undrgrnd Cliquez ici Litte Stockage illimité pour les photos et bien plus encore cliquez_ici nav_TPL0516 Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Bijoux en or rose

Commentaires client

4,0 sur 5 étoiles
6
4,0 sur 5 étoiles
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Voyage en Italie/Chateaubriand
Ce texte assez court a été écrit en 1803.
Chateaubriand tombe immédiatement amoureux de l’Italie et ses magnifiques descriptions de type plutôt impressionniste nous ravissent d’autant plus que son immense culture classique gréco-latine et sa connaissance de la littérature et de l’histoire antiques émaillent toutes ces lignes superbes. Tous ces lieux mythiques lui parlent, toutes ces ruines lui murmurent leur histoire. Cette promenade est une leçon d’histoire.
« Les souvenirs historiques entrent pour beaucoup dans le plaisir ou dans le déplaisir du voyageur. »
Chateaubriand explore le temps tandis qu’il se déplace dans l’espace et sa réflexion devant les ruines ajoute un ton de mélancolie, de respect et de sérénité au propos.
« Nous sommes avertis à chaque pas de notre néant ; l’homme cherche au dehors des raisons pour s’en convaincre ; il va méditer sur les ruines des empires, il oublie qu’il est lui-même une ruine encore plus chancelante, et qu’il sera tombé avant ces débris » .
La visite du Musée Capitolin est un moment inoubliable avec la description des portraits des empereurs et autres personnages célèbres.
Le style inimitable du malouin est à la hauteur de la visite guidée :
« J’ai ouvert ma fenêtre : les flots venaient expirer au pied des murs de l’auberge. Je ne revois jamais la mer sans un mouvement de joie et presque de tendresse. »
À dos de mule accompagné d’un guide, Chateaubriand va sillonner la campagne romaine et napolitaine jusqu’au cratère du Vésuve, l’esprit constamment en émoi.
Une très intéressante description détaillée concerne la topographie ainsi que les travaux réalisés à Pompéi ville anéantie par l’éruption du Vésuve en 79 et qui est « demeurée vingt siècles dans les entrailles de la terre. »
Chateaubriand va rester plus tard longuement rêveur parmi les vestiges du Colisée :
« Le soleil qui se couchait versait des fleuves d’or par toutes ces galeries où roulaient jadis le torrent des peuples. »
La visite de la villa Adriana (D’Hadrien) lui inspire de magnifiques lignes :
« Je voyais la villa dépouillée de ses plus beaux ornements par le successeur d’Adrien ; je voyais les barbares y passer comme un tourbillon, s’y cantonner quelquefois, et, pour se défendre dans ces mêmes monuments qu’ils avaient à moitié détruits, couronner l’ordre grec et toscan du créneau gothique. »
Bien sûr la maison du poète Horace à Tivoli, celui dont est restée célèbre le conseil « Carpe diem quam minimum credula postéro » va susciter une grande émotion chez l’écrivain aux lèvres de qui les vers non moins célèbres viennent :
« floribus et vino genium memorem brevis aevi. »
Pour terminer Chateaubriand nous conte son excursion au Mont Blanc par la vallée de Chamonix et la Mer de Glace. Fin observateur, Chateaubriand écrit « qu’il en est des monuments de la nature comme ceux de l’art : pour jouir de leur beauté, il faut être au véritable point de perspective ; autrement, les formes, les couleurs, les proportions, tout disparaît. »
Il apparaît que l’auteur n’est pas tombé amoureux de la montagne contrairement à Jean-Jacques Rousseau, montagne « séjour de la désolation et de la douleur » qui semble l’opprimer lui qui aime les grands espaces où le ciel est la toile de fond.
Une belle et culturelle lecture. Et à relire pour le plaisir du beau style.
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 19 juin 2014
j'aime le style de Chateaubriand mais également ses commentaires, ses descriptions , de la visite des différentes villes et des sites visités ,tel qu'ils étaient à cette époque .
Si vous avez visité (ou si vous allez visiter) Rome, Naples, vous pourrez comparer vos impressions avec celles relevées par Chateaubriand .
Pour les grands voyageurs!
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 13 décembre 2012
Ouvrage commandé pour tenter de combler en partie mes lacunes sur la littérature de ce grand homme ! Bien sûr les descriptions des monuments italiens sont très fortes et produisent sur le lecteur que je suis l'équivalent d'un reportage audio-visuel !
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 22 octobre 2014
Le voyage en Italie de Chateaubriant vers 1803 revêt un grand intérêt dans cette Europe que les armées de la République Française libérait des tyrans. Comment était-ce possible de couvrir des milliers de kilomètres à cheval ou en diligence ?
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 1 février 2016
Après l'Itinéraire de Paris à Jerusalem, cet ensemble de lettres m'a laissé un peu sur ma faim.
C'est dommage !
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 23 juin 2013
Chateaubriand, dont le tombeau on trouve à Saint-Malo, vous fait connaitre l'Italie d'une époque qu'on ne trouve plus. Incontournable, à ne pas rater!
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles


Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)