Cliquez ici undrgrnd Cliquez ici RentreeScolaire Cloud Drive Photos cliquez_ici. nav_CDW17 cliquez_ici Cliquez ici En savoir plus Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo

Commentaires client

4,6 sur 5 étoiles
47
4,6 sur 5 étoiles
Format: Blu-ray|Modifier
Prix:13,77 €+ Livraison gratuite avec Amazon Prime


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 6 janvier 2017
Avec Alexandre le bien heureux Yves Robert signe son meilleur film et l'un des plus poétiques du cinéma français. Il offre aussi son plus grand rôle à cet immense acteur que fut Philippe Noiret ;

Noiret fut identifié par sa génération à Alexandre, ce rôle si sympathique qui fit découvrir son talent à la France entière tout en le propulsant au sommet du box office ; C'est aussi le lancement de la carrière de nombreux seconds rôles qui deviendront célèbres, comme Pierre Richard ;

Yves Robert partage avec nous la nostalgie de son enfance passée à la campagne ; son film est au monde des adultes ce que fut à quelques années près la "guerre des boutons" à celui des enfants ; C'est le temps d'une époque que l'on a peut être connue et qui n'existe plus, celle des petits villages de France ou tous les habitants se connaissaient et vivaient en communauté au rythme du temps de la campagne et de ses saisons ; Cette comédie douce, tendre, tout en faisant l'éloge de la paresse, de la douceur de vivre, de l'anticonformisme dénonce de façon prémonitoire le basculement 1968 : celui d'un monde et d'un mode de vie protégés qui traversa des siècles de paysannerie qui disparaît peu à peu en laissant place à la froide société de consommation promue par l'ultra-libéralisme anglo-saxon ou le travail, l'individualisme et l'argent sont lois ;

Techniquement le Blu-ray est parfait, les couleurs de la nature sont respectées, elle flamboie sous le soleil de l'été de la campagne française ;

Si le film dans son ensemble est une composition de Renoir, en soit délicieuse, les deux plus grands moments du film sont son ouverture et sa fin ; le générique du début qui nous montre l'ébat d'un petit chien si heureux de vivre s'ouvre sur la musique du grand Vladimir Cosma qui signa tant de BOF à succès ; les paroles légères de Francis Lemarque interprétées par la voix magnifique d'Isabelle Aubret qui vibre avec tant de douceur, accompagnent la tendresse de ce film ; la scène de la fin et surtout sa dernière minute sont d'une poésie sans égale, un hymne à la vie, à la liberté et à la douceur de vivre ; comment ne pourrait-on ne pas aimer cette France là, ce pays du savoir-vivre que nous envie le monde entier...

L'oiseau dans la clairière, la clairière bleue,
Siffle pour moi les jours heureux,
Sa chanson plane la haut dans le ciel,
Entre la terre et le soleil,
Couché sur l'herbe tendre pour l'entendre mieux,
J'invente un monde merveilleux,
Un monde où je serais tout à la fois,
La terre, le ciel et l'eau pour toi,

C'est si bon de t'attendre, de t'attendre là,
Et d'oublier le temps qui va,
Puisque le temps n'existe plus déjà,
Il s'efface au bruit de ton pas,

Et tout l'amour que j'ai pour toi, j'ai pour toi,
M'invente un monde encore plus beau,
Un monde où tu seras tout à la fois,
Le ciel, la terre et l'eau pour moi,

