière et unique.
0Commentaire| 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles


Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)