Cliquez ici undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW Cloud Drive Photos cliquez_ici. cliquez_ici Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo

Commentaires client

4,2 sur 5 étoiles
53
4,2 sur 5 étoiles
Format: Téléchargement MP3|Modifier
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Depuis quelque temps déjà la toile bruisse des commentaires les plus acerbes des « happy fews » qui ont pu jeter une oreille sur le prochain QOTSA. A en croire la rumeur le disque serait décevant, mou, impersonnel et que sais je encore. C’est donc avec une certaine appréhension qu’on glisse la nouvelle offrande de Josh Homme et ses copains (au nombre desquels Dave Grohl, Nick Oliveri, Mark Lanegan (pour les plus évident), mais aussi Alex Turner, Trent Reznor et, cerise sur le gateau, Sir Elton John sur Fairweather Friends).

Dès le premier titre (Keep Your Eyes Peeled), le groupe installe un climat aussi malsain que fascinant et hypnotique avec une pop lente et torturée et hantée. Sans doute une technique pour rebuter l’auditeur peu aventureux, puisqu’immédiatement après le groupe décide de le carresser (l’auditeur) dans le sens du poil en l’emmenant vers des cieux cléments, en témoigne la mélodie plus immédiate de I Sat By The Ocean dans la doite lignée d’Era Vulagris. On retrouve d’ailleurs l’obsession pour le « robot rock » cher à Hommes et sa bande, et particulièrement présente sur Era Vulgaris, sur Smooth sailing et sa rythmique de disco rouillée. Jamais avare en explorations, le groupe livre avec The Vampyre Of Time And Memory, sa mélodie au piano et ses synthés un titre qui pourrait faire penser, de loin, a Radiohead, tandis que le refrain de My God Is The Sun n’aurait pas dépareillé chez System of a Down.

Le nonchalant If I Had A Tail, où se croisent Nick Oliveri , Mark Lanegan et Alex Turner est incontestablement l’un des sommet de l’album, avec son refrain au rythme new wave destroy menaçant. Un futur passage obligé en live, tout comme Fairweather Friends, merveille de pop queens-esque où les voix d’Oliveri, Lanegan et Trent Reznor s’entremêlent sur fon de piano obsédant. Le dit piano étant, soit dit en passant pour l’anecdote people, tenu par Sir Elton en personne.

Comme de coutume maintenant, l’avant dernier titre (I Appear Missing) est tout simplement sublime, à vous donner la chair de poule avec sa longue disgression finale toute en guitares (12 cordes et slide) sur la corde raide, définitivement l’un des plus beau titre du groupe

Pour ceux qui attendent toujours que QOTSA refasse indéfiniment un Song for the Deaf, c’est encore loupé cette fois ci. Par contre, ceux qui, comme moi, gardent I Never Came, The lost art of keeping a secret, "You Got A Killer Scene There, Man..." , Suture Up Your Future ou River on the Road toujours bien au chaud dans leur playlist, voilà la confirmation qu’ils attendaient. Une fois encore Homme et ses acolytes continuent à faire ce qui leur plait, avec talent, poussant plus loin encore l’expérience d’une pop bancale, décalée, exigeante mais infiniment envoutante sans se soucier d’être à la mode ou de quelque chapelle que ce soit. Ils sont rares aujourd’hui les groupes qui peuvent se vanter de produire une musique si originale, intemporelle et personnelle. Une musique immédiatement identifiable et très difficilement rapprochable de qui que ce soit d’autre.

Sans aucun doute le plus homogène des albums du groupe !

CREW.KOOS
22 commentaires| 35 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 15 juin 2013
Je lis ça et là que le groupe a viré pop et ne fait plus du stoner, que "c'était mieux avant" quand Oliveri tenait la basse, qu'ils se sont ramollis... bref, tous les poncifs habituels que les pseudo-puristes figés dans le passé et désireux de voir le groupe sortir à chaque fois le même album nous servent, et je me dis en mon for intérieur que beaucoup d'entre n'ont même pas pris la peine d'écouter ce disque, et quand je dis "écouter" je parle de lui ouvrir vos oreilles et votre âme, de créer ce lien intime et sacré que seul l'art en général permet, de le laisser vous parcourir, vous imprégner, et de le ressentir;

aujourd'hui, après deux semaines à n'écouter quasi-exclusivement que cet album, tous les jours, et plusieurs fois par jour, je peux dire que cette galette est une pépite, et qu'il propulse les QOTSA au niveau supérieur, celui des Led Zep et consorts;

plus du stoner? oh que si, et bien plus que cela encore!
0Commentaire| 14 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 29 septembre 2013
Je découvre QOTSA avec cet opus, je n'ai donc aucun élément de comparaison avec les précédents (sûrement suis-je passé à côté de quelque chose...?) Je vais donc y aller au feeling !
C'est album est un chef d'oeuvre. Tout y est envoûtant : la voix de Josh Homme, les guitares, le son, l'ambiance relativement sombre, et les textes...
Quelle belle entrée en matière, pour moi, pour découvrir ce groupe !

Absolument magique !
0Commentaire| 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Je les entends déjà les mauvaises langues qui vont crier au scandale à la lecture de cette chronique, arguant qu'il est encore trop tôt pour tirer le portrait de la galette "hard-rock" la plus attendue de ces 5 dernières années. Et elles auront raison, ces langues de vipère. Mais si je déroge à cette règle tacite (synonyme de respect du travail des artistes et de rejet de voir le bien culturel comme un produit de consommation banal), c'est uniquement parce qu'après avoir écouté cet album en boucle toute cette sacro-sainte journée, l'inhabituelle impression de le connaître par coeur m'envahit déjà. Et le vieux briscard mélomane que je suis sait par expérience que cela n'est pas forcément bon signe à long terme. Néanmoins, je ne boude pas mon plaisir pour autant et j'ai déjà passé au peigne fin le riff principal de cet hypnotisant Keep Your Eyes Peeled : quel régal que ce coup de charleston ouverte sur la fin du premier temps de ce 6/4 (les puristes me corrigeront peut-être), un démarrage qui n'est pas sans rappeler cette magnifique ouverture de leur précédent album. Alors si une légère trace de pop subsiste le temps d'un deuxième morceau, l'évidence s'impose rapidement après quelques écoutes. Cette atmosphère de sinistre mélancolie, de désespoir (sentiment confirmé par l'iconographie morbide des clips assortis aux morceaux), sous ce masque de jouissance métallique imposée par cette basse frénétique, c'est en quelque sorte la marque de fabrique de Them Crooked Vultures. Il suffit de mettre côte à côte Bandoliers et If I Had A Tail pour s'en convaincre. Mêmes causes, mêmes effets, on retrouvera donc dans cet album les mêmes qualités mais aussi les mêmes (relatifs) défauts qui ont fait le succès du power trio également emmené par Josh Homme, cet admirable et prolifique auteur-compositeur que plus rien ne semble devoir arrêter dans sa conquête des sommets musicaux et dont l'ingéniosité et le sens du rythme sont bien résumés dans ce petit bijou de Smooth Sailing. Même si cette fois, en 10 titres seulement, sa dernière oeuvre nous laisse un goût de trop peu, dont on se satisfait pourtant car QOTSA joue seul depuis trop longtemps et n'a plus de rival depuis des temps immémoriaux. Certains diront depuis l'âge de pierre.
33 commentaires| 9 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 23 juin 2013
Si un album aura bien fait couler de l'encre, c'est celui-ci. Comment ca? QOTSA serait mort, dissous dans la pop, le show bizness et autres fadaises... Et pourquoi donc ? Uniquement parce qu'il n'y a pas certains types de riffs, parce que le son serait allégé par rapport aux premiers opus ?

Je vais donc commencer par cette phrase : si un groupe répète inlassablement la même chose, il meurt ou nous fait mourir d'ennui.

C'est donc une réelle évolution en terme de son. Et encore, le désormais mythique My god is the sun est bien la preuve que le son QOTSA d'origine est encore là.

Mais pour le reste, oui le son a changé. Pas l'esprit. C'est un disque de rock. J'ai lu 'pop' de ci de là. C'est comme taxer Pearl Jam de 'pop' parce qu'ils font des ballades ou Led Zep parce que le début de Stairway to Heaven est calme...

Bref, j'ai acheté ce disque le jour de sa sortie. J'en suis à la je ne sais combientième d'écoute. Et je ne m'en lasse pas. Parce qu'à chaque fois, j'ai quelque chose de péchu, d'audacieux, de magique, d'ambitieux. Pas juste ces albums où on fait la même chose sur 15 pistes. Pas juste ces albums faciles où après tout, pourquoi changer, ça se vendra chez les fans de la première heure.

