Cliquez ici undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW Cloud Drive Photos nav_BTS17CE En savoir plus Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici cliquez_ici



Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 16 mars 2017
le livre est en tres bon etat, il n'y a pas de defaut apparent sur la couverture ou à l'interieur
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Troisième roman, souvent considéré comme le véritable premier livre d'un géant aux pieds d'argile.

Un récit "sec", sans fioritures, mais doté de la puissance et de la sensibilité tragique des humbles. Un crescendo à savourer page après page, en forme de parcours initiatique : celui d'un petit engagé volontaire sur le front italien ; une figure indistincte parmi d'autres figures indistinctes, "sans importane collective, tout juste un individu" eût dit Céline, mais qui pourtant va être appelé à vivre l'apprentissage de l'amour en même temps que le désapprentissage de la guerre, la désertion du monde commun pour la revendication du monde de l'individu, libre de ses choix, libre d'aimer. Magnifique histoire d'amour en temps de guerre, deux amants perdus et éperdus qui vont tenter de se créer une fragile petite bulle de paradis au milieu de l'enfer... mais le paradis existe-t-il ?

Un livre qui raconte énormément de choses sans se la raconter.
0Commentaire| 9 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 11 mai 2010
Henry est un américain est engagé volontaire sur le front Italien pendant la première guerre. Il sert dans les ambulances, sur un front où rien n'a l'air de se passer. Il se croit loin des zones du combat, quand la réalité de la guerre le rattrape et le sépare de son idylle naissante avec Catherine.

La première partie est un peu lente, le seconde est plus fluide. Ce n'est pas le meilleur roman d'Hemingway, mais on y retrouve sa justesse et sa fluidité au service d'une jolie histoire d'amour. Par contre, j'ai trouvé que la traduction (qui date de 1948) a de gros défauts, ils nuisent au récit et le texte s'empâte dans des tournures trop classiques. Les passés simples truffant le récit alourdissent considérablement le style simple d'Hemingway. Même pour un non spécialiste, les choix de traductions paraitront discutables. Par exemple, le verbe like et love sont univoquement traduits en français par aimer. Pour un militaire, c'est très gênant.

Dans le même genre, j'ai préféré « Pour qui Sonne le Glas. ». Je trouve dommage que pour le n°27 de sa collection, Folio ne se soit pas offert une traduction plus fraiche !
11 commentaire| 8 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 30 septembre 2007
L'histoire se déroule en temps de guerre mais celle-ci n'est jamais peinte comme abominable, on ne perçoit à aucun moment des atrocités tout simplement car Hemingway a écrit à travers cet évènement une histoire d'amour.
Fred, le personnage principal, devient au fur et à mesure de l'histoire très épris de Catherine. C'est un joli roman où les dialogues sont simples mais d'une grande profondeur. On s'aperçoit de l'immensité et de l'importance de l'ouvrage après avoir lu la fin. Cette fin tragique laisse un sentiment de peine intérieur immense et nous laisse réfléchir sur le bonheur dans la vie. La grande force de ce roman est dans la réflexion et les sentiments qui surgissent après sa lecture. Je trouve que ce livre est un chef d'oeuvre. On ne peut expliquer l'histoire il vaut mieux que chacun la découvre seul.
0Commentaire| 16 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 9 octobre 2013
Pour mieux comprendre la,tragédie de la.premiere guerre mondiale avant de se rendre sur,les lieux des batailles et en particulier à la,frontière italo-slovene ( Musee de Kobarid , poignant )
0Commentaire| 4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Après un début assez mitigé, où l'attente patiente des soldats, l'absurde jeu d'amour entre Frédéric et Catherine, qui joue à l'amour comme autour d'eux d'autres jouent à la guerre, arrive enfin le temps où les atrocités, les absurdités de la guere explose au visage de cet américain.
Et c'est bien lors de la prise de conscience du héros face aux absurdités d'un monde en guerre et qu'il tente de fuir désespérement, que le lecteur s'emballe. La plume devenu allègre retransmet parfaitement ce bouleversement. Et enfin, jusqu'au dénouement, ce ténu espoir d'un cocon d'amour dans cette grande tragédie n'a que peu d'espoir de survivre.

C'est seulement en refermant l'ouvrage qu'on en comprend la portée humaniste.
0Commentaire| 7 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Fréderic Henry, jeune officier américain issu d'une famille fortunée, s'est engagé dans le corps médical de l'armée italienne pendant la première guerre mondiale. Affecté aux ambulances, il va faire la connaissance de Catherine Barkley, une infirmière anglaise.
Gravement blessé aux jambes lors d'un bombardement, Fréderic se retrouve en convalescence dans l'hôpital de Catherine. Leur liaison devient de l'amour. Bientôt, Catherine est enceinte...
«L'adieu aux armes», deuxième grand roman d'un Hemingway encore jeune après «Le soleil se lève aussi», date de 1932.
Le premier tiers est l'histoire un peu mièvre d'une amourette de guerre. Ce n'est qu'au retour de Fréderic sur le front que le roman prend réellement son envol. La guerre y est alors présentée sous son angle le plus sombre (dépression, alcoolisme...). La retraite des armées italiennes après le désastre de Caporetto est décrite d'une façon magistrale, anticipant ce qui arrivera à la France en 1940.
Devenue la fuite éperdue d'un homme puis d'un couple devant la noirceur du destin, le gentil roman à l'eau de rose se termine en mélodrame.
Décevant dans sa première partie, sublime dans la seconde, moyen dans la troisième, «L'adieu aux armes» est le roman type de la «génération perdue», jeunes anglo-saxons gâtés par la fortune et brusquement confrontés aux horreurs et désenchantements de la guerre, de la vie.
La traduction est désuète et ne fait qu'alourdir les moins bons passages. Bref, tout cela a quand même mal vieilli.
A lire surtout si l'on est fan d'Hemingway.
0Commentaire| 6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
"L'Adieu aux armes" - Premier grand roman d'Ernest Hemingway (1889-1961)est le talent est déjà bien présent.
Nous sommes en pleine guerre 14-18 sur le front Italo-Autrichien dans la peau d'un jeune américain engagé volontaire dans l'armée d'Italie (le narrateur).
Une description de la guerre réaliste sans être trop sordide, beaucoup d'alcool pour le narrateur du début à la fin, et une histoire d'amour :
La grande question est comment tout cela va t-il finir?
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 23 février 2016
Je viens de commencer ce livre...je trouve le style très suranné...pas du tout agréable à la lecture...
Les critiques dithyrambiques de certains lecteurs me faisaient espérer autre chose...
Bon, je vais essayer de poursuivre malgré tout...
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 13 juin 2014
La guerre en creux, loin des récits héroïques, la petite histoire saisie sous la plume "minérale" d'Hemingway pas d'envolé. Le récit.
Le soldat brisé et l'infirmière récit classique et pourtant qui se démarque et s'inscrit dans le premier conflit mondial et nous transporte vers le méconnu front italien.

A découvrir
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

6,99 €
7,99 €

Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici