Cliquez ici undrgrnd Cliquez ici cliquez_ici. NEWNEEEW Cloud Drive Photos En savoir plus Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici cliquez_ici

Commentaires client

3,7 sur 5 étoiles
27
3,7 sur 5 étoiles
Format: Blu-ray|Modifier
Prix:9,02 €+ Livraison gratuite avec Amazon Prime


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 31 juillet 2017
Même si Gad Elmaleh y joue bien, ce n'est pas pour lui qu'on regarde ce film, mais pour le talent du réalisateur Costa-Gavras. Comme souvent chez ce dernier, la charge est lourde et ne s’embarrasse pas de nuances. Mais n'est-ce pas en forçant le trait qu'on parvient à faire passer un message ?
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 18 septembre 2016
J'ai été un peu déçue, car je l'avais vu à la télé tout en français et dans cette version la, certains passages n'ont pas été traduits de l'anglais
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 26 juin 2014
Diplômé en sciences éco en 1978, j'ai pu assister et vivre l'évolution du monde bancaire jusqu'à présent. Ayant toujours rêvé de travailler dans une banque telle qu'elles étaient avant càd avec lambris, tapis, silence,... la libéralisation des services bancaires a toujours été pour moi une hérésie. Chaque banque exerçait son activité dans un domaine précis ( banque de dépôts, crédit hypothécaire, crédit industriel, crédit agricole, ...les banques d'affaires étant d'un autre domaine. Ainsi chaque client s'adressait à la banque qui lui convenait. La défaillance d'une de celles-ci n'entraînait pas un effet en cascade et les dépôts étaient protégés d'une utilisation sur produits spéculatifs. La dérive par la libéralisation et la suppression de spécialisation des banques a engendré des monstres qui font leurs bénéfices sur les produits dérivés, le tout alimenté par prêts interbancaires, l'objectif étant la rémunération maximale des actionnaires et ce sans aucun respect du devoir envers les déposants. Ce film traduit bien sur un exemple ce qu'il en est actuellement. La "sortie" du tonton lors du repas familial résume en quelques mots la triste réalité de nos jours. Je n'ai jamais été gauchiste et ne le suis toujours pas. Je suis pour un libéralisme progressiste avec respect de l'éthique du devoir envers la société. Ce que nous avons connu en 2008 se reproduira car rien en pratique n'a été fait pour remodeler le système financier actuel.J'ai travaillé au siège central d'une très grosse banque de dépôt belge jusqu'en 1990. J'ai démissionné quand les bruits d'une absorption par la plus grosse banque du pays ont courrus. Bien m'en a pris, en 1992 mon ancien service a été dissous, préretraites à 52 ans et ceux qui y ont échappé se sont retrouvé au chômage maintenant à 55 ans! C'est une cata pour eux. Chute du revenu, arrêt de l'assurance groupe, rabotage de la pension. L'Europe de l'ouest est condamnée à péricliter car toutes les données économiques sont négatives. Et il n'y a plus aucun outil de relance, la dette publique de l'ensemble de l'UE étant à 100% du PIB. Pas de ressources naturelles, plus de marché à l'exportation, plus de marché intérieur vu la chute des revenus et chute de la population active. Il faudrait réinstaurer le système pour retourner au système d'antan à savoir de petites entités, village, vivant en autarcie avec ses corps de métier diversifiés. Ainsi on regagne son indépendance et on retrouve une interdépendance beaucoup plus respectueuse de chacun.Plus besoin de 2 bagnoles, plus d'heures de déplacement, fini les courses du samedi matin au supermarché, fini le dépôt des mômes en quatrième vitesse à la crêche ou l'école. Fini l'endettement à vie pour acheter le superflu ou financer les 2 bagnoles, .... on retrouve la vraie qualité de la vie ( et je ne suis pas écolo bobo)
0Commentaire| 5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Très bon film qui démontre l'absence absolue de moralité des milieux financiers qui sont gouvernés par une cupidité absurde et autodestructrice. Le personnage principal est intéressant car il est très ambigu : il a conscience que le système est pourri et immoral mais il fait tout pour en profiter par goût de l'argent et du pouvoir. Il est tiraillé tout le long du film par ses sentiments profonds et ses intérêts. Le film est dans l'ensemble très réaliste même si la scène finale est un peu caricaturale mais cette caricature a été voulue par l'auteur pour marquer les esprits et dénoncer toute l'absurdité du système. Bref, un film à voir, noir mais malheureusement réaliste.
deception en ce qui concerne le bluray trop de fourmillement au niveau de l'image le son aucun reproche
11 commentaire| 21 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 30 octobre 2016
On peut pardonner à une comédie d’être un navet : ce sera juste que le divertissement ne sera pas au rendez-vous. On pardonnera en revanche bien moins à un film engagé d’être un ratage : l’auteur ne fera que décrédibiliser le message qu’il aura voulu porter. C’est bien le résultat qu’obtient Costa-Gavras sur toute la ligne dans ce film grossier, paresseux, d’une nullité abyssale.

