undrgrnd Cliquez ici RentreeLitteraire nav-sa-clothing-shoes nav_WSHT16 Cliquez ici Cloud Drive Photos Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Bijoux en or rose

Commentaires client

4,3 sur 5 étoiles
12
4,3 sur 5 étoiles
Format: CD|Modifier
Prix:18,41 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

"Imaginos" est un concept album, publié en '88 sous le nom du Blue Öyster Cult, mais est surtout un projet élaboré pendant de longues années par Albert Bouchard (qui avait quitté le groupe en '81 pour finaliser ce concept), et écrit avec leur parolier et manager Sandy Pearlman, qui produit l'album.
La fiction narre l'histoire d'un agent (Imaginos), aux apparences changeantes, envoyé sur terre par les habitants d'un monde parallèle (The Invisibles Ones), qui en modifiant le cours de l'histoire éprouvent la capacité des hommes face au mal et au chaos. L'album voit les cinq membres d'origine du Blue Öyster Cult de nouveau réunis. Albert Bouchard, son frère Joe, et Allen Lanier impliqués à divers degrés, comme Eric Bloom et Donald "Buck Dharma" Roeser. De nombreux musiciens interviennent tout au long du processus de l'histoire, (dont le "Guitar Orchestra Of The State Of Imaginos", une bande de sept mercenaires avec notamment Robbie Krieger des Doors, et Joe Satriani). La rythmique est assurée par les nouveaux membres du Cult, Tommy Zvoncheck aux keyboards, Kenny Aaronson à la basse et Tommy Price à la batterie. Complexe et chaotique à la fois (comme toute œuvre du B.Ö.C. qui se respecte), cette fiction voit ses neuf segments éparpillés dans le désordre. L'histoire retranscrite (entamée au 19ème siècle) débuterait avec le second morceau, et se terminerait avec son septième titre. Musicalement irréprochable, l'album s'écoute très facilement. Il est doté d'une excellente production. Claire et puissante à la fois, elle sert des guitares acérées qui se taillent la part du lion. Les compositions reprises par plusieurs lead vocals à la fois, sont tour à tour heavy et mélodiques, l'interprétation est soutenue d'ambiances grandiloquentes. Établi dans l'ordre, le concept s'entamerait avec "Les Invisibles" (ces habitants d'un monde parallèle), suivi du titre éponyme "Imaginos" qui voit l'apparition de l'agent (dans son premier rôle d'aventurier), en partance sur un voilier en l'an de grâce 1829, sur un "Del Rio's Song". L'agent laissé pour mort sur un "Blue Öyster Cult" (au solo de Robbie Krieger), voit sa résurrection (grâce à l'intervention de la secte de l'huître bleue), se prénommant dorénavant Desdinova. Il précéderait un intrigant et célébrant "I Am The One You Warned Me Of" heavy en diable. L'ardent "The Siege Of Investiture Of Baron Von Frankeinstein's Castle At Weisseria" (au solo de Joe Satriani), possède une ambiance aussi fantastique que son appellation est longue. C'est sur une atmosphère apaisante que l'histoire se poursuivrait, avec la ballade "In The Presence Of Another World", puis planante avec la reprise de "Astronomy" (originellement introduit d'une narration de Stephen King, "A Bedtime Story For The Children Of The Damned"), alors que la fiction prendrait fin, sur un légèrement progressif "Magna Of Illusion".
S'il fut le dernier album du Blue Öyster Cult enregistré pour le label Columbia (conçu au départ comme une trilogie par ses concepteurs), ce sombre et chaotique concept de "Imaginos" (à la pochette noire comme les ténèbres), s'avère captivant d'un extrême à l'autre. Par la force des choses, il devint un album culte.
77 commentaires| 4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Imaginos, c'est le cas d'un album compliqué, le cas d'un bon album surtout, mais un bon album de qui au fait ? Et c'est là que l'affaire se complique. Sur la pochette, c'est très clair, Imaginos est un album de Blue Öyster Cult, dans les faits, ce n'est pas si simple que ça...
Parce qu'au départ, c'est à dire dans la deuxième moitié des années soixante, il y a une collection de poèmes écrits par Sandy Pearlman le co-fondateur, co-parolier, co-compositeur, producteur et manager de Blue Öyster Cult, bref, l'homme de l'ombre, éminence grise de la formation new yorkaise. Parce qu'ensuite il y a un projet d'album solo, ou plutôt duo, d'Albert Bouchard et du précité qui, insatisfait par la direction commerciale prise par leur groupe, décidèrent de faire revivre ce vieux projet si souvent avorté. On retrouve d'ailleurs pas mal de ces démos, retravaillées, overdubbées, sur l'édition qui, finalement, vit le jour. Parce qu'il fallut le nom de Blue Öyster Cult pour qu'enfin se réalise ce qui était déjà bien avancé et qui n'est, donc, que partiellement un album de qui vous savez.
Ceci dit, quelque soit à qui est attribuée la parenté de l'œuvre, Imaginos est surtout une foutue bonne galette ou un casting pléthorique s'en donne à cœur joie pour offrir vie à la collection de chansons issues d'un concept encore plus imposant qui ne verra probablement jamais le jour. Un casting où l'on retrouve, ce qui n'était plus arrivé depuis Fire of Unknown Origin sept ans plus tôt, l'entièreté du quintet historique. Et ça s'entend ! Alors, évidemment, époque oblige, il y a moult gimmicks typiques des années 80 dans le son, ça vaut pour les parties de batterie et les sons de synthétiseurs surtout, parce que, pour le reste, c'est à un salvateur vers les racines du Culte de l'Huître Bleue qui est opéré. Forcément, la présence d'un morceau déjà usité par la formation, Astronomy (de Secret Treaties) contribue à l'impression mais c'est bien par l'écriture, par cette aisance à faire du riffu ET du théâtral que la comparaison tombe sous le sens. Et mes aïeux, qu'est-ce qu'on est bien servi dans le genre avec des perles telles que I Am the One You Warned Me Of, idéale entame puissante et mélodique de l'album, In the Presence of Another World qui, commençant tout en douceur, trouve bientôt d'électriques développements, un Del Rio's Song mélodiquement très accrocheur et diaboliquement bien construit, le tip top The Siege and Investiture of Baron von Frankenstein's Castle at Weisseria (ouf !) où, de clavier science-fictionnesques en riffs tranchants et chorus entêtant, en impose, et une doublette finale, Blue Öyster Cult et Imaginos, où les ambitions rock-opératiques des arrangeurs trouvent une apte conclusion.
Tout ça fait d'Imaginos, encore une fois sans qu'importe à qui on l'attribue, une sacrée galette de hard rock parfois presque progressif qui, pour updatée à l'aulne des dictats productions de sa décade de création, n'en perd pourtant rien de sa substance. Un seul regret en fait, que le beau fouillis qu'occasionna l'album et sa réussite sur le future de Blue Öyster Cult à qui il faudra dix ans pour pondre le mi-cuit Heaven Forbid, parce que sinon, dur de trouver quelque défaut que ce soit à cet album qui le conteste aux plus belles offrandes passées du BÖC, rien que ça !

1. I Am the One You Warned Me Of 5:04
2. Les Invisibles 5:33
3. In the Presence of Another World 6:26
4. Del Rio's Song 5:31
5. The Siege and Investiture of Baron von Frankenstein's Castle at Weisseria 6:43
6. Astronomy 6:47
7. Magna of Illusion 5:53
8. Blue Öyster Cult 7:18
9. Imaginos 5:46

Eric Bloom – lead vocals on tracks 1, 3, 4
Albert Bouchard – guitar, percussion, co-lead vocals on track 8, backing vocals, associate producer
Joe Bouchard – keyboards, backing vocals
Allen Lanier – keyboards
Donald 'Buck Dharma' Roeser – guitars, lead vocals on tracks 2, 6, 7, co-lead vocals on track 8
&
Phil Grande – guitars
Tommy Zvoncheck – keyboards
Kenny Aaronson – bass
Thommy Price – drums
Joey Cerisano – lead vocals on track 5
Jon Rogers – lead vocals on tracks 1 and 9
Jack Secret – additional vocals
Shocking U – backing vocals on track 3
Daniel Levitin – guitar sounds
- Guitar Orchestra of the State of Imaginos
Marc Biedermann (lead guitar on track 1)
Kevin Carlson
Robby Krieger (lead guitar on tracks 7 and 8)
Tommy Morrongiello
Aldo Nova
Jack Rigg
Joe Satriani (lead guitar on track 5)
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 17 février 2011
Après le correct sans plus "The revolution by night" (1983) et le très moyen "Club ninja" (1985), alors que l'on espérait plus grand chose du groupe, BÖC nous livre en 1988 une véritable bombe, au niveau ou presque des tous meilleurs albums du groupe ("Tyranny and mutation", "Secret treaties", "Cultosaurus erectus" ou "Fire of unknown origin"). Tous les morceaux sont magnifiques, très inspirés et aussi très pêchus (certainement l'album le plus hard du groupe).
Malheureusement, l'album n'eut pas le succès qu'il méritait car leur heavy métal n'était plus vraiment dans l'air du temps à la fin des années 80 (Iron Maiden, Metallica, Def Leppard ou encore Gun's and Roses étaient passés par là).
0Commentaire| 5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 17 mai 2015
Un chef d'oeuvre des années 80. Mélodies, inventivité, beauté, constructions, raffinement. Cet album n'a pas vieilli et je le conseille vivement.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 12 mars 2009
Qui s'intéressait encore à Blue Öyster Cult lors de la sortie de cet album ? Bien peu de personne je pense, car comme avec le mythique "Cultusaurüs Erectüs", "Imaginos" débarque de nulle part 3 ans après le nullissime "Club ninja".

