undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Cliquez ici nav_WSHT16 Acheter Fire Acheter la liseuse Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Bijoux en or rose

Commentaires client

4,1 sur 5 étoiles
20
4,1 sur 5 étoiles
Format: Format Kindle|Modifier
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 13 octobre 2009
James réussit le tour de force d'accaparer toute notre attention dans ce court roman mené tambour battant, bien que lui-même ne l'ait jamais considéré que comme mineur dans toute sa production. Si nous connaissons le dénouement, nous ne pourrons cependant jamais dire de façon sûre ce qui l'y a conduit. Et donc, nous sommes constamment ramenés ,malgré nous, et somme toute avec quelque frustration, à nos hypothèses qui peuvent, toutes contradictoires qu'elles soient, s'appuyer sur des éléments précis du texte : sommes-nous dans le merveilleux pur et simple où tout est permis ? La gouvernante est-elle sujette à des hallucinations qui la tourmentent au point de persécuter malgré elle les enfants dont elle a la charge ? Les enfants ont-ils assisté (oui, mais comment auraient-ils vécu cette possibilité ?) aux scènes où Quint et Miss Jessel apparaissent à la gouvernante ? Mystère ! Ce roman appartient au fantastique au sens où Todorov définit ce terme, en ce qu'il oscille constamment entre l'étrange et le pur féérique. Toute question de genre mise à part, c'est un grand texte, très réussi, avec des personnages plausibles et bien campés, sous-tendu par un art de la narration de très haut niveau.
0Commentaire| 10 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 28 avril 2011
Cet ouvrage est considéré comme un excellent jalon de la littérature fantastique et je ne le démentirai pas ! Le style est limpide mais inscrit toujours en son sein la marque d'un élément instable qui suscite l'inquiétude chez le lecteur; c'est un tel flux de conscience que l'on ne peut pas s'empêcher de continuer la lecture, un vertige qui envoûte, au point que le petit élément instable de la phrase finit par l'envelopper toute entière d'une façon quasi mystérieuse. L'agencement des chapitres est très astucieux aussi, ce sont de vrais tiroirs à suspense et les fantômes maléfiques de Quint et de Jessel nous hantent longtemps après avoir fermé l'ouvrage. Chef-d'oeuvre en vue
0Commentaire| 4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
'Le tour d'écrou' nous plonge dans l'esprit d'une jeune gouvernante, qui relate après-coup par écrit les événements survenus dans les lieux où, engagée par leur séduisant oncle, elle avait la charge de deux jeunes enfants, Flora et Miles.
Les enfants sont adorables mais elle se persuade vite qu'ils subissent en secret l'influence maléfique des fantômes de la précédente gouvernante et de son amant, dont les mœurs dissolues et les morts mystérieuses avaient mis la maison en émoi.

C'est essentiellement un récit psychologique décrivant les doutes et les peurs de la gouvernante ainsi que ses tentatives pour sauver les enfants. Il y a peu d'action, la situation évolue lentement et certains passages peuvent sembler un peu longs et répétitifs (malgré la brièveté du texte). Les amateurs de sensations fortes seront probablement déçus ; l'ambiance instillée est tendue et inquiétante, mais afin de ménager l'ambiguïté les scènes spectaculaires ou trop explicites sont bannies.

Je me suis attaqué au texte en version originale, et il faut bien avouer que la langue est difficile : les phrases sont longues et complexes, l'anglais utilisé peut paraitre un peu daté aujourd'hui. Il y a aussi quelque chose d'un peu suranné quand la constatation que la petite fille est sortie sans chapeau est interprétée comme la preuve qu'elle est guidée par un esprit maléfique, mais cela fait aussi partie du charme.

Avant tout, la fascination qu'exerce 'Le tour d'écrou' tient beaucoup au fait qu'une fois le livre terminé et reposé, le lecteur ne possède aucune certitude sur ce qui s'est réellement passé à Bly : doit-il faire confiance à la gouvernante, narratrice de l'histoire, en charge des enfants, ou plutôt la considérer comme complètement folle, sujette à ses fantasmes et à des hallucinations?

Ces questions alimentent la réflexion bien après la fin de la lecture. Chacun trouvera matière à justifier sa propre interprétation tant l'écriture laisse la place au doute. Au bout du compte, le livre mérite sa réputation de classique en continuant à flotter durablement dans notre esprit, tel un fantôme, tandis qu'on cherche à en percer tous les secrets.
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 20 mai 2004
Le tour d'écrou intrigue, hérisse, saisit, secoue,effraie mais plus que tout, il trouble.
D'indicibles frissons au détour d'une phrase, la chair qui frémit au coin d'un mot, une expression qu'on relit sans d'abord savoir pourquoi... Là, rien n'est tout à fait dit, tout est à deviner. James croyait fermement aux fantômes, apparemment. Il le laisse entendre avec une élégance infinie.
Après lecture, même l'incrédule s'inquiète et contemple jusqu'au vertige l'abîme de son esprit et ses insondables zones d'ombre.
0Commentaire| 22 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 19 novembre 2012
C'est autour du feu que Douglas relate à ses amis une histoire étrange qui lui a été racontée. Cette histoire nous est, à notre tour, racontée par le narrateur qui la tient donc de Douglas. Cette double narration confère d'emblée à ce récit un caractère mystérieux.
Une jeune institutrice est envoyée à Bly pour s'occuper de deux jeunes enfants, Flora et Miles. Son employeur qui n'est autre que l'oncle des enfants lui enjoint de ne jamais faire appel à lui. Très vite, la jeune femme va évoluer au milieu des chambres désertes, des corridors obscurs et des escaliers tortueux. Que cache Bly ? Que dissimulent Flora et Miles ? Quelles sont ces apparitions qui s'imposent à la jeune gouvernante ? Hallucinations ? Présence réelle ? Le Tour d'Ecrou est superbement écrit. Henri James sait habilement semer le doute sur les personnages si bien que le lecteur ne sait plus très bien où il en est. Amateurs de fantômes, de vieilles bâtisses et d'ambiances mystérieuses, vous tomberez sous le charme.
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 23 février 2012
Une jeune femme dynamique répond à une offre d'emploi offrant une place de gouvernante. Elle rencontre un mystérieux et riche homme, au surplus très séduisant, auquel elle ne peut refuser son concours : il s'agit de s'occuper de l'éducation de son neveu et de sa nièce dans un manoir du fin fond de l'Angleterre
Au début tout semble idyllique. Les enfants sont adorables et le décor est splendide. Et puis une femme apparaît
Rapidement, le tableau s'assombrit : un homme mystérieux apparaît en divers endroits du château. Et puis une femme étrange surgit de nulle part.

