undrgrnd Cliquez ici Livres de l'été nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Rentrée scolaire Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Bijoux en or rose

Commentaires client

3,7 sur 5 étoiles
57
3,7 sur 5 étoiles
Format: Blu-ray|Modifier
Prix:8,50 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Un blu-ray aux prestations techniques impériales pour servir ce bon petit thriller brillamment interprété par Jessica Biel. A ce vrai talent de directeur d'acteur s'ajoute le soin apporté aux décor et à l'atmosphère. tout ici traduit la totale implication du metteur en scène à défendre son oeuvre. Appuyé par un scénario habile à désamorcer les clichés du genre. Pourquoi alors ne pas mettre 5 étoiles quand le boulot est si bien fait? Parce qu'il y a encore des petites choses qui fâchent. Exemples : Le personnage totalement charismatique du flic, une magnifique gueule de cinoche, est ici franchement survolé; C'est interdit quand on tient un personnage pareil ! coté mise en scène, certaines séquences surprennent par leur découpage quasi-scolaire (exemple: La scène de poursuite avec le camion souffre de cadrages hyper attendus qui nous laissent un peu extérieur au spectacle et tranchent avec l'esprit qui habitait le film jusqu'alors...) Le réalisateur à énormément de talent dés qu'il colle à sa fascinante héroïne, dommage qu'il n'ait pas conservé ce soucis d'authenticité dans les scènes d'action. D'autant plus incompréhensible que certaines scènes tournées en plan séquence témoignent elles de vrais choix de cinéaste et apportent force et tension au jeu des acteurs. Pourquoi ensuite sur-découper une scène d'action façon " Expendables " après tant de justesse ? Voilà, c'est dit et c'était pour chipoter. Mais quand un gars de chez nous franchit l'atlantique pour nous offrir une "vraie" proposition de cinéma la moindre des choses est d'argumenter les points qui font grogner. Bravo en tout cas Monsieur Laugier pour la belle ambition formelle et scénaristique. The Tall Man à bien plus fière allure que les panouilles horrifiques qui polluent de manière endémique le cinéma de genre aujourd'hui. Pour dire, votre film a trouvé sa place dans ma blu-raythèque entre le Sixième Sens de Shyamalan et les perles de John Carpenter. Je suis sûre qu'il s'y sentira bien et veillira comme un bon millésime. j'attends le prochain avec impatience.
0Commentaire| 9 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 30 décembre 2012
J' étais allé voir ce film au cinéma sans grande conviction, rien d' autre ne passait de vraiment stimulant. Au premières images,j'ai craint de me taper un film d' horreur à petit budget, bien glauque et bien convenu.
Et puis non, quand on croit avoir trouvé le fil de l' histoire, on comprend quelques minutes plus loin qu' on s' est fait balader. Le schéma de départ est assez simple : une petite ville moche, économiquement sinistrée où des enfants disparaissent ... sans laisser de traces ... Ce n' est pas un film d' horreur, mais le climat est lourd, insidieux. Qui est la victime, qui est le bourreau ? Les choses sont moins simples qu' il y parait même si c' est vrai que le dénouement se laisse entrevoir sur la fin.
C' est un film intelligent et peu conventionnel.
0Commentaire| 31 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Attention, petit chef-d’œuvre ! Mais qui restera probablement incompris et ignoré du plus grand nombre. Quel dommage.

L’intrigue commence comme celle d’un polar moyen façon dimanche soir sur TF1 : une petite ville minière de la campagne américaine, déjà meurtrie économiquement par la fermeture de sa principale activité économique, est maintenant terrorisée depuis plusieurs années par un kidnappeur d’enfants, insaisissable et surnommé « The Tall Man ». L’infirmière de la ville, qui ne croit pas à cette histoire de croque-mitaine, se retrouve pourtant un soir face à lui, en train d’enlever son fils. Elle se met à le poursuivre, sachant très bien que si elle quitte des yeux le kidnappeur, elle perdra définitivement son David.

Raconté ainsi, on se dit qu’on peut passer un bon moment de frissons haletants, mais c’est tout. Et pourtant, ce film est de la trempe de ceux qui savent traiter avec efficacité leur sujet, puis l’utiliser pour se propulser bien au-delà et faire profondément réfléchir le spectateur. Exemple typique : Fight club, qui part d’une intrigue sur la dépression d’un personnage pour aboutir la terrible peinture que l’on sait, sans concession ni solution, de notre société moderne. Ici, la première partie du film nous tient d’abord en haleine avec une formidable course-poursuite, puis nous assène par surprise deux retournements de situation aussi complets que fabuleux (on pourra penser à Psychose d’Hitchcock, ou là encore à Fight club), laissant le spectateur complètement sans repères, accroché au film, et finalement prêt à aborder les véritables problématiques de fond.

