Cliquez ici undrgrnd Cliquez ici Levy Cloud Drive Photos cliquez_ici. nav_CD Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo

Commentaires client

4,4 sur 5 étoiles
38
4,4 sur 5 étoiles
Format: CD|Modifier
Prix:15,63 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 18 août 2015
j'ai acheté ce disque suite à la diffusion de ce concert sur Arte, C'est sublime. Pourtant, en général, je n'aime pas les adaptations mais c'est une œuvre musicale à part entière, à découvrir
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 19 février 2016
J'adore cette version revisitée d 4 saisons que j'écoute en boucle. Il y a aussi les remixes aux effets electro. Un cd à plusieurs styles. Tout simplement génial.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 13 mai 2014
L’œuvre éternelle de Vivaldi est ici à la fois parfaitement reconnaissable et en même temps transfigurée par cette réinterprétation au goût du jour aussi envoutante que fascinante.
0Commentaire| 6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 1 novembre 2012
Reprendre les 4 saisons de Vivaldi, les destructurer, broder par dessus, tenter d'explorer la suite d'une phrase, reprendre un accompagnement et regarder comment construire une nouvelle mélodie par dessus...

C'est un travail absolument énorme en fait. Non seulement ça demande de se plonger à fond dans l'oeuvre, la comprendre, comprendre les subtilités des méthodes de composition de Vivaldi, comprendre les subtilités de l'écriture pour violon, et tenter d'être dans l'oeuvre tout en écrivant une nouvelle page.

Je me suis penché sur le CD avec beaucoup de méfiance, me disant "c'est qui encore ce type qui va nous massacrer une oeuvre culte ?". Les 4 saisons, c'est un peu comme la Chaconne de Bach pour moi, ou le concerto de Sibelius, faut pas y toucher sinon je deviens violent.

Et en fait c'est vraiment pas mal. On retrouve un peu les mauvaises habitudes sirupeuses de Max Richter dans ses musiques de films ou ses CD personnels, mais les 4 saisons lui servent de guide et le raccrochent à une musique plus profonde qu'on aurait pu imaginer.

Le Printemps mouvements zéro et 1 sont composés de broderies sur les chants d'oiseaux, super agréables. Richter a dû se dire qu'il serait dommage de se contenter des 30 secondes de la version originale de Vivaldi. Le second mouvement est une version "alternative" de la version de Vivaldi, pas mal foutue, sur des tons différents. Le chien joué par l'alto est ici conservé, heureusement d'ailleurs. Le 3eme mouvement reprend un passage de quelques secondes et le repète à l'infini. C'est le mouvement le moins intéressant.

L'Eté a dû faire trembler Max Richter qui se tient à distance respectable et semble avoir des soucis pour faire des modifications. Il faut dire que c'est un morceau tellement parfait qu'on ne sait pas quoi changer sans altérer la musique. Donc le premier mouvement est identique sur 2 minutes. Les 2 minutes suivantes sont de longues broderies sur le coucou, plutôt bien construites et bien vues. Vivaldi était tellement prolixe qu'une idée dépassait rarement 20 secondes. Là, Richter nous la tient 2 minutes de plus avec inversion des rôles (l'orchestre fait le coucou et le violon soliste tient une mélodie lente et très lyrique par dessus). C'est juste une pure merveille et c'est bien vu. Le mouvement lent reprend celui de Vivaldi, mais avec des harmoniques plus aigues, et le violon part dans un lyrisme bien foutu. Le 3eme mouvement, le mythique orage, commence de la même façon mais avec des inversions de points d'appui dans les graves. Là où Vivaldi mettait de la violence, Richter mettra plus de voilages. Richter coupe des parties, les colle les unes aux autres pendant 2 minutes. C'est à 2'01 que nous avons enfin une page nouvelle : Richter fait tourner des arpèges par l'orchestre avec par dessus un chant très lyrique du soliste, plutôt bien écrit et avec une belle intensité montante. On regrettera juste cette sale habitude de clore le morceau d'un coup, cassant l'intensité alors qu'on montait avec lui.

L'Automne, est comme l'original mais avec des changements de rythme dans les coups d'archet. Rien ne bouge vraiment jusqu'à la fin, sauf le passage lent du premier mouvement qui est plus long. Le second mouvement est assez proche de l'original, avec le clavecin. Le 3eme mouvement créé de nouvelles harmonies sur les accords du début et reste la dessus pendant le mouvement entier.

L'Hiver commence comme l'original, puis coupe des parties pour les mettre ailleurs, faisant la part belle au rythme en doubles et triples croches de l'orchestre, au détriment des passages solistes qui ne sont presque pas repris. Il en ressort un morceau trop brutal. Le second mouvement, tout en délicatesse et chaleur dans l'original de Vivaldi, est ici construit non pas sur les pizzicati de l'orchestre mais sur des harmoniques, ce qui lui retire toute candeur (en gros c'est lent et long). Le 3eme mouvement reprend l'un des tous premiers passages du soliste et le recycle en long en large et en travers, laissant de côté tout le reste du morceau original de Vivaldi.