Il s'agit d'un récit ambigu, et l'on ne saura finalement jamais s'il y a bien eu des revenants, ou si tout n'a été que le fruit de l'imagination morbide de la gouvernante. Sans cesse, à la lecture, on oscille entre l'une et l'autre option.

On se prend aussi à soupçonner la trop grande perfection des enfants qui nous apparaissent diaboliques au détour d'une phrase avant de nous reconquérir d'un sourire angélique.
On prend parfois ses distances face à l'hystérie et la paranoïa de la gouvernante, avant de frissonner à cause d'une ombre entrevue par la fenêtre.

Difficile à partir de là de savoir qui ment et qui est sous l'emprise de la folie : les enfants ou la gouvernante ?
Un sentiment de solitude s'empare de cette dernière, face à des phénomènes qui la dépassent.

Ce livre nous laisse avec des interrogations et des angoisses plein la tête. Il y a un véritable jeu d'ambiguïté et d'illusions que cette nouvelle étrange et dérangeante.

On reste perplexe quant au dénouement et on peut éprouver aussi un peu d'ennui à certains moments.
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 9 janvier 2011
je me suis posé plein de questions a la lecture de ce livre, des suppositions dans un sens, puis dans l autre...
Et si la narratrice n était pas ... ou bien méme: et si la narratrice était vraiment... ?
Est ce que ca n aurait pas inspiré tel film ?

Un texte court, mais alors que de suppositions avant d en connaitre le dénouement.
Lu pour les besoins d un club de lecture dont le but est de donner nos impressions sur une oeuvre, je me suis vraiment régalé a lire du Henry James, dont je ne connaissais aucune oeuvre auparavant, sans participation au club de lecture je n aurai jamais acquis ce livre, et j aurai vraiment loupé quelque chose.
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Le tour d’écrou/Henry James
Une atmosphère singulière oppressante et troublante règne tout au long de cette histoire qui se déroule au manoir de Bly, un récit considéré comme un grand classique mais que j’ai trouvé somptueusement ennuyeux.
Quelque travaillé que soit le style au demeurant assez précieux, cette histoire reste un peu mièvre alliant le fantastique au macabre. Oui, cela ressemble bien à un exercice de style.
Les personnages sont inconsistants tels des ectoplasmes, et l’angoisse supposée liée à l’apparition de revenants n’est pas franchement au rendez-vous.
En y regardant de plus près, beaucoup de non-dits planent issus d’un puritanisme inhérent à l’auteur qui suggère seulement certains faits que le lecteur doit interpréter, un lecteur parfois un peu perdu dans cet effort à imaginer ce qui n’est pas révélé.
La narratrice et gouvernante aidée de Mrs Grose, veillent à l’éducation et l’instruction de deux enfants orphelins Miles et Flora, et sont hantées par leur désir de protéger ces deux enfants contre toute perversion qui pourrait les atteindre. Mais parfois le destin joue des drôles de tour et l’interdiction morale peut se voir insidieusement transgressée.
La personnalité de la narratrice est particulièrement dérangeante. On a l’impression qu’elle détient un secret à moins que ce soit les enfants eux-mêmes, êtres délicats et fragiles.
Qui étaient donc cette Miss Jessel morte il y a peu de temps, leur ancienne gouvernante ? Qui était Quint le valet du manoir ? Pourquoi les fantômes de ces deux êtres sans doute infâmes, hantent-ils le manoir ?
Lecteurs, à vous de trouver !
Écrit en 1898, ce roman m’a laissé totalement insensible malgré la qualité du style.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Ce livre est un chef d'œuvre de la littérature. Il est écrit avec talent et élégance de style.La peur monte successivement jusqu'à inspirer une terreur profonde. Je n'ai jamais oublié ce livre ,je l'ai lu et relu. C'est l'histoire de deux enfants qui vivent dans un grand manoir et sont habités par les esprits de deux personnes décédées et dont l'amour transcende la mort. vous ne pourrez plus le lâcher ! incontournable !
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 3 février 2014
Alors, si c'est juste pour l'histoire, c'est bien, mais c'est une traduction, et elle est parfois très étrange...
Je ne sais pas de qui elle est, mais ce n'est pas celle qui est publiée par les éditeurs sur papiers. Après c'est à vous de voir.
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)