Cet opus est une bénédiction pour le monde du rock, parce qu'il lui redonne ses lettres de noblesse. Il n'y a pas de compromissions, il y a des ouvertures qui ne masquent pas que c'est un album de rock, mais lui rajoute des petits bouts d'autre chose.

Bref, c'est clairement le meilleur album des QOTSA, qui va au delà du sanctifié Song for the Deaf. L'adolescent est devenu adulte.
11 commentaire| 4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 20 septembre 2013
Je n'attendais rien de particulier, juste un nouvel album des QOTSA, mais à l'écoute de celui ci, grande surprise !
Plus de mélodie, plus pop et accessible tout en restant très rock, inspiré par les grand classiques du rock, ce nouvel album devient pour moi un classique intemporel ! je l'écoute en boucle depuis sa sortie et je n'arrive plus à écouter autre chose ! Très bien produit, épuré et mise en valeur de la voix, batterie puissante mais centré les guitare bien équilibrées, une basse parfaite. Je recommande grandement cet album !
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 5 juin 2013
Déçu par les deux précédents opus, j'ai d'abord écouté d'une oreille un peu distraite et plus j'avançais plus j'étais happé par un p'tit quequ'chose, un je ne sais quoi que je peux aujourd'hui nommer après moult écoutes : des vraies compos. Une mélodie, une voix à la hauteur, de l'énergie... Bref tout ce qu'il faut à un album pour ne pas s'ennuyer. Alors oui c'est moins brut que les autres albums, moins authentique diront certains. Personnellement je trouve au contraire que cette évolution (déjà sentie au sein de Them Crooked Vulture) nous ramène vers un groupe qui s'était quelque peu égaré dans les méandres du stoner. Pour les radicaux, il reste les désert sessions. Pour les autres il n'y a pas un titre qui ressemble à l'autre. Ceux qui renvoient Homme à la pop music n'ont pas du en écouter beaucoup parce que là, il y a vraiment du vrai bon rock stoner et aussi des titres qu'on ne peut pas vraiment classer (mais n'est - ce pas là la marque des grands?). En résumé: un vrai régal pour les cages à miel. Dommage que Josh Homme n'ait pas produit le dernier Bowie, on imagine ce qu'il aurait pu en faire mais ça c'est une autre histoire.
11 commentaire| 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 14 juillet 2013
Le meilleur album pour le meilleur du rock, fini le stoner des debuts a savoir un mix de rock et de metal ici c'est du pure rock même si les riffs des debuts on toujours était plus rock que metal, pour les puristes du stoner quand on aime le stoner on aime le rock et le metal on écoute kyuss pour le coté heavy du stoner et qotsa pour le rock, et la il s'agit a mon sens de l'un des meilleurs albums rock depuis led zep même si des groupes comme stereophonics ou radiohead on marqués l'histoire du rock. qotsa rentre dans le top ten des meilleurs groupes de rock de tout les temps. Cet album va marquer le rock, chaque titres est un tube. Les puristes du stoner quand a eux devront ce rapprocher des deux exellent premiers albums.
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 19 juin 2013
Encore une fois QOTSA nous gratifie d'un très bel objet avec une recherche graphique encore différente des précédents albums. A l'ouverture du double on trouve le booklet que l'on feuillette à la manière d'un "artbook" ou d'une BD, le style graphique est très beau et surprend passé la pochette et son rouge vif assez simple. L'album est étrange, globalement un des plus apaisé du groupe de Josh Homme (alors que la présence de Dave Grohl dur une grande partie du disque aurait pu faire croire à des titres plus sauvages)... Le dernier titre (qui est aussi celui de l'album) est superbe, et donne envie de remettre la galette pour s'imprégner un peu plus de ces 10 titres globalement réussis,
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 5 juillet 2013
on a attendu longtemps apres era vulgaris mais ca valait le coup.moins abrupt que son predecesseur cet album regroupe plusieurs styles de morceaux les qotsa jouent sur les ambiances on y trouve des titres tour a tour demoniaques a l atmosphere pesante mais aussi des chansons pop d autres plus rock il y a aussi deux superbes ballades ;le tout produit a la perfection ;bref ce nouvel opus est varie mais reste coherent de bout en bout grace a la qualite des morceaux ...a ecouter d urgence car ce cd est tout simplement magnifique !!
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

9,99 €
10,99 €
2,79 €

Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)