undrgrnd Cliquez ici Litte Stockage illimité pour les photos et bien plus encore cliquez_ici Rentrée scolaire Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Bijoux en or rose

Commentaires client

4,3 sur 5 étoiles
23
4,3 sur 5 étoiles
Format: DVD|Modifier
Prix:9,05 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 5 septembre 2008
Pour un fois qu'une accroche "commerciale " (si on peut dire !) est juste, rendons justice à la jaquette de ce DVd :" il a changé l'histoire de la musique".
La carrière extrêmement courte de ce groupe est inversement proportionnelle à l'héritage laissé à la musique de 25 dernières années.
Réalier une bio est toujours une gageure.
Réaliser un film sur Joy Division était un énorme pari et Corbijn qui avait réalisé certaines des photos les plus connues du groupe l'a bien tenu. Des faiblesses dans le rythme et un découpage temporel un peu hasardeux, peut-être, mais qu'importe. La tension émotionnelle est d'une rare justesse, sans emphase, tout du long on retient son souffle. Sam Riley est tout simplement incroyable. D'ailleurs il chante lui même plusieurs morceaux et est vraiment Ian curtis sans le singer (ceux qui ont vu des vidéos du vrai Ian Curtis devront même admettre qu'il avait l'air encore plus désincarné sur scène, et que Riley arrive à une certaine épure !)
L'image est superbe sans être esthétisante, une merveille de justesse de ton. Qu'un commentateur "éclairé" puissent dire de Ian Curtis qu'il était un pauvre type et que les textes de Joy Division sont bons pour orner l'agenda des ados... et bien mieux vaut en rire et souhaiter que le spectateur qui ne connait pas Joy Division prenne le temps de le faire, d'abord grâce à ce petit bijou cinématographique puis en écoutant leurs albums.
A noter qu'un autre film "24 hours party people" de Michael Winterbottom avait partiellement retracer l'existence de ce groupe sur un ton plus "léger", avec un point de vue plus large sur la musique de l'époque et le label Factory. A voir aussi.
11 commentaire| 11 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 4 août 2012
Une édition lamentable pour un film formidable. Comme dit dans un autre commentaire, malgré ce qui est écrit sur la pochette, le film n'est pas en 2.35 comme la version cinéma mais en 1.77 comme pour la version DVD. Le film a donc été recadré tant bien que mal avec les défauts qui vont avec (comme les personnages qui sortent du champ). Bref, on attend toujours une édition, qui nous permette de voir ce film comme il est censé être vu.
0Commentaire| 8 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 3 mai 2012
Je ne reviendrais pas sur les qualités du film qui est superbe. Par contre cette édition blu-ray est une grosse déception, l'image, contrairement à ce qui est indiqué sur la jaquette n'est pas au format 2.35 mais a été recadrée au format 1.77, ce qui se ressent tout au long du film. Le film est également encodé en 1080/50i, en lieu et place du 24p que étions en droit d'attendre du blu-ray.
Il est bien dommage que l'édition allemande ne comporte pas de sous-titres français, parce qu'elle au moins, respecte la vision du réalisateur et photographe Anton Corbijn.
0Commentaire| 6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 21 juin 2008
Ce film est une réussite à tout point de vue. Sur la forme, on appréciera le noir et blanc qui confère au personnage une distance supplémentaire par rapport à nous autres, simples mortels. Ce noir et blanc est un judicieux choix artistique (les plus belles photos, de personnages en tout cas, sont en noir et blanc) mais également un choix en parfaite adéquation avec la psychologie du personnage principal. Toujours sur la forme, on appréciera la succession des scènes du film qui est là pour nous montrer la vie de Ian Curtis plutôt que l'évolution du groupe Joy Division, même si l'on parvient à appréhender les deux à la fois. Sur le fond, ce biopic tiré du livre de Déborah Curtis est on ne peut plus fidèle à la réalité. En tant que fan absolu de Ian Curtis, le fait de pouvoir regarder l'évolution de sa personne sur grand écran a été pour moi un grand bonheur !
0Commentaire| 4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 2 juin 2013
Dès la première scène, montrant Ian Curtis à 16 ans rentrer chez lui pour écouter "Aladdin Sane", j'ai su que "Control" parlait de moi. De nous, qui avons aimé Bowie en 73, les Sex Pistols en 77, et... Joy Division juste un peu trop tard, en 80. Anton Corbijn était là, lui, dans la noirceur de l'Angleterre Thatchérienne, pour assister à la naissance improbable, inexplicable, d'une musique immense, qui marquera le siècle. Comme le génie est incompréhensible, Corbijn se contente de filmer un jeune homme, simple comme nous, bouleversé et torturé comme nous par les conflits les plus élémentaires de l'existence : un mariage trop hâtif, un bébé incompréhensible, l'amour que l'on ne peut pas "contrôler"... Ajoutez la malédiction de l'épilepsie, le sentiment grandissant de ne pas pouvoir donner tout ce que l'on attend de vous, il ne reste que le suicide comme issue. On est chez Loach, pas à Hollywood, on est loin du mythe malsain, on est dans un beau film, qui ne nous apprendra donc rien que nous ne savions déjà.
0Commentaire| 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Film déjà culte tourné en noir et blanc. Sobre, bien scénarisé, le film raconte l'histoire du groupe « Joy Division » à travers les interrogations existentielles de son chanteur et inspirateur Ian Curtis, jusqu' son suicide à l'âge de 23 ans. Brillant, honnête et avec, logiquement, une très bonne bande son.

