Cliquez ici undrgrnd Cliquez ici Levy Cloud Drive Photos cliquez_ici. Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo

Commentaires client

3,7 sur 5 étoiles
451
3,7 sur 5 étoiles
Format: Blu-ray|Modifier
Prix:14,99 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

« Prometheus » marque le retour attendu et réussi de Ridley Scott dans l'univers de science-fiction qui l'a fait connaître. Après deux long-métrages historiques plutôt mitigés, le réalisateur des « Duellistes » prouve ici qu'il lui reste encore la ressource et le talent pour faire de grands films.

Il question cette fois d'une variation futuriste sur le thème du mythe de Prométhée : des scientifiques découvrent sur terre, dans des grottes ou sur des bas reliefs, des « invitations » vieilles de 35 000 ans qui pourraient avoir été inspirées par des créateurs extra-terrestres de l'espèce humaine. Financée par Weyland Corp., une expédition est organisée pour atteindre la planète dont les coordonnées pourraient avoir été indiquées sur les « invitations ». Arrivés sur place les membres de l'équipage découvrent des éléments de réponses (et de nouvelles questions), dans leur quête d'une rencontre avec leurs « créateurs». L'idéalisme n'est alors plus de mise et les rebondissements nombreux.

Dans un style finalement proche de celui d'Alien, mais avec des effets spéciaux encore plus impressionnants, Ridley Scott parvient dans « Prometheus » à créer un univers et un scénario crédible, s'appuyant sur une des questions les plus anciennes et les plus universelles que s'est posée l'humanité. Les certitudes de l'héroïne fluctuent au fil de ses découvertes et restent aussi fragiles que la petites croix héritée de son père accrochée à son cou : « si nous prouvons que nous avons créateurs, la question de savoir qui les a créé, eux, restera entière ».

Le film développe également une idée intéressante en dressant un parallèle entre la quête de preuves sur les origines de l'homme menées par les scientifiques de l'expédition avec les « sentiments » de leur robot de très haute technologie confrontée lui de manière habituelle à ses créateurs. La réflexion globale sur le thème prométhéen du film est d'ailleurs menée très intelligemment et sans tirer de grosses ficelles. Science et conscience, création et divinité, ou quête de l'immortalité sont au cœur de l'histoire. Les passerelles et les clins d'œil avec l'univers d'Alien sont également bien amenés. La scène finale du film peut laisser enfin présager d'un prolongement éventuel de l'histoire.

Du côté des acteurs, Michael Fassbender, dans le rôle de David (le robot) et Noomi Rapace dans celui d'Elizabeth Shaw reprenne de manière convaincante des personnages types de l'univers de Ridley Scott. Charlize Theron se révèle assez intrigante, dans un personnage moins bien défini. Idris Elba (le capitaine Janek) est également très bien.

La version combo est impeccable, tant pour la gravure du DVD que du Blu-ray. Les bonus, essentiellement des scènes coupées ou des scènes alternatives commentées sont intéressantes pour comprendre la genèse du film.
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 12 mars 2017
Film dans l'univers Alien avec des choses plutôt intéressantes à découvrir.

Ce coffret Digibook compte quelques pages de texte mais rien de bien exceptionnel. Je n'adhère pas à ce système de fixation pour disques.

Un blu-ray pour le film et un pour les bonus.

Je n'ai pas encore eu l'occasion de vérifier mais j'espère que les trois vidéos virales promotionnelles sont disponibles!?
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 12 mars 2016
Un excellent film à voir et à revoir qui complèterait toute Dvdthéque digne de ce nom. A consommer sans aucune modération.

Merci Amazon. Comme d'habitude, une livraison rapide et de qualité et encore une fois, une super affaire pour ce DVD à un prix défiant toute concurrence
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 23 avril 2017
Un grand moment de cinéma avec Ridley Scott aux commandes. En plus, la musique est grandiose et parfaitement adaptée au sujet.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 13 mai 2016
Bon produit, fidèle à ce qui est annoncé dans sa description.
Produit de qualité à conseiller.
J'en suis très satisfait.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
« Prometheus » marque le retour attendu et réussi de Ridley Scott dans l'univers de science-fiction qui l'a fait connaître. Après deux long-métrages historiques plutôt mitigés, le réalisateur des « Duellistes » prouve ici qu'il lui reste encore la ressource et le talent pour faire de grands films.

