Cliquez ici undrgrnd Cliquez ici RentreeScolaire Cloud Drive Photos En savoir plus Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici cliquez_ici

Commentaires client

4,2 sur 5 étoiles
59
4,2 sur 5 étoiles
Format: DVD|Modifier
Prix:9,59 €+ Livraison gratuite avec Amazon Prime


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Anderson continue de raconter son oeuvre autour de personnes à la lisière du syndrome d'Asperger. La caméra cristallise l'attention sur l'enfant actrice Kara Hayward, mystérieuse petite fille. Elle participe à l'aura envoutante de ce long métrage.

On retrouve les ingrédients de la patte du réalisateur: une composition au microscope, une symétrie obsessionnelle, une kyrielle d'acteur en mode debuggage (cf: edward norton).

L'enfance pour thème, après fantastic mr fox, moonrise kingdom est une oeuvre onirique, une petite escapade sur une île imaginaire. Il est toujours aussi difficile de parler du travail d'Anderson et uncertain de savoir si vos amis (à qui vous preterez peut être ce blu-ray) vont aimer. mdr

A l'heure où j'écris, mon blu-ray est toujours sous blister, pré-commandé immédiatement après vision du film. J'aime ouvrir un bon film à de belles occasions.
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 6 août 2013
D'une délicatesse inouïe, d'un savoir faire faire ahurissant : Wes Anderson commence très fort avec la scène introductive dans la maison de la jeune héroïne.
Des interprètes formidables : les deux jeunes personnes, Bruce Willis, le chef scout - impayable Ed Norton -. Le film est très drôle par moments (le mégaphone !), très touchant à d'autres, original (le narrateur) et vaguement surréaliste à d'autres (fuguer en mini-jupe avec un chaton, la construction de la cabane...).
Mais aussi, soulignons-le, ce film est souvent satirique : l'attitude de la famille d'accueil, ou le rôle des services sociaux (que je considère trop bref, malgré la grande Tilda Swinton) ou la vie dans la compagnie scout,...
La mise en scène, répétons-le est la marque d'un grand. La créativité, l'inventivité, jamais lourdes ni démonstratives sont un régal.
J'en passe et des meilleurs tant le film est riche en détails saugrenus. Plusieurs visions s'imposent pour « tout » voir.
Un bijou. Un très, très bon film, à posséder absolument. Son et qualité d'images parfaits. Malheureusement, comme de plus en plus souvent, pas de sous-titres anglais (et pas beaucoup d'ailleurs).
33 commentaires| 10 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Wes Anderson est un cinéaste « spécial ». Son humour est « spécial ». Ses films sont « spéciaux ». Certains tombent du bon côté de la barrière dans le champ des bons (Fantastic Mr. Fox), d’autres dans les mauvais (La vie aquatique). C’est le prix de la prise de risques, et il est bon que certains sachent encore prendre des risques aujourd’hui. Moonrise kingdom, heureusement, tombe du bon côté.

L’histoire se passe dans les années 60, dans une petite île au large des Etats-Unis. Lors de son camp d’été, un scout d’une dizaine d’années s’enfuit pour rejoindre la fille qu’il aime. Mais les grandes personnes ne l’entendent pas de cette oreille et vont tout faire pour séparer les tourtereaux, le tout sur fond d’ouragan dévastateur qui s’approche de plus en plus de l’île.

L’intrigue est on ne peut plus convenue, mais le traitement « spécial » que lui applique Anderson donne toute sa saveur au film. L’humour et le sérieux sont omniprésents : tous les moments drôles sont traités avec sérieux, et tous les moments graves sont abordés avec absurdité. Le tout restant en permanence décalé au 42ème degré. On pourra ne pas aimer si on n’aime que le premier (degré), mais on se régalera si on apprécie ce type d’approche « spéciale ». La caméra est elle-même très extérieure à son sujet : des décors volontairement très carton-pâte filmés en de nombreux travellings latéraux et panoramiques obligent le spectateur à prendre beaucoup de distance avec l’écran, et donc à ne pas prendre tout ça trop au sérieux. Ca fait parfois du bien, quand c’est réussi, comme ici.

L’ensemble est servi par un orchestre d’acteurs parfaitement accordés (la métaphore auditive est en rapport avec l’ouverture du film), au premier rang desquels Bill Murray, Frances McDormand, Bruce Willis et Tilda Swinton. Edward Norton n’est pas en reste, pas plus que les deux jeunes acteurs. Enfin, notons les choix musicaux, parfois surprenants mais toujours pertinents. Il ne faut pas rater, notamment, la superbe leçon d’orchestration pendant le générique de fin, où Alexandre Desplats s’en donne à cœur joie (rappelant un peu le fantastique morceau final « The candidate » de Les marches du pouvoir).

« Spécial ».
11 commentaire| 4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 1 février 2013
Après l'avoir vu, émerveillé, au cinéma – et découvert le réalisateur par la même action - il m'est très agréable de voir et revoir cette extraordinaire histoire. Les personnages sont comiques et touchants, les deux jeunes acteurs extraordinaires. L'histoire surprend au début, et, lorsque l'on croit que l'on arrive au dénouement, le réalisateur nous entraîne dans de nouvelles directions totalement inattendues et surréalistes. Le film abonde en détails d'une grande finesse: le choix, par exemple, de l'œuvre de Benjamin Britten "l'arche de Noé", qui a été l'occasion de la rencontre des deux jeunes protagonistes, et qui nous suit finalement jusqu'au bout, jusqu'au déluge final !
Wes Anderson est un grand réalisateur, une voix originale dans le cinéma, au même titre que Tim Burton ou Woody Allen. Je ne raterai aucun de ses films, et les reverrai même de nombreuses fois.
0Commentaire| 4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Durant l'été 1965, sur une île au large de la Nouvelle Angleterre, deux jeunes gens inadaptés à leur milieu décident de fuir ensemble.

