undrgrnd Cliquez ici HPALLL nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_Hercules Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

4,7 sur 5 étoiles
3
4,7 sur 5 étoiles
5 étoiles
2
4 étoiles
1
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
Format: Format Kindle|Modifier
Prix:8,49 €

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Ce nouveau livre de Jerphagnon a la même saveur que les précédents : érudition, drôlerie, intelligence, et un art de la narration incomparable. On navigue entre Platon, Plotin, saint Augustin, mais aussi les lions du cirque et l'amour selon Jankélévitch. On découvre un penseur original qui est aussi un historien hors pair, et un historien hors pair qui est aussi un fabuliste de grand talent. Un régal.
0Commentaire| 11 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 6 août 2014
Après la préface de Thérèse Jerphagnon son épouse, émouvante par ses détails et par sa retenue, nous découvrons les lettres a Luculius de Lutèce. Mais pour garder l’entrée du trésor, il vaut mieux, pour lire la première, avoir, sur sa table de nuit, les œuvres complètes de Platon et un Gaffiot !. Nous sommes prévenus : pour mériter les commentaires amicaux, éclairants et d’une étonnante liberté de ton de Lucien, il faut tout de même ne pas avoir totalement perdu son latin. Les autres chapitres sont autant de réflexions ultimes sur les immenses cultures de l’époque romaine, ou Lucien en profite pour massacrer les idées reçues et réhabiliter quelques-uns des grands noms qu’il a fréquentés toute sa vie. Puis il nous livre ses confidences, avec une sincérité convaincante, sur la foi, Dieu, le christianisme et la sagesse. C’est un témoignage bouleversant, mais où il n’arrête pas de nous faire rire.
Remarque pour l’éditeur : il faudrait avoir pitié des lecteurs qui n’ont pas eu la chance d’étudier le latin et le grec, ou en ont perdu, en partie, la mémoire, et donner, en bas de page, la traduction des citations.
0Commentaire| 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
"J'ai été. Je ne suis plus. Et je m'en moque." Lucien Jerphagnon nous apprend son épouse, aimait cette devise. La joie née de son perpétuel émerveillement de l'Autre, de l'univers, des situations conduit avec sûreté la philosophie sur les chemins de l'amour de la sagesse. Lucien Jerphagnon est un compagnon précieux dans les moments de doute, de tristesse, de recherche, de bonheur. Que l'on songe à ce merveilleux recueil commenté avec sagacité C'était mieux avant suivi du Petit livre des citations latines que tout lecteur en proie au doute existentiel (où vais-je ? quel sens donner à ma vie ?) se doit de lire pour son plus grand étonnement, le rire étant au rendez-vous.

"L'homme qui riait avec les dieux" est un ouvrage composé après le décès de son auteur, constitué de textes sélectionnés qu'il avait conservés. Jerphagnon est un sage amoureux de l'Homme. Les conseils sont avisés, profonds. L'homme tenté par l'aventure sentimentale aura soin d'écouter le Maître :

"Le sage stoïcien sera toujours attentif à la sécurité de son âme, comme en voiture il est déconseillé de quitter la route des yeux. Il connaîtra alors ce que la Nature divine lui donne de tranquillité. Et voilà !" - p.29.

Aux esprits chagrins qui objectent que les Grecs n'ont pas nécessairement suivi plus que d'autres peuples les valeurs qu'ils promouvaient "je répondrai avec mon maître et mon illustre amie Jacqueline de Romilly, que 'les Grecs, du moins, ont su dire ce qu'ils auraient dû être, et définir des valeurs, et quelquefois mourir pour elles'" - "Pourquoi la Grèce" - p.74.

Humour avec le relief donné à l'Antiquité romaine telle qu'elle est représentée, 12 siècles ramassés en un seul instant, dans la confusion des genres, par la transposition de notre Histoire vue par des cinéastes de l'an 4005. "(...) On voit Napoléon vainqueur de Hitler à Roncevaux, qui défile sous la tour Eiffel à la tête de ses troupes, avec leurs lances, leurs boucliers et leurs masques à gaz. Une histoire d'amour à Versailles, de Gaulle et Catherine de Médicis, main dans la main, écoutent un troubadour chanter la Madelon en s'accompagnant à la guitare électrique (...)" - p. 141.

Pourquoi cet étonnement sciemment provoqué ? Parce que Lucien Jerphagnon a la passion de l'enseignement. Il se définit comme un "historien de la philosophie, autrement dit, quelqu'un qui regarde penser les autres, qui essaie de comprendre ce qu'ils ont dit, pourquoi ils l'ont dit, et qui pour cela cherche à savoir ce qu'on pensait à l'époque. Car on ne pense pas dans l'abstrait; on ne se meut pas dans l'absolu, même quand on se le figure. On pense en telle année de tel siècle, où les gens voient les choses de telles façon, du moins pour l'instant. Bref on inscrit sa durée à soi dans la durée collective d'une époque, et donc à un moment précis de la durée humaine, dont l'évolution a commencé avec l'apparition de la conscience.(...)"- p. 193.

Merci l'ami.
22 commentaires| 7 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)