Cliquez ici undrgrnd Cliquez ici TopNYP Cloud Drive Photos nav_BTS17CE En savoir plus Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo



Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

J'ai découvert THRESHOLD en surfant sur ce site, et en suivant les recommandations (sic) d'Amazon, du style : "Les internautes ayant acheté ceci ont aussi acheté cela"... J'ai donc décidé de suivre la discographie du groupe, mais à l'envers.

Si For the Journey s'est révélé sympathique, j'ai vite acquis l'opus d'avant, sans apriori. Et là : la révélation !

Même s'il m'est difficile de vous dire vraiment pourquoi je "trippe" à l'écoute de cet album, je peux toujours argumenter qu'il correspond d'une part à mes écoutes du moment, à savoir du métal progressif. Mes dernières découvertes (positives) sont les oeuvres de A. Lucassen, à travers AYREON, notamment Into The Electric Castle et Universal Migrator Part I & Ii. Ici toutefois, les choses diffèrent. Nous avons avons affaire à un chanteur unique (Damian Wilson, de retour après le décès du chanteur Andrew "Mac" McDermott), contrairement aux nombreux invités d'AYREON. Les morceaux suivent aussi une trame moins "compliquée" que les structures des albums de Lucassen. Les seules ressemblances notables sont des changement de tempo. Je parle là de tempo rapides (bien souvent dans les couplets) qui laissent la place à une vitesse réduite de moitié (un dédoublement) dans les refrains. Rien à voir donc, avec les cassures d'IRON MAIDEN, par exemple.

Mais, d'autre part, ce qui m'emballe le plus dans cet album, ce sont les mélodies. Refrains qui vous trottent dans la tête et qui vous réveillent la nuit (c'est du vécu... hélas !), soli de guitare qui n'en font pas plus que ce qu'il faut, mélanges de riffs saturés avec des nappes aux claviers... Tiens, ça me rappelle la formule (ô combien magique) de PRETTY MAIDS, mais dans un registre certes différent.

Mais, comme tout "super-album", ce CD à son point faible : "Colophon" est un peu, à mon sens, en-dessous du reste, n'en déplaise à François Alvarez (chroniqueur de Music Story et surtout des descriptifs d'Amazon, avec qui j'ai beaucoup de problèmes, puisqu'il se permet de détruire, entre autres, le double LIVE de PRETTY MAIDS : It comes alive (maid in switzerland)). La fin de "Rubicon" aurait aussi mérité d'être plus courte, et éventuellement de s'achever sur un refrain, ledit refrain étant tellement génial !

Au final, et après une énième écoute en écrivant ce commentaire, je ne sais toujours pas pourquoi j'adore cet album... J'espère seulement vous avoir donné envie de l'écouter ! Et l'écouter, c'est l'adopter !!! ;-)
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Je ne connaissais pas Threshold période Damian WILSON (au chant jusqu'en 1997) et j'étais extrêmement emballé par la voix au grain léger de Andrew Mc DERMOTT qui a tenu le micro du groupe durant dix ans. Seulement voilà, Andrew Mc DERMOTT a disparu et le groupe a refait appel à son ancien chanteur. Damian chante bien et a même un petit quelque chose de Robert Plant dans sa tessiture (avis perso) mais il ne pourra pas me faire oublier la texture accrocheuse du regretté Andrew (Mac). Le groupe n'a plus produit d'album durant 5 ans, depuis l'exaltant Dead Reckoning. Les nouvelles compos de March of Progress sont très inspirées, extrêmement travaillées et prouvent que le groupe n'a rien perdu de son talent d'écriture. Par rapport à son prédécesseur (Dead Reckoning), je dirais que les compos sont un peu moins power et un peu plus prog surtout dans ses breaks bien emballés. Les tempos également sont plus posés même si la plupart des morceaux recèle quelques belles variations rythmiques . Toujours est-il que le groupe conserve son côté très mélodique couplé à une technique de haut vol. La force de Threshold, et qui est rare, c'est de pondre des morceaux directement assimilables, sans qu'on s'en lasse au fil des écoutes. C'est ultra mélodique mais suffisamment technique pour conserver un intérêt sur le long terme. Et ce March of Progress, peut-être un tout petit peu moins directement accrocheur que Dead Reckoning ne déroge pas à cette précieuse règle. En somme, voilà un nouvel opus de haute qualité pour un groupe que j'aurais tors de pénaliser pour avoir tragiquement perdu son excellent chanteur. Un petit mot également sur la production dont d'autres commentateurs ont déjà parlé : Le son de March of Progress est loin d'être mauvais. Il est vrai toutefois qu'il est plus sec et présente un peu moins d'ampleur que les précédents albums mais les compos se montrent également un peu plus cools et moins power ce qui en amenuise l'impact. En passant d'un album à l'autre, j'ai tout de même dû augmenter le volume et les basses pour March of Progress mais au final, j'ai obtenu un résultat satisfaisant avec un son de batterie et de basse pour moi suffisamment crédibles par rapport au style des nouvelles compos (question de goût). Les amateurs de metal prog mélodique aurait bien tors de se priver de cette cuvée 2012.
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 11 janvier 2013
Voici donc le dernier Threshold. Je l'attendais avec impatience après le très bon "Dead Reckoning" qui voyait le retour de Damian Wilson au chant. Contrairement à son prédécesseur dont le premier titre "Slipstream" donnait un coup de boost dès le début, il faut attendre la seconde partie de l'album pour enfin s'enthousiasmer pour ce nouvel opus. Comme d'habitude on peut compter sur des compos soignées et de bonnes mélodies qui ne décevront pas les fans et qui pourraient attirer tous ceux intéressés par un rock très mélodique qui ne tombe pas dans le heavy. On pourra toutefois reprocher des premières compos un peu en-deça, un son de caisse claire minable (on croit entendre un bâton sur un morceau de bois), un chant un peu limité parfois (écoutez bien Andrew McDermott et vous entendrez la différence !), et pas vraiment de nouveauté par rapport aux albums précédents. Mais bon ne boudons pas notre plaisir c'est plutôt un bon Threshold et on en redemande !
11 commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 10 septembre 2012
Après avoir reçu ce CD, je l'ai d'abord écouté une première fois sur un lecteur de qualité modeste, dans ma cuisine, tout en vaquant à diverses occupations. Cependant, cette première écoute, effectuée dans des conditions pourtant précaires, a suffi à faire naitre en moi un sincère enthousiasme. Ce "March of Progress" a de réelles qualités mélodiques, et le retour au chant de Damian Wilson à la place du regretté Andrew McDermott (RIP) est une réelle réussite.
Fort de cette première expérience et plein de certitudes, je me passe trois jours plus tard le CD sur ma bonne chaine stéréo dans la salon, et là je commence à me dire qu'il y a quelque chose qui cloche. En effet, si les qualités purement musicales de cet album sont tout à fait respectables, j'ai soudain le sentiment d'écouter un CD-R sur lequel on aurait gravé des fichiers mp3, le son est comprimé et en plus la guitare ne sonne pas de façon aussi pure, dense et puissante que d'habitude, elle a un côté artificiel, bref je commence à ressentir un certain malaise. Je décide alors de me passer quelques albums plus anciens du groupe histoire de comparer, et malheureusement cette comparaison est fatale à "March of Progress" en matière de qualité sonore.
Bon, pour tempérer mon propos, je suis sûr que beaucoup de fans, et surtout les plus jeunes, ne seront pas contrariés par ce type de production si désagréable à mes oreilles de quadragénaire et ils vont adorer ce disque. Le groupe a certainement prouvé qu'il savait encore écrire quelques bons morceaux, mais j'avoue ressentir malgré tout une importante frustration auditive à l'écoute de cette cuvée 2012 ...
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 19 avril 2013
Un album varié et d'un très haut niveau. On y trouve à la fois les ingrédients habituels d'un bon album métal et tout un tas d'influences, de variations, de mélodies qui font que cet album est vraiment unique.
Damian Wilson au chant est selon moi un des meilleurs chanteurs qu'il m'ait été donné d'entendre, y compris en live. C'est un gars qui sait comment gérer sa voix.
C'est le genre d'album à avoir dans sa collection! (pensez également à jeter un oeil à l'album "I am anonymous" de Headspace, également avec Damian Wilson. Un des meilleurs albums sortis depuis bien longtemps)
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 25 novembre 2013
Connaissant le groupe depuis peu grâce à un cousin, je me suis procuré cet album après avoir écouté l'album "Subsurface" de 2004. Ce CD que j'avais trouvé excellent, laissait présagé ce "March of progress" tout aussi bon. Je n'ai pas été déçu, Threshold est vraiment un groupe de très bons musiciens, leur métal progressif est très mélodieux et plein d'inspiration.
Bref pour les fans du genre un groupe à ne pas mettre de côté.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 5 septembre 2012
Un petit chef d'oeuvre de métal progressif : toujours mélodique, jamais démonstratif et plein de feeling. Vivement la reconnaissance de ce groupe formidable qu'est Threshold!!
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 14 janvier 2013
Bon retour de Damian Wilson même si les compos sont moins inspirées qu' à l'époque , c'est toujours du très bon prog'hard !
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 3 octobre 2012
Un très grand opus un cd absolument obligatoire pour les amateurs de prog' rock ... Géant du très grand Threshold !!
Moi, j'écoute en boucle
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

17,69 €

Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)