undrgrnd Cliquez ici Litte Cloud Drive Photos cliquez_ici Rentrée scolaire Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Bijoux en or rose

Commentaires client

4,2 sur 5 étoiles
251
4,2 sur 5 étoiles
Format: Blu-ray|Modifier
Prix:11,45 €+ 2,79 € expédition
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 11 décembre 2013
Ce commentaire ne s'applique que pour l'édition américaine du coffret Phaser Edition.
Suite aux retards concernant l'édition française de ce coffret, j'ai commandé la version américaine sur Amazon.com (j'ai eu des déboires avec Amazon concernant la disponibilité d'un certain jeu vidéo).
Sans rentrer dans les détails concernant le film et les pistes audio (il y a la version française non HD), le blu-ray n'est pas zoné. Seul le DVD est zoné (zone 1). La version numérique n'est disponible qu'en anglais (c'est ce qu'il y d'écrit sur le boitier - pas testé). Quand au boitier, il est en plastique. Ce n'est pas un steel Book.
La réplique du phaser est en métal et le support en plastique. Les deux positions de tirs (paralysante et létal) peuvent être "sélectionnées". L'ensemble est de bonne qualité et vaut, à mon avis, les 80$ que j'ai investi (pour les fans et collectionneurs quand même). Le coffret correspond à la photo présente sur Amazon.fr (seul le boitier blu-ray est différent). Le phaser est emballé, tout seul, dans une boite en polystyrène. Le boitier blu-ray est à part. Pas de risque de les abîmer.
Le coffret est toujours en stock. Donc n'hésitez pas à acheter cette version.
0Commentaire| 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 18 octobre 2013
Bon ben les critiques je comprend pas trop...Alors niveau scenario c'est sympa comme tout,on retrouve complement l'ambiance du premier remake.
Ensuite il parait qu'il y avait trop d'effet spéciaux...je cherche encore...en meme temps pour un films se déroulant avec extra-terrestre et vaisseaux spatiaux....

Niveau Technique 3D = Extraordinaire ,relief ,projection , profondeur tout y est, rien ne manque.
Enfin un vrai Blu-ray 3D voir un vrai film 3D tout court. Avatar, avenger, transformers 3 qui était mes demo technique sont au ras des pâquerette comparé a ce film. (Pour info mon écran n'est pas un écran qui vaut des millions c'est juste un Samsung 6710.Pour ceux qui doute.
A posséder rien que pour la 3D si vous n'êtes pas fan de la saga.
Et niveau son impeccable rien a redire (must have) même si apparemment pour certains le 5.1 dd ca coince. Je vois pas trop le problème. Mieux vaut un très excellent 5.1 dd comme ici plutôt qu'un mauvais dts-hd et compagnie.
Enfin bref j'ai passé 2H10 de plaisir sur tout les plans face a ce films. Et il y a un très, très longtemps que je n'avais pas ressenti ca.
0Commentaire| 34 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Ce test est basé sur le disque Benelux, qui devrait être identique au disque français.

Dès les toutes premières minutes du film, plongées dans une planète remplie de végétation rouge et d'indigènes vêtus de tuniques jaune pétant, le transfert HD donne le ton : vibrant, doté d'un niveau de détails absolu, le Blu Ray est sans surprise une démo technique complète. De la précision chirurgicale jusqu'aux noirs impeccables, en passant donc par un rendu exemplaire des couleurs, STID a de quoi faire les beaux jours des Home Cinema. En terme de film live, le Blu Ray pourra facilement finir dans les meilleurs titres du support. Les scènes de combat spatiaux, les intérieurs, les extérieurs, les fusillades, tout resplendit de mille feux à travers les multiples détails visibles : les textures des peaux, les trames des uniformes saturés de Starfleet, les détails des intérieurs de l'Enterprise. Bref, la totale.
Un conseil ? Testez le chapitre 6.

