undrgrnd Cliquez ici RentreeLitteraire nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Rentrée scolaire Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Bijoux en or rose

Commentaires client

4,3 sur 5 étoiles
6
4,3 sur 5 étoiles
5 étoiles
4
4 étoiles
0
3 étoiles
2
2 étoiles
0
1 étoile
0
Format: CD|Modifier
Prix:15,30 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 5 mars 2013
Ah bien sû je m'en veux de ne mettre que 3 étoiles à cet opus... C'est juste que lorsqu'on a atteint des sommets, il est difficile de garder sa place à chaque nouvelle intervention. La scène métal est large, de nouveaux points de comparaison émergent... Qu'importe, Nile ne déméritent pas ici, ils font ce qu'ils savent faire, sans trahir leurs fans, et c'est déjà énorme, cette fidélité. Et puis il y a toujours le génie du riff, du solo...

On se remettra vite fait Annihilation of the Wicked après avoir écouté celui-ci, et on se dira quand même qu'il y a des groupes comme ceux-là auxquels le Métal doit tout!
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Lorsque je suis arrivé sur "Aux Portes Du Metal", ma première chronique fut Those Whom The Gods Detest, de Nile.
Certes, je connaissais déjà le groupe, mais je n'avais pas encore eu l'occasion de m'enthousiasmer à ce point, cet album incarnant une forme de perfection au sein de l'univers du Death Metal.
Et bien figurez-vous qu'à l'époque, je m'étais posé deux questions : "Comment pourront-ils faire mieux après une telle tuerie ?" (qui est la question typique lorsqu'on vient de prendre une énorme claque) et "Vont-ils inclure plus de passages orchestraux à base d'éléments égyptiens ?" (ce que j'espérais).

Lorsque "At The Gate Of Sethu", le septième opus du combo américain, a été proposé pour une chronique, je me suis précipité dessus, avec une légère appréhension (voir les deux questions), doublée d'une franche excitation.

Nile, sur cet album (et sur les autres aussi d'ailleurs), c'est une combinaison de quatre aspects : une musique technique et puissante (rythmiques imposantes, soli géniaux) ; une grande variété de tempi (enlevés, mid ou doomesques) ; des mélodies égyptiennes (Karl Sanders utilise des instruments qui n'appartiennent pas au folklore égyptien mais qui retranscrivent bien les sonorités typiques, à savoir le baglama saz et le glissentar) qui font l'originalité du groupe et qu'on trouve au sein des compositions, à la faveur de certains riffs ("The Fiends Who Come To Steal The Magick Of The Deceased") ou à part, lors d'intros ("When My Wrath Is Done", "The Chaining Of The Iniquitous"), ou sur un titre entier (l'instrumental "Ethno-Musicological Cannibalisms") ; une très intéressante diversité vocale qui apporte beaucoup à la musique.

Sur "At The Gate Of Sethu", je me suis vite rendu à l'évidence : nouvel album, nouvelle tuerie !!

La production est excellente, précise, équilibrée. Elle est de nouveau signée Neil Kernon (Cannibal Corpse, Deicide, Dokken, Nevermore...).
Si Nile n'a pas fait évoluer de manière spectaculaire sa musique, il a cependant abordé l'album en donnant la priorité aux vocaux et aux riffs, aux arrangements purement Metal, et réduit la durée des morceaux. Densité / puissance / intensité / technique sont quatre qualificatifs incontournables de cette galette. Les ambiances égyptiennes, parties intégrantes de l'identité de Nile, sont distillées à de plus petites doses qu'auparavant.
Jon Vesano (ancien bassiste de Nile) a été invité sur les titres "Slaves Of Xul" et "Tribunal Of The Dead".
Mike Breazeale (chant, qui a participé à l'album solo de Karl Sanders Saurian Exorcisms) est présent sur le titre The Fiends Who Come To Steal The Magick Of The Deceased.

L'un des points forts de Nile, c'est cette grande diversité dans les vocaux (pris en charge par Karl et Dallas). Les vocaux death bien profonds, ceux moins gutturaux mais écorchés, tourmentés, apportant une forme de théâtralisation intéressante, permettent une immersion plus poussée dans l'album, le rendant encore plus passionnant.