♪ Le ciel, la terre et l'eau (B.O. Alexandre Le Bienheureux) ♪
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 28 avril 2016
l s'agt d'un des premiers grands rôles de Noiret : atmosphère de nonchalance, contexte pré-soixante -huitard, éloge de la paresse.
Aujourd'hui peut-être un peu daté mais, peu importe, on passe un bon moment en compagnie de tous ce acteurs qui semblent prendre un réel plaisir à jouer.
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 1 juin 2017
Un film intelligent, extraordinaire que j'ai fait découvrir à mes enfants. Les images de la version Blu-ray est assez bien réussi.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 13 avril 2017
Bonjour,
Produit impeccable si vous avez a remonter le morale d'un ami qui vient de divorcer.
Moi même moi étant marié ça me fait rire.
Merci
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Il n'y a pas si longtemps, Gaumont a fait douté d'eux. En se mettant soudainement à pousser le dégrainage à 11 comme sur Bande à part, La guerre des boutons, Antoine et Antoinette et quelques autres titres, la qualité visuelle de leurs Blu Ray avait décliné, et il devenait plus délicat de précommander aveuglément leurs sorties en pensant qu'ils étaient surpuissants, et qu'aucune crainte n'était possible.

Cette époque semble révolue.

Après des tests dithyrambiques sur leur vague de 6 films de Maurice Pialat, un upgrade HD du Cerveau plutôt en forme, Gaumont livre avec Alexandre le bienheureux une copie visuellement de 1er ordre et dont on ne pourra que les féliciter.

Evidemment, pour un film de 1968, tout n'est pas parfait, et on pourra remarquer une poignée de plans à la définition en berne, et surtout des changements de palettes chromatiques assez choquants. Mais hormis cela, la profondeur de champ, la précision, la définition de l'ensemble forcent le respect, et le film parait facilement 20 ans plus jeune qu'il ne l'est vraiment.

Ce n'est peut être pas le plus beau Blu Ray de la collection, mais il atteint très facilement le haut du panier. Haut la main.

Côté son, c'est par contre plus habituel des productions françaises de l'époque, avec une partition musicale qui profite bien de l'encodage en 2.0, même si le générique de début sature légèrement. Par contre, les dialogues, comme trop souvent, sont sourds et pas toujours complètement intelligibles. Cependant, et à nouveau, c'est courant et il n'y a pas lieu de s'inquiéter plus que d'habitude sur ce point. L'enregistrement des dialogues sonne d'époque, et il n'y a pas de miracle possible de ce côté là.

Image : 9/10
Son : 7.5/10
Film : 8.5/10

Le fait que le film soit proposé dans une copie aussi belle lui apporte beaucoup. Ca rend le film encore plus zen, encore plus pur, plus naturel.

Car Alexandre, c'est une ode, et plus qu'à la paresse, c'est une ode à la nature, au naturel, au carpe diem puissance 10.

On a Philippe Noiret qui ne joue plus, qui est Alexandre, ce pauvre bougre qui n'en demandait pas tant d'avoir une femme pareille, mais qui aspire simplement à un peu (bon, OK, beaucoup) de tranquillité. Ce n'est pas tant qu'il est simplet, ou fainéant, ou maladroit, non. Il serait visiblement capable de pêcher de quoi nourrir tout un village, notamment. Mais il veut juste profiter du temps, profiter de la vie, du soleil dans les champs de blé.
Autant dire que regarder ça un dimanche soir ne donne pas franchement envie de se lever le lendemain matin.

Une des seules petites choses dommage dans Alexandre le bienheureux, c'est toute cette troupe d'acteurs mise en retrait, tant dans leur utilisation que par le fait que Noiret leur vole constamment la vedette. Carmet et Pierre Richard se débatte tant qu'ils peuvent, Paul Le Person fait avec son personnage têtu jusqu'à la bêtise, mais rien n'y fait.

Et puis, il y a aussi Marlène Jobert, qui illumine la 2e moitié du film, mais se retrouve coincée dans un final expédié comme jamais, sorte de boucle bouclée semblant être écrite juste pour montrer qu'Alexandre n'est pas dupe.

Dommage car on ne voit pas le temps passer, malgré le fait que notre héros ne fait, eh bien, pas grand chose.
0Commentaire| 13 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 30 avril 2010
Alexandre le bienheureux film français en couleur d'une durée de 1h45 avec Philippe Noiret, Marlène Jobert, Jean Carmet, Françoise Brion, Paul Le Person...

La Grande (Françoise Brion) avait trouvé, en Alexandre (Philippe Noiret), le colosse débonnaire qui ferait un bon époux. Travailleur et infatigable, le bon géant abat le travail de plusieurs commis et La Grande le fait trimer du matin au soir pour faire tourner la ferme. Un accident de voiture met fin à son calvaire puisque le destin a voulu que La Grande soit au volant. La cérémonie d'adieu, sitôt passée, Alexandre se précipite chez lui, amasse des victuailles et se couche dans son lit pour ne plus en sortir durant des jours. Il flemmarde avec une volupté jouissive et son rythme de vie consiste à dormir et à manger. Pour les courses il envoie son chien, un fox à poil ras, particulièrement intelligent. L'anse du panier entre les dents et le porte monnaie dans le panier, il trottine jusqu'à l'épicerie et la boulangerie où chaque commerçant suit la liste écrite. Les denrées réglées, le cabot rapplique chez son maitre... Scandale au village où il commence à faire des émules...

Yves Robert, le facétieux réalisateur, nous amuse avec cette histoire de paresse qui pétille de malice, avec le jeu de Philippe Noiret qui nous régale d'un personnage plus vrai que nature.
55 commentaires| 12 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 5 décembre 2004
pour retrouver ou decouvrir un grand acteur (philippe noiret)comme on a peut etre pas l'habitude de le voir dans une comedie pleine de bon sens et qui prend encore plus d'importance a notre epoque de stress
un tres , tres ,tres bon moment de plaisir et de rire
0Commentaire| 35 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Histoire drôle et originale dans une comédie qui vous emporte et vous fait passer un moment agréable.
A la mort brutale d'une épouse autoritaire ,Alexandre, vivant sous son joug, retrouve la liberté, l'aisance financière qui lui permettent de s'adonner à ce qu'il rêvait depuis toujours,le farniente,la liberté de ne rien faire, et de jouir des plaisirs de la vie:bouffe et repos.
Son attitude sème le trouble dans le village, et donne lieu à des situations et des scènes croustillantes, pleines d'humour.
Une intéressante prestation de Philippe Noiret, avec une pétillante Marlène Jobert et la 2ème apparition cinématographique de Pierre Richard,très remarquée.
Mais il y a aussi la musique de Vladimir Cosma, merveilleuse, inoubliable.
Un film qu l'on n'oublie pas, et un agréable moment de cinéma.
0Commentaire| 9 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 7 juin 2013
Ce film est jouissif !
Il s'en dégage une philosophie simple et pourtant de plus en plus rare : profiter de la vie, de la nature et du temps... savoir être inactif, contemplatif, ouvert au monde. On s'interroge sur notre façon de vivre en voyant cette œuvre où les personnages secondaires sont peu à peu comme contaminés par Alexandre.
Ph. Noiret y fait des merveilles, mais on y croise aussi Pierre Richard dans son 1er rôle au ciné, Jean Carmet, Tsillia Chelton et la superbe Marlène Jobert dont le personnage, sur la fin du film, tient un discours terriblement prophétique sur ce qu'allait devenir notre société et nos espaces verts ! Cette édition est de très bonne facture techniquement parlant, et les bonus se dégustent presque avec le même plaisir que le film lui-même.
Un grand merci à l'atypique Yves Robert (un auteur-réalisateur à ne surtout pas oublier : Salut l'artiste, Un Éléphant ça trompe énormément, Nous irons tous au Paradis, La guerre des Boutons, Montparnasse-Pondichéry, La gloire de mon père & Le château de ma Mère, etc).
0Commentaire| 7 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 2 janvier 2010
Alexandre le bienheureux, incarné par le regretté Philippe Noiret, est, plus qu'une louange de la paresse, une ode à la vie qui seule permet de découvrir la nature dans ce qu'elle offre de plus beau. C'est aussi une satyre de la société qui rejette tous ceux qui n'entre pas dans le moule.
0Commentaire| 5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)