Côté son ? Oh, qui l'eut cru, c'est la même en couleurs. La VO est absolument phénoménale. Tourbillonnant constamment autour du spectateur en exploitant à chaque instant l'ensemble du champ sonore, la piste possède à la fois une très grande spatialisation sonore mais aussi un excellent équilibre entre la musique (quasi omniprésente), les effets sonores et les dialogues. Son efficacité, c'est donc son ouverture totale, alliée à une puissance de feu brutale bien comme il faut, doublée d'une utilisation plus qu'explicite du caisson de basses, permettant une rondeur complétant l'excellence sonore de la piste. Tout le dernier quart du film permet d'en profiter pleinement, entre les nombreuses explosions faisant cracher le caisson, une multitude de petits effets sonores répartis sur toutes les enceintes, et la musique et les dialogues, permettant un enveloppement complet sur 360°.
La musique, en particulier, possède un rendu absolument magnifique, et on ne peut que conseiller de monter le son pour en profiter jusqu'aux dernières notes du générique de fin. Un petit regret (outre la VF seulement proposée en DD 5.1, je vous vois venir, là bas) : que Paramount n'ait pas eu la même idée qu'Universal sur Oblivion, et ne propose pas de piste musicale isolée.

Maintenant, un point rapide sur la partie éditoriale déplorable de Paramount :
- Paramount a fait le choix de séparer aux USA les bonus en 3 parties : une partie de 40 min, présente ici, et présente sur tous les disques du monde. Celle ci est composée de 6 featurettes (8 aux USA, mais les 2 supplémentaires cumulent 3 min en tout et sont largement dispensables. Une 2e partie d'environ 30 est exclusive à Target, une autre d'elle aussi 30 min exclusive à Best Buy.
- l'édition Benelux ne contient que les 6 featurettes pour 40 min au total. Il en est de même en France.
- Bad Robot a enregistré un commentaire audio/vidéo du film (un peu comme le Maximum Movie Mode de Warner). Aux USA et en Angleterre, il n'est disponible qu'en téléchargeant la copie numérique sur iTunes. Mon édition Benelux ne contenant pas de copie numérique, je dois faire une croix sur une copie légale de ce commentaire A/V. La France annonce des éditions avec copie numérique. On peut donc supposer qu'il sera disponible en France.
- La FNAC propose une édition spéciale incluant "un DVD bonus de 30 mn de suppléments". Il s'agit d'un équivalent du DVD anglais Sainsbury avec les bonus suivants : The Voyage Begins... Again (2:29), Mr. Spock and Mr. Spock (4:15), Rebuilding the Enterprise (5:30), Vengeance is Coming (4:27), Visual Affection (9:02) et Kirk and Spock (5:34). Attention, l'édition 3D ne possède pas ce DVD !

Nous n'aurons donc pas les bonus suivants en France :

Down With the Ship (6:09)
Unlocking the Cut (5:10)
The Sound of Music (and FX) (5:27)
Aliens Encountered (6:50)
NIF: Home of the Core (4:32)
Safety First (2:26)

Au final, çle film possède un commentaire A/V et 1h40 de bonus, mais que sur le disque français, on aura que 40 min de bonus, et il faut se farcir 5 Go de téléchargement sur iTunes pour le commentaire et une édition spéciale limité pour 30 min de bonus supplémentaires. Couplé à la VF en DD 5.1, ça représente un majeur pas en arrière de la part de Paramount, qui souhaite probablement capitaliser sur les fans américains de la franchise, mais ne fait que s'en aliéner en déployant une attitude profondément opportuniste. Au lieu d'acheter 3 éditions pour compléter les bonus, la réaction spontanée est plutôt de boycotter, ou d'attendre une baisse de prix.
Qui plus est, Paramount semble avoir complètement oublié les marchés hors-USA, qui en sont réduits aux aléas des revendeurs nationaux, et de très nombreux pays européens perdent donc 1h de bonus sans raison autre que l'appât du gain. Quand on compare au contenu éditorial du film de 2009, la frustration est de mise, surtout que le film sort en France 1 mois 1/2 après tout le monde, histoire de parachever cette formidable entreprise...

