undrgrnd Cliquez ici Litte Stockage illimité pour les photos et bien plus encore cliquez_ici nav_TPL0516 Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Bijoux en or rose

Commentaires client

4,2 sur 5 étoiles
11
4,2 sur 5 étoiles
Format: Blu-ray|Modifier
Prix:12,49 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 11 juin 2015
Oeuvre phare durant la carrière de Maurice Pialat, c'est aussi le film qui a introduit Sandrine Bonnaire au cinéma français et qui lui a permis de remporter un César et de nombreux rôles par après. Une histoire d'adolescence. Celle de Suzanne qui, dès l'âge de seize ans, découvre l'amour durant une colonie de vacances. D'abord par son petit copain de lycée, mais aussi à travers une brève relation sexuelle avec un autre homme qui la marque beaucoup. Une aventure qui déambule en d'autres amourettes avec des petits copains; alors que sa relation familiale s'effondre dans un amas de gifles, d'insultes, et de portes qui claquent.

Ce qui est important de savoir du film est que le découpage est assez marginal. En effet les coupes sont abruptes, ajoutant une tension au spectateur alors qu'il ne sait jamais ce qui va se passer durant la suite du film. Ainsi, c'est un montage qui transforme les scènes plutôt en des fragments de l'adolescence de Suzanne; alors qu'elle a seize ans et passe à l'âge adulte (dix-huit peut-être). Des fragments dont les trous obligent le spectateur à réfléchir, à imaginer sur ce qui s'est passé entre les deux coupures. Par conséquent, cette approche narrative incite le public à réfléchir sur ce qu'il observe, à comprendre le nœud de l'intrigue que ce soit par les dialogues, des images, et des actions de certains personnages qui entrent en collision vers la fin, notamment entre le personnage de Michel et Suzanne. Des détails subtils qui traitent le public avec respect, comme un groupe de personnes capable de réfléchir sur ce qu'il voit et entend. Un cinéma qui oblige une certaine écoute et un grand niveau de concentration.

Seul bémol dans cette sortie DVD est l'absence de sous-titres, ce qui est peu commode pour les malentendants qui auraient envie de découvrir les films de Pialat. Mis à part cela, la restauration est superbe et la qualité d'images rend justice au travail du cinéaste.

Quant aux bonus, nous avons des bandes annonces pour les films de Pialat, un documentaire sur la conception du film, mais aussi des entrevues que ce soit en 2003 avec Sandrine Bonnaire, ou avec Pialat pour le documentaire "Étoiles et toiles". Par contre, le plus incroyable restent les essais d'audition, que ce soit ceux de Sandrine avec des jeunes de son âge, avec Pialat, et avec Dominique Besnehard. Des images qui démontrent comment le talent de Sandrine et des comédiens choisis brille à l'écran. Comment le film est capable d'être le succès qu'il est non seulement par son histoire mi-improvisée, mi-scénarisée, mais aussi par les acteurs que ce soit par Pialat qui jour un rôle de père remarquable, Besnehard en un frère dont la relation reste tumultueuse, et Sandrine Bonnaire dont le talent a été perçu et révélé grâce "À nos Amours". Une révélation que le metteur en scène a avoué comme étant sa réussite dont il était le plus fier.
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 13 mai 2013
A nos amours est d'abord la révélation de Sandrine Bonnaire à l'écran, alors qu'elle n'avait aucune expérience du cinéma ou de son milieu. Elle est au centre du film et l'illumine par sa présence, ses non-dits, ses hésitations, ses révoltes et ses tentatives désespérées de surnager au milieu de sa famille étouffante, d'une mère hystérique, d'un frère violent et d'un père qui lache prise.

Elle se réfugie dans des semblants d'amour, sans jamais parvenir à aimer personne, elle qui n'a jamais eu l'assurance d'être aimée par ses proches.

Plusieurs scènes sont d'une vérité et d'une beauté stupéfiantes, tant on a l'impression de toucher au coeur de la réalité de la vie d'une adolescente et de sa famille. Les quelques dialogues avec son père, joué par Maurice Pialat, semblent avoir été captés à l'improviste, et les quelques mots échangés, très banals, en révèlent infiniment plus que de longs discours sur les sentiments entre un père et sa fille.

Certaines scènes ont été improvisées, et en particulier celle du repas final. Les acteurs n'étaient pas informés de ce que Maurice Pialat, dans son rôle de mari et de père, allait débarquer pendant ce repas. L'intégralité des dialogues qui suivent son arrivée sont donc totalement improvisés par les acteurs, leur étonnement n'est pas feint, il est bien réel, et on assiste à une scène extraordinaire dans laquelles les acteurs oublient qu'ils jouent et vivent littéralement ce moment de tension dramatique.

On est comme irradié par l'intensité du jeu de Bonnaire, à qui son père dit qu'elle est incapable d'aimer, et qui pourtant nous transmet des émotions bouleversantes, même et peut-être surtout lorsqu'elle est dans l'incapacité de les exprimer.

