undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW Stockage illimité pour les photos et bien plus encore cliquez_ici Rentrée scolaire Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Bijoux en or rose

Commentaires client

4,5 sur 5 étoiles
49
4,5 sur 5 étoiles
Format: Téléchargement MP3|Modifier
Prix:10,99 €
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 30 juin 2009
A l'époque j'ai découvert cet album après le tsunami Thriller qui a fait connaitre Michael à tous. Et cet album est un avant goût de Thriller, on se rend compte vite que c'est le meilleur album avec Thriller et Dangerous mais celui-ci est plutôt passé inaperçu hors US.

C'est avec celui-ci que l'on peut comprendre le génie de Michael et Quincy. Car généralement les artistes qui produisent des albums régulièrement ont tendance à s'essouffler au court du temps et le premier album est souvent le meilleur. Au contraire, Off the wall me semble être un essai pour Michael qui annonce à tous qu'il va révolutionner la pop avec Thriller.

Un album à posséder avec de nombreux hits totalement incroyable : Don't stop, Working day and night, off the wall, She's out of my life...Que des tubes !

Jamais un artiste n'aura produit autant de chanson inoubliable et croyez moi cela ne se reproduira jamais.
0Commentaire| 13 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 1 septembre 2012
La décennie des années 70 pour la musique Noire-Américaine restera son heure de gloire absolue qui, on peut déjà s'en lamenter, ne se renouvellera pas de si tôt. Ce fut pour elle la grande révolution artistique et politique. Le fond éclaboussé des colères sociales qui secouaient alors l'Amérique répondait à la forme sublimement pervertie des ingressions de la Britich invasion. Tout commence avec le 1er album solo de Curtis Mayfield en 1970 qui pose les jalons de cette mutation esthétique anfractueuse qui s'affirme haut et fort. Après tout s'enchaîne, "What's goin' on" de Marvin Gaye, "there's a riot goin' on" de Sly & the Family Stone "Maggot Brain" de Funkadelic, "Music on my mind" de Stevie Wonder...il n'est pas exagéré d'avancer que l'industrie du disque noire jusqu'en 1980 a accouché d'au moins dix trésors par an dans des registres commerciaux ou non. Malheureusement l’essoufflement du genre Disco dès 1979 et les profonds bouleversements technologiques dans l'enregistrement comme dans la conception même de toute la pop music des années 80 plongeront la black Music dans une sorte de renvoi gastrique tenace et gravéolent qui perdure jusqu'à aujourd'hui (plus que jamais !).
"Off the Wall" est l'avant dernier chef-d'oeuvre de cette chaude étreinte Noire qui aura durée 10 ans, le dernier étant son parfait frère ennemi, l’inouïe "Dirty Mind" de Prince.
Michael Jackson, faut dire, n'est plus n'importe qui en 1979, il a déjà une carrière de 10 ans qui répond déjà à l'écho d'un Mozart du XXème siècle. Il a publié avec ses frères l'année passée, le prodigieux "Destiny" qui annonce toute la suite...fabuleuse et horrible en même temps, comme toutes les histoires sublunaires.
En se "mariant" à Quincy Jones il va échafauder un des 10 plus grands albums de l'histoire de l'industrie du disque à seulement 21 ans...alors que faire après ? faire l'amour avec la planète entière ?....il le fera 3 ans plus tard. Mais "Off the wall" est l'ADN du génie de la plus tragique destinée du XXème siècle (avec Marilyn et Elvis). Lorsque commence à raisonner la ligne de basse de "Don't stop 'til you get enough" roulant sur le talk-over électrique du roitelet, plus moyen d'obéir aux lois de l'apesanteur, c'est le grand saut vers le divin, l’absorption par l'espace. Un tapis sonore d'un milliard de kilomètres de circonférence, des cuivres martiaux qui dansent le vertige de l'amour avec des percussions en robes d'apparats pour soutenir une performance vocale irritée du Plus Grand, de la mère nourricière Little Richard. "Don't stop 'til you get enough" est du même sang que "Lucille" ou "Good Vibrations", un everest ! "Rock with you" confirme la mise en orbite de cette musique résumant d'un seul trait, vif et adamentin, toute la musique populaire Américaine des 30 années passées : l'assurance d'un Sinatra, la foi des Beach Boys, la performance d'un Elvis, la sexualité d'un Ray Charles...tout y est, formidablement digéré et recréé par Michael pour Michael. Pas un seul titre en dessous de l'autre. L'ordre dans lequel s’enchaîne les perles contribuent également à la magie diablement maîtrisée de l'ensemble. Et que dire de l'enregistrement de ce bréviaire moderne ? Le son d"Off the wall" ne sera jamais égalé mais pour s'en rendre compte il ne faut surtout pas se procurer toutes ces horribles éditions CD. Celle-ci, la special edition de 2001 devrait tout simplement être interdite tant elle viole l’œuvre originale qui ne saurait être dignement appréciée que dans son pressage vinyle U.S. d'origine, un des fleurons de l'enregistrement analogique.
0Commentaire| 11 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
C'est sans doute le meilleur album solo de Michael Jackson. Son chant y exprime la joie de vivre, l'exubérance, il est heureux et bien dans son art, ça s'entend. Rien à voir avec le robot qu'il deviendra peu à peu et qui livrera des prestations vocales sans vie ni envie, se raccrochant uniquement à sa technique. C'est que Michael Jackson, ici, n'est pas encore trop gros, est encore humain. Boosté par une production énorme de Quincy Jones, joué par des musiciens ultra compétents, le disque claque haut et fort, conquérant et sûr de lui. Fusion funk-pop assumée, là encore, l'album bénéficie d'une réelle dynamique dans ce sens: on n'est pas encore totalement obnubilé par les charts et le groove reste souvent très présent. Dès "Thriller", malgré des titres énormes, le trait sera grossi, épaissi, ce qui donnera lieu à pas mal de fadaises variétisardes. On n'y échappe pas toujours ici, il y a quelques passages mièvres, gnan-gnan, mais, dans l'ensemble, l'album demeure très cohérent et point trop édulcoré. Bref, il y en a pour tout les goûts, sans que cela ne devienne trop lisse. Un équilibre sympathique, à prendre comme tel, car finalement assez rare.
0Commentaire| 4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 7 mai 2002
C'est mon album préféré de Michael Jackson. Je trouve qu'il est moins formaté que ses suivants. Cet album n'est pas parfait, c'est justement cette imperfection qui fait son charme. C'est en quelque sorte l'album de la fraicheur et de l'innocence. Le problème avec les autres albums de Michael, c'est qu'on a entendu en boucle à la radio toutes les chansons ce qui a eu pour effet de nous en lasser.Les chansons de Off the Wall ont été relativement épargnées par le matraquage radio à part Don't stop til you get enough dont je ne suis pas fan meme si je considere que c'est un monument de la pop..
. Cet album est une véritable cure de jouvence. Vivement recommandé.
0Commentaire| 22 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 6 septembre 2013
"The King of Pop"... Au vu de cet album on aurait pu tout aussi bien dire "The King of Funk"!

Les cuivres fusent de toutes parts, la section rythmique assure un groove titanesque et les somptueux arrangements de Quincy Jones subliment cette oeuvre éternelle.

Et puis il y a cette voix... Cette sensibilité, cette énergie et ce génie qui caractérisent si bien Michael Jackson.

A noter un casting de musiciens, de choristes et autres artisans du son à en perdre la tête : John Robinson, Louis Johnson, Bobby Watson, George Duke, Larry Carlton, David Williams, Greg Philinganes... Est-il possible de rater un album avec une telle équipe, je vous le demande?

Même si vous n'aimez pas Michael Jackson, même si vous n'aimez pas la musique funky et même si vous n'aimez pas danser, je vous mets au défi de ne pas remuer ne serait-ce qu'un seul doigt de pied dès les premières notes de ce chef d'oeuvre...
44 commentaires| 4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 2 décembre 2010
Cet album est juste une pure merveille. Un bijou Soul & Funk. Un bijou tout court.
Le meilleur album de Michael Jackson, le meilleur album de tous les temps à mon sens. 10 morceaux, 10 chefs-d'œuvre (dont les trop peu connus "Workin' day and night" et "Get on the Floor").
Un album trop peu connu ("à cause", si on peut dire, de Thriller). Album encore plein de spontanéité et de sincérité, moins "commercial" que les suivants.
A acheter sans hésiter.
0Commentaire| 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 21 octobre 2010
Vous aimez le disco ? C'est Off the Wall qu'il vous faut ! Vous aimez les slows ? C'est Off the Wall qu'il vous faut !
Entre le rythme entrainant de Don't stop til you get enough ou Get on the Floor et les douces notes de She's out of my life et I can't help it, il y a de quoi être submergé !
Pour beaucoup cet album est considéré comme un "essai" par rapport à l'incontournable Thriller et bien si on reste dans ce point de vue on peut dire que c'est un essai plus que concluant !
Cet album n'est pas mon préféré mais il n'est pas loin derrière le premier à savoir Bad !
Une voix clair, douce et inimitable à la fois, Michael ne cessera jamais de m'étonner !
Si vous aimez la vraie musique, Off the Wall est l'un des meilleurs albums à avoir !
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 17 mars 2013
Que dire de plus à part qu'il s'agit d'un excellent album funky d'un jeune noir américain de 20 ans, qui malgré son jeune age n'a déjà pratiquement plus rien à prouver, qui possède déjà plus de 10 ans de carrière derrière lui, mais qui s’apprête pourtant à tout nous faire découvrir de son incroyable génie dans les années avenirs. Un album qui ouvre la porte d'une nouvelle étape de sa carrière, un disque à posséder pour tout ceux qui aiment le King ou qui aiment tout simplement la bonne musique Funk noire de la fin des 70's.
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Louis Johnson
(13/4/1955 - 21/5/2015)

C'est l'album du retour en solo du petit prince de la soul, avec une nouvelle équipe menée par celui qui lui offrira ses plus beaux succès, Quincy Jones, l'album d'un Michael Jackson qui a compris qu'en métissant son funk/soul de blancs artifices, il toucherait un public plus large, plus client du format album auquel il se dévoue, aussi. Parce que, si présentement, Michael n'est pas encore le roi de la pop qu'il deviendra quatre ans plus tard avec l'album de tous les records, Thriller, c'est bien ici qu'il commence le chemin et, même, on ira jusqu'à dire cette soul/funk blanchie juste ce qu'il faut (pas comme son auteur qui est encore bien black !), qui a donc tout pour attirer les foules dans la nouvelle carrière de l'ex-enfant star, est le meilleur compromis auquel soit arrivé Jackson dans sa carrière solo. Et les chansons ? Il y a les tubes, bien-sûr, nombreux et plus irrésistibles les uns que les autres (Don't Stop 'Til You Get Enough, du disco certes mais suprême !, Rock with You, de la soul sensuelle et cordée qui groove caliente, Off the Wall ou l'archétype de l'exercice sudatoire de club et pourtant mélodiquement tout doux, Girlfriend et sa pure soul seventies qui va si bien au teint de Jackson et She's Out of My Life en idéale ballade saccharosée et tire-larmes) mais aussi le reste (un I Can't Help It délicatement jazzy, merci Quincy ou l'exercice de Philly Funk de Get on the Floor, pour l'exemple) d'un album compositionnellement inspiré forcément mais, surtout, joué (il y a du monde dont le Brothers Johnson, Louis, qui nous a quitté en mai 2015 à la grosse basse mais aussi George Duke, Phil Upchurch, Paulinho Da Costa, etc., que du beau monde !), arrangé et produit aux petits oignons, et l'écrin, ce n'est pas rien ! Bref, vous l'aurez compris, Off the Wall c'est du Michael Jackson suprême, tout simplement.

1. Don't Stop 'Til You Get Enough 6:06
2. Rock with You 3:40
3. Working Day and Night 5:14
4. Get on the Floor 4:39
5. Off the Wall 4:06
6. Girlfriend 3:06
7. She's Out of My Life 3:38
8. I Can't Help It 4:30
9. It's the Falling in Love 3:48
10. Burn This Disco Out 3:41
Bonus
11. Quincy Jones Interview #1 0:37
12. Introduction to Don't Stop 'Til You Get Enough Demo 0:13
13. Don't Stop 'Til You Get Enough (Original Demo from 1978) 4:48
14. Quincy Jones Interview #2 0:30
15. Introduction to Workin' Day and Night Demo 0:10
16. Working Day and Night (Original Demo from 1978) 4:19
17. Quincy Jones Interview #3 0:48
18. Rod Temperton Interview 4:57
19. Quincy Jones Interview #4 1:32

Michael Jackson ' lead and backing vocals, co-producer, percussion
Randy Jackson ' percussion
Michael Boddicker ' keyboards, synthesizers, programming
Larry Carlton ' electric guitar
George Duke ' keyboards, synthesizers, programming
David Foster ' keyboards, synthesizers, programming
Gary Grant ' trumpet, flügelhorn
Marlo Henderson ' guitar
Jerry Hey ' trumpet, flügelhorn
Kim Hutchcroft ' saxophone, flute
Louis Johnson ' bass guitar
Quincy Jones ' producer
Greg Phillinganes ' keyboards, synthesizers, programming
Steve Porcaro ' keyboards, synthesizers, programming
William Reichenbach ' trombone
John "JR" Robinson ' drums
Bruce Swedien ' recording engineer
Phil Upchurch ' guitar
Bobby Watson ' bass guitar
Wah Wah Watson ' guitar
David Williams ' guitar
Larry Williams ' saxophone, flute
Richard Heath ' percussion
Paulinho da Costa ' percussion
David "Hawk" Wolinski ' electric piano
Patti Austin ' backing vocals
Jim Gilstrap ' backing vocals
Augie Johnson ' backing vocals
Mortonette Jenkins ' backing vocals
Paulette McWilliams ' backing vocals
Zedrick Williams ' backing vocals
Horn and string arrangements by Jerry Hey and performed by The Seawind Horns, Ben Wright, Johnny Mandel
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 30 janvier 2003
En 78, quand la firme cbs demande à Quincy jones: " avez- vous trouvé le prochain artiste qui deviendra une vedette de renom, celui-ci répondit qu'il venait de trouver la perle rare...
Rien qu'en découvrant..il était temps!! les bonus extraits des esquisses de michael vers 77/78 de ce que sera Off the wall,
on se rends compte qu'a part lui trouver les meilleurs musicien( rufus, wonderlove, et autres requins de studio), quincy n'a rien touché à la grace des chansons qui viennent confirmer le talent immense du petit jacko!!! Du funk facon Brothers johnson et du groove proche de Heatwave, Jones réussit grace à Rod Temperton, le génie blanc à faire de jackson le génie black pas encore white....heu...bref achetez ce trésor..du bohneur qui nous transporte là en 78 dans les soirées freaky pat d'eff de l.a!!
Wrangler et chemises deltaplanes requises....
0Commentaire| 5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

10,99 €
10,99 €
10,99 €

Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)