Avec "At The Gate Of Sethu", Nile s'est donc concentré sur le Metal lui-même, nous proposant un Death technique fait d'accélérations foudroyantes, de ralentissements (le calme avant la tempête !), de soli ébouriffants, le tout étant parfois agrémenté des indispensables et incontournables sonorités égyptiennes.
Comme je vous l'ai indiqué plus haut, les titres sont souvent moins longs sur cet album, l'efficacité maximale étant recherchée.
Ainsi, il me semble que la compo qui détient la palme de la concision, tout en restant très riche, est "When My Wrath Is Done". Sur un peu plus de trois minutes, c'est un condensé de Nile auquel nous avons droit : intro acoustique, plan bien heavy ensuite, accélération progressive puis variété de tempi sur la suite, passages instrumentaux avec soli d'enfer et, évidemment, diversité vocale typique du groupe.
C'est l'ultime compo de l'album, "Supreme Humanism Of Megalomania", qui détient la palme du morceau le plus long (un peu plus de sept minutes au compteur). Elle s'avère différente du reste de l'album, dans la mesure où elle prend son temps, préférant s'adonner aux tempi peu véloces (les accélérations sont bannies), impliquant une lourdeur conséquente et des atmosphères bien sombres, qu'une fin orchestrale, dans la tonalité du reste de la compo, vient parachever.

Lorsque j'ai chroniqué "Those Whom The Gods Detest", je souhaitais qu'il y ait plus d'orchestrations... et c'est le contraire qui s'est produit avec "At The Gate Of Sethu". Franchement, après l'avoir écouté de nombreuses fois, ce choix est le bon, Nile ayant propulsé cet opus vers les sommets du genre... tout comme ce fut le cas avec son prédécesseur !

"At The Gate Of Sethu" est donc de nouveau un album efficace, inspiré et irréprochable techniquement, magnifié par une production impeccable.
Le combo a vraiment le don pour créer des arrangements haut de gamme, nous plongeant irrémédiablement dans cet univers impressionnant de puissance et d'atmosphère prenantes.
En définitive, se procurer "At The Gate Of Sethu" est une obligation !

Tracklist de At The Gate Of Sethu :

01. Enduring The Eternal Molestation Of Flame
02. The Fiends Who Come To Steal The Magick Of The Deceased
03. The Inevitable Degradation Of Flesh
04. When My Wrath Is Done
05. Slaves Of Xul
06. The Gods Who Light Up The Sky At The Gate Of Sethu
07. Natural Liberation Of Fear Through The Ritual Deception Of Death
08. Ethno-Musicological Cannibalisms
09. Tribunal Of The Dead
10. Supreme Humanism Of Megalomania
11. The Chaining Of The Iniquitous

Retrouvez cette chronique (et bien d'autres) sur le webzine auxportesdumetal.com
22 commentaires| 4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
il n'y a pas de grosse différences entre ce disque et ses prédécesseurs: la mise en son est toujours aussi redoutable (merci neil kernon), la musique est peut-être un poil plus accessible avec des titres un peu moins techniques et complexes, mais moi, c'est le chant qui me fait tiquer!
jusque-là, nile ne sortait pas vraiment du lot en ce qui concerne le chant, mais avec at the gate of sethu, les américains ont apparemment tenté une approche supplémentaire avec un chant scandé ou déclamatoire par moment. à faible dose, ok, mais par moment, je trouve cela pénible, voire, que cela gâche un peu l'album.
du coup, je trouve les deux versions instrumentales en bonus carrément meilleures que les versions chantées!
maintenant, ce coup de gueule passé, et la note plutôt basse que je donne pour un groupe que j'aime beaucoup, il faut reconnaître que la musique est toujours de très grande qualité.
nile reste toujours l'un des ténors de la scène death metal. puisse le groupe à nouveau avoir un vrai chanteur dans ses rangs!
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 2 novembre 2015
C'est vrai le chant à changer mais le son est toujours trés bon,il y a encore ses samples bien sombre de l'égypte antique,de bonne mélodie. Nile continue sur ça lancer moi j'ai adorer je suis fan de la première heure,je vous le conseille death is back!!
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 5 août 2012
Un excellent album comme seul Nile sait les faire. Ce mélange de death et de musique orientale est toujours aussi bon. Nile reste le groupe de death métal US le plus original et le plus innovant.
Que du bonheur !
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 7 juillet 2012
ça tue, super, grand album avec un son terrible, incisif comme y a pas, du grand death metal, the kings of death are back ! Un superbe voyage dans l'égypte antique !
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles


Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)