Terminons enfin avec l'interprétation du violoniste : nickel, bien vue, bien appréhendée.
11 commentaire| 32 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 10 juin 2014
Cette nouvelle édition comprend 3 parties : les Quatre Saisons "recomposées", tout d'abord, maintenant bien connues, sortes d'"edits" de l'œuvre trop célèbre & trop galvaudée de Vivaldi. C'est un chef-d'œuvre hybride, ou le classique rencontre une étonnante épure, c'est en même temps dynamique & contemplatif. Je n'en dirai pas davantage, tout a été écrit.
La deuxième partie est constituée des 5 Shadows, miniatures électroniques basées sur les sons des Quatre Saisons recomposées, un délice trop court, lui aussi contemplatif et épuré. Tout l'art de Richter réside dans l'évocation subtile des thèmes de départ, présents de manière fantomatique, & de sa maîtrise qui lui permet de ne jamais tomber dans le new age.
La troisième partie est + anecdotique, & + dispensable : il s'agit de 4 remixes, de qualités très différentes. Le premier, dans la droite ligne des Shadows, est l'œuvre de Richter lui-même, & donc impeccable, une mer apaisée de cordes, assez bouleversante. Les 3 autres sont de facture honnête, un peu décoratifs : Robot Koch fait dans le hip-hop un peu froid, presque trip-hop, efficace, NYPC dans l'électro minimale bien emballée, & celui de Fear Of Tigers peut s'avérer problématique, tant le beat house & le gros son déjà démodés sont criards, & la production tape-à-l'oreille. Bon, on chipote, là n'est pas l'essentiel.
On peut regretter que la 1ère édition se trouve déjà dépassée par celle-ci, en particulier à cause des Shadows.
TOUT LE MONDE peut écouter ce disque magnifique, quelle que soit sa culture classique : c'est la bande-son idéale pour une belle méditation.
0Commentaire| 11 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 31 mars 2013
On pourrait recommander de multiples interprétations des 4 saisons de Vivaldi: celle de Fabio Biondi et son Europa Galante, celle de Trevor Pinnock chez Deutsche Grammophon ou encore la sublime version de l'Akademie für Alte Musik Berlin chez Harmonia Mundi. Cependant, vous feriez fausse route en pensant trouver en Max Richter un interprète de plus qui viendrait s'ajouter à la longue liste de ceux qui se sont essayés aux célèbres concertos du maître vénitien.
En effet, Richter, davantage connu pour son travail sur les musiques de film, a ici recomposé l'œuvre. La démarche peut paraître bien ambitieuse mais c'est finalement avec modestie que l'allemand envisage sa recréation. Comme l'indique la pochette du disque, il a ainsi épluché les partitions, trié, retiré, ajouté du matériel sonore à partir de l'œuvre originale. Il en résulte alors un savoureux mélange d'esthétiques baroque et post-moderne. Comme si Philip Glass avait été baroque ou comme si Vivaldi était un compositeur minimaliste américain. Des musiciens berlinois jouent donc des parties réelles réarrangées par Richter, tandis que ce dernier dessine de jolies nappes électroniques de son laptop. Ses choix sont d'ailleurs plutôt judicieux et pertinents. On ne ressent aucune lassitude puisque les refrains les plus connus sont passés à la trappe. Pour exemple, dans le premier mouvement du printemps, il choisit de développer le passage pendant lequel les violons imitent les oiseaux plutôt que le joyeux refrain que vous êtes sans doute en train de vous chantonner. On sent alors dans la plupart des mouvements une atmosphère assez mélancolique qui tend à effacer les contrastes entre les saisons. Le ciel de Richter, bien que toujours un peu grisâtre, s'ouvre à une écriture beaucoup plus riche qu'elle n'y paraît.
Le disque s'adresse donc davantage à ceux qui voudront trouver un nouvel éclairage des quatre saisons qu'à ceux qui penseront y trouver une nouvelle interprétation. L'œuvre n'est pas centrale mais constitue un point de départ pour le travail de Richter, comme une source d'inspiration qui finalement introduit un beau mélange dans les saisons. L'hiver est omniprésent dans les tristes et froides ambiances répétitives tandis que les cordes des musiciens berlinois nous bercent de leur douce chaleur. Vraiment, y'a plus de saisons ma pauvre dame et c'est peut-être pas plus mal...
0Commentaire| 12 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 22 août 2015
Cette musique agit comme un baume pour le coeur, elle devrait être vendue en pharmacie ;-)
Félicitations à tous les musiciens d'avoir osé travailler sur un tel monument, et de faciliter l'accès à un plus large public, tout en gardant "l'essence" de Vivaldi.
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 12 août 2013
Je me retrouve avec un objet dont je ne peux avoir l'utilité, dont je ne sais que faire et il me semble extremement difficile de retourner l'objet, il faut une autorisation de qui, quand, où ???? Je me sens abusée d'un système qui ne répond pas, une énorme machine qui me refuse mon cadeau.....
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 17 mars 2014
j'ai vu par hasard le concert sur Arté un dimanche en fin d'apres-midi, de ce violoniste et de celui qui l'accompagne ainsi que tous ces musiciens tout aussi talentueux , je suis restée "scotchée" sur mon canapé! chez moi la télé a un grand écran, j'ecoute toujours avec le son de la chaine, alors là! les frissons partout, meme le chien était subjugué! vraiment magnifique! déjà les 4 Saisons j'adore, ayant la chance d'avoir un ami russe chez d'orchestre que nous avons eu le bonheur d'écouter à la Sainte Chapelle jouer Vivaldi , vraiment cet arrangement était riche en émotions! alors j'ai de suite commandé le cd, et cela ne me quitte plus!!!!!!!!!
0Commentaire| 4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 18 avril 2014
Très bon album - pour le vinyle : le pressage est correct mais sans plus (un peu de bruit de surface sur la face B) mais la musique esr excellente. J'attends la version 2xLP avec impatience.

Globalement la série Recomposed est très intéressante. Si seulement DG pouvait investir dans des pressages de meilleure qualité ce serait tout simplement parfait.
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

13,04 €
18,00 €

Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)