Cliquez ici Cliquez ici cliquez_ici. Olicard Cloud Drive Photos En savoir plus cliquez_ici nav_Renewed En savoir plus Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici



le 16 mai 2015
Ce qu'il y a d'incroyable dans cette Pop "Vintage" assumée de Lana Del Rey, c'est que les références auxquelles ses morceaux nous font penser s'apparentent autant au cinéma de David Lynch (Mulholland Drive [Édition Single] en tête) qu'à celui d'un Denis Hopper, pour un film pourtant tourné bien des années plus tôt. Easy Rider pour ne pas le nommer.

Vocalement, Joan Baez, Nancy Sinatra, Kate Bush, Annie Lennox, elles sont aussi nombreuses les références qui continuent de nous hanter après écoute du disque. Et si ces références vocales sont bien sûr encore plus nombreuses que les films auxquels nous serions tenté de nous rapporter, certaines d’entre-elles sont pour le moins autrement plus surprenantes. Britney Spears comptant parmi celles assumées de Lana Del Rey, je me dois (oui mais alors juste 1 !) de le préciser.
L'aspect Trip Hop, tout comme la voix de la chanteuse sur certains de ses titres, n'étant pas lui non plus sans évoquer aussi les "Lady machin chose" et autre Keisha. La toute jeune femme étant donc bien une fille de sa génération...
Je dois ainsi l'admettre, c'est en majeure partie à cause de ça, principalement, que ce premier essai ne fonctionne que parcimonieusement. Jouant par trop souvent sur deux tableaux qui ne cessent en définitive de s'opposer, le disque en devient au final, boiteux.
Ainsi, si les tubes que sont "Blues Jeans", "Video Games" ou "Dark Paradise" remplissent parfaitement ce pour lequel nous aimons Lana Del Rey, d'autres morceaux tels que "Off to the Races", "National Anthem", "This is What Makes Us Girls", "Carmen" ou, dans une moindre mesure, "Without You", amènent le mélomane que je suis a bien moins d'indulgence. En 1 mot comme en 100, je n'adhère pas du tout.

A ce stade de ma chronique, vous pouvez faire votre calcul et vous-vous apercevrez bien vite que si une moitié du disque vaut sincèrement qu'on y prête attention (le blues "Million Dollar Man" ainsi que "Radio" sont carrément des titres géniaux), l'autre moitié du disque est nettement moins palpitante.

Le Paradis, c'est d'enfer !

Si l'album originel, dans ses orchestrations, tournait principalement autour des violons, du piano et des programmations, les 8 morceaux que constituent l'édition "Paradise" s'affirme comme ce que j'aurai aimé que Born to Die soit : Une vraie petite merveille.
Jazzy, Blues, organique, telle est donc la teneur des bonus de cette nouvelle réédition, intitulée fort à propos, "Paradise".
L'album s'ouvre d'emblée sur le majestueux "Ride". Bon Dieu ! Si ce n'est pas une ode à la liberté et à la grande Amérique telle que chacun se la rêve et se l'imagine ? Celle qui continuera de nous faire fantasmer jusqu'au bout, alors j' veux bien m'en couper une !
Le reste est du même acabit. A commencer par le si bien nommé "American" ou (l'incandescente) Lana Del Rey s'affirme comme une chanteuse au spectre vocal sans limite.
"Cola" est une nouvelle fois un superbe titre, tandis que la sensualité de "Body Electric" m'invite en permanence a croire que Lana pourrait tout à fait choisir de s'abandonner dans des bras protecteurs. Les miens de préférence.
Le très "Lynchien" "Blue Velvet" (2 minutes 40 au compteur) est une reprise (la seule) on ne peut plus réussie d'un titre obscure chanté en son temps par un certain Bobby Vinton. Une fois encore, c'est une merveille de sensualité vénéneuse. Puis vient le sulfureux et ultra lascif "Gods and Monsters". Là encore, inutile de lutter, c'est encore dans le mille.
"Yayo" se veut peut être plus juvénile. Il n'en demeure pas moins, une fois encore, un titre assez addictif
L'album se referme sur les 4 dernières minutes d'un "Bel Air" à vous tirer presque des larmes. Si le film Virgin Suicides de Sofia Coppola était paru de nos jours, il y a fort à parier qu'un tel morceau aurait pu tout a fait illustrer ce film, a un moment ou a un autre.

En résumé, si Born To Die est a envisager comme un premier essai assez concluant, ces 8 titres Bonus attestent véritablement de l'élégance d'une grande artiste en devenir. Ultraviolent, son nouvel album, l'aura-t-il confirmé ? A vérifier...

Born to Die: 13/20
Bonus: 17/20
3 personnes ont trouvé cela utile
|44 commentaires|Signaler un abus
le 21 juin 2014
Sorti en 2012, l'album était déjà un sommet mais cette édition "Paradise" emporte tout. On pouvait craindre le coup parketing un peu fumeux, histoire de surfer sur le phénomène, mais il n'y a rien à jeter sur les 8 morceaux supplémentaires. Rien. "Ride" est ensorcelant, "Yayo" d'une douceur et d'une fragilité confondantes, et la reprise de "Blue Velvet" semble taillée pour miss Grant. On fait les comptes, 15 titres pour l'album initial, 8 en plus, soit 23 morceaux imparables. Indispensable !
|0Commentaire|Signaler un abus
1000 PREMIERS REDACTEURS D'AVISle 20 décembre 2017
Chanson, musique et voix de Lana Del Rey dont la tessiture appellent aux désirs charnels et à la volupté d'autant qu'elle apparait sacrément plantureuse sur la pochette du disque. Une star américaine.
|0Commentaire|Signaler un abus
le 24 septembre 2013
Je n'ai jamais entendu une chanteuse capable de varier sa voix lors d'un meme titre comme LDR. Ses exercices de vocalise sont extraordinaires
C'est une beauté froide et sensuelle digne des plus grandes stars hollywoodiennes.La paradise édition et ses 8 titres est géniale Il ne faut pas passer à coté
Cette fille est naturelle . Pas de voix arrangée de poitrine ou de fesse retouchée. Une vestale comme Stevie Nicks il y a déjà 30 ans

PS: j'ai adoré le (TA GUEULE) a Nagui pour ses questions gavantes pendant taratata
5 personnes ont trouvé cela utile
|11 commentaire|Signaler un abus
le 5 août 2013
N'écoutant que très peu de musique contemporaine la rencontre inopinée avec Lana sur Youtube fut un coup de foudre. Son ton suave, ses paroles ourlées de la délicatesse d'une âme tourmentée avaient finis de me transporter rien qu'avec « Born To Die » et « Blue Jeans ». Le disque de Platine remporté par son album fut (pour moi) une évidence ! Et ce coffret ne m'a pas déçue en si bonne route. J'ai vite fait d'encadrer les 5 clichés dont 3 tirés des clips-vidéos qui à la fois me fascine et me dérange par cette tristesse lovée dans ce luxe et cette superficialité qui comme un tableau ne peut-être touchée. J'ai eu un vrai coup de cœur pour « Gods & Monsters » du second CD « Paradise ». Un vrai petit bout de paradis car sans jeu de mot, l'inspiration est d'une candeur innocente (je pense aussi notamment à « This Is What makes Us Girls ») apprêtée de façon désinvolte. Cerise sur le gâteau : Le vinyl. Et pour cela je n'aurai rien d'autre à dire que pour tous les amateurs/nostalgiques de son vintage c'est le must-have.
|0Commentaire|Signaler un abus
le 22 janvier 2017
Depuis sa sortie en 2012, je ne me lasse pas d'écouter cet album. Il est magnifiquement écrit et bien produit. La voix de Lana Del Rey permet de se laisser emporter très facilement. Je ne suis même pas étonné lorsque je vois que l'album est toujours dans le top des albums les plus achetés aux États-Unis (même 5 ans après sa sortie) : cet album est emblématique et est devenu un classique de la culture musicale.
|0Commentaire|Signaler un abus
le 19 janvier 2013
Lana Del Rey a cette capacité à vous propulser dans une autre dimensions quand on l'écoute. Le 2ème CD inédit de cette édition limitée est parfait et correspond bien à l'univers de la belle Lana. On se croirait dans les années 50-60 et/ou dans un film de David Lynch (d'ailleurs la version de Lana de Blue Velvet est un très bel hommage à cet excellent cinéaste dont elle reconnaît s'inspirer). Cela s'écoute en boucle sans jamais lasser ! C'est toujours un plaisir que de réécouter à l'envi ce double album. Il est certain que cette artiste, même si elle ne refait pas d'albums (ce qui serait vraiment dommage), restera dans les annales et passera le cap du simple effet de mode.
|0Commentaire|Signaler un abus
le 1 juillet 2014
une édition avec autant de tube est considérée par l'acheteur que je suis, beaucoup plus comme un trophée qu'un simple album.
Magnifique, les 8 titres supplémentaires sont sublimes ("ride" notamment).
Seul hic, je n'ose pas me précipiter sur le nouvel opus de Lana Del Rey "ultraviolence" de peur qu'une édition similaire à celle-ci ne sorte d'ici quelques mois.
Une personne a trouvé cela utile
|0Commentaire|Signaler un abus
le 2 février 2016
J'ai découvert Lana sur le tard et je ne m'en lasse pas. Une voix extraordinaire. Je ne comprends pas la polémique qu'il y a eu à son sujet (je ne l'ai pas suivie, je ne la connaissais pas à l'époque). Cet album est tout simplement GÉNIAL ! Que des supers morceaux !
Une personne a trouvé cela utile
|0Commentaire|Signaler un abus
le 1 mars 2013
Je ne connais lana del rey que depuis récemment, mais je l'ai réellement découverte avec cet album.Les chansons sont toutes plus belles les unes que les autres, et cette chanteuse a vraiment une voix ensorcelante. Quand on commence à l'écouter, on ne peut plus s'arrêter...Mention spéciale à National Anthem qui est vraiment rythmée comme il faut, mais l'album entier est envoutant!!!je le conseille à tout ceux qui aiment l'originalité et qui ne peuvent s'empêcher de bouger sur la musique.
|0Commentaire|Signaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

Ultraviolence
6,99 €
Honeymoon
6,99 €
Lust for Life
6,99 €

Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)