Les performances scéniques de Joy Division sont restituées avec un mimétisme fascinant entre Ian Curtis et Sam Riley qui l'interprète. Lara Alexandra Maria est excellente dans son second rôle. Plus qu'un bio-pic, le film parle d'une époque et d'un univers à part entière, tout en restant intelligemment centré sur le destin dramatique de Ian Curtis et sur ses sources d'inspirations.

Les séquences sur la genèse et l'écriture de la chanson « She's lost control » sont mes scènes préférées. Elles sont d'ailleurs capitales dans le film a qui elles donnent une partie de son titre.
0Commentaire| 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 21 juin 2009
"Il a changé l'Histoire de la musique" : cette accroche n'est pas exagérée, si l'on considère toute l'influence de Joy Division sur le vrai rock des années 80 (je ne parle pas ici du ramassis de médiocrités superficielles systématiquement exhumé par des chroniqueurs méprisants, majoritairement papy-boomers), et encore bien après. Ce point n'est cependant pas traité dans ce qui reste une biographie inévitablement romancée - encore que plutôt fidèle. Il n'est pas vraiment développé non plus dans le documentaire "Joy Division" de Grant Gee, mais je recommande cependant ce dernier pour compléter le visionnage du magnifique "Control" par quelques éléments plus factuels.
C'était là encore une énorme gageure que de tenter un film biographique sur Ian Curtis, et d'affronter la légion indéfectible des fans de Joy Division. Le défi est relevé brillamment, tant par le réalisateur dont le manque d'expérience filmique est largement compensé par sa passion pour le groupe, que par les acteurs. Sam Riley surtout, dont l'interprétation de Ian Curtis est proprement stupéfiante. Mention également à Samantha Morton dans le rôle de l'épouse aimante et déchirée. Le choix du noir et blanc est totalement approprié, pour illustrer le parcours d'une formation ayant sublimé la grisaille mancunienne en une nouvelle dimension sonore. La musique n'a plus qu'à se laisser distiller au fil des images pour parachever cette atmosphère unique. Le plan final restera longtemps gravé dans ma mémoire cinématographique.
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 21 avril 2008
Control est un biopic retraçant l''existence éphémère d''Ian Curtis, leader du groupe Mancunien mythique Joy Division.
Ce premier long-métrage d''Anton Corbijn est une franche réussite tant sur le fond que sur la forme.
Parlons du côté visuel: le cinéaste nous livre une mise en scène élégante et sobre à la fois, nous rappelant ses œuvres d''antan (photographies et vidéoclip).
D''ailleurs l''utilisation du noir et blanc est une idée judicieuse ; ça représente bien l''austérité de l''époque ainsi que le caractère réservé du protagoniste principal.
En ce qui concerne le fond, Anton Corbijn s'en sort remarquablement bien, puisqu''il dépeint avec justesse et délicatesse la personnalité tourmentée du jeune chanteur. De ce fait, les scènes intimistes teintées d''amertume ne sombrent jamais dans le pathos.
On peut souligner la bonne prestation des acteurs, notamment le débutant Sam Riley qui irradie l''écran et la confirmée Samantha Morton qui est impeccable comme d'habitude.
Et enfin, quel aubaine de pouvoir entendre dans une salle de cinéma les titres phares de Joy Division, j'en avais la chair de poule.
0Commentaire| 20 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 3 avril 2009
Testé sur ma femme, hermétique à la cold wave.
La bande son est superbe. La musique du groupe est vraiment bien mise en avant.
L'interprétation de Ian Curtis est à couper le souffle.
L'ambiance est très prenante.