Je ne connaissais pas Wes Anderson mais il est évident que ce réalisateur a une "patte". Avec des couleurs rehaussées pour mieux évoquer les années 60, des personnages décalés rappelant ceux des frères Coen, et un scénario fantasque, il parvient à créer une atmosphère étrange, unique, à la fois nostalgique et optimiste. Les spectateurs à qui cela parlera passeront un moment magique ; ceux qui y demeureront insensibles, en revanche, risquent bien de s'ennuyer comme des rats.

N'allez pas penser pour autant qu'il s'agit d'un film creux, misant tout sur sa forme : le contenu n'est pas négligé, et en plus de raconter une très jolie histoire d'amour pour tous publics, Wes Anderson aborde des sujets profonds, comme la nécessité de chercher son bonheur en dehors des sentiers tracés par d'autres. Tim Burton a su aussi, à une époque, réaliser de tels films, beaux, surprenants et un brin poétiques, des films qui donnent envie de retourner au cinéma.
55 commentaires| 30 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
En quoi ce film serait-il parfait ?

Parce qu'il traite , sans faiblesses apparentes , un genre canonique et pourtant redoutable : le film d'enfants ( ici , quasiment des pré-adolescents )

Parce que son film a la juste durée

Parce qu'il contourne magistralement tous les périls qui l'attendaient : la mièvrerie , le doucereux , la cucuterie , et , à l'inverse , le malsain " moderne " , le basculement dans le trash , la caricature débridée et féroce des adultes

Parce qu'il est d'une stupéfiante délicatesse dans ce qu'il montre des émois de ces deux jeunes

Parce que sa maîtrise de la caméra est exceptionnelle : voir l'effarante maestria de la découverte , pièce par pièce , de la maison de Susy , en ouverture du film

Parce que W.ANDERSON travaille avec un soin maniaque les détails , les décors , les objets , les vêtements , les musiques

Parce qu'il veut prouver que son monde de créateur , bien à lui , est hautement cohérent , irréel certes , mais finalement vrai à sa façon , et , au total , il y parvient

Parce que ce cinéaste est aussi un peintre sur écran

Parce que le scénario est simple mais rigoureux , parfaitement solide et circulaire

Parce que son cinéma , malgré tout confiant en l'humain , laisse le spectateur plus heureux et plein d'espérance dans les pouvoirs de la beauté
22 commentaires| 10 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 30 août 2013
Si vous aimez les tons décalés, les couleurs surréalistes et les films hors du temps, vous serez ravi.
Il m'a scotché! Pas mal d'acteurs tête d'affiche sont utilisés à contre emploi et ça marche à fond!
C'est comme une maison de poupée qu'on regarde après avoir soulevé le toit... plein, de personnages et d'histoires, toutes reliées les unes aux autres...
Ce n'est pas un film d'action, ce n'est pas un thriller ni un fantastique, c'est plein d'humour et de tendresse.
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Sur une île au large de la Nouvelle-Angleterre, au cœur de l'été 1965, Suzy et Sam, douze ans, tombent amoureux, concluent un pacte secret et s'enfuient ensemble. Alors que chacun se mobilise pour les retrouver, une violente tempête s'approche des côtes et va bouleverser davantage encore la vie de la communauté.
Génial !! Wes Anderson démontre une fois de plus son genre unique, un vrai compte de fée rythmé par de la superbe musique. Il faut se laisser porter par cet environnement onirique qui nous fait retomber en enfance. Les acteurs jouent avec toute la naïveté juvénile qui leur est donnée : quel bonheur ! Merci !! Vivement le prochain !!
0Commentaire| 9 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 15 juin 2012
Un préado ombrageux s'enfuit de son camp de scouts pour rejoindre sa belle en la personne d'une fille neurasthénique, ainée d'une fratrie étrange pourvue de parents lunaires. Désireux d'échapper à ce monde adulte, ils entreprennent une traversée de l'île dans laquelle ils résident à la nature aussi belle qu'ennuyeuse. Ca se transforme en un récit initiatique sur le passage douloureux et compliqué de la sexualisation des enfants, relevé par une esthétique assez unique, proche de la BD burlesque (j'ai sans cesse pensé à Gotlib). Mais on finit un peu par se lasser: la drôlerie est un peu forcée, les personnages hyperstylisés séduisent aussi vite qu'ils irritent et la maîtrise technique (travellings et photos au top) sont presque trop visibles. Mais au moins Wes Anderson prend des risques, de ceux qui font dire que la créativité n'est pas morte.
0Commentaire| 5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 24 janvier 2013
Soi-disant située en Nouvelle Angleterre aux années 60, cette petite histoire d'amour juvénile est en vérité hors de temps et de lieu. Elle évoque les archétypes de nos rêves sentimentaux d'adolescence (Annabel Lee...) sans jamais être gnagnan. Souvent drôle, souvent au deuxième degré, souvent stylisé, souvent pur et sensuel à la fois. Les paysages sont plus beaux que nature, alors que les décors font carton pâte afin de rappeler que nous sommes dans un rêve. Les jeunes interprètes sont attachants, les adultes pas mal. La musique est excellente (beaucoup de Benjamin Britten) et renforce l'aspect rituel et/ou mythique de l'oeuvre.
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

8,42 €

Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)