undrgrnd Cliquez ici HPALLL nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Rentrée scolaire Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

3,6 sur 5 étoiles
9
3,6 sur 5 étoiles
Format: CD|Modifier
Prix:20,30 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Affichage de 1-2 sur 2 commentaires(4 étoiles). Afficher tous les commentaires
le 17 octobre 2011
PAIN OF SALVATION possède un don particulier, le petit truc en plus qui fait toute la différence, c'est indéniable. Des albums comme The perfect element part 1 (2000), Remedy lane (2002), Be (2004), sans oublier le live acoustique 12 : 5, l'avaient confirmé de bien belle manière en associant l'émotion à une grande maîtrise technique.
Néanmoins, le changement radical amorcé sur Road salt one, le malaise ressenti à l'écoute de cet album qui prenait un virage à 90° et qui manquait d'unité, m'avait fait craindre le pire pour ce Road salt two, à tel point que j'ai longtemps hésité à me le procurer !
Après écoute, je dois dire qu'il est bien plus riche et inspiré que le premier volet. Il est en effet dans la même veine que son prédécesseur, l'esprit old school est toujours aussi présent mais de façon bien plus cohérente.
Même si le groupe s'est éloigné de la complexité musicale, l'on retrouve l'âme de POS, c'est-à-dire cette espèce de mélancolie qui transpire à travers sa musique et qui marque l'identité du groupe depuis ses débuts.
Tous les morceaux s'avèrent très réussis, bien plus marquants que le premier essai. Le son des guitares est clair et tranchant et non pas gras et saturé. On pourrait presque en dresser une filiation entre Road salt one et le mélancolique Remedy Lane à l'écoute du dynamique The deeper cut ou du très progressif The physics of gridlock où Daniel GILDENLÖW chante des passages en français. Sa prestation vocale est envoûtante de bout en bout et correspond parfaitement à la musique.
L'ombre alterne avec la lumière pour offrir des moments intenses et contrastés, comme To the shoreline et son refrain à la Ennio MORRICONE. Et que dire d'healing now, plus intimiste, laissant le champ libre à la voix d'exception de GILDENLÖW.
Au final, cet album là est un immense soulagement. Un joyau de rock progressif éclectique qui comptera parmi les meilleurs albums de progressif parus en 2011.
0Commentaire| 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 29 octobre 2011
Après un Road Salt Ivory vraiment appréciable et apprécié car très rafraîchissant, j'attendais avec une grande impatience le dernier POS... Et ben une fois n'est pas coutume, je ne le trouve vraiment pas excellent... Il est chouette, bien ficellé, avec la même production que Ivory, mais il n'y a pas de chanson qui accroche autant que sur les autres albums... Je le trouve donc un peu plat, un peu fade. Mais j'attends quand même le prochain avec impatience (sans Johan Halgren... snif...)!!
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)