Il question cette fois d'une variation futuriste sur le thème du mythe de Prométhée : des scientifiques découvrent sur terre, dans des grottes ou sur des bas reliefs, des « invitations » vieilles de 35 000 ans qui pourraient avoir été inspirées par des créateurs extra-terrestres de l'espèce humaine. Financée par Weyland Corp., une expédition est organisée pour atteindre la planète dont les coordonnées pourraient avoir été indiquées sur les « invitations ». Arrivés sur place les membres de l'équipage découvrent des éléments de réponses (et de nouvelles questions), dans leur quête d'une rencontre avec leurs « créateurs». L'idéalisme n'est alors plus de mise et les rebondissements nombreux.

Dans un style finalement proche de celui d'Alien, mais avec des effets spéciaux encore plus impressionnants, Ridley Scott parvient dans « Prometheus » à créer un univers et un scénario crédible, s'appuyant sur une des questions les plus anciennes et les plus universelles que s'est posée l'humanité. Les certitudes de l'héroïne fluctuent au fil de ses découvertes et restent aussi fragiles que la petites croix héritée de son père accrochée à son cou : « si nous prouvons que nous avons créateurs, la question de savoir qui les a créé, eux, restera entière ». Le film développe également une idée intéressante en dressant un parallèle entre la quête de preuves sur les origines de l'homme menées par les scientifiques de l'expédition avec les « sentiments » de leur robot de très haute technologie confrontée lui de manière habituelle à ses créateurs. La réflexion globale sur le thème prométhéen du film est d'ailleurs menée très intelligemment et sans tirer de grosses ficelles. Science et conscience, création et divinité, ou quête de l'immortalité sont au cœur de l'histoire. Les passerelles et les clins d'œil avec l'univers d'Alien sont également bien amenées. La scène finale du film peut laisser enfin présager d'un prolongement éventuel de l'histoire.

Du côté des acteurs, Michael Fassbender, dans le rôle de David (le robot) et Noomi Rapace dans celui d'Elizabeth Shaw reprenne de manière convaincante des personnages type de l'univers de Ridley Scott. Charlize Theron se révèle assez intrigante, dans un personnage moins bien défini. Idris Elba (le capitaine Janek) est également très bien.
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 30 novembre 2012
Complet avec toutes les versions réunies : DVD, Blu-ray 2D et même Blu-ray 3D !... et surtout un Blu-ray bonus vraiment passionnant sur la conception et le tournage, avec toutes les références utiles à la saga Alien. A posséder absolument.
Une remarque cependant : le Blu-ray 3D bugue sérieusement sur mon lecteur. J'ignore à ce jour si cela vient du Blu-ray lui-même ou d'une compatibilité avec le lecteur... car mes autres Blu-ray 3D ne rencontrent pas ce problème...
22 commentaires| 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 30 janvier 2015
Excellent film de science fiction que l'on peut voir comme la genèse des "Aliens". Effets spéciaux époustouflants, histoire prenante, bref....vivement la suite
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Réalisateur du premier Alien en 1979, Ridley Scott revient aux sources du mythe qu’il a fondé avec une histoire d’origines (de la saga et de l’humanité ; un peu d’ambition ne fait jamais de mal). Les bandes-annonces, malheureusement bien trop révélatrices de l’intrigue, faisaient d’ailleurs une promotion sans retenue de la continuité entre ces deux films. De nombreux plans sur le mystérieux vaisseau. L’apparition du siège du Space jockey. Les boîtes disposées comme les œufs. Les immenses couloirs sombres aux parois contournées. Le sang acide. Même au début du film, la montagne surmontée d’un crâne est directement tirée d’une peinture de Giger non retenue pour le film-fondateur (mais venant du projet avorté de Dune par Jodorowsky). Tout avait l’air d’y être.

