undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW Stockage illimité pour les photos et bien plus encore cliquez_ici nav_TPL0516 Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Bijoux en or rose

Commentaires client

4,1 sur 5 étoiles
7
4,1 sur 5 étoiles
5 étoiles
5
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
2
1 étoile
0
Format: CD|Modifier
Prix:24,49 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Pas la peine de dissimuler son enthousiasme très longtemps : ce disque est une splendeur. Il s'impose à l'oreille comme une évidence, quand bien même les Motets de Bach seraient au disque déjà bien servis et l'on aurait entendu des disques convaincants chacun avec son optique. Attention : si vous ne goûtez pas un Bach 'allégé', en raison de l'instrumentation très resserrée et de la clarté du choeur, il vaut peut-être mieux passer votre chemin. Mais comme diraient nos amis grands-bretons, 'ce serait votre perte'. Car à ce niveau de perfection vocale, qui aurait le coeur de faire la fine bouche?

Déjà bardé de louanges et de macarons divers et variés en Grande-Bretagne comme en France - Diapason et Classica se sont retrouvés pour le distinguer en juillet 2012 - ce disque est la 2ème version des Motets par le Monteverdi Choir sous la direction de John Eliot Gardiner. Pour marquante qu'ait été cette première version chez Erato (Motets/Cantates, enregistrée en 1980), elle semble aujourd'hui bien empesée lorsqu'on la compare à cette nouvelle mouture. Empâtée par une captation très réverbérée, elle persiste à dégager une impression de grandeur qui n'est en aucun cas trichée mais qui semble bien surjouée à côté de la fraîcheur de la version captée sur le vif à Londres en 2011 (qui jouit d'une prise de son fort bien équilibrée).

Car c'est là une des caractéristiques de cet enregistrement. Donner à entendre un tel niveau de réalisation pour un concert n'est certes pas donné à tout le monde. Le Monteverdi Choir a beau traîner sa réputation d'être un des meilleurs choeurs du monde depuis déjà quelque temps - une nouvelle preuve en a été donnée récemment dans l'enregistrement de la St Jean, où ils brillent de tous leurs feux : Bach : Passion selon Saint Jean - on entend là une telle merveille de mise en place et de justesse que cela fait tout d'abord presque trop prêter attention à la perfection technique du travail du choeur. Mais l'on oublie vite cet aspect pour ne plus être attentif qu'à la beauté musicale de l'ensemble. Entendre John Eliot Gardiner et le Monteverdi à quelques jours de distance dans le Requiem de Berlioz à la Basilique de St Denis, puis dans ce disque, m'a renforcé dans l'idée que si tous les répertoires qu'ils abordent ne sont pas idéaux pour eux, ils réussissent tout de même beaucoup de ce qu'ils entreprennent. Ceux qui ont suivi l'intégralité de la grande aventure de l'enregistrement itinérant des Cantates de Bach en 2000 et son édition en CD ces dernières années - ce n'est pas mon cas, même si j'ai pu en écouter quelques-uns (voir Bach vol.21 : Cantatas ou Cantatas Vol. 3) - en savent sans doute plus que moi sur la question.

Dixit Gaëtan Naulleau dans Diapason, "les puristes bouderont, puisque tout laisse penser que les doublures instrumentales étaient monnaie courante dans ce répertoire à Saint-Thomas. Mais qu'apporteraient-elles à ce niveau de réalisation chorale? Davantage de couleurs? Impossible. Des articulations plus fermes? Les voix les varient à l'infini, et un continuo sonore (violoncelle, basson, contrebasse et orgue) leur pose le socle nécessaire. Des doublures risqueraient, en revanche, de brider l'incroyable souplesse de la polyphonie." Je ne fais pas partie des puristes et mes connaissances sont de toute façon insuffisantes pour prétendre donner des leçons à qui que ce soit sur ces questions, raison pour laquelle je mets en avant ce que dit Naulleau. Sur ce que permettent les choix qui ont été faits, et les effets qu'ils produisent, je me permets d'abonder dans son sens. A mes oreilles, la réussite est exemplaire, et la monotonie ne menace jamais. Impossible de commenter les points hauts de ce disque : il en est de nombreux. Je me contenterai d'assurer que "Jesu, meine Freude" (BWV 227) est une merveille de bout en bout. Je défie quiconque de ne pas être sous le charme de "Gute Nacht, o Wesen", ou de "Ich lasse dich nicht, du segnest mich denn", dans lesquels "l'incroyable souplesse de la polyphonie" et le contrôle de l'émission et du souffle sont exemplairement à l'oeuvre.

Bref, si l'on est touché par ce chant si parfaitement ajusté et d'une clarté cristalline, par la façon de dire les mots, de faire triompher un chant incroyablement dynamique, on trouvera comme moi splendide cette version 'allégée' qui sert toutefois pleinement les oeuvres. Si l'on en tient pour des versions plus 'cathédralesques', en revanche, il vaudra peut-être mieux en rester à / opter pour la version 1980. Ou se pencher sur les autres réussites dans ce répertoire. Récemment, j'ai beaucoup aimé la version Herreweghe (Motets Bwv 225-230), et dois encore écouter la version Suzuki (Bach Motets), paraît-il elle aussi très réussie dans son genre.