En reprenant rien moins que le titre de l’ouvrage de référence de Marx, Costa-Gavras plantait déjà des ambitions mégalomanes, qui s’effondrent dès les premières minutes.

La banque Phénix, prétendument symbole d’une banque européenne de premier plan à l’envergure mondiale, est dépeinte plutôt comme les banques françaises d’il y a 20 ans : figées dans leur jus dans des bureaux musées, avec un capital encore très familial. Bref, un paysage qui n’existe plus et qui s’avère donc un très mauvais interprète pour préfigurer les acteurs financiers actuels. Mais Costa-Gavras n’est décidément pas à une approximation près, le hedge fund – forcément spéculatif et maléfique – n’est pas en reste : il sera donc américain et tiendra son conseil d’administration sur un yacht à Miami au milieu de prostituées. Risible.

On continuera avec le destin improbable du personnage campé par Gad Elmaleh, forcément sauvé par les femmes, éminences grises trop fragiles pour affronter de face ce monde de requins masculins. Ce sera donc le rôle de son épouse, sorte de Jimmy Criquet qui lui sert de conscience avancée malgré la façon dont il la traite, ou sa conseillère sortie de nulle part à Londres qui sait tout et anticipe tout. Simpliste. Et passablement sexiste.

Avec un tel cadre, nul doute que le tableau d’ensemble est une croûte insupportable, distillant un message caricatural et moralisateur juste bon à se faire pâmer les thuriféraires de Mélenchon. C’est construit n’importe comment, pas crédible une seule seconde, avec un pseudo-scénario sans surprise et sans intérêt. Un très mauvais moment de cinéma, doublé d'un message faussé faute du courage intellectuel nécessaire pour tenter de s’y attaquer réellement.
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 25 avril 2013
Excellent film qui ne laisse pas une seconde de repos.
Plusieurs fois dans le film, on se dit, mais jusqu'où vont-ils s'arrêter?
Et dire que ça existe ! Ignoble, dégoutant !
Gad Elmaleh est parfait dans son rôle et là aussi on se dit, mais où va t il ? va t il réaliser? s'arrêter ?
Bref, à voir absolument!
Seul hic (d'où ma note).... La qualité du Blu ray ! L'image fourmille, n'est pas vraiment nette !
Je ne dirai pas que nous sommes revenu au bon vieux DVD, mais pour un film récent et en plus pour un blu ray, ça ne le fait pas !
11 commentaire| 9 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 27 janvier 2015
Excellent cru de Costa-Gavras sur les délires toujours d'actualités du monde financier international. Une distribution impeccable, des dialogues savoureux, et un rôle complexe pour Gad Elmaleh à la fois président banquier sans scrupule et homme lucide, voire schizophrène. Je sais pour avoir travaillé dans des banques en France et au Canada que ce que les critiques au moment de la sortie du film ont appelé des clichés n'en sont pas, hélas.
0Commentaire| 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 16 novembre 2014
Voici un très grand film, boudé par la presse car politiquement très incorrect. Ce film parle avec talent, du monde du grand business, avec ses coups bien tordus. C'est un genre qui est habituellement réservé au cinéma Américain ... Gad Elmaleh joue superbement un rôle difficile, un chef d’œuvre !
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 19 décembre 2013
Décidément Costa-Gavras en vieillissant, a l’inspiration poussive et le truisme de plus en plus pesant. Depuis son pénible Couperet, dans lequel il évoquait le problème du chômage avec un regard particulièrement morbide , il semble se plaire à tartiner à la truelle les slogans éculés du Front de Gauche. Il s’attaque cette fois aux banques qui "enrichissent les riches et appauvrissent les pauvres". Punaise, quelle originalité !
La réalisation soignée mais glacée et sans aucune originalité fait défiler les uns après les autres tous les poncifs de la pensée unique anti-capitaliste, qui ravale par principe, le monde de la finance au rang de mafia. C’est tellement caricatural qu’on se demande qui peut vraiment être dupe. Plus c'est énorme, mieux ça passe paraît-il...Gad El Maleh s’efforce, mais sans conviction, de se glisser dans la peu d'un golden boy extra-lucide, à la fois ambitieux, dur en affaires, et incroyablement nigaud (avec les femmes notamment).
Il n'y a vraiment pas grand chose à tirer de cette fable qui se veut horrifique et qui n'est que grotesque...
55 commentaires| 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 25 mai 2014
Gad Elmaleh est parfait dans ce rôle particulièrement cynique. Le scénario fait frissoner le spectateur par la froideur des sentiments.
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

10,42 €
6,99 €
9,90 €

Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)