undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Rentrée scolaire Cliquez ici Acheter Fire Acheter la liseuse Kindle Paperwhite cliquez_ici Bijoux en or rose

Commentaires client

3,5 sur 5 étoiles
2
3,5 sur 5 étoiles
5 étoiles
0
4 étoiles
1
3 étoiles
1
2 étoiles
0
1 étoile
0
Prix:20,99 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

L'auteur-compositeur-pianiste-interprète brésilien Antonio Carlos Jobim (1927-1994) est devenu mondialement célèbre en 1956 grâce à la mise en musique d'une pièce du diplomate et poète Vinicius de Moraes, en l'occurrence la pièce qui devint ensuite au cinéma le célèbre 'Orfeu negro'. Son immense succès international rassembla petit à petit autour de lui ceux (Joao Gilberto, Baden Powell et bien d'autres) qui, avec lui, allaient donner ensemble naissance à la célèbre 'bossa nova' brésilienne, influencée notamment par la musique d'Henri Salvador (eh oui !). Auteur de plusieurs centaines de chansons, Antonio Carlos Jobim fit paraître quelques 50 disques.

Ce coffret regroupe 5 albums (dont un double-album), en l'occurrence 3 disques des années 60 et 2 disques des années 70, en l'occurrence 72 chansons (en anglais et en portugais) et instrumentaux :

'The wonderful world of Antonio Carlos Jobim' :

En 1964 parut cet album enregistré aux Etats-Unis avec la complicité du légendaire arrangeur Nelson Riddle et qui comprend 12 morceaux dont 2 instrumentaux ('Surfboard', un medium, et 'Valsa de pôrto das caixas', un slow), 4 chansons en anglais ('She's a carioca', 'Useless landscape', 'Bonita' et 'Dindi') et 6 chansons en portugais (dont le mythique 'Aqua de beber', mais aussi 'So' tinha de ser com vocé', 'A felicidade', 'Favela', 'Samba di aviao' et 'Por toda a minha vida').

1 méga succès, 5 très belles bossas et 1 excellent instrumental un peu plus rythmé font de ce disque un excellent exemple de ce que fut la bossa d'alors. Cette musique strictement cool, vraiment belle à écouter, même si on ne comprend pas le portugais, et dont Henri Salvador s'est toujours réclamé (ses derniers disques s'inscrivent totalement dans ce mouvement et sont vraiment superbes), vous vaudra à n'en pas douter quelques beaux moments !

'Love strings and Jobim' :

En 1966 parut cet album enregistré sur une période de trois mois à Rio et qui comprend 12 morceaux strictement tous instrumentaux dont 2 de Jobim lui-même, 2 de Marcos Valle et 1 de Baden Powell. Mes préférés sont 'If you went away', 'Tears', 'Pardon my english' et 'Rain'.

Aucun méga succès, mais de belles bossas instrumentales (dont 6 un peu plus rythmées).

'A certain Mr. Jobim' :

En 1967 parut cet album enregistré à nouveau à New-York avec la complicité de l'arrangeur et chef d'orchestre allemand Claus Ogerman et qui comprend 10 morceaux (5 instrumentaux et 5 chansons -en anglais uniquement-) tous de Jobim lui-même. Mes préférés sont 'Bonita' -chantée- et les instrumentaux 'Surfboard', 'Once again' et 'Estrada do sol'.

Là encore aucun méga succès, mais de belles bossas.

'Urubu' :

En 1976 parut cet album enregistré à New-York à nouveau avec la complicité de l'arrangeur et chef d'orchestre allemand Claus Ogerman et qui comprend 8 morceaux (4 instrumentaux et 4 chansons), tous de Jobim lui-même.

C'est quasiment un disque-concept à l'ambiance symphonique (certaines plages durent 6/7mn), bref c'est typiquement un album des années 70, ambitieux, mais aussi relativement hermétique ou du moins moins accessible que les disques des années 60 du même auteur : finie en effet la bossa-nova et place à des préoccupations qui incluent le devenir des indigènes d'Amérique du sud et l'écologie en général.

'Terra brasilis' :

En 1980 parut ce double-album, sur lequel il reprend certains de ses classiques dans de nouvelles versions rallongées, enregistré encore une fois avec la complicité de l'arrangeur et chef d'orchestre allemand Claus Ogerman et qui comprend 20 morceaux (8 chansons en anglais, 6 instrumentaux et 6 chansons en portugais), tous de Jobim lui-même. Pour le reste, voir le commentaire du disque précédent.

Il y a une grande différence entre les albums des années 60 et ceux des années 70, ce qui fait que le coffret manque d'unité. Mais, d'un autre côté, il témoigne de l'évolution de Jobim et si vous goûtez l'ambiance de ces années-là, le jazz et/ou la musique classique, vous aurez probablement beaucoup de plaisir à profiter du langage extrêmement sophistiqué du p'tit gars d'Ipanema, amateur de Debussy et de Ravel comme de son compatriote Heitor Villa-Lobos. Sinon, il vaut probablement mieux vous abstenir et acheter plutôt un best-of de l'artiste !
0Commentaire| 11 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 4 août 2013
Je trouve cette musique très agréable et elle ne vieillit pas.
Il manque un livret des paroles (anglais, brésilien), mais le prix était tellement modeste...
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

8,24 €
14,64 €
8,48 €

Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)