Image : 10/10
Son (VO 7.1) : 10/10
Film : 8.5/10
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Double avertissement. Tout d’abord, celui qui rédige ces lignes est un fan de Star Trek. Sans aller jusqu’à lire les romans annexes aux séries télé ou me déguiser avec des oreilles pointues, il me faut admettre un certain biais positif et exigent pour tout ce qui touche à cet univers, et reconnaître qu’il m’est impossible de me plonger totalement dans la peau d’un néophyte. Deuxièmement, je déconseille fortement à tout fin connaisseur de lire mon avant-dernier paragraphe (identifié « SPOILER ») s’il ne veut pas se gâcher quelques (bonnes) surprises du film liées à sa position dans l’univers Star Trek ; à l’inverse, pour les néophytes, ce passage vous apportera un éclairage supplémentaire que j’espère intéressant.

Je ne raconterai rien de l’intrigue. Autant vous laisser porter par le souffle de l’aventure devant l’écran. Sachez simplement qu’il y est question de complot, de manipulations, d’attentats terrestres, de combats spatiaux (liste non exhaustive). Autre enjeu pour Kirk : dans le film précédent, il accédait au grade de capitaine en partie par chance et en partie par son audace ; ici, il devra acquérir la maturité nécessaire pour devenir un « vrai » capitaine. L’histoire, linéaire, se suit avec plaisir, mais une fois la principale menace révélée vers les deux tiers du film, il faut reconnaître que les péripéties et rebondissements sont relativement classiques et prévisibles. Comprenez-moi bien : on passe un excellent moment, mais on pouvait espérer un surcroît d’inventivité de la part de J.J. Abrams, le créateur de Lost, le régénérateur de Mission Impossibleau cinéma, et qui avait fait merveille en 2009 avec l’opus précédent, sans parler de son petit bijou Super 8. En outre, si le ton du film gagne en gravité par rapport au premier volet, Star Trek into darkness est légèrement moins nerveux, tendu, haletant, bien que l’action ne soit pourtant pas en reste. L’humour, en revanche, n’a pas diminué : de nombreuses petites piques parsèment les dialogues et font mouche systématiquement.

Côté image, on en prend plein les yeux. Les effets spéciaux sont exemplaires, les visuels (les grandes villes terrestres du futur, notamment) magnifiques, les images de synthèses insérées à la perfection dans les plans et il n’y en a pas plus que nécessaire. Visuellement, parions que ça vieillira bien. Oui, les plans du pont restent saturés d’effets de « flare » qui lassent un peu, mais rien de grave : Abrams a finalement décidé d’assumer – tant mieux pour la cohérence visuelle de ses deux films. Cette cohérence se maintient également au niveau musical, puisque Michael Giacchino est de retour avec une partition se situant dans la rigoureuse continuité de ce qu’il avait composé en 2009, avec toujours quelques rappels du thème musical de la série d’origine. Le générique de fin est particulièrement frappant : il est construit sur l’exact modèle du précédent film.

Les acteurs assurent très proprement leurs prestations, mais il leur manque pour la plupart une complicité réelle d’équipage. On ne peut pas leur reprocher : une telle connivence ne se crée qu’après de longs mois voire années de tournage ensemble, comme c’est le cas pour une série télé. Il est vrai que la relation amicale Kirk-Spock commence à avoir de la substance mais pour les personnages un peu périphériques, c’est encore loin d’être le cas. Anton Yelchin, par exemple, est très sympathique en Chekov, mais sa complicité avec des personnages comme Sulu ou Scotty reste embryonnaire. Gageons que cela se mettra en place si la série des films continue. Du côté des méchants, en revanche, nous sommes très bien servis. Benedict Cumberbatch (Sherlock, l’excellente série de la BBC) apporte une remarquable complexité à son personnage de John Harrison. Il est assurément menaçant, mais humain (ses motivations sont compréhensibles) et loyal (il n’a qu’une parole et n’est jamais gratuitement sadique). Sa voix adopte un timbre très grave, ainsi qu’une diction lente et parfaitement intelligible, son corps ne fait jamais un geste qui ne soit utile ou calculé, son regard est fixe, glacial, ne cligne jamais, tout cela confère au personnage une aura de détermination inflexible et surhumaine. L’autre méchant du film n’est pas en reste, mais je ne m’étendrai pas dessus pour ne pas vous gâcher l’histoire. Là où l’intrigue de ce deuxième volet est légèrement moins enlevée et haletante que le précédent, les méchants font, eux, largement oublier un Néro qui était pourtant déjà très respectable. Ils sont l’un des grands atouts du film.