Sauf que…

Sauf que (si l’on est attentif) l’action ne se déroule par du tout sur LV426, mais sur LV223. Sauf que le Space Jockey ne meurt pas du tout dans son siège (et personne ne viendra l’y placer ensuite). Sauf que les cadavres qui jonchent la salle de pilotage du vaisseau auront mystérieusement disparu quand le Nostromo débarquera. Sauf que le vaisseau ne se crashe pas du tout dans la position où il sera retrouvé bien plus tard. Pour un film sur la cohérence avec la saga duquel le réalisateur et le scénariste disent avoir énormément travaillé, ça fait de grosses ruptures de continuité. On comprend alors que LV223 est une planète similaire à LV426, un lieu d’expérimentations pour les « Architectes » et que Prometheus raconte l’histoire de l’échec d’une de ces expériences, là où dans Alien, l’équipage du Nostromo découvre les restes d’un échec similaire… mais pas le même ! Ce que Scott veut nous dire, c’est que le projet d’armes biologiques que sont les aliens est si dangereux qu’il contient en lui-même la mort de ses concepteurs dans tous les cas. Prometheus est donc moins un prequel qu’un spin-off dane le même univers. Bon, pourquoi pas, après tout. il faut du temps pour comprendre ce parti-pris, ce qui n’arrive généralement qu’après avoir terminé le film, laissant largement le temps au spectateur alienophile d’exploser de frustration. Et puis pourquoi l’avoir présenté comme une anté-suite, alors ? C’était le meilleur moyen de décevoir les attentes !

Ensuite, quand on se penche un peu sur l’histoire elle-même, indépendamment de la place du film dans l’univers alien, on tombe sur d’énormes trous. Pourquoi David agit-il ainsi au milieu du film (rapport de « l’œuf », puis « fécondation ») ? Pourquoi le Space jockey a-t-il été cryogénisé ? Pourquoi les œufs, après 30000 ans de stase, commencent-ils à suinter dès qu’on ouvre la porte ? Pourquoi, pourquoi, pourquoi… (sans parler de la fin qui appelle clairement une suite pour expliquer les motivations des Space Jockeys : encore une grosse dose de pourquois). Ce film pose finalement bien plus de questions qu’il n’y répond, et les fans de la saga en ressortiront avec leur lot de frustrations. Les autres, ceux qui ne connaissent pas le premier Alien (notons que Prometheus ne fait aucun lien avec les films de Cameron,Fincher et Jeunet), risquent également d’en être pour leurs frais, car les nombreuses allusions à Alien ne sont pas ré-expliquées ici (et d’ailleurs tant mieux, c’eût été lourd). En fait, ce film prend le risque de ne satisfaire personne.

Alors il reste les images : elles sont somptueuses. Il reste les acteurs : ils sont très bons, même si seuls deux personnages sont vraiment intéressants : David (bravo à Fassbender) et Meredith (merci à Charlize Theron). Il reste les effets spéciaux : magnifiques presque tout le temps. Il reste la 3D : étonnamment discrète, on l’oublie très vite ; elle sert surtout à surligner quelques effets de profondeur, mais n’attendez pas de grosses mâchoires en plein écran dans la tête du public. Il reste l’intrigue générale, qui se suit avec plaisir si l’on fait abstraction des incohérences pré-citées, et ménage son lot de scènes flippantes réussies (celle de la césarienne vaudra quelques déchirures sur les accoudoirs). Il reste le sous-texte : les allusions au mythe de Prométhée : elles sont légères ; les références à l’origine de l’humanité : le problème de l’origine de la vie n’est que transféré d’une espèce à une autre ; les relations parents-enfants : elles sont nombreuses mais sous-exploitées.

Clairement, cela aurait pu être un grand film de SF, mais par manque de rigueur, le résultat est finalement bien frustrant.

Pour les fans. Et encore, avec réserves.
0Commentaire| 13 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
On peut reconnaître une qualité à Ridley Scott : celle de bien composer les images. pour cela, ce film tient toutes ses promesses, la qualité et le dépaysement étant au rendez-vous. De même, la direction d'acteur est impeccable et chacun tient bien la route, et en premier lieu Charlize Théron dont les formes moulées dans sa combinaison la font apparaître presque comme un robot déshumanisé mais aussi appétissant !!

Pour le reste, il n'est jamais évident de mettre en place un scénario complexe pour trouver une origine au monde des aliens. On sent, par le déroulé de l'histoire, des histoires de ce film, que le mauvais ressenti des "createurs" envers l'humanité est lié sans doute à une question génétique. Le prologue est assez mystérieux sur ce point et laisse la porte ouvertue à de multiples interprétations qui seront sans doute levées lors de la suite de ce film. Comme on ne connaît pas la suite, on ne peut que rester un peu sur sa fin sur ce premier épisode du "prometheus". Trop de questions restent encore en suspens.
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus