undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_WSHT16 Cliquez ici Acheter Fire Acheter la liseuse Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Bijoux en or rose

Commentaires client

4,2 sur 5 étoiles
53
4,2 sur 5 étoiles
Format: CD|Modifier
Prix:14,82 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 11 mars 2014
Le dernier opus de "qotsa" est sans doute le plus difficile d'accés (bizarre pour un album que beaucoup juge comme étant commercial!),et pour cause ce n'est pas un disque entiérement "stoner" comme josh à l'habitude de sortir.Ce "like clockwork"se divise clairement en 2 parties bien distinctes:une est bien rock,l'autre est beaucoup plus atmosphérique et nostalgique.Et bien que celà peut étonner certains,ce n'est pas la premiére fois que le groupe joue sur les ambiances.C'est simplement plus éclectique que d'habitude.Alors bien sur ceux qui ne jurent que par "song for a deaf" seronts déçus,mais ceux qui aiment les sons variés vonts adorés.De morceaux bien rock comme "i say by the ocean" ou "my god is the sun"(on aimerait en dire autant!),vous vous retrouvez soudainement en présence d'un morceau presque poétique comme "the vampyre of time and memory" qui vous donnera une idée des morceaux encore plus boulversants que vous entendrez sur ce disque.Josh à toujours cette voie magique qui vous conduit loin dans vos pensés sur les morceaux "softs" du disque,alors qu'il vous descend une belle avalanche de riffs entrainants sur les plus rock.Car c'est du rock!Vous en doutez?Et pourtant de ces 15 derniéres années ce groupe est un des seuls à innover et à ne jamais sortir 2 fois le méme album!!!Rien que pour ça:respect!Ici "qotsa" innove de nouveau,et l'on se demande déjà ce que nous réserve le prochain...Alors c'est sur ce n'est pas mon favori("rated r" à cette distinction),mais pour l'émotion et la prise de risque qui émane de cet album,les 4étoiles sonts bien méritées.Il faut vous y faire, "song for a deaf" n'est pas le seul album du groupe,tout comme "nevermind" n'est pas le seul album de nirvana.Je fait cette comparaison,car il est toujours triste de voir des "fans" ne connaitrent que les classiques des groupes qu'ils se prétendent vénérer.16sur20.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 20 juillet 2013
the Queens Of The Stone Age (QOTSA pour les intimes) revient (enfin) avec un nouvel album.
Josh Homme (leader et fondateur du groupe) était attendu, et il a bien fait de prendre son temps.
Cet opus s'écoute tout seul, une fois dans la platine il suffit de le laisser aller et savourer la musique.
Le changement par rapport à ce que le groupe et le gars Homme faisaient auparavant est assez radical, la rupture remontant tout de même au départ du bassite fou Nick Oliveri qui hurlait et faisait hurler sa basse sur les second et troisième LP du groupe ("Rated R" et "songs for the deaf").
Les deux albums suivants amorceront un progressif changement de style, par facilité ou manque d'inspiration diront certains, pour ma part je n'affectionne pas "era vulgaris" que je trouve trop plat.
"...Like clockwork" est donc le renouveau d'un groupe qui a mûri, toujours aussi intense, mais moins énervé, plus subtil, plus juste.
Les rythmes sont moins rapides, moins violents, la musique est lancinante, enivrante, presque hypnotique.
Les refrains sont toujours impeccables, les mélodies "faciles mais pas trop" restent en tête.
Les racines du groupe sont inchangées, le stoner, le psyché, le rock pur et dur, tout y est, mais différemment, et pour ma part en mieux.
QOTSA nous gratifie enfin d'une oeuvre digne de ce nom, voire un chef-d'oeuvre.
Les fans du début seront déçus par la première écoute, mais à force d'entendre les morceaux, il se pourrait bien qu'ils changent d'avis.
Le temps fera le reste.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 23 juin 2013
Si un album aura bien fait couler de l'encre, c'est celui-ci. Comment ca? QOTSA serait mort, dissous dans la pop, le show bizness et autres fadaises... Et pourquoi donc ? Uniquement parce qu'il n'y a pas certains types de riffs, parce que le son serait allégé par rapport aux premiers opus ?

Je vais donc commencer par cette phrase : si un groupe répète inlassablement la même chose, il meurt ou nous fait mourir d'ennui.

C'est donc une réelle évolution en terme de son. Et encore, le désormais mythique My god is the sun est bien la preuve que le son QOTSA d'origine est encore là.

Mais pour le reste, oui le son a changé. Pas l'esprit. C'est un disque de rock. J'ai lu 'pop' de ci de là. C'est comme taxer Pearl Jam de 'pop' parce qu'ils font des ballades ou Led Zep parce que le début de Stairway to Heaven est calme...

Bref, j'ai acheté ce disque le jour de sa sortie. J'en suis à la je ne sais combientième d'écoute. Et je ne m'en lasse pas. Parce qu'à chaque fois, j'ai quelque chose de péchu, d'audacieux, de magique, d'ambitieux. Pas juste ces albums où on fait la même chose sur 15 pistes. Pas juste ces albums faciles où après tout, pourquoi changer, ça se vendra chez les fans de la première heure.

Cet opus est une bénédiction pour le monde du rock, parce qu'il lui redonne ses lettres de noblesse. Il n'y a pas de compromissions, il y a des ouvertures qui ne masquent pas que c'est un album de rock, mais lui rajoute des petits bouts d'autre chose.

Bref, c'est clairement le meilleur album des QOTSA, qui va au delà du sanctifié Song for the Deaf. L'adolescent est devenu adulte.
11 commentaire| 4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 24 juin 2013
Je ne rentrerai pas dans la polémique du ce n'est plus pareil qu'avant, c'est mieux, c'est moins bien. Prenez ce cd comme il vient et vous vous apercevrez que c'est un sacré bon album. Très bonnes compositions, musiciens en place, excellent production et au dessus de cela un fabuleux chanteur. Bref que du plaisir!
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 5 juin 2013
Déçu par les deux précédents opus, j'ai d'abord écouté d'une oreille un peu distraite et plus j'avançais plus j'étais happé par un p'tit quequ'chose, un je ne sais quoi que je peux aujourd'hui nommer après moult écoutes : des vraies compos. Une mélodie, une voix à la hauteur, de l'énergie... Bref tout ce qu'il faut à un album pour ne pas s'ennuyer. Alors oui c'est moins brut que les autres albums, moins authentique diront certains. Personnellement je trouve au contraire que cette évolution (déjà sentie au sein de Them Crooked Vulture) nous ramène vers un groupe qui s'était quelque peu égaré dans les méandres du stoner. Pour les radicaux, il reste les désert sessions. Pour les autres il n'y a pas un titre qui ressemble à l'autre. Ceux qui renvoient Homme à la pop music n'ont pas du en écouter beaucoup parce que là, il y a vraiment du vrai bon rock stoner et aussi des titres qu'on ne peut pas vraiment classer (mais n'est - ce pas là la marque des grands?). En résumé: un vrai régal pour les cages à miel. Dommage que Josh Homme n'ait pas produit le dernier Bowie, on imagine ce qu'il aurait pu en faire mais ça c'est une autre histoire.
11 commentaire| 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 13 septembre 2013
Au bout de six écoutes, il fallait bien ça pour décrypter la musique tortueuse et incroyable de ce nouvel opus. On constate d'emblée que le QOTSA ont placé la barre très, très haut. Les ingrédients sont les mêmes que d'habitude, mais là les morceaux sont tous hautement jouissifs, les compos soignées donnent aussitôt envie de danser! Et quel boulot de ouf, la prod!! Après un era vulgaris un peu en dessous, le groupe sonne un retour fracassant, et s'avèrent être, à eux tous seuls, l'avenir du ROCK. Un franc et massif 18/20.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 22 janvier 2016
James Williamson, guitariste speedé d'Iggy and the Stooges sur Raw Power disait un jour ; on ne peut pas jouer toute sa vie du "raw power"
On ne peut pas non plus jouer toute sa vie Songs for the Deaf.
Un temps déçu (quand même), j'ai finalement trouvé dans ce disque un renouveau de QOTSA que ces prestations live ont confirmé par la suite.
Bref un très bon album de QOTSA pour ceux qui ne cherchent pas à tout prix du new stoner.
Alain
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 6 octobre 2014
Bon, en même temps je ne suis pas très objectif. C'est vrai que cet opus est peut être moins "rentre dedans" et ce n'est qu'une impression, je la livre mais je suis loin d'être convaincu, on a quand même un vrai concentré de son stoner. Les rifts sont efficaces les mélodies très prenantes il n'y a pas un morceau que je n'aime pas. la on touche le point qui fait mal : 10 titres seulement !! c'est un peu court...
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Je les entends déjà les mauvaises langues qui vont crier au scandale à la lecture de cette chronique, arguant qu'il est encore trop tôt pour tirer le portrait de la galette "hard-rock" la plus attendue de ces 5 dernières années. Et elles auront raison, ces langues de vipère. Mais si je déroge à cette règle tacite (synonyme de respect du travail des artistes et de rejet de voir le bien culturel comme un produit de consommation banal), c'est uniquement parce qu'après avoir écouté cet album en boucle toute cette sacro-sainte journée, l'inhabituelle impression de le connaître par coeur m'envahit déjà. Et le vieux briscard mélomane que je suis sait par expérience que cela n'est pas forcément bon signe à long terme. Néanmoins, je ne boude pas mon plaisir pour autant et j'ai déjà passé au peigne fin le riff principal de cet hypnotisant Keep Your Eyes Peeled : quel régal que ce coup de charleston ouverte sur la fin du premier temps de ce 6/4 (les puristes me corrigeront peut-être), un démarrage qui n'est pas sans rappeler cette magnifique ouverture de leur précédent album. Alors si une légère trace de pop subsiste le temps d'un deuxième morceau, l'évidence s'impose rapidement après quelques écoutes. Cette atmosphère de sinistre mélancolie, de désespoir (sentiment confirmé par l'iconographie morbide des clips assortis aux morceaux), sous ce masque de jouissance métallique imposée par cette basse frénétique, c'est en quelque sorte la marque de fabrique de Them Crooked Vultures. Il suffit de mettre côte à côte Bandoliers et If I Had A Tail pour s'en convaincre. Mêmes causes, mêmes effets, on retrouvera donc dans cet album les mêmes qualités mais aussi les mêmes (relatifs) défauts qui ont fait le succès du power trio également emmené par Josh Homme, cet admirable et prolifique auteur-compositeur que plus rien ne semble devoir arrêter dans sa conquête des sommets musicaux et dont l'ingéniosité et le sens du rythme sont bien résumés dans ce petit bijou de Smooth Sailing. Même si cette fois, en 10 titres seulement, sa dernière oeuvre nous laisse un goût de trop peu, dont on se satisfait pourtant car QOTSA joue seul depuis trop longtemps et n'a plus de rival depuis des temps immémoriaux. Certains diront depuis l'âge de pierre.
33 commentaires| 9 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 30 août 2013
C'est probablement l'album rock de l'année, ils ont acquis cette même "maturité" musicale que l'on retrouve dans un album comme Suburbs d'Arcade Fire. Un chef-d'oeuvre.

Un album pleinement abouti du début à la fin, des titres majeurs et un titre culte en particulier "Fairweather Friends" où l'on retrouve Elton John au piano et Trent Reznor au chant, il fallait oser !
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

8,24 €
7,00 €

Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)