undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_WSHT16 Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Bijoux en or rose

Commentaires client

4,0 sur 5 étoiles
79
4,0 sur 5 étoiles
Format: Format Kindle|Modifier
Prix:6,99 €
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 18 juillet 2007
Un livre tout à fait loufoque. On y croise des personnages plus fous les uns que les autres qui aiment entretenir les soupçons qui pèsent sur eux et qui n'hésitent pas à entrer en guerre froide avec leurs voisins. Tous ces personnages se perdent dans une histoire tout à fait démente: "Le 5, rue de la Doulce-Belette ? L'annexe du service psychiatrique des Hôpitaux de Paris !" Au fur et à mesure que l'on avance dans l'histoire, des personnages se rajoutent, des histoires de plus en plus délirantes et même angoissantes se produisent... J'ai souri, j'ai ri, je me suis beaucoup amusé.
Le roman est écrit d'une manière tout à fait originale: il s'agit d'extrait de journaux intimes des principaux protagonistes, d'extraits d'oeuvre littéraire ou cinématographique des artistes de l'immeuble, de lettres des habitants des 5 et 6 rue de la Doulce Belette, ... La fin du roman est tout à fait savoureuse... mais je ne vous en dévoilerai pas plus...
Un livre qui égaille les tristes journées pluvieuses de cet été!
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 29 août 2012
Curieuse construction on l'on se prend au jeu de lire le journal intime de voisins qui s'espionnent ou qui croient s'espionner ou qui sont espionnés ??? Et où l'on se demande mais qu'elle est ce livre étrange??? ça commence comme un roman, ça se poursuit comme un roman policier! Des personnages fous, loufoques, atypiques qui se retrouvent dans des situations aussi imprévisibles que possible...dans une atmosphére faîte de suspicion avec un fond de "big brother is watching you" le tout saupoudré d'humour. Je me suis posée la question: "est-ce que je comprends bien ce que je lis? ou est-ce que j'ai raté un passage" !! Bref ça part dans tous les sens et l'imaginaire est mis à rude épreuve ... Bref ....j'ai vraiment bien aimé!!
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Plein de surprises dans ce roman échevelé, doté, comme le précise Max Corneloup, l'un des héros ,d"une intrigue téléphonée" ; Max Corneloup qui, pour échapper à ses soucis va passer deux nuits sur la plage de Saint-Valery-sur-Somme (en décembre!) et proclame "Je reviendrai grand,fier et fort.Requinqué à la tarte au Maroilles".
Bon, la tarte au Maroilles, Max, c'est plutôt dans L'Avesnois mais pas grave, on te pardonne !
Comme on pardonne à l'auteur de nous faire quitter si tôt tous ces personnages qui nous avaient donné le goût du roman feuilleton, plein de rebondissements et de mise en abyme...
Requinquant comme la tarte au Maroilles!
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 10 juin 2007
"À mon avis, un virus a dû faire des ravages dans cet immeuble. Le 5, rue de la Doulce-Belette ? L'annexe du service psychiatrique des Hôpitaux de Paris !'"

Effectivement, l'immeuble dans lequel vient d'emménager Max Corneloup est bien bizarre, tout au moins ses locataires. 'Des personnages perdus dans une histoire démente.'

Une construction originale pour ce roman à l'humour décapant qui met en parallèle les commentaires des journaux intimes de deux de ces locataires qui se livrent une guerre d'espions sans merci reposant avant tout sur un fatras d'inepties.

De plus, autour de leur haine irraisonnée qu'ils se vouent viscéralement, un meurtre va bel et bien se perpétrer et entraîner ainsi l'ensemble des locataires de cet immeuble dans une histoire inextricable.

Ce livre est un imbroglio de situations équivoques et démentielles issues de méprises à l'image du contexte délirant de cette pseudo-enquête policière. Une intrigue astucieusement menée dans un rythme époustouflant par le biais de cette écriture à l'imagination débordante voire extravagante.

Un style énergique et bien enlevé qui m'a aussitôt emmenée dans son jeu. J'ai souri parfois, j'ai pouffé souvent et j'ai même éclaté à de très nombreuses reprises. Un livre jubilatoire, d'une originalité réjouissante pour des moments de lecture bien agréables.

Un grand plaisir à découvrir et à déguster ! Une réelle friandise pour ce simulacre de roman policier subtilement orchestré.
0Commentaire| 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 26 juin 2011
Vous avez le blues, le cafard, du vague à l'âme, vous broyez du noir, lisez ce roman toute affaire cessante. Vous avez du temps à perdre dans une salle d'attente ou d'embarquement, lisez ce roman farfelu. Soupçons, médisances, espionnages, rumeurs, lettres anonymes agrémentent la vie d'une bande de locataires tous plus loufoques les uns que les autres: une concierge qui écrit régulièrement à sa mère (dont je ne dirai rien), un commissaire plus "vrai"(!?) que nature, un cancre patenté, un réalisateur de films qui subliment le surréalisme (ce qui nous vaut quelques pages irrésistibles), des bestioles qui dévastent systématiquement un appartement façon inspecteur Clouseau, un assassinat par saut à l'élastique dans la cage d'escalier d'un immeuble bourgeois, et j'en passe... D'une écriture alerte et hilarante, ce récit construit sur l'alternance de points de vue et parsemé de quelques meurtres improbables vous happera par sa cocasserie. Conseils dans le genre : romans de Jô Soares (Elémentaire ma chère Sarah, ou bien: L'homme qui tua Getulio Vargas), romans d'Eduardo Mendoza (Le labyrinthe aux olives, ou bien : Le mystère de la crypte ensorcelée).
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 2 octobre 2011
Je m'étais décidée, en cours de lecture, à attribuer 3 étoiles à ce roman. Certes, j'ai souris, tenue par une intrigue, mais le style est lourd, bourré de figures de style qui plombent le récit, lassent, fatiguent et qui donnent l'impression que l'auteur pourrait être en réalité un collégien de 14 ans qui cherche à montrer ses connaissances en termes de figures de style. Bon, si c'était effectivement la réalité, je dirais tout de même bravo, face à l'imagination déployée par un ado de 14 ans. Le problème est que l'auteur est bien plus âgé, bien plus expérimenté. Donc pour moi très grosse déception.

L'auteur passe, à mon sens, trop de temps à ultra caricaturer ses personnages, qui sont d'ailleurs parfois peu aboutis: je pense à la concierge, Yoyo, dont j'aurais aimé savoir un peu plus. Je trouve assez lassant et assez malsain de cantonner les personnages à leurs défauts physiques ou comportementaux. Si au début, l'initiative est drôle, le fait de souligner en permanence les défauts des personnages m'a épuisée.

Bon, soit, admettons, pourquoi pas... "je mettrai tout de même 3 étoiles a ce bouquin qui me fait quand même sourire... Par moments en tout cas". Mais la fin de l'histoire m'a découragé de mon choix: aucune finesse dans l'approche et dans le dénouement de l'intrigue. C'est gros, maladroit, pénible à lire, pénible à croire, bref, tout ça pour ça? Non, je m'excuse auprès de JMR, s'il tombe sur mon commentaire, mais ce livre est ma déception 2011 la plus grande. Pour ma part, je regrette mon achat, moi qui m'attendais à rire façon humour noir, je me suis ennuyée, pour toutes les raisons que j'ai évoquées.
0Commentaire| 8 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 13 janvier 2013
J'ai eu ce livre en cadeau, et vraiment je remercie mes bienfaiteurs, au début le style interpelle et puis finalement on est pris au jeu, on ne le lâche plus. Certes ce n'est pas de la grande littérature comme le reproche certains ( j'avoue que je n'en souviendrai peut-être plus dans quelques mois), mais elle a le mérite de divertir et surtout de faire rire.

C'est loufoque, original, drôle et ça change des romans justement trop littéraires et trop sérieux que les critiques littéraires nous désigne dans les magazines.

Je venais juste de finir les lisières d'Olivier Adam, qui est certes bien écrit mais duquel on ressort essoré, alors forcément une pépite comme celle là derrière, ça vous requinque.
0Commentaire| 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
« Prenez soin du chien » met en scène les locataires et concierges de deux immeubles en vis-à-vis, rue Doulce-Belette à Paris. Le texte se présente comme un patchwork des productions des habitants : journaux intimes, lettres, e-mails, extraits de romans ou de films... Un mystérieux narrateur, qui semble faire écho à un tout aussi insaisissable propriétaire, intervient aussi de temps en temps pour nous faire bénéficier de son omniscience. Les habitants sont si loufoques limite timbrés que l'on se demande s'il sont bien tous rassemblés là par hasard. Cela défie toutes les probabilités... Lorsque des meurtres surviennent, cela devient encore plus louche...

J.M. Erre s'amuse avec les genres. Tour à tour roman épistolaire, policier et réflexion sur l'écriture, « Prenez soin du chien » traite les sujets de manière déjantée mais non sans un certain sérieux. C'est délirant mais construit tout de même. Quant au style, on se croirait chez Greg. Chez les voisins Max Corneloup et Eugène Fluche, les amateurs retrouveront Achille Talon et Lefuneste au beau milieu d'une intrigue policière.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 22 décembre 2012
Je n'ai pas vraiment accroché, j'ai trouvé l'humour assez lourd, l'intrigue inintéressante, il ne se passe rien. A chacun de se faire son opinion, mais pour ma part ce n'est pas un bouquin que je recommande.
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 7 septembre 2012
J'avais besoin d'un livre léger pour voyager. Prenez soin du chien a amplement rempli cette tâche. Physiquement comme intellectuellement.

Il s'agit de la tranche de vie de deux immeubles parisiens situés en vis-à-vis. L'auteur nous livre des extraits des journaux intimes de personnages plus loufoques les uns que les autres. Dans le désordre nous piocherons l'auteur de romans radiophoniques, le peintre sur coquille d'œuf, le dresseur de souris domestiques, l'auteur incontinent de romans érotiques, et d'autres que j'ai oubliés.

C'est une réflexion philosophique sur la vie avec autrui, une réflexion poussée sur le besoin de vie en commun dans une société individualiste et sur l'instauration et de la hiérarchisation des pouvoirs au sein d'une telle société, c'est … Non, j'plaisante! c'ést un délire entre le thème "Voisin, je t'aime. Moi non plus" et "Tous des cons, sauf moi".

Ce n'est pas le livre de l'année, juste un livre rigolo et foutraque comme j'aime.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles


Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)