undrgrnd Cliquez ici Litte Stockage illimité pour les photos et bien plus encore cliquez_ici nav_TPL0516 Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Bijoux en or rose

Commentaires client

4,4 sur 5 étoiles
43
4,4 sur 5 étoiles
Format: Téléchargement MP3|Modifier
Prix:9,99 €
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Après 45 ans de carrière, DP fait partie des survivants, mais pas des dinosaures, et le prouve haut la main avec ce surprenant Now What qui serait un peu son Black Ice (AC/DC, bien sûr...) à lui : force, inspiration, technique, feeling, tout est là. Je n'avais pas été emballé plus que ça par ses derniers disques, notamment Rapture of the Deep, trop jam et moins studio. D'autant plus que le quintet avoue sans vergogne rester un team live plutôt qu'un rat des studios : la performance est donc réelle. les titres sont clairs, les mélodies impeccables, la production du légendaire Bob Ezrin énorme et sans tâche et cerise sur le gâteau : l'ensemble garde ce coté jam groovy qui a toujours fait l'essence du groupe. Un grand disque, ils peuvent en être fier !
44 commentaires| 4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 9 juin 2013
Après tant d'années et quelques très bons concerts, il était légitime de se poser la question : chant du cygne ou suite de l'histoire. Personne n'aurait été choqué d'apprendre la fin de l'histoire mouvementée du Pourpre. Et pourtant l'espoir d'un nouveau chapitre était toujours bien présent, entre petites déclarations et prestations scéniques très réussies ( dont l'aventure avec un orchestre classique ). Et le miracle s'est produit. Malgré des critiques très positives, j'avoue avoir été très sceptique quant à la qualité du nouveau DP, mais dès les premières écoutes tout doute s'est évanoui. Je ne détaillerai pas chaque morceau, les nombreux et très bons commentaires l'ont déjà fait, simplement je voudrais juste apporter une note admirative quant à la qualité de l'ensemble. Pas de morceau faible cette fois-ci, les thèmes sont évidents, et chaque musicien donne la plénitude de son immense classe, à commencer par Paicey qui ne frappe pas comme un démon mais apporte une finesse de jeu incroyable, bien secondé par un Glover rayonnant. Don Airey prend une place principale dans l'ensemble, il est omniprésent tout en laissant la place à Steve Morse quand il le faut; les deux compères sont très complices sur cet album, cela se ressent et rehausse la qualité de la musique. Je terminerai par Ian Gillan, dont la voix est ici très bien mise en évidence, et dont les textes sont comme à chaque fois très travaillés et en harmonie avec la musique. En conclusion, voici un album riche, constant sur la durée, le meilleur de l'ère Morse; je le rapprocherai de Fireball, pour l'aspect libre et progressif. Une vraie réussite qui mérite le respect. Chapeau bas messieurs.
0Commentaire| 6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 22 mai 2013
J avoue que j avais tout de même de l appréhension en attendant la sortie de ce nouvel album. Un purpendicular brillant et inspiré, un abandon un peu moins brillant mais inspiré tout de même, un bananas très très moyen avec un son très très moyen, un rapture of the deep très inégal. Mais avec toujours de la pêche en concert, morceaux délivrés avec de la maîtrise. Au final, peut être pas un album qui restera dans les annales. Mais, beaucoup beaucoup de bons morceaux, très bonnes intro, très bons solos, d ambiances différentes. Un très bon son, chaque musicien ayant sa mise en valeur , dont la basse de Glover. Si cela devait être le dernier album studio de deep purple, et on peut le supposer, on peut dire qu ils finissent en beauté! Car, si l inspiration pourrait être meilleure, ce qu on ressent a l écoute de cet album, c est: la maîtrise, l envie de se faire plaisir, les ambiances musicales diverses issues des origines de chacun, le parfum de l improvisation des concerts. Rajouter a ça un plan com qui ressemble a quelque chose et nous tiens en haleine, un vrai clip ( Vincent price, comparé au clip de sometimes i feel like screaming, rien a voir!), des images, des vidéos, des interviews, vous obtenez un fan au comble de son fanatisme! Donc, bravo messieurs, chapeau bas. Je suis encore surpris, étonné, abasourdi par cet opus, par cette production. Si des morceaux moyens de précédents albums se révélaient en concert; a n en pas douter, ceux ci seront monstrueusement efficaces! Donc, vivement le live!
0Commentaire| 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 7 mai 2013
Album très varié,avec une inclination hard prog qui rappelle Fireball....Bonne référence.Le son est superbe,Bob Ezrin ayant fait un superbe travail..et a parfaitement capté l'ame du Pourpre Profond....
Les compositions tiennent la route comme Weirdistan et son coté orientalisant et épique ou bien encore Body line presque funky...Don Airey est le digne successeur de Jon Lord...Les autres musiciens assurant comme d'habitude....
Pour Steve Morse,on pourra toujours rejouer la querelle des Anciens et des modernes...Il n'y a plus les fulgurances de l'ombrageux Richie...Mais,le guitariste americain a apporté de la stabilité et de la sérénité au groupe...
Bref,un album homogène aux climats variés qui reouvre en plus les charts au groupe dont je suis fan depuis 1973..Bien sur,il n'y a pas la fougue des débuts....Mais le combo est toujours vivant...
Seul Bemol:l'absence d'une cavalcade échevelée à la Highway Star.....La teneur generale de l'album étant au mid tempo...
0Commentaire| 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
8 années après avoir publié "Rapture of the Deep", Deep Purple prouve avec ce disque que, décidément, le dinosaure qu'il est a vraiment la peau dure, et que le jour de sa cryogénisation n'est pas encore pour demain.

La vitalité du combo étant ce qu'elle est sur cet album, à la question "Now What ?", je serais presque tenté de leur répondre "give me one more".
Du Groove, du Swing, du Rock 5 étoiles, de l'envie d'en découdre, et toujours cet éternel plaisir que celui de jouer (pour le plaisir de jouer) de la super musique. Vous pouvez me croire, cela s'entend dans chaque note de cet album.

En un mot comme en cent, voilà ce qui s'appel "avoir du métier".

Nota: Je précise qu'à la base, je ne suis pas forcément un très grand amateur de ce géant du Rock, et que les rares albums (4 au total) que j'ai à ce jour du groupe font parti de ses œuvres les plus récentes.

17,5/20
22 commentaires| 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 26 février 2014
Bon...Pour le 38ème commentaire je ne vais pas répéter tout ce qui a déjà été dit - à juste raison - : les compos originales, la basse ronde, la batterie claire, la guitare et les claviers aériens, le chant qui assure, la divine surprise depuis PERPENDICULAR, etc. J'aimerais seulement rajouter que tout cela est - aussi - grâce à un grand monsieur de la production ; j'ai nommé : BOB EZRIN. L'ancien ingénieur aux manettes d'ALICE COOPER et tant d'autres, a réalisé des prouesses auditives pour rendre la production de cet album tout simplement phénoménal et nous créé des ambiances à la SAGA, à la THE DOORS (cherchez les titres !), à la...DEEP PURPLE et ses rythmiques et mélodies si typiques. Une vraie bonne surprise pour des gars qui se rapprochent tout doucement des 70 ans (exceptés MORSE et AIREY). Je m'en voudrais de ne pas citer le bel hommage rendu au membre fondateur du groupe : Sir JON LORD, dans une émouvante et envoutante partition musicale bien dans le style lordien. LONG LIVE R'N'ROLL aurait dit DIO !
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 29 avril 2013
Deep Purple revisite son style et ce grâce à Don Airey bien présent et ce n'est que du bonheur !
Le clavier est partout. Il semble, dans ce troisième opus qu'il enregistre avec Deep Purple, avoir pris du galon ou plutôt de l'assurance. Cela fait plaisir d'entendre l'orgue Hammond, typique de l'univers purpelien, retrouver sa place. Don Airey s'impose et c'est tant mieux.
Mais il n'y a pas que cela, les rythmes, les gammes orientales, les interventions classifiantes du synthé, les breacks, les chorus de basse de Glover qui ne fait pas que de la figuration et la voix de Gillan qui, miracle, est bien plus présente et en forme que lors du dernier opus "Rapture of the Deep".
Ian Paice toujours aussi bleuffant, reprenant d'ailleurs quelques rythmiques entre-aperçu déjà dans "In Rock".
Seul Steve Morse est égal à lui-même mais bon, il avait déjà fusionné avec Deep Purple dès le premier album "Purpendicular"
L'album est globalement inespéré, digne du groupe en espérant que nous auront droit à quelques morceaux sur scène autres que ceux déjà entendus depuis deux mois tel s Uncommon Man A Simple Song ou Above and Beyond.
Album au niveau d'un In ROck, Perfect Stranger ou Purpendicular.

Acheté en vinyl bien sûr mais aussi en cd/dvd uniquement pour la partie dvd, bémol pourquoi ne pas ajouter la partie dvd dans le vinyl ?
0Commentaire| 13 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 17 mai 2013
DEEP PURPLE frappe un grand coup avec cet opus enorme il montre qu'avec les annes la hargne et le talent reste intact , GILLAN chante à merveille à posseder l'un de leur meilleur album depuis leur retour en 1984 bravo messieurs
0Commentaire| 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 27 novembre 2014
Qui l'eut cru ? Purple nous a tellement habitué à ne sortir que des disques qualitativement bien en dessous des canons qui furent les leurs dans les 70's qu'on a failli accueillir celui-là d'un haussement d'épaules. On aurait tort de le snober car ô miracle on tient bien ici un nouveau chef d'oeuvre. Du rock vintage remis au goût du jour sans une once de nostalgie affublé d'une production imparable signée par un maître des studios: Bob Erzin (Alice Cooper, Pink Floyd, Lou Reed, Kiss, Deftones…)
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 13 mai 2013
CD excellentissime avec un Steve Morse très créatif et la bande de Septuagénaires qui n'a rien a envier des nouvelles générations
0Commentaire| 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

9,99 €

Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)