Un cadeau parfait pour que vos amis puissent découvrir votre groupe fétiche.
0Commentaire| 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Ce commentaire se réfère à l'édition de ce lien, 'Control', un DVD britannique de 2008.

Ian Curtis ne fait pas partie du "Club des 27", il a échappé à la vie bien avant, à l'âge de 23 ans. Adolescent au début des années 1970, dans la partie nord de l'Angleterre, à côté de Manchester, Ian Curtis est fan de Reed / Bowie / Pop / Eno / Ferry, les icônes l'intello glam plus ou moins vaguement destroy. Mais il va se marier, très jeune, avec Debbie. C'est sa décision. Il a un boulot qui consiste à aider des personnes handicapées à trouver du travail. Il va aussi avoir une fille avec Debbie. Encore sa décision. Et puis, avec notamment le concert des Sex Pistols à Manchester en juin 1976. Le côté "artiste" va reprendre le dessus, et la rencontre avec Sumner, Morris et Hook conduira à Joy Division. Avec l'appui de l'homme de média et fondateur de Factory Records Tony Wilson (1950 - 2007), du manager Rob Gretton (1953 - 1999) et du producteur Martin Hannett (1948 - 1991). Mais à la pression d'être marié et père de famille, vont s'ajouter celles du showbiz (même s'il est "indépendant" et plutôt "underground" encore), de l'épilepsie, du tabac, d'autres substances (dont l'alcool) et d'un autre amour, Annik, journaliste débutante rencontrée au cours d'une tournée. Un "Bizarre Love Triangle", bien sûr, mais pas seulement...

Tourné par un homme d'images "rock" (Joy Division, mais aussi U2, Depeche Mode et... Metallica), le hollandais Anton Corbijn dont c'est le premier véritable film, 'Control' est à mon sens une oeuvre magnifique, excellemment écrite, interprétée et tournée, dans un beau N&B.

On ne voit pas passer les 117+ minutes. Le film donne envie de se replonger dans le coffret 'Heart and Soul' !

Les "extras" comprennent notamment une version commentée du film (pas visionnée) mais aussi un documentaire de type "making of" de 23+ minutes, avec des interviews du réalisateur, de celui qui a adapté le livre biographique de Deborah Curtis ainsi que des acteurs, qui ont poussé le professionnalisme jusqu'à se mettre en capacité de réellement jouer et chanter plusieurs chansons de JD (3 de ces chansons jouées pour le film sont proposées en intégralité ailleurs dans le menu des "extras"). Le documentaire présente également diverses scènes du film et des séquences de tournage.
22 commentaires| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

17,00 €
16,00 €

Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici