Cliquez ici Cliquez ici GNOXmas Cloud Drive Photos En savoir plus nav_BTS17CE Cliquez ici En savoir plus En savoir plus cliquez_ici cliquez_ici Jeux Vidéo



le 5 novembre 2017
Enfant, le milliardaire Bruce Wayne vit ses parents assassinés par un voleur. Il se jura de venger leur mort en se lançant dans une bataille à vie contre le crime organisé. Pour cela, il se crée un personnage costumé nommé Batman, et cache cette identité derrière celle d'une image de playboy. Gotham City est contrôlée par le parrain Carl Grissom. En dépit des efforts du fraîchement élu procureur de district Harvey Dent et du commissaire James Gordon, la corruption de la police demeure conséquente.

Le reporter Alexander Knox et la photo-journaliste Vicki Vale commencent à enquêter sur les agissements du justicier habillé en chauve-souris, alors que ce dernier n'est aux yeux des médias et des policiers qu'une rumeur confuse propagée chez les criminels.

Vicki et Alexandre arrivent à se faire inviter au manoir de Wayne, où Bruce tombe sous le charme de Vicki. La même nuit, le bras droit de Grissom, Jack Napier est envoyé faire un raid sur l'usine chimique Axis Chemicals. Mais la police reçoit un "tuyau" de Grissom lui-même et arrive pour l'arrêter ; Jack se rend compte qu'il a été trahi par son patron car il avait une liaison avec l'épouse de ce dernier. Batman arrive en pleine fusillade entre les hommes de Jack et la police. Jack fait feu sur Batman qui évite la balle ; cette dernière ricoche et atteint Jack au visage. Aveuglé par la douleur, il chute d'une plate-forme en hauteur et tombe dans une cuve d'acide. Batman le croit mort. Un peu plus tard, Napier émerge dans une cuve adjacente, défiguré par l'effet des produits, sa peau est devenue blanche, ses cheveux verts et ses lèvres rouges. À la suite d'une intervention chirurgicale, Napier affiche un rictus permanent lui donnant l'air d'un clown. Il sombre alors dans la folie, devient « le Joker », tue Grissom et prend le contrôle de son empire criminel avec l'Axis comme quartier général.

Le Joker terrorise la ville en empoisonnant chimiquement des produits d’hygiène corporelle, certaines combinaisons de produits créant une réaction chimique qui font que les utilisateurs rient jusqu'à en mourir, leurs lèvres affichant dans la mort un rictus semblable à celui du Joker.
La lutte de Batman contre le Joker s'intensifie considérablement lorsqu'il réalise que Napier a tué ses parents : tuer le Joker devient une affaire personnelle à deux niveaux pour lui. En effet, le majordome et confident de Bruce, Alfred Pennyworth, mène Vicki à la Batcave. Elle et Bruce se promettent de vivre ensemble après avoir vaincu le Joker, tandis que celui-ci s'éprend de Vicky.

Batman détruit l'usine de fabrication de produits chimiques du Joker, mais ce dernier organise une parade dans la ville où il attire la population en distribuant 20 millions de dollars. Son but caché est d’empoisonner la population avec son gaz mortel « Hilarex », mais Batman fait échouer ses plans. Le Joker enlève Vicki et l'emmène au sommet de la cathédrale de la ville.

Batman combat le Joker et sauve sa belle. Mais les deux ennemis jurés se rendent compte qu'ils sont indirectement responsables de la création de leurs personnages respectifs. Au moment où le Joker, agrippant une échelle jetée par ses sbires depuis un hélicoptère, tente de s'échapper par les airs, Batman lui accroche une jambe à une gargouille grâce à son grappin : incapable de s'en défaire, Joker chute et meurt.

A la suite de cela, Harvey Dent dit au public une lettre laissée par Batman expliquant qu'il défendra Gotham contre le crime dans l'avenir. Pour le contacter Batman a laissé à la police de Gothan City un projecteur appelé "Bat Signal"

Source : Wikipédia.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ? Signaler un abus
le 13 octobre 2017
L'édition steelbook est très belle. La qualité d'image et de son est très bien grâce aux bluray. Un super film à voir et à revoir sans modération
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ? Signaler un abus
le 13 août 2015
Cette album est vraiment top très dance un carton à l'époque j'aime vraiment beaucoup je conseil ce cd qui à bercé mon adolescence the best !
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ? Signaler un abus
le 18 août 2017
Bien qu'un peu vieillot, (rythme des films de l'époque!!) Batman de Keaton est film culte! Le jeu de Jack Nicholson est grandiose!
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ? Signaler un abus
le 31 mai 2015
rapid delivery, product in good condition, I would recommend this trader
dvd as described, good family entertainment for rainy days
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ? Signaler un abus
le 15 septembre 2017
Ce Batman de Tim Burton possède quelque chose d'unique qui me donne souvent l'envie d'y retourner et ce , bien après plusieurs visionnages .
D'ordinaire assez peu friand de films de super-héros de ce genre , j'apprécie beaucoup celui ci .
Tim Burton y est pour beaucoup , il a réussi à donner une ambiance à ce film dont lui seul à le secret et le génie pour nous la retranscrire . Les décors sont magnifiquement réussis , mème si sur quelques plans le maquettisme est flagrant , le charme opère toujours . Gotham City est magnifique , ses couleurs et ses lumières donnent vraiment l’atmosphère particulière du film .
Je n'inventerai rien en notant la superbe partition de Jack Nicholson dans son rôle du Joker . Certaines critiques envers Michael Keaton à qui on a souvent reproché une certaine fadeur dans son rôle de Bruce Wayne ont pu desservir le film à sa sortie , personnellement je le trouve plutôt bon dans son rôle , et quoiqu'il en soit aujourd'hui , ce Batman là restera à jamais une référence , surtout esthétique : ce film est beau .
Je ne manquerai pas de souligner la bande originale du film signée Danny Elfman . Qui n'a jamais fredonné ou sifflé cette musique du film ... Je dis souvent qu'il n'y a pas de grand film sans grande musique , Batman ne déroge pas à la règle .
Tim Burton donnera une suite à ce premier opus , un deuxième volet que j'apprécie un peu moins , plus" léger " que son prédécesseur et trop focalisé sur le rôle du pingouin .
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ? Signaler un abus
le 22 septembre 2017
Après le beau succès de Beetlejuice, Warner confirme Burton comme réalisateur de ce premier Batman, ouvertement présenté comme le début d'une saga. Le metteur en scène emmène dans ses bagages Danny Elfman (qui signe une très belle musique) et Michael Keaton. Celui-ci campe un Batman solitaire, ambivalent, tourmenté. Face à lui se dresse une Gotham City baignée dans une ambiance gothique et sombre, une ville où prolifèrent le crime et la dépravation. Devant l'incapacité des autorités à enrayer cette vague de violence, le milliardaire Bruce Wayne enfile son costume noir, fait vrombir sa Batmobile et mobilise tous ses bat-machins ! Mais le Joker (excellent Jack Nicholson), qui swingue sur des chansons de Prince, réserve au chevalier noir les chausse-trapes de son joyeux délire...
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ? Signaler un abus
le 12 août 2013
Le premier volet de la série réalisée par le génial tim burton est un chef d'oeuvre.Le mot n'est pas éxagéré,ce film vous entraine dans une aventure à couper le souffle ou le mot "évasion" prend tous son sens.Que vous soyez fans ou pas de la bd,il est impossible de rester de marbre devant ce bijoux d'humour noir,d'action et de personnages haut en couleurs.Michael keaton(beetlejuice)s'empare du role du justicier masqué avec une extraordinaire cohésion,kim basinger est sublime(dans tous les sens du terme)en journaliste méle tous,jack palance incarne une sorte de parrain totalement jubilatoire...et il y'a jack nicholson incroyable et démentiel dans le role de l'ennemi juré de batman:le joker!!!L'homme qui jadis tua ses parents,accompagné de bobby "son super bras droit".Les décors gothiques de gotham city rendent l'ensemble encore plus passionnant,et l'on s'incline devant le talent de mr burton,qui réalise ici un must dans l'histoire du 7éme art.Pour ma part,je préfére cette version aux "batman"actuels(la nostalgie peut-étre?),qui reste pour moi le meilleur film de super-heros que l'on ait fait.Un bijoux.20sur20.
0Commentaire| 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ? Signaler un abus
le 28 octobre 2013
"Batman" est le troisième long métrage réalisé par Tim Burton, après Beetlejuice (1988) et avant Edward Aux Mains d'Argent (1990). C'est le film qui a lancé sa carrière, et inauguré ce que l'on a nommé alors la "Batmania", tant le succès du film fut retentissant, créant un raz de marrée autour de la figure de "l'Homme chauve-souris". Le casting est impressionnant, qui réunit Jack Nicholson, Kim Basinger, Michael Keaton ("Beetlejuice" en personne !), Billy Dee Williams et Jack Palance. La bande-son est assurée par Danny Elfman et Prince. Sacrée dream-team !

Le scénario est complètement déconnecté de la continuité de la série sous sa forme de comics. Il s'agit d'une adaptation libre, mais qui réussit à préserver l'esprit initial du matériau originel. Le costume change, certains personnages sont traités différemment, mais l'univers de "Gotham City", sorte de mégalopole rétro-futuriste, est très bien restitué. Certains partis-pris esthétiques sont particulièrement bienvenus, comme celui de ne filmer les scènes que de nuit, afin de garder l'esprit un peu gothique de la série originelle, créée par Bob Kane en 1939 !
Quelques mois avant la sortie du film, il était question que le scénario adapte Batman : The Killing Joke, le chef d'œuvre écrit par Alan Moore et dessiné par Brian Bowland. Mais finalement, le script se révéla très différent du projet initial, ce qui fut assez décevant pour un certain nombre de fans, lecteurs de comics...
Pour interpréter le "Batman", beaucoup d'acteurs de premier plan se bousculèrent aux auditions (parmi lesquels Mel Gibson, Kevin Costner, Tom Cruise, Harrison Ford, et même Bill Murray et Arnold Schwarzenegger !). Mais Tim Burton réussit à imposer Michael Keaton, avec qui il avait créé des liens depuis son film précédent. Ce fut un choix franchement étrange, tant l'acteur ne correspond en rien au personnage de papier...

Parmi les thématiques récurrentes de Tim Burton, on retrouve celle du "marginal solitaire", incarné ici par Bruce Wayne, ainsi qu'une imagerie gothique directement issue de l'esthétique des fêtes d'Halloween, à laquelle se prête particulièrement bien la musique de Danny Elfman, le compositeur attitré du réalisateur. Mais force est de constater que, face à ce qui demeure un premier "travail de commande", Burton se révèle souvent timoré en matière d'interprétation. Il est certain que la figure du "Batman" a dû séduire l'auteur d'Edward aux mains d'argent pour sa dimension tragique et socialement inadaptée. Mais on ne peut que remarquer qu'il ne parvient jamais à "habiter" le personnage, qui demeure trop lisse et désincarné, au point qu'il se fasse voler la vedette par le Joker, interprété de manière outrancière par un Jack Nicholson déchainé. Burton s'en souviendra certainement puisqu'avec Batman le défi, il délaissera Wayne/Batman pour se consacrer corps et âme à ses ennemis, trouvant en "Catwoman" et le "Pingouin" les véritables marginaux propres à son univers...
Le personnage de "Batman" demeurant un archétype extrêmement connoté, on ne peut que constater qu'il aura résisté à la patine de bien des réalisateurs, qui se seront heurté à cette figure monolithique, entretenue par tout un inconscient collectif de la culture populaire !
Une autre constante de la filmographie de Tim Burton transparait dans ses références aux classiques du cinéma fantastique, ici représentés par l'acteur Michael Gough dans le rôle d'Alfred, le majordome de Bruce Wayne. On a pu le voir dans un grand nombre de films emblématiques au cours des années 50 et 60, avec par exemple Le Cauchemar de Dracula et Crime au musée des horreurs.

Bourré de qualités formelles, fédérateur dans bien des domaines esthétiques (avec notamment les plus beaux décors de mégalopole depuis ceux de Blade Runner !), ce premier "Batman" par Tim Burton souffre du manque d'expérience de son auteur, qui corrigera le tir avec la suite tournée deux ans plus tard. Il reste quand même un très beau spectacle, qui vieillit suffisamment bien pour mériter, aujourd'hui, son statut de classique parmi les meilleures réussites en matière d'adaptation de comics sur grand écran.
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ? Signaler un abus
le 12 avril 2017
le premier bataman avec mickael keaton vraiment bon et l'univers de burton très bon ,belle mise en scène ,un must!
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ? Signaler un abus

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)