Ce sont bien des réalisations comme celles-ci qui me font dire régulièrement que cela vaut le coup de soutenir les éditeurs discographiques et ne pas rejeter tout le monde dans l'enfer de 'l'industrie du disque'. Par ailleurs, cela semble donner raison à un ensemble comme celui dirigé par Gardiner : avoir son propre label permet d'avoir les coudées un peu plus franches et de proposer des nouvelles versions d'oeuvres déjà beaucoup enregistrées mais qui méritent de continuer à l'être, sans en aucun cas sacrifier la qualité de ce qui est proposé, bien au contraire. On comprend également le souhait qu'ont les musiciens de reprendre des oeuvres enregistrées plusieurs décennies auparavant, surtout quand la différence de conception est aussi évidente qu'ici. Souhaitons longue vie à Soli Deo Gloria. Et espérons que tant que ce label proposera - et d'autres avec lui - des réalisations de ce type, il se trouvera un public pour les soutenir.

NB Contrairement aux CD des cantates chez cet éditeur, aussi bien les notes de Gardiner que les textes sont traduits en français dans le livret de ce disque-ci.
22 commentaires| 23 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
La discographie ne manque pas de superbes versions des motets de Bach que Gardiner avait d'ailleurs enregistrés une première fois chez Erato au début des années quatre-vingt. Oui mais voilà, sa nouvelle version bouscule tout sur son passage et s'impose comme une telle évidence que l'on peut se demander s'il pourra jamais y avoir mieux après...

Pour se tirer des terribles pièges des canons et fugues de l'écriture serrée de Bach, il faut une formation capable de tenir le choc et un chef ne relâchant pas une seconde son attention. Or, c'est bien le cas et le tour de force est d'autant plus remarquable que la captation est en direct ! Avec le Monteverdi Choir, Gardiner dispose sans doute de ce qui se fait de mieux aujourd'hui dans le monde choral baroque. Qualité des voix, niveau des solistes (fortement mis à contribution à moultes reprises dans les motets du grand Jean Sébastien), précision des attaques et des nuances d'une variété infinie, diction irréprochable et parfaitement compréhensible. Tout cela s'entend et fait de cette musique pourtant exigente une évidence absolue.

Et puis, Gardiner a délibérément emprunté le chemin conduisant à l'essentiel. Faisant fi d'un orchestre, il se contente d'une basse continue légère et à peine audible souvent, soulignant à peine le choeur qui est du coup toujours ce sur quoi notre oreille est rivée. On en entend que plus le niveau d'excellence face à ces partitions démoniaques (si j'ose dire, pardon Seigneur)! Quel geste du chef !

Après plus d'une heure paradisiaque, une fois la musique éteinte, notre âme s'est élevée comme jamais tant Gardiner a su nous emmener où nul autre avant lui n'a jamais su, de près ou de loin, le faire.

Un seul reproche pour nuancer ce concert de louanges : il existe un problème gênant de prise de son sur les trois premières plages se traduisant par une saturation des voix lors des forte. Ceci disparaît totalement ensuite mais cela gâche nettement le plaisir. Pas un problème rédhibitoire mais c'est quand même agaçant...
0Commentaire| 7 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Les motets de Bach ont été composés pour honorer la mémoire de personnes défuntes, autrement dit dans des contextes particuliers, contrairement aux cantates et aux passions liées au déroulement de l'année liturgique.
Quelle que soit la richesse et la diversité d'inspiration dont fait preuve Johann Sebastian dans tous les aspects de l'ensemble de son oeuvre, ces pièces forment un corpus d'où se dégage un climat encore différent, plus intime et plus subjectif. C'est ce que montre de façon magistrale l'interprétation de John Eliot Gardiner.
Le Monteverdi Choir pousse la perfection jusque dans les moindre détails, y compris les subtilités dans la manière d'articuler le texte qui contribue à mettre en valeur les inflexions des phrasés, particulièrement dans les passages lents.
Nous découvrons, par cet enregistrement, un Bach profondément émouvant, chaleureux, tendre, voire familier par moments, bien loin de certains clichés qui ont la vie dure...
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 19 décembre 2012
Un disque plein d'âme et de couleurs; choeurs splendides; Gardiner au mieux de sa forme; superbe illustration de la musique baroque, du "discours" musical
0Commentaire| 4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 3 août 2012
Une merveille qui se place d'entrée de jeu parmi les trois ou quatre versions qui dominent la discographie de l'ensemble. N'oublions pas que cette partition est un véritable chef-d'oeuvre.
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 31 janvier 2013
C'est sûrement un excellent disque, qui a d'ailleurs reçu une très bonne note de la part de tous les critiques. Malheureusement, et bien qu'on le trpuve sans problème dans le commerce, je ne l'ai toujours pas reçu au bout de trois semaines
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 26 août 2012
Je n'ai rien à ajouter à l l'interprétation proprement dite mais, avec mes oreilles d'amateur, je trouve la qualité de l'enregistrement technique sans relief et pour tout dire ennuyant.
0Commentaire| 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

22,00 €
21,22 €

Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)