Production énorme, son ultra puissant, interprétation et compositions de génie... Ce sera le dernier soubresaut de la bête, comme si le culte de l'huitre bleu se saigner à blanc et donner tout ce qui lui restez dans les tripes avant de sombrer dans un coma définitif.
22 commentaires| 7 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 2 mars 2014
Je suis un grand fan du groupe, j'ai tout leurs albums y compris "Imaginos" qui est en fait plus un album solo d'Albert Bouchard leur batteur d'origine. Je n'aime pas cet album qui ne m'a jamais accroché à cause du son et des compostions, bien pauvres à mon goût. A titre de comparaison je trouve "Revolution by night" bien supérieur. Je ne comprends pas cet engouement pour cet album ! ça ne m’empêche pas d'adorer ce groupe, tout leurs albums jusqu'à "Extraterrestrial live" sont au choix : bons, trés bons ou excellents!
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 3 mars 2016
Malgré une production "cinemascope" (gros son) et une petite armada d'intervenants extérieure au groupe, cet "Imaginos" aux atmosphères grandiloquentes et farci d'un 'concept' alambiqué et au même temps puérile et fumeux, s'avère être un patchwork mal concocté après moult gestations, ici aussi l'huître bleue reste (vu que le précédent "Ninja" était encore plus fade...) dans le fond des abysses et, ce n'est pas une surprise si après ce disque, privée de perles musicales valables, elle se renfermera pour longtemps dans sa coquille...
33 commentaires| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 18 novembre 2007
J'ai toujours aimé BOC pour son originalité; très peu de groupes de rock/hard rock ont osé sortir des sentiers battus tracés par le genre et ses codes, et la bande à Bloom et Dharma ont toujours eu une approche très expérimentale de leur musique. Imaginos est sans doute mon album préféré car l'atmosphère générale qui s'en dégage et la qualité des chansons sont remarquables. Le feeling des années 80 est encore là (mais on est loin de Club Ninja), sans que la richesse musicale en patisse.
Deux questions me taraudent alors: pourquoi ce disque est-il presque introuvable? Et quand est-ce que BOC nous gratifira d'un nouvel et tant attendu albUm?
0Commentaire| 7 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 24 avril 2008
Paradoxalement - il a été enregistré avec beaucoup de musiciens externes et peu du groupe originel - cet album représente une quintessence de Blue Öyster Cult : mélodies redoutables, paroles mystiques approfondissant leur mythologie et morceaux de guitare d'anthologie.

Morceaux choisis :
- Astronomy - ré-enregistrement d'un de leur classique, en plus atmosphérique
- Frankenstein : un énorme morceau bien Hard Rock - si je ne m'abuse Satriani a posé sa guitare sur ce morceau
- In the Presence of Another World : excellente progression, chanson que ne renierai pas Lovecraft...

Excellente nouvelle que cette ré-édition !!!!!
0Commentaire| 4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 1 novembre 2011
Je souligne comme l'un des commentaires le fait que cet album soit quasiment introuvable, en tout cas sur Amazon. Et pourtant, c'est un des meilleurs albums de la "seconde période"... A noter, cette oeuvre a été imaginée comme le déroulement chaotique d'un rêve (ou d'un cauchemar, comme on veut) et que le groupe proposait un ordre des titres non "chronologiques" et conseillait de lire le CD en mode aléatoire.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

10,92 €
17,17 €
17,98 €

Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)