Celles-ci tournent d’abord autour du désir d’enfant (thématique si actuelle en ce moment en France ! ce n’est probablement pas un hasard s’il y a autant de Français au générique), au mépris complet de ce dernier et de ses vrais parents. Mais vient ensuite tout un discours politiquement très incorrect sur les dérives d’un humanitaire mal pensé, et construit sur l’idée que si un système est imparfait, il faut le transgresser à tout prix, oui : n’importe quel prix, pour essayer de le remplacer par un autre système que, bien sûr, on aura jugé meilleur. Ou comment vouloir le bien des autres malgré eux. Jamais au cinéma, on n’aura vu de façon aussi éclatante comment la dictature de l’émotion en arrive à justifier des comportements inhumains, et même une cause pour laquelle certains sont prêts à sacrifier leur vie, parce qu’ils la croient sincèrement juste. Le film démontre que la sincérité n’est absolument pas une garantie de vérité (en clair : on peut sincèrement se tromper !), et que l’émotion et le désir de mieux ne mènent pas du tout automatiquement au bien (en clair : l’enfer est pavé de bonnes intentions).

Ajoutons à cela que le film est techniquement impeccable. Les mouvements de caméra ont une fluidité magnifique, alors que le réalisateur aurait pu céder à la facilité d’une caméra sur l’épaule, avec force tremblements façon Jason Bourne). La lumière est superbe : les scènes de nuit sont mises en scène avec une clarté étonnante, mais qui ne fait jamais « faux » (style gros projo bien violent dans l’arrière-plan de la forêt), et évitent la facilité de l’obscurité qui joue sur la peur du noir ; et les scènes de jour sont baignées d’une lumière doucement froide, rendant palpable la détresse de cette petite ville en déclin et frappée d’une sorte de malédiction (je précise : il n’y a pas une goutte de fantastique dans ce film). Mais cette lumière triste baigne également la scène finale que certains personnages voudraient croire une « solution », et qui est en fait un remède pire que le mal (c’est là le véritable sens des derniers mots du film, que le narrateur prononce plus pour se persuader que par conviction). Le son est également très très soigné : les effets sont utilisés à bon escient pour nous maintenir en haleine, mais sans musique envahissante ni pénibles crissements de violons tirés de mauvais thrillers de série B. Cela peut nous amener à réfléchir sur l’absence de communication réelle : les gens refusent de vraiment parler de la menace qui pèse sur les enfants, l’un des personnages est frappé d’un mutisme psychologiques, les scènes d’interrogatoires sont faussées par des jeux de dupes, des mensonges, ou des obstacles physiques symbolisant le refus de la vérité, etc.

Enfin, les acteurs sont plutôt bons, voire très bons pour certains. Jessica Biel, notamment (elle est criminellement ignorée par Hollywood, ou alors cantonnée à des rôles sans intérêt, malgré l’étendue de son jeu), ainsi que la jeune Jodelle Ferland toute en nuances très justes dans un rôle particulièrement difficile. A noter, pour s’amuser : « l’homme à la cigarette » d’X-Files dans le rôle secondaire d’un flic provincial.

Ce qui est en fait véritablement dommage, c’est que ce film a été marketé comme un film d’épouvante (ce qu’il n’est certainement pas), ou comme un thriller basique (alors qu’il se situe bien au-dessus). Peu de monde en ont parlé, et la plupart de ceux qui l’ont vu semblent ne pas avoir pris le recul nécessaire pour discerner le véritable second degré que le réalisateur a donné à cette œuvre. Il pose de vraies bonnes questions, mais n’y apporte (pas plus que Fight club !) de réponses, contrairement aux apparences (si on s’arrête à une lecture premier degré), et en profite pour dénoncer un certain nombre d’idées trop reçues dans notre société moderne. Mais peut-être le fait-il avec trop de subtilité pour que le spectateur ou le critique moyen (sur Allociné, les commentaires sont à côté de la plaque) comprenne ce qu’il y a de subversif dans ce film ?