J’en arrive à mon paragraphe qui, j’espère, intéressera les néophytes mais sera PLEIN DE GROS SPOILERS POUR LES FANS (vous êtes prévenus !). Quant Abrams s’est mis à Star Trek en 2009, il a clairement annoncé qu’il ferait un reboot complet, c'est-à-dire qu’il repartirait de l’équipage de la série d’origine (3 saisons entre 1966 et 1969). Mais vu l’intégrisme d’un grand nombre de fans de l’univers, sur le soutien et le bouche-à-oreille desquels la Paramount comptait beaucoup pour la promotion de ses films, Abrams ne pouvait se permettre d’ignorer complètement ce qui avait été mis en place avant lui. A savoir : la série d’origine mais aussi comme les six films qui en furent tirés (entre 1979 et 1991) avec les mêmes personnages. En particulier, Star Trek 2 la colère de Khan (1982) est unanimement reconnu comme étant le meilleur film Star Trek de cette période, voire tout court. Abrams allait-il oui ou non oser en faire un remake (quelque chose d’aussi osé que de vouloir refaire disons Les dents de la mer ou L’empire contre-attaque) ? Allait-on reprendre le mythique et terrifiant Khan (fantastique Ricardo Montalban) ? Soyons brefs : oui, ils ont osé. Évidemment, cela laissera un néophyte tout à fait froid, mais ne soyez pas surpris d’entendre au cinéma un certain nombre d’exclamations venant des fans : ils sont passés en mode « exégèse comparative ». En effet, de nombreux éléments du film et de l’épisode « Space seed » (qui lui est lié) ont été repris, allant de certaines lignes de dialogues à des scènes entières (notamment la mythique scène du réacteur), en passant par plusieurs personnages annexes (comme Carol Marcus, ou les compagnons de Khan). Et pourtant, ce n’est pas le même film, ce n’est pas la même intrigue, ce ne sont pas les mêmes enjeux. Abrams est parvenu à s’approprier le personnage sans le trahir, et à la placer au cœur d’une intrigue à la fois nouvelle et respectueuse de l’univers Star Trek. En tant que néophyte, vous pouvez parfaitement voir le film sans savoir tout ce que je viens de vous raconter. Mais vous pouvez également beaucoup y gagner si vous prenez le temps de regarder auparavant « Space seed » (dans la saison 1 de la série d’origine) puis « Star Trek 2 la colère de Khan ». Soyons clairs : l’épisode a mal vieilli, son histoire est un peu naïve, les décors sont en carton-pâte de deuxième choix et le jeu des acteurs est désuet. Mais Khan et ses compagnons y sont très bien introduits. Le film, quant à lui, a très bien vieilli (bravo aux effets spéciaux d’ILM, encore très beaux 30 ans plus tard), et son intrigue inspirée de Moby Dick (Khan poursuit Kirk de sa soif inextinguible de vengeance) est toujours magnifiquement menée. Et, au final, le Khan d’origine reste inoubliable. Cumberbatch a beau être bon acteur, il n’éclipse pas son modèle. Abrams a beau être bon scénariste, il n’égale pas la pureté et l’efficacité du screenplay de Nicholas Meyer. Oui le remake est très bon, il parvient à incorporer des éléments de l’épisode et du film d’origine, mais n’en égale pas complètement le souffle épique.

Résumons : Abrams signe une suite très réussie à son film de 2009, un tout petit peu moins haletant que celui-ci, mais avec de meilleurs méchants. La mise en scène est sans défaut et les acteurs très compétents. La 3D est belle mais pas forcément indispensable. Même si vous êtes néophyte, vous pourrez l’apprécier. Ne vous en privez donc pas !
33 commentaires| 50 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Ce nouvel opus, le douzième sauf erreur, de la saga Star Trek se veut beaucoup plus noir, d'où le titre. Mais Hollywood devrait comprendre que les effets spéciaux, aussi beaux et réussis soient-ils, ne font pas tout. A trop en mettre, j'ai l'impression que cela casse le plaisir. Bien, mais pas excellent.
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Après une première apparition dans un épisode de la série d'origine de Star Trek puis dans un des films qui a suivi, l'histoire de Kahn a été revisité pour la 3ème fois avec beaucoup de talent et de savoir faire....

Starfleet victime d'une attaque, l'amiral Pike qui reprend le commandement de l'Entreprise, Kahn qui attaque le QG de Starfleet et qui cause la mort de l'amiral Pike se téléporte sur une planète de l'empire Klingon pour échapper à Starfleet.
Le Capitaine James T. Kirk et son équipage le poursuive mais de chasseur ils vont devenir chassé......

Une brève apparition du Spock d'origine fait le lien entre les deux générations...

Un superbe film avec des effets spéciaux et une qualité d'image sidérante....
La bande audio...... 5.1, c'est décevant comparé à la 7.1 HD de la VO...
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 21 novembre 2013
copie numérique impossible à télécharger. me demande de mettre à jour window médiaplayer, chose faite (par obligation) et systématiquement me redemande de mettre à jour pour télécharger. J'ai contacter paramountdigitalcopy est bien sûr ne sont pas responsable et se décharger sur microsoft. A noter que sur le dvd aucune configuration minimale est demandée.
"As mentioned before, this issue is at Microsoft's end and has nothing to do with the Digital Copy program. Please contact their support to upgrade your DRM-components before attempting to re-download the Digital Copy download manager.Thanks,

PARAMOUNT DIGITAL COPY SUPPORT" : c'est pas nous mais les autres en attendant j'ai encaissé ton pognon !
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Dans la ligné du premier Star Trek de JJ Abrams, ce second film nous en met plein les yeux avec de nombreuses scènes d'action et d'aventure. On retrouve avec plaisir les personnages principaux et le vaisseau Enterprise. La force de ce second film, c'est son méchant qui tire tout le film à lui et le fait avec beaucoup de panache.
L'effet de surprise n'est plus aussi fort que dans Star trek qui nous offrait le plaisir de retrouver tout l'équipage (rajeunit) des films et séries de notre enfance.
Point de vue technique, l'image et de toute beauté en blu-ray et la bonde sonore fera trembler vos enceintes.
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 6 novembre 2013
Déjà dit ça et là... Le film que j'apprécie ne fera pas l'objet d'une critique (c'est réservé à Allociné ! lol)
Le support : Image très correcte, j'ai vu mieux avec Oblivion en terme de démo technique. Mais le son : merci au ricain de se moquer du doublage français en nous proposant un DD5.1 sans envergure. La version HD en VO est correcte... sans plus. Par contre j'ai lu dans des revues spécialisées que l'encodage soit disant innovant dans ce BD demandait plus d'effort côté ampli et côté enceintes pour filtrer parasites, souffle, et convertir certains canaux de grave. Si l'innovation c'est la régression alors... que dire !
Attention aussi, sur HD Mag, il est préciser que certaines galettes sont produites en Belgique avec un taux de compression de la bande son supérieur au taux utilisé par l'usine basée en Allemagne ce qui rend le DD5.1 encore pire.
0Commentaire| 4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 6 décembre 2013
Je ne m'attendais pas à une suite si réussie, c'est vraiment très bon !
Plus d'humour, mais jamais ridicule, un scénario très prenant, laissant même une place à l'émotion.
Des effets spéciaux énormes qui ne s'éternisent jamais. Parfait !
Le clin d'oeil de Leonard Nimoy bienvenu. J'ai particulièrement aimé la relation entre Jim Kirk (excellent Chris Pine) et Dr Spock (le non moins excellent Zachary Quinto)... Un scénario qui fait la part belle au méchant, et qui ouvre sur de nouvelles aventures, je l'espère.
Un régal d'entendre les notes de la série au générique de fin.
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus


Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici