undrgrnd Cliquez ici RentreeLitteraire nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos nav_WSHT16 Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Bijoux en or rose

Commentaires client

4,7 sur 5 étoiles
3
4,7 sur 5 étoiles
5 étoiles
2
4 étoiles
1
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
Format: Téléchargement MP3|Modifier
Prix:8,99 €

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 3 décembre 2010
CHRONIQUE DE METAL ATTACK OCTOBRE 1985 N° 25
chronique pour les 6 premiers albums
38 Special constitue un cas un peu à part dans le rock Sudiste. Après un démarrage aux racines résolument sudiste, le groupe a pris un virage très net pour obtenir un son beaucoup plus commercial, F.M. pour ne pas le dire, qui lui a financièrement très bien réussi. Par suite, 38 Special a un son très original, parce que malgré les apparences rock F.M. moyen, on perçoit encore très bien les relents sudistes et le cocktail unique est souvent très agréable. Avouez qu'un rock F.M. qui fleure le bourbon et la poudre, c'est rare. Les débuts de 38 Special furent tout ce qu'il y a de conforme aux normes du rock fédéré : début dans les bars enfumés de Jacksonville, double lead guitares, double batterie, parole à la gloire des Etats sécessionnistes et pour aider le tout, un chanteur qui n'est autre que Donnie Van Zandt, le jeune frère du grand Ronnie, chanteur de Lynyrd Skynyrd.
Ajoutez à cette similitude de nom, une ressemblance physique étonnante et vous comprendrez que lorsque le premier album est sorti en 1977 avec la photo du groupe (même pose, même look) la filiation avec Lynyrd Skynyrd fut immédiate pour tout le monde. Il faut dire que musicalement sur ce premier album, le manque d'identité était flagrant, même voix, même inspiration, même son.
Par contre, lorsque le second L.P. "Special delivery" est paru en 1978, chacun était encore à pleurer la disparition de Lynyrd Skynyrd. Alors pensez que tout le monde fit un accueil triomphal à ce petit joyau qui sans prétention ressuscitait la mémoire du grand frère, prenant ostensiblement le même créneau avec un rock saignant, swingant, énergique, et suintant le blues et les grands espaces. Cet album procure un plaisir très vif et il est le reflet manifeste de celui qu'ont éprouvé les musiciens à le réaliser. Pourtant, le groupe doit se contenter d'un simple succès d'estime. Alors il écume pendant deux ans tous les endroits où il est possible de jouer. Et lorsqu'en 1979 sort le troisième album "Rockin'in the night", les premiers résultats se font sentir. Alors que l'album marque déjà un raffinement dans le son, qui perd de sa rugosité et de sa brutalité, et avec l'apport d'un nouveau bassiste 38 Special place pour la première fois, un titre dans les charts U.S. ("Rockin'in the night"
le titre n°43). Le quatrième album "Wild eyed southern boys" fort de l'expérience du précèdent amplifie encore l'accent mélodique et rutilant d'un rock sudiste qui perd de plus en plus de son accent. Peut-on leur reprocher ?
Le succès se dessine indiscutablement : il place deux singles aux N° 27 et 52 des charts et l'album est bien vite certifié platine. Un détail qui ne trompe pas sur la direction musicale du groupe, c'est la présence pour la composition de quatre titres de Jim Peterik, le leader de Survivor, groupe F.M. s'il en est.
A partir de ce moment, le groupe entre dans le circuit U.S. des grands stades et des arènes. Mais 38 Special n'ouvre plus, il est en tête d'affiche et il d'adjoint pour faire encore un peu plus big band, deux choristes.
C'est en 1982, qu'ils feront leur seule et unique apparition en Europe, en première partie de Foreigner puis à l'occasion du festival de Reading et d'un passage en France. Cette tournée mondiale va porter ses fruits.
L'album "Special Forces" sorti au même moment est propulsé dans le top 10 et le single "Caught up in you" entre également dans le top 10. Musicalement, cet album est une heureuse surprise. Les chansons sont splendides, bien écrites, bien en place, (à l'image de l'enchanteur "You keep runnin'away" chanté par Don Barnes). Le son est solide, chromé mais 38 Special a le mérite de rester un groupe de guitares et il n'y a toujours pas ici l'ombre d'un synthé. Cet album est la croisée idéale d'un rock moderne et d'une tradition sudiste bien assimilée ("Breakin'loose" qu'aurait pu signer Lynyrd Skynyrd s'ils avaient encore existé en 1983). La position de leader de 38 Special est encore confirmé en 1984, lorsque sort l'excellent "Tour de force" (et sa pochette superbe qui sacrifie pour la première fois à l'imagerie sudiste) dosage toujours aussi habile de mélodies ciblées et d'envolées de guitares nerveuses et habiles. Si aujourd'hui un groupe peut prétendre commercialement à la succession de Lynyrd Skynyrd à tous égards c'est bien 38 Special.
0Commentaire| 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 24 avril 2016
Albums très réussi.music et qualité sont pour l'epoque (1982).à conseiller vivement! Autre album aussi réussi Spécial délivrera. Les autres albums à voir.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 5 août 2016
bon disque à recommander à tout amateur d genre. un très bon opus à retenir en priorité allez roulez le rock and roll
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)