undrgrnd Cliquez ici RentreeLitteraire nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_WSHT16 Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Bijoux en or rose

Commentaires client

4,7 sur 5 étoiles
3
4,7 sur 5 étoiles
5 étoiles
2
4 étoiles
1
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
Format: CD|Modifier
Prix:10,45 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 4 mai 2013
Lee Dorrian l’avait annoncé : The Last Spire serait le dernier album de Cathedral, le testament d’une aventure débutée en 1989 sous d’orageux hospices. A travers son sinistre projet, Dorrian n’aura eu de cesse de revendiquer la vision d’un heavy metal orthodoxe, héritier direct de la vague du rock lourd et occulte de la fin des années 1960. Cathedral voit donc le jour ironiquement au moment-même où la situation artistique du Dieu-créateur du doom, Black Sabbath, est sensiblement délicate ; en tout cas aux yeux d’un puriste tel que l’ancien chanteur de Napalm Death. Epaulé de Mark Griffiths à la basse et du guitariste Gaz Jennings, l’Anglais possédé va mettre au point une formule musicale dans laquelle transpirent toute l’insanité et la frustration, engendrées par les années au service d’un groupe dont les ambitions musicales ne lui correspondaient plus. Si le death metal de Shane Embury se caractérise par l’excès de violence et de vitesse, Dorrian va se positionner aux antipodes du style pratiqué par ses anciens partenaires en misant sur une musique démesurément pesante et malsaine. Les manifestes doom Forest Of Equilibrium (1991) et The Ethereal Mirror (1993), dont la lourdeur et la folie ambiante étaient jusqu’alors inédites, seront cependant suivis par des productions davantage teintées de stoner, bien que Dorrian lui-même réfute aujourd’hui encore cette étiquette. Les sorties les plus récentes de Cathedral exhibent ainsi un mélange savant de hard rock, de folk, de rock progressif et de psychédélisme ; démontrant par la même la parfaite assimilation de ses influences seventies.

The Last Spire est donc exceptionnel, et ce à plus d’un titre. Retour aux sources transporté et intègre dont ferait bien de s’inspirer Metallica, cet album marque la réapparition de sonorités purement doom dans la musique du groupe. Si les douceurs folklo-psychédéliques des efforts précédents semblent en grande partie envolées, laissant place à des interludes acoustiques bien plus sombres, les structures progressives sont quant à elles toujours aussi appréciées de Cathedral. En effet, aucune piste, hormis l’introduction judicieusement nommée « Entrance To Hell » et la transition « The Last Laugh », ne passe sous le palier des six minutes, mettant en exergue des compositions complexes et propices à l’épanouissement instrumental des protagonistes. Les morceaux se voient ainsi construits autour de l’alternance entre riffs accablants de lourdeur et d’autres, plus rares, maintenant une tension mélodique permettant au groupe d’explorer différents horizons harmoniques. Le retour de la démence créatrice de Dorrian, dont le chant shamanique sied en tout point à l’atmosphère générale de l’album, est concrétisé par la dissonance omniprésente au sein des titres, ces derniers étant parfois ponctués des interventions essentielles d’un orgue se fondant avec facilité dans une œuvre à l’homogénéité surprenante. L’ineffable Jennings lance quant à lui certains de ses riffs et soli les plus anthologiques avec une vélocité et un groove n’ayant rien à envier à Candlemass et autres Pentagram.

Cathedral semble avoir voulu faire de The Last Spire l’huile du doom, un grimoire musical approchant au plus près une perfection noire. Le chant du cygne des Anglais est d’ores et déjà appelé à devenir un maillon essentiel d’une discographie pourtant pas en reste de réussites. La messe est dite.
0Commentaire| 11 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 30 septembre 2013
Un vieux groupe de doom qui se bonifie avec le temps. Les titres ne se ressemblent pas, généralement lourds, lents et massifs. Mais parfois ponctués de riffs rapides et heavy, ainsi que de petites coupures euphoriques et bizarres.
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 18 septembre 2013
Sans doute pas le meilleur album de CATHEDRAL, mais le dernier opus pour ce groupe culte qui vaut le détour.
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

42,38 €

Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)