Précisons pour finir que le titre français, bien qu’il soit en anglais, est plutôt bien trouvé (à plusieurs reprises, on croit savoir de quoi il s’agit, alors qu’on se fait berner par l’intelligence du scenario), et que ce film donne très vite envie d’être revu, forcément avec un regard complètement différent, tout comme Psychose (oui, oui, j’insiste).

Excellent film, efficace sur la forme et bien plus profond qu’il n’y paraît d’abord !
55 commentaires| 25 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 23 juillet 2014
A voir absolument, quand je suis aller le voir au cinema je me suis dit cool, un film d'horreur, et en fait non, c'est un thriller, je ne peut rien dire d'autre car le film s'amuse a nous balader sur différente piste durant 1 heure 30, donc je vous direz juste une chose, bonne séance
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 14 novembre 2013
Très bon film, à l'époque où le cinéma américain ou même français font les films de suspense ou thriller restent mauvais, pas crédible, scénario prévisible, etc etc ...... The secret est un film qui garde tout le long du film son mystère avec une étrange intrigue ou l'on ne sait si l'on bascule dans l'horreur ou autre chose...
Bref un film à voir absolument ... J'ai adoré !! Sur une échelle de 20 = 18/20....
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
À Cold Rock, petite ville comme il en existe un peu partout, des enfants disparaissent...
Une infirmière, Jessica Biel, est appréciée de tous (enfin presque) pour son dévouement!
Un soir son fils se fait enlever, elle poursuit le kidnappeur se bat comme seule une mère sait le faire pour ses enfants..
Subitement le comportement des habitants change à son égard il la poursuive, la chasse......... Elle devient la proie...

Un film hors norme car rien ne se passe comme on pourrait le penser, le réalisateur Pascal Laugier a exploité le scénario avec finesse pour ménager le suspens et surprendre..
Personnellement j'ai trouvé que par moment il y a des longueurs mais qui sont, en fin de compte, nécessaire pour laisser tomber la pression et nous préparer à la suite ....
A voir mais une seule fois car une fois que l'on connait le dénouement il n'y aura aucun intérêt à revoir ce film, donc une location me semble plus approprié que de l'acheter...

Excellente qualité vidéo digne d'un Blu Ray, le son en Français DTS-HD 5.1 tout comme la VO
J'ai particulièrement apprécié le générique original qui nous fait découvrir la ville en vue plongeante
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 5 avril 2013
Troisième et dernier long métrage en date de Pascal Laugier, "The Secret" est un film à consommer, puis à digérer pour l'apprécier à sa juste mesure.
Histoire réfléchie, ambitieuse et aux multiples coups de théâtre, je suis ressorti du film quelque peu chahuté et incapable de définir mon ressenti "à chaud".
Après digestion, je dirais qu'il s'agit d'un long métrage d'excellente facture, qui nourrit le spectateur d'une multitude de questions sur la société dans laquelle on vit.
Le jeu des acteurs est quant à lui irréprochable.
A voir absolument.
0Commentaire| 5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Il n'est pas facile de parler de « The Secret », justement pour ne pas en dévoiler l'explication.

Réalisé par Pascal Laugier, spécialiste français du cinéma d'épouvante qui signe ici son premier film américain, « The Secret » tient de ce côté ses promesses. Dans une ville glauque, ruinée par la fermeture de ses mines, du très sombre et pluvieux nord-ouest américain - on se croirait dans les décors de Twilight - des jeunes enfants sont enlevés en série par un homme énigmatique que la rumeur qualifie de « Tall Man ». Julia (Jessica Bel), infirmière du lieu, dont le fils est enlevé à son tour, tente d'élucider cette énigme : légende urbaine ou autre phénomène ?

Si le film est une belle réussite de style, le réalisateur parvenant à balader le spectateur de fausses pistes en contrepieds, dans une ambiance particulièrement angoissante, l'épilogue s'avère finalement décevant, et d'une morale plutôt douteuse, quand le secret du scénario est enfin dévoilé.
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 21 septembre 2014
Bonne qualité d'image et bon son. Un film bien réalisé, bien joué par Jessica Biel et tous les autres acteurs. Une superbe intrigue qui nous tient du début jusqu'à la fin. A voir
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 19 octobre 2013
Scenario impeccable, ce film est très bien tourné, on ne s'attend pas du tout a l'histoire. Jessica Biel tiens son role a merveille!
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)