undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW Cloud Drive Photos cliquez_ici Rentrée scolaire Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Bijoux en or rose

Commentaires client

4,6 sur 5 étoiles
5
4,6 sur 5 étoiles
5 étoiles
3
4 étoiles
2
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
Format: CD|Modifier
Prix:12,99 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 2 avril 2012
Pour cet hommage à Bill Evans, Chick Corea est entouré de deux anciens partenaires du Maître, et non des moindres: Eddie Gomez et Paul Motian...
On pourrait penser que ce trio formé pour l'occasion tentera d'imiter le style de Bill Evans, il n'en est rien et c'est très bien ainsi. Les arrangements sont modernes, la prise de risque est bien présente, les idées fusent de toutes parts... La tension est bien plus forte que dans les trios d'Evans et on ne retrouve pas sa mélancolie.
Bref, nos trois géants impriment leurs styles respectifs à la musique proposées dans ce double album (plus de 2 heures de musique !) et ils s'écartent parfois fortement du répertoire d'Evans.

Il serait sot de faire l'impasse sur ce chef d'oeuvre.
A noter l'incroyable renouveau de Chick Corea qui multiplie les projets intéressants depuis quelques temps.
Hélas, Paul Motian ne nous surprendra plus... Mais je suis sûr qu'il a rejoint Bill Evans, Scott LaFaro et autres géants regrettés...
0Commentaire| 11 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
La pochette nous présente un triangle équilatéral sur une vitre embuée. Voilà, tout est dit, ou presque... Il sera question de triangle à angle égal. Le titre est surtout une référence explicite à un album de Bill Evans : le fameux Explorations (Riverside, 1961), disque enregistré dans le format du trio tout acoustique. Prenez maintenant trois musiciens hors-pairs (le pianiste Chick Corea, le contrebassiste Eddie Gomez et le batteur Paul Motian) et vous obtenez un enregistrement qui ne devrait pas être trop dégueulasse. Capté « live » au Blue Note de New-York (le trio avait carte blanche pour y jouer durant deux semaines en mai 2010 !), Further Explorations a le mérite d’être généreux.

Il s’agit d’un double compact (plus de 90 minutes) qui perpétue l'art moderne du trio de piano jazz. On ne doutera pas qu’ils aient retenu pour nous le meilleur de ces deux semaines. Une double portion qui est sans doute appelée à devenir tout aussi importante que l'excellent « live » de Keith Jarrett à Munich Still Alive (ECM, 1986). Ce double cd vient de paraître chez Concord records, et il est doté d’une qualité de son extraordinaire. Publié quelques mois après la disparition de Paul Motian (novembre 2011), il fait déjà figure d’événement. Un peu facile, me direz-vous. La question est double : ces traces valent-elles la peine d’être écoutées et surtout valaient-elles la peine d’être mises en boîte ?

La réponse est oui, malgré quelques réserves ici et là. Comme chacun sait, le batteur faisait partie du premier trio légendaire de Bill Evans (1929-1980) avec le contrebassiste Scott La Faro (1959-1961). Le jeu coloriste du batteur a profondément évolué au fil des années, offrant une palette de sons inouïs, et conférant à celui-ci une autorité à nulle autre pareille. Son évolution à partir des années 70 fut vraiment palpable. Pour s'en convaincre, il suffit d'écouter et de réécouter des albums aussi passionnants que « Explorations » (voir référence ci-dessus) ou encore Waltz For Debby, enregistrés au début des années 60, puis des albums comme Etudes, trio magique constitué de Geri Allen et de Charlie Haden à la fin des années 80 et qui rivalisait alors sans problème avec le trio de Jarrett...

L'on ne manquera pas non plus Balade Du 10 Mars, un album aux côtés de Martial Solal et de Marc Johnson (enregistré au milieu des années 90) ou encore ses derniers enregistrements avec le contrebassiste Ed Schuller et le pianiste Russ Lossing (début des années 2000). Quant à Chick Corea, l'on conçoit bien que dans son jeu il n'y a pas toujours cette tentation à vouloir sonder les grands fonds (à la manière d'une Myra Melford ou d'une Marilyn Crispell par exemple). Ici, ça joue et ça pulse ! Et l'on mesure le double mouvement de libération et d'interaction (le sentiment d'assister à une jam session de haute volée où prime le plaisir de jouer, les conditions du live s'y prêtant admirablement).

Bref, Further Explorations est un double album témoignant du champ jazzistique classique que l'on trouve encore dans de grands clubs new-yorkais depuis plus d’un demi-siècle. Au cours de ce gig, l'on a aussi la joie de retrouver Eddie Gomez. Ce contrebassiste sous-estimé encore aujourd'hui est le musicien qui est resté le plus longtemps aux côté du maître (1966-1977) avant d'être remplacé par Marc Johnson. Autrement dit, pour cette jam session informelle, Corea est rejoint par les deux plus grands partenaires de ce pianiste légendaire que fut Bill Evans. Ce double album (près de deux heures de musique) nous offre les conditions parfaites du live. C'est le premier intérêt.

La qualité de l'enregistrement est à ce point exceptionnelle (Ah! toutes les nuances de Motian aux ballets, quel ravissement pour nos papilles auditives!). Quant au répertoire, celui-ci est de premier choix, entre standards et compositions originales. Plus qu'un hommage à Bill Evans (Corea ne cède jamais à la tentation de l'imiter et jamais l'on ne ressent de la nostalgie chez lui), il s'agit d'un témoignage étourdissant de ce qu'un trio, en osmose, de l'acabit de Keith Jarrett, ou de Brad Mehldau dans une moindre mesure, est capable d'accomplir en termes de miracles jazzistiques. Dans cet élan de tempo rapides qui porte « Off The Cuff » et l'étonnant « Hot House », l'on est saisi de frissons par tant de qualités (écoute, interaction, émulation). Ce qu'on appelle le feeling ne passe pas forcément par la ballade ici. Car, sans pour autant céder à la démonstration technique, les trois comparses donnent à entendre la flamme qui les anime, avec une maîtrise qui laisse pantois. L'on retrouvera des thèmes très chers à Bill Evans forcément, peu de surprise de ce côté-ci: notamment « Peri's Scope », le très rare « Gloria’s Step », « Alice in Wonderland », « Laurie », « Very Early », « Turn Out The Stars » mais aussi quelques compositions de Corea (l'excellent « Another Tango »), ou de Bud Powell (« Hot House »). Bref, un disque qu’on peut écouter.
22 commentaires| 7 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 3 mai 2012
Superbe prestation de ces trois géants de la "note bleue"; et où ça...au Blue Note bien sûr !!!
Une symbiose extraordinaire entre les trois musiciens ce soir là, chacun joue pour les deux autres et ça se sent à plein nez; ici il s'agit non pas de prouver sa virtuosité (chacun la connait !) mais de créer un son d'ensemble, un tapis volant qui vous fait décoller pour arriver dans des contrées pratiquement hors du temps. Si Paul Motian entend ses tambours et cymbales là-haut au-dessus des nuages il doit se dire que quand-même son passage parmi nous, pauvres humains, n'était pas qu'un hasard !!!
0Commentaire| 6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 1 avril 2013
... un régal que cette session publique de trois musiciens n'ayant rien à prouver, bien évidemment, et qui nous font profiter de leur entente. Les standards passés en revue sont épurés d'afféteries et autres fioritures, contournent l'écueil d'un pseudo-modernisme et bénéficient donc d'une relecture très valorisante.
Chacun apporte sa qualité propre et le trio inter-fonctionne à merveille : Corea très au service de la musique, Gomez très présent avec des impulsions créatives; Motian est Motian : on reconnaît l'étonnant partenaire d'Evans et La Faro, musicien et non sideman.
Coup de chapeau à la prise de son, très "nature", qui met en valeur chacun des trois et les trois ensemble.
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 23 avril 2012
qui mieux que ces trois musiciens auraient pu représenter le grand Bill?On reste cependant un peu sur sa faim sans retrouver l'esprit d'Evans,la contrebasse de Gomez sonnant à certain moment un peu fausse(passage à l'archet notement)et Motian n'est également un peu à coté de ses pompes,Corea,lui est trop plein de retenues...très sévère ce commentaire,ne trouvez-vous pas...
22 commentaires| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici