Cliquez ici undrgrnd Cliquez ici RentreeScolaire Cloud Drive Photos cliquez_ici. nav_BTS17CE Cliquez ici En savoir plus Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo

  • On/Off
  • Commentaires client



Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

"On/Off" raconte une saison du "Grand Journal" (l'émission de Canal+) vécue par un intellectuel devenu chroniqueur pour cette émission, et qui n'avait pas grand chose à faire dans cette émission.

Je n'ai rien appris de transcendant mais j'ai passé un très bon moment de lecture car ce livre est très bien écrit, alors que les livres dits "d'actualité" ont d'habitude une écriture fade.

La forme est assez originale, sous forme de dialogues retranscrits sèchement sur le papier, ce qui permet de se concentrer sur le discours plutôt que sur l'environnement et les perceptions (un des problèmes de la télévision...).

L'enveloppe appétissante (lire une retranscription des coulisses d'une des émissions les plus en vue du PAF) disparaît rapidement au profit d'un récit intéressant sur un homme qui n'est rien d'autre qu'un banal travailleur ne se sentant pas à sa place à son travail. Même si le travail est plus glamour (poser des questions, quand il le peut, à Bono, Angelina Jolie ou... Franck Duboscq) et la rémunération plus attractive que pour 99% de la population, les tracas et le cheminement intellectuel d'Ollivier Pourriol (pourtant philosophe) ne sont guère différents de ce que bon nombre de personnes ont déjà rencontrés.

Il accepte un travail sans savoir trop pourquoi, sauf que c'est très bien payé et que son entourage lui conseille d'accepter. Il comprend rapidement qu'il n'est pas à sa place (ambiance, objectifs, rythme, tâches demandées, rien n'est aligné avec ses attentes) et tente d'abord de s'ajuster, puis de se rebeller (extrêmement brièvement), avant de comprendre et d'accepter passivement l'inévitable, son éviction.

Emaillé par de nombreuses références culturelles, par des anecdotes assez drôlatiques (André Manoukian qui écoute Jankelevitch en voiture, LOL) ou appétissantes (les coulisses des émissions avec MLePen, NSarkozy, FHollande, AJolie, Bono etc.), dans un style très fluide, cela se lit rapidement et sans effort. Un bon livre de plage et sans doute une petite catharsis pour l'auteur, exposé à la critique de la France entière (la cruauté de Twitter...) pendant des mois.

Note: à sa publication, le livre n'était pas disponible en format électronique. J'avais cliqué sur l'icône demandant en substance une version électronique à l'éditeur. Et ce weekend j'ai vu que la version électronique était disponible, bravo! Mais à un prix de 14€, contre 19€ je crois en version papier, ce qui reste scandaleusement trop élevée (un livre électronique au dessus de 10€ paraît risible). J'ai quand même cliqué (discipline pour ne plus encombrer mes étagères), le livre portant sur une des très rares émissions que je regarde à la télévision, et ayant reçu beaucoup de commentaires favorables et semble-t-il non complaisants.
44 commentaires| 11 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Ollivier Pourriol fut chroniqueur "philosophe" sur l'année scolaire 2011-2012 à une émission de télévision qui dans son titre affirme à la fois le mensonge, le comble du ridicule qui ne tue pas, l'orgueil saisi dans sa démesure odieuse : le "Grand Journal".

Ollivier Pourriol, normalien, agrégé de philosophie, créateur de Studio Philo (enseignement de la philo à l'aide d'extraits de films de cinéma - intéressante démarche pédagogique) fut engagé pour hausser le niveau de cette émission, produite par cANAL+.

Si l'ouvrage n'apprend rien sur le degré zéro de cette émission, animée par une huître crevée d'avoir trop longtemps séjourné dans la boue des ports, ancien président d'un club de football, doublée d'un crâne chauve à l'accent basque, qui pour seule haute idée qu'il ait jamais eue, est celle de soi, entourée d'animateurs de morgue (bateleurs de foire qui par leur morgue cherchent à faire rire les cadavres dans les crématoriums), il parvient cependant à divertir son lecteur.

"On" pour tu as la parole et elle est enregistrée, "Off" pour le contraire retrace de nombreuses émissions / "On" tu es - "Off" tu n'es plus. Cette comédie permet de rencontrer quelques invités du monde des arts, de la politique confrontés aux questions - assertions des idiots fortunés qui prennent les spectateurs de la CSP- pour au moins aussi inintelligents qu'eux, le fric en moins.
0Commentaire| 4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Plus que le grand déballage auquel on serait tenté de s'attendre, Ollivier Pourriol, avec ce livre, nous plonge dans les coulisses du grand rendez vous en clair du soir de la chaine cryptée. Un an durant il aura été l'un des chroniqueurs de l'émission, mis, peu à peu, de côté au fil du temps, jusqu'à en devenir totalement muet.

Embauché pour tenter de donner une crédibilité "intello" à l'émission, Pourriol découvre vite un monde qui, sans réellement le choquer véritablement, l'étonne immanquablement: formatage débilitant, haine de l'intelligence, broyage des personnalités, anecdotes hallucinantes (les journalistes découpent les livres en 3 ou 4 pour les lire à plusieurs), prime systématique à la superficialité, etc...

A propos de Denisot, l'auteur aura été "brieffé" dès son arrivée: "Tu as vu comment il fait, il les astique, il les suce, il les pompe, ça fait des années qu'on subit ça. Si tu l'écoutes, tout est formidable. Aucun esprit critique, jamais. Alors vas-y à fond, balance, on compte vraiment sur toi.". Être un bon petit mouton docile, gentil et obéissant, tout en donnant l'air d'être quelqu'un de libre, voilà le rôle dans lequel Ollivier Pourriol n'aura, finalement jamais réussi à entrer.

Uniquement composé de dialogues et d'extraits d'émissions (l'attaque de Dupont-Aignan sur les salaires des animateurs, la tirade de Sarkozy sur Dreyer, etc.), le texte, en lui même, est avant tout un OVNI littéraire car, pour ce qui est des révélations sur l'émission, à moins d'être franchement dupe, il y a bien longtemps que l'on sait que Canal + n'est plus la bande de joyeux copains qu'elle était à ses débuts. Et le Grand Journal n'a jamais été, non plus, Nulle Part Ailleurs.

4 étoiles pour l'intérêt littéraire du bouquin, le reste laisse perplexe: Ollivier Pourriol n'a pas l'air d'être le premier imbécile venu, comment ne s'est il pas douté un instant de l'arnaque que constituait sa présence dans l'émission ? A moins que les sirènes de l'argent....

CREW.KOOS
33 commentaires| 44 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 3 novembre 2016
J'ai trouvé le style décousu. L'ensemble manque cruellement de structuration, voire de cohérence. J'ai abandonné la lecture de ce livre au bout d'une dizaine de pages, lassée de me demander qui disait quoi et à qui...
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 26 mai 2013
Bien écrit. Très agréable à lire, fluide, claire. Ce livre confirme ce que je pensais de ce genre de magazine. Un endroit où "On ne laisse pas parler les invités, on ne les écoute pas, on les "zigouille" si possible ... On veut faire le "buzz" et "On est l'Info". Des gens hors du temps, de la réalité de la vie"" .....
Ce livre nous prouve que si on veut voir de l'info qui informe ou de la culture qui cultive il faut changer de chaine ! C'est ce que j'ai fait avant la lecture de ON/OFF.
A déconseiller aux spectateurs qui aiment la télé superficielle, le clinquante, le bruyante, le "parisianisme", la femme potiche, la femme sexe, le monsieur "je sais tout" et qui tacle les politiques (surtout quand ils ne sont pas de son avis ...).
0Commentaire| 5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Au départ, je l'ai trouvé bien fade cet ouvrage qu'on annonçait sanglant et qui finalement n'offre qu'une réflexion désabusée sur un univers factice où l'on entretient le copinage et l'opportunisme, aux dépens de l'intelligence.
Mais avec le recul je m'aperçois que l'auteur n'a manifestement pas voulu tomber dans les défauts qu'il dénonce, car il aurait pu le payer cher.
Pourriol a en effet bien pris bien garde de ne pas attribuer certains des dialogues de son livre à des personnes précises, parce qu'il aurait pu alors être accusé de diffamation. Car lorsqu’on découvre une équipe qui manipule sciemment l'opinion, pardonnant tout à Sarkozy (et sa fameuse "méprisance", équivalant UMP de la "bravitude"), évitant d'aborder les sujets sensibles et privilégiant systématiquement le superficiel (pour ne pas être "excluant"!!!), on a de quoi être atterrés. Mais c'est peut-être dans le verbatim de certains dialogues qui sont passés à l'antenne qu'on réalise le mieux la bassesse de ceux qui veillent, chaque jour, à nous détendre le cerveau. L'épisode Dupont-Aignant, qui insistait pour que Denisot et Apathie révèlent le montant de leur salaire, était particulièrement révélateur. D'un côté Denisot boude et insiste "je n'ai pas à le révéler", tandis que de l'autre Apathie rouge de rage hurle au "Populisme!". Car s'ils avaient osé dire la vérité, c'est tout le système qui les a nourris et choyés qui aurait été menacé.
De tout cela transpire un profond mépris du téléspectateur, une médiocrité crasse et ultra conformiste qui veut se faire passer pour de l'impertinence à la mode.
Avec des dialogues humoristiques lus sur des prompteurs, des fiches écrites par des grouillots anonymes.
Avec, aussi, des seconds rôles qui jouent les victimes consentantes et obséquieuses (Massenet) et d'autres qui ne comprennent rien à rien et ne sont là que pour faire joli (les Miss Météo).
Bref, une lamentable arnaque intellectuelle dont Pourriol a subi la sottise pendant un an.
Pourquoi ce livre?
Sans doute pour se faire un peu d'argent. Sans doute - aussi - pour exorciser un vrai cas de conscience:
Etre payé plus 10 000 euros par mois pour une chronique d'une minute trente qui est souvent supprimée... il y a de quoi se sentir mal à l'aise. Et de quoi s'interroger sur le montant des émoluments d'un analyste politique tel qu'Apathie, qui se prétend libre et objectif...
Apparemment, les révélations du jeune philosophe ont dû produire quelques effets, puisque Denisot - tout auréolé de sa gloire audiovisuelle - a été débarqué l'année suivante... pour être aussitôt remplacé par une autre caricature.
Le livre de Pourriol n'est pas parfait, il est même franchement "léger" par moment, mais il est écrit avec simplicité et offre une base de réflexion intéressante, tout en laissant entrevoir le néant qui gouverne nos écrans.
A prendre les spectateurs pour des abrutis, même sur les chaînes qui se prétendent plus subtiles que les autres, la petite lucarne constitue plus que jamais la meilleure des promos pour Internet.
Je ne suis pas sûr que nous devions nous en attrister.
Atchao, bonsoir!
0Commentaire| 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 19 avril 2013
Excellent livre, très bien écrit, qui permet de s'immiscer dans un univers qui nous est inconnu, l'univers impitoyable de la télévision. Avec à sa tête un Michel Denisot assimilé à un prédateur, un crocodile faussement gentil, et tout un tas de produits périssables sans grand intérêt ( chroniqueurs ), dont chacun a un rôle précis, et détient un CDD de luxe pendant 1 an, avant d'être, souvent, jeté avec les déchets. Sauf s'il a "posé sa serviette avant les autres !"

Le plateau est ici décrit comme une sorte de sous-sol où règne une ambiance froide, artificielle, et où les chroniqueurs savent que le tiers de ce qu'ils diront sera coupé voire dénaturé. L'auteur en a fait l'amère expérience. Car la télévision est avant tout un spectacle. Spectacle où l'argent coule à flots, et où l'intelligence n'a pas sa place.
Et où, visiblement, la proportionnalité entre "salaire" et "quantité de travail fournie" est purement scandaleuse. Être payé une fortune pour se taire : Voilà les conditions de travail qu'a connues Ollivier Pourriol, dès le Festival de Cannes. Être un chroniqueur réduit au rang de téléspectateur, ou le sentiment de culpabilité de ne servir à rien, d'être guidé par une oreillette qui, aussi contradictoire que cela puisse paraitre, ne nous aide pas, mais nous empêche de parler librement.

Au programme, aussi quelques anecdotes très étonnantes et amusantes, telles que celles d'André Manoukian, qui doit encore regretter d'être allé affronter Marine Le Pen !
Ou une China Moses davantage rockeuse que chroniqueuse dans l'âme.
Sans oublier les petites informations sur la négociation de salaire, à la limite du vomitif ( cela serait une honte de ne pas demander d'augmentation, même quand on gagne 15 000€ ), et quelques conversations qui auraient pu être tenues secrètes.
Intéressant aussi, comment Ollivier Pourriol a-t-il été recruté ? Et renvoyé ?

A savoir : L'ex Miss-Météo Solweig Rediger-Lislow approuve tous les propos d'Ollivier Pourriol et estime même qu'il a été trop bienveillant. C'est dire...
0Commentaire| 13 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 9 juin 2013
cela n'a fait que confirmer ce que je pensais de canal +, des journalistes et des chroniqueurs qui sont payés une fortune
pour "désinformer" plutot qu'informer. Je n'écoute d'ailleurs plus RTL le matin pur les mêmes raisons
0Commentaire| 4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 8 mai 2013
Ce livre écrit comme une pièce de théâtre ou presque est un vrai régal. On se doutait bien que ça ne planait pas très haut sur les plateaux télé (surtout au grand journal) mais sous la plume à la fois naïve, cultivée et incisive d'Ollivier Pourriol la chose devient évidente. C'est vraiment du grand comique, on sourit, on rit même aux éclats.

Toujours modeste, parfois même plein de dérision envers lui-même mais amoureux de la culture (la vraie) et des belles lettres, l'auteur nous dresse un tableau pittoresque et très peu flatteur de cette étonnante espèce d'homo chronicus. Tout cela est cependant empreint d'humanité et de bienveillance envers les invités ou les techniciens dont les qualités sont souvent mises en avant. Comme des instantanés qui dévoilent une tranche de vie, on découvre au détour d'une page certains personnages, la plupart très célèbres, qui nous surprennent par des propos drôles ou pertinents qu'on n'aurait pas attendus d'eux. C'est une grande qualité d'Ollivier Pourriol que d'avoir su les entendre dans l'assourdissant chaos d'inepties qui l'entourait. Sans compter tous les grands écrivains et poètes qu'il fait revivre pour nous.

A savourer sans modération se lit presque d'une traite et se relit pour le plaisir.
0Commentaire| 6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 28 mai 2013
Une rareté,un ouvrage qui décrit les cuisines de Canal+ dont le pouvoir de nuisance suffit à tenir les candidats auteurs en respect
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)