undrgrnd Cliquez ici Litte Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_TPL0516 Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Bijoux en or rose

Commentaires client

4,5 sur 5 étoiles
2
4,5 sur 5 étoiles
5 étoiles
1
4 étoiles
1
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 25 décembre 2005
Les livres de Pierre Bayard ressemblent aux tableaux de MC Escher: ils parviennent à rendre vraisemblables des situations ou des hypothéses dont on sait par ailleurs qu'elles sont irréelles. Par exemple, dans ses essais littéraires il entreprend de débusquer les coupables véritables qui se cachent derrière des crimes purement romanesques ("Mais qui a tué Roger Ackroyd" au sujet d'un roman d'Agatha Christie et le "Dialogue de sourds" sur le Hamlet de Shakespeare).

Dans "Demain est écrit", Pierre Bayard s'attaque à un autre sujet impossible: la présence dans l'oeuvre d'écrivains célébres d'éléments d'anticipation soit de leur mort soit d'événements marquants de leur biographie, telle la fin misérable d'Oscar Wilde, l'accident tragique d'Emile Verhaeren, ou encore la longue panne d'inspiration d'Herman Melville.

D'ordinaire ce type d'approche se porte sur des sujets moins insolites: les complots politiques, l'existence des extra-terrestres, les affaires criminelles non résolues, ou encore les phénoménes paranormaux. Avec "Demain est écrit", Pierre Bayard nous montre par l'exemple la logique paranoïaque à l'oeuvre dans ce qu'il qualifiait naguére lui-même de délire interprétatif ("Mais qui a tué Roger Ackroyd"). On se demande pourtant constamment jusqu'à quel point l'auteur adhére à son propos.

J'ai un peu moins apprécié ce livre que les précédents mais j'y ai retrouvé l'esprit atypique et revigorant de Pierre Bayard. Si vous devez aborder son oeuvre, je vous conseille de commencer plutôt par "Mais qui a tué Roger Ackroyd".
0Commentaire| 14 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 13 mars 2013
Comme pour d’autres ouvrages de Pierre Bayard, le paradoxe est ici forcé au point que l’on se demande s’il ne s’agit pas tout simplement d’un canular. Mais si c’est un canular, il est troublant…et brillant. Certes, on attribue souvent un pouvoir visionnaire, voire prophétique, aux grands poètes, romanciers, dramaturges. Mais certains auraient-ils aussi le don d’anticiper, dans leur œuvre, sur leur destin personnel, en particulier sur leur propre trépas, leur déchéance, leur dernier amour ? On peut indéfiniment rêver, avec l’auteur, sur une faculté aussi étonnante et réfléchir à ce que l’art - et surtout la littérature - suppose de singulier dans le rapport du créateur à sa propre existence passée… et future.
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)