Il s'agit d'un des films que Pialat a eu le plus de mal à finir, l'écrivant au jour le jour, et c'est sans doute ce mélange d'urgence et d'hésitations qui donne à cette oeuvre cette vie exprimée dans chacun de ses plans.
0Commentaire| 4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Maurice Pialat (disparu en 2003) a bâti une oeuvre rare et cohérente, largement autobiographique. Il s'agit d'un cinéma réaliste, qui filme des corps qui s'aiment, se cognent, se déchirent... Un peu l'équivalent français de John Cassavetes... Pialat raconte l'enfance ("L'enfance nue", son premier long métrage), la mort ("La gueule ouverte", où il évoque la disparition de sa mère), le couple finissant ("Nous ne vieillirons pas ensemble"), la paternité ("Le garçu"). Sa vision est toujours brutale, corporelle, avec une tendresse implicite. Quand il s'éloigne de l'intime pour le film de genre, c'est tout aussi réussi ("Van Gogh", "Police", "Sous le soleil de Satan"). Mais s'il fallait s'attarder sur un film emblématique de Maurice Pialat, ce serait "A nos amours" (1983) qui lui valut un César... Une oeuvre associée pour toujours à Sandrine Bonnaire qui faisait ses débuts à l'écran... Pour simplifier, "A nos amours", c'est un peu "La boum" version film d'auteur... L'histoire d'une adolescente qui s'éveille au désir et se sent subitement à l'étroit dans une famille en décomposition, entre une mère hystérique, un frère possessif et un père absent... Ce film d'apprentissage raconte l'évolution de cette jeune fille au fil de ses rencontres et de ses expériences, avec beaucoup d'humanité et de compassion pour cet âge ingrat où tout est encore possible... On sent une immense complicité entre le réalisateur et sa protégée (ils se retrouveront dans "Sous le soleil de Satan", avant de s'éloigner). Tous les films de Pialat sont indispensables et forment un tout. On mentionnera également (outre les films cités plus haut) "Loulou", servi par le trio Gérard Depardieu/Isabelle Huppert/Guy Marchand, qui raconte l'histoire d'amour vouée à l'échec d'une jeune bourgeoise cultivée avec un loubard rustre et charnel, posant la question du déterminisme social...Un cinéma du quotidien, qui a fait des émules dans la génération suivante (Bruno Dumont, Xavier Giannoli, les frères Dardenne).
0Commentaire| 7 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 3 janvier 2011
La force des films de Maurice Pialat ne réside pas dans le scénario, pas dans la mise en scène, pas dans les acteurs, pas dans les sujets qu'ils traitent, non. L'émotion, le bouleversement que l'on sent monter dès le début de chacun de ses films vient en fait de leurs lumières. Lumière dans les deux sens du terme. La photographie naturaliste qui donne l'impression par exemple que Nous ne vieillirons pas ensemble a pu être tourné l'année dernière et cette Lumière qui ressort de ces films, cette force qui nous envahit.
Cette souffrance qui a accompagné jusqu'à sa mort Pialat et qu'il l' arrivait finalement à dompter pour nous rendre plus heureux et serein à la fin de chacun de ses oeuvres. A nos Amours en un des exemples les plus frappant.

Bien sur que c'est tout cela. Ce qu'il arrivait à fondre. La bonté, la générosité, la beauté; l'amour, la créativité. Très peu de cinéastes ont su faire partagé tout cela à la fois.
0Commentaire| 7 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 23 novembre 2015
Maurice PIALAT était un génie...ce film en est le reflet !!! Un REGAL!!!
La cinémathèque de Bercy lui a fait une très belle rétrospective .....méritée ! où j'ai appris qu'il était Peintre à ses heures! avec une grande précision du détail, comme dans les personnages de ses films.
Ce DVD est un "collector", pour moi, pour sa qualité indéniable!!! Son rôle de père est remarquable!
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 6 septembre 2016
Oui, il y a Sandrine Bonnaire et son air candide et ses joues fraîches tout au long de ce film qui tourne autour de ces amours peu intéressants.
Le scénario est donc simpliste, le jeu d'acteur très daté, en particulier cette manie de l'époque d’accumuler les cris, les crises, les claques et les insultes. Ça ne rajoute pas à la crédibilité des acteurs ni du réalisateur. Surjouer n'est pas le fait des grands acteurs, et il n'y en a pas dans ce film. Quand à la scénariste, ...elle ne fait pas dans la subtilité des sentiments humains. C'est du tout venant.
Les étoiles de ce film sont probablement le résultat des scènes de nues avec Sandrine Bonnaire, (oui elle était très débutante mais plutôt sexy), distillées tout au long du film.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 1 juillet 2009
Un tres bon film eighties. Pialat est a son comble, Sandrine Bonnaire est tres veridique dans son role d'adolescente confuse, en quete de sa personalite et des reperes pour la vie. Suzanne (le personnage de Sandrine) tombe dans une sexualite mecanique et se detache de plus en plus de sa famille. Elle vie seulement pour coucher, sans se proposer de comprendre l'amour, tres ennuyee par le spectacle grotesque de sa famille. Un melodrame souriant. A voir!
11 commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 6 décembre 2013
Les débuts prometteurs de Sandrine Bonnaire.
Un Pialat.
Ce film retrace les amours d'une jeune dévergondée.
Sandrine trop absente des écrans de nos jours.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 6 juin 2014
je ne fais que commander pour une personne âgée qui n'a pas internet. et à qui je fais toutes les courses.
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 1 juin 2009
Sandrine Bonnaire est,comme toujours,très bonne.Par contre,l'atmosphère du film est assez morbide.Il ne faut pas confondre les rôles d'acteur et de metteur en scène.
11 commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

15,